Catégories :

Les albums

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - À paraître le 18 septembre 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - À paraître le 17 juillet 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - À paraître le 10 juillet 2020 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 3 juillet 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
Après des années particulièrement fastes au cours desquelles les enregistrements se sont multipliés, Marc Minkowski et ses Musiciens du Louvre se sont faits plus rares au disque. Ses admirateurs seront donc particulièrement heureux de le retrouver ici dans cette version calme et épurée de la grande Messe en ut mineur, laissée inachevée par Mozart. Difficilement jouable en l’état, elle a été reconstituée une douzaine de fois avec plus ou moins de bonheur. Minkowski a jeté son dévolu sur la version préparée par le compositeur et chef d’orchestre autrichien Helmut Eder qui l’a publiée dans la Nouvelle Edition Mozart en 1985. On le sait, cette œuvre monumentale qui aurait dû atteindre les vastes proportions de la Messe en si mineur de Bach ou de la Missa Solemnis de Beethoven a été composée sans aucune commande à la suite d’un vœu, celui de la guérison de sa fiancée Konstanze Weber. Les causes de son inachèvement sont probablement multiples et mal connues. Le manuscrit original, retrouvé à la fin des années 1970, comporte les trois quarts de l’ouvrage et représente une sorte d’aboutissement de la musique sacrée occidentale avec l’assimilation complète des styles antérieurs et une élévation exceptionnelle de l’inspiration mozartienne. Enregistrée en concert à Grenoble en 2018 à la suite d’une tournée européenne, cette nouvelle version utilise un effectif choral réduit conformément aux circonstances de sa création dans la petite église Saint-Pierre de Salzbourg. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2020 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 26 juin 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 19 juin 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 19 juin 2020 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 12 juin 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 mai 2020 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Opéra - Paru le 15 mai 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
Vinceró! (« Je vaincrai ! »). Tout un programme se cache derrière la fameuse et péremptoire injonction que se donne Calaf pour conquérir l’amour de l’intraitable princesse Turandot. C’est sous cette bannière en forme de pari que Piotr Beczala place son premier récital Pentatone, illustrant son évolution du répertoire de ténor lyrique vers les rôles dramatiques du vérisme. Puccini est évidemment en bonne place sur cet album avec les airs fameux de Tosca, Manon Lescaut, La Fanciulla del West, Edgar, Gianni Schicchi, Madame Butterfly et, bien sûr, Turandot, que le ténor polonais adoubé au rang de star n’a pas encore abordé sur scène. Enregistré en 2019 au Palais des Arts Reina-Sofía à Valence avec l’Orquestra de la Comunitat Valenciana dirigé par Marco Boemi, ce récital aborde aussi quelques compositeurs véristes de la fin du XIXe siècle : Cilea, Mascagni, Giordano et Leoncavallo. Un nouveau tournant pour Piotr Beczala, qui va continuer à incarner Radamès ou Lohengrin à Zurich comme à New York. © François Hudry/Qobuz
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Opéra - Paru le 8 mai 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
CD23,98 €

Classique - Paru le 8 mai 2020 | PentaTone

HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Classique - Paru le 1 mai 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES1,94 €
CD1,55 €

Opéra - Paru le 24 avril 2020 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 17 avril 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
Après avoir enregistré et donné en concert les 32 Sonates de Beethoven, la pianiste japonaise Mari Kodama, Parisienne d’adoption qui fut l’élève de Geneviève Joy-Dutilleux, nous propose une contribution originale et bienvenue à l’Année Beethoven avec un choix de transcriptions peu connues qui sont presque toutes des premières discographiques. Cette anthologie propose des détournements pour le piano d’extraits de cinq quatuors à cordes de Beethoven, selon la mode de l’arrangement en vogue aux XVIIIe et XIXe siècles qui faisait le bonheur de bon nombre de musiciens amateurs dans les salons privés, à une époque où la musique ne circulait guère que par sa pratique. De telles transcriptions sont évidemment légion, comme le montre avec bien plus de ténacité Cyprien Katsaris dans son A Chronological Odyssey (Piano 21). Ce qui fait tout le prix des choix de Mari Kodama, c’est qu’elles sont signées de Saint-Saëns, Balakirev et Moussorgski, qui déposent un peu de leur personnalité sur la musique du grand maître. Les dernières plages de cet album sont consacrées à un petit dessert précieux sous la forme du finale à variations du Quintette avec clarinette K. 581 de Mozart dans une transcription pour pianoforte attribuée à Beethoven et publiée à Edimbourg en 1812 sous le titre « d’air admirable avec variations de Mozart par Lewis van Beethoven ». Un mystère nullement élucidé par les commentaires du livret… © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Opéra - Paru le 10 avril 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret

Les Collections