Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD11,49 €

Pop/Rock - Paru le 21 octobre 2003 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Deux accords de synthé et tout est dit ! Il n’en faut pas plus pour reconnaître le son si singulier d’Eurythmics, groupe emblématique des années 80. Le tandem constitué d’Annie Lennox et de Dave Stewart symbolise parfaitement cette new wave synthétique (pop dans son fond, futuriste dans sa forme) propre à cette décennie où les guitares étaient presque devenues persona non grata… Le duo britannique squattera le sommet des charts durant toutes ces années 80 mais leurs Sweet Dreams resteront leur œuvre majeure. A la partition, Dave Stewart se lance dans une new wave sombre à la Bowie (Love Is a Stranger) ou ose le krautrock light (Sweet Dreams). Il peut aussi être funky (I’ve Got an Angel) voire disco (Wrap It Up). Au micro, Annie Lennox impressionne en optant pour une voix soul ou, au contraire, carrément austère. Un classique du genre. © Clotilde Maréchal/Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 juillet 2001 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le rock est mort. Puis ressuscite. Meurt à nouveau. Revit encore. Et ainsi de suite… Lorsque parait ce premier album des Strokes en 2001, il n’avait surtout pas été à la fois aussi proche de ses racines et en phase avec son temps. Cinq jeunes teignes new-yorkaises, plutôt issues des beaux quartiers, mettent dans un shaker quelques valeurs sûres : le Television de Tom Verlaine, le Velvet de Lou Reed, les New York Dolls de Johnny Thunders, les Feelies et quelques autres ingrédients tout aussi géniaux et vénéneux. Surtout, ils gardent à l’esprit que le troisième millénaire vient de commencer et qu’on n’est guère au musée Grévin… Le but est de faire du rock’n’roll et ces Strokes ne font que ça. C’est binaire, revêche, violent comme il se doit, épuré et jamais ampoulé, et surtout centré sur des chansons. Onze plus précisément. Toutes parfaites. Le génie de Is This It est de ne pas chercher à réinventer la roue (elle est ronde par définition, aucun intérêt donc à la rendre carrée) mais plutôt d’épurer l’os autour duquel s’agitent ces mélodies qui font mouche (Someday, Last Nite), ces paroles sans gras (New York City Cops, Barely Legal) et une attitude de jeans et de cuir rappé qui fera toujours son petit effet lorsqu’elle est balancée de la sorte… Qu’on le veuille ou non, Julian Casablancas, Nikolai Fraiture, Albert Hammond, Jr., Fabrizio Moretti et Nick Valensi ne retrouveront jamais la perfection de ce premier album même si la suite offrira de grands moments. Mais quel premier album ! © MZ/Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Bandes originales de films - Paru le 21 août 2000 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Bande Originale du film "La Mélodie du bonheur" de Robert Wise (The Sound of Music - 1965), composée par Richard Rodgers, écrite par Oscar Hammerstein II et arrangée par Irwin Kostal, avec Julie Andrews, Christopher Plummer, Eleanor Parker, Richard Haydn (5 Oscars)
A partir de :
CD18,99 €

Rock - Paru le 9 février 1999 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD9,99 €

Rock - Paru le 24 mars 1998 | RCA Records Label

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Berlin est une ville et, ici, un concept. Une œuvre aussi terrifiante que renversante qui sort durant l’été 1973. C’est là que Lou Reed plante son décor de fin du monde. Un Berlin décadent pour offrir la descente aux enfers d’un couple de junkies, Caroline et Jim. On est bien loin des néons new-yorkais de Transformer paru sept mois plus tôt, car l’ancien taulier du Velvet Underground orchestre ici une symphonie morbide et quasi-baroque. Des aplats bien noirs qu’il atténue grâce à quelques ballades épurées, moins oppressantes, mais tout aussi glauques… Dans ce grand cabaret de la solution finale, le Lou est un maître de cérémonie terrifiant mais parfait, un chef d’orchestre cynique et faustien. Du rock’n’roll pour grandes personnes que ce Berlin… © MZ/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 25 avril 1995 | RCA Records Label

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
he Infamous est une chronique urbaine, froide, implacable, l'enfer vu par deux jeunes à peine sorti d'une adolescence à Queensbridge Houses, groupe d'immeubles rongés par la criminalité.Là où The Infamous tranche avec la majeure partie de la production gangsta rap, c'est dans son économie d'effets faciles. Pas de bruits de rue intempestifs, peu de bruitages réalistes tonitruants, pas de fuck ou de nigga toutes les rimes.Prodigy assène son récit d'un flow plutôt tranquille, les mots se suffisent à eux-même, pas la peine d'en rajouter. Le résultat n'en est que plus saisissant. Les rythmiques concoctées par Havoc sont d'une originalité inusitée dans le rap hardcore. Breakbeats filtrés, séquences mélodiques venues de la musique classique, boucles hypnotiques très atmosphériques, un grand producteur se révèle ici.Si The Infamous ne contient évidemment aucun titre formaté radio, ni tube pour robinet à clips, « Shook Ones Pt. II » devient la signature indélébile de Mobb Deep. © ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2017
A partir de :
CD11,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 9 novembre 1993 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cet album tirant son nom du film de la Shaw Brothers de 1978 The 36th Chamber of Shaolin  est également à l’origine de la résurgence de New York City sur l’échiquier du Hip-Hop. Malgré un contenu textuel très dense et des instrumentaux au mixage douteux car réalisés par RZA avec les moyens du bord, le groupe rencontre un énorme succès, l’album étant certifié platine le 15 mai 1995. Les rappeurs étant souvent ensembles lors des séances d’enregistrement, RZA devait déterminer lesquels seraient présents sur les morceaux en les faisant s’affronter. Un de ces duels se retrouvent sur le morceau « Meth Vs. Chef » qui sera présent sur le premier album de Method Man. Cela fut plus simple pour le premier pressage du premier maxi du Wu, où chaque rappeur ayant participé à hauteur de cent dollars pouvait poser sur le morceau « Protect Ya Neck ». Il est  sélectionné avec « C.R.E.A.M. » par le magazine The Source parmi les 100 meilleurs singles rap de tous les temps. L’Amérique n’aurait pas dû être prête pour une telle tempête au microphone mais c’était compter sans la somme d’individualités extrêmement talentueuses au sein du groupe, transgressant les barrières musicales et faisant de ce premier coup sur l’échiquier du rap un mat fatal. © ©Copyright Music Story DaBee 2016
A partir de :
CD11,49 €

Chanson française - Paru le 10 octobre 1993 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Marc Lavoine évolue dans un registre encore quelque peu romantique, mais moins « eau de rose » que ses précédents albums : des mélodies plus sophistiquées qu’auparavant, et des textes assez ciselés, donnent un accent jazzy bienvenu à des titres comme « L’Oppidum gaulois », la veine douce-amère et humoristique étant poursuivie avec « J’travaille pas » et celle purement romantique avec « On n’ira jamais à Venise ». On peut attribuer une part de la sophistication de cet album au producteur Tony Visconti, maître-d'oeuvre de pièces importantes au profit de David Bowie. Plus mur et plus sûr, Marc Lavoine conserve sa séduction tranquille tout en s’éloignant de sa première image de tombeur musical.   © ©Copyright Music Story Nikita Malliarakis 2018
A partir de :
CD11,49 €

Pop/Rock - Paru le 17 mai 1991 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Bandes originales de films - Paru le 19 juin 1989 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
S’il fallait citer les thèmes les plus emblématiques de l’art de la musique de film au XXe siècle, celui de La Panthère rose figurerait en bonne place, si ce n’est à la première. Interprétée par Plas Johnson au sax ténor, cette Pink Panther en si mineur est non seulement indissociable de la série éponyme de Blake Edwards avec Peter Sellers, mais aussi du personnage de ladite panthère, héroïne d’une série d’animation psychédélique indépendante du long-métrage d’Edwards. Mais comme le génial Mancini ne fait pas les choses à moitié, il a également composé pour ce chef-d’œuvre de la comédie une chanson entêtante qui, elle aussi, a obtenu un certain succès populaire à l’époque (It Had Better Be Tonight). En outre, la BO comprend une série de musiques de source, dont l’écriture ultrasophistiquée n’a d’égale que la délicatesse de l’interprétation. Elles ont pour titres (si évocateurs) Royal Blue, Champagne and Quail ou encore Piano and Strings. Les scènes mettant en scène les très glamours David Niven et Claudia Cardinale méritaient bien un tel traitement de faveur musical. Pour conclure, pour ce film à l’humour décapant, Henry Mancini a tenu à rendre hommage aux maîtres du cinéma burlesque muet, l’une des influences essentielles de Blake Edwards (Shades of Sennett). © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Pop - Paru le 1 novembre 1988 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Chanson française - Paru le 10 octobre 1977 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Alain Souchon a-t-il toujours dix ans ? Son troisième album studio s’inscrit dans la veine nostalgique de ses débuts. Dix chansons légères («Y’a d’la rumba dans l’air») ou tristes, la plupart passées à la postérité souchonienne. A la tête de l’album, l’increvable Laurent Voulzy, directeur musical et compositeur de nombreuses mélodies pop acidulée. Enfant gâté, Souchon s’auto-proclame «Jamais content», «carrément méchant» dit-il. On a du mal à la croire lorsqu’il chante «J’ai perdu tout ce que j’aimais». Tout, c’est l’insouciance et son père qu’il évoque dans le magnifique «Dix-huit ans que je t’ai à l’œil». Hommage à la mère aussi : «Allô maman bobo». Et des bobos, il n’y en a pas que dans le cœur de Souchon. Il scanne celui de ses compatriotes, eux, pas toujours le cœur sur la main. Extrait de «Poulailler’s song» : «Mais comprenez-moi la djellaba / C'est pas ce qui faut sous nos climats / Mais comprenez-moi à Rochechouart / Y'a des taxis qui ont peur du noir». Il n’a pas peur Souchon. Tout juste une vague nausée. A vomir tout son quatre heures… © ©Copyright Music Story Paula Haddad 2015
A partir de :
CD11,49 €

Bossa Nova & Brésil - Paru le 26 février 1977 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Angenor de Oliveira dit Cartola est un monument de la musique brésilienne. Co-fondateur à Rio, en 1928, de la prestigieuse école de samba Estação Primeira de Mangueira, pour laquelle il écrit nombre de classiques, il passa la grande partie de sa vie à travailler dans l’anonymat. Il eut beau écrire, dans les années 30, des succès pour la star internationale Carmen Miranda ou le crooner Francisco Alves, Cartola passa plus de temps à travailler comme maçon ou laveur de carreaux que sous les projecteurs. Il avait disparu de la scène musicale lorsqu’en 1950 un journaliste le reconnait dans la rue et le remet sur les rails de la vie musicale. Le compositeur reprend du poil de la bête et rencontre l’amour. La chanson Nós Dois, ici présente, a été composée à l’occasion de son mariage avec la chanteuse Dona Zica. Avec elle, Cartola ouvre une maison de samba, la Zicartola, qui devient, au début des années 60, l’un des refuges favoris des jeunes compositeurs de la bossa nova. La discographie de Cartola ne commence à se construire qu’à partir de 1974, le sambiste a 65 ans. Verde Que Te Quero Rosa est son troisième album, entre romance nostalgique et pointes de rythme pur, il recèle un florilège de chansons tendres, de sambas douces et irrésistiblement entrainantes. Son titre est un hommage aux couleurs qu’il avait choisies pour représenter la Mangueira, le vert et le rose qui habillent encore la célèbre école. Souvent, on lui faisait remarquer que ces teintes se mariaient mal, mais sa réponse était imparable : le vert symbolise l’espoir et le rose l’amour. Deux valeurs qui lui ont indéniablement porté chance. © BM/Qobuz
A partir de :
HI-RES10,49 €
CD7,49 €

Rock - Paru le 19 janvier 1976 | RCA Records Label

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Chanson française - Paru le 10 décembre 1973 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Bossa Nova & Brésil - Paru le 17 juin 1965 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD11,49 €

Jazz - Paru le 29 octobre 1959 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz

Le label

RCA Records Label dans le magazine
  • Les Strokes bougent encore
    Les Strokes bougent encore Angles, quatrième opus tant attendu par les fans des Strokes est enfin dans les bacs, emmené par le single Under Cover Of Darkness.
  • Toujours plus Foo
    Toujours plus Foo Foo Fighters sort son nouvel album début avril et en propose un aperçu avec le clip d’un des titres With Limo.