Les albums

16,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 1 mars 2019 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret Distinctions Jazzwise Five-star review
Au siècle dernier, au milieu des années 80 pour être plus précis, Branford Marsalis et son frère Wynton sont à la tête d’une nouvelle vague de virtuoses post-bop, sapés en costard Armani, et qui rencontrent un grand succès public. Certains pontes de la jazzosphère reprocheront à ces jeunes loups leur démarche jugée rétrograde, passéiste voire conservatrice. Wynton était alors vu comme un ayatollah tandis que Branford passait pour le « mec cool », notamment avec Buckshot LeFonque, son projet de 1994 mêlant jazz, rap et R&B pour lequel le saxophoniste invitait notamment DJ Premier de Gang Starr… Depuis, ces batailles d’Hernani sont oubliées et chacun des Marsalis a pu faire évoluer son art et son style en toute sérénité. Branford a même osé des choses… osées ! Comme lorsqu’en 2014, il se produisait en solo dans la Grace Cathedral de San Francisco, pour jouer du Carl Philipp Emanuel Bach comme du Steve Lacy. Ou, deux ans plus tard, avec l’album Upward Spiral, sur lequel il croisait le fer avec le chanteur Kurt Elling. Il retrouve ici ceux qui l’épaulaient justement sur ce disque : le pianiste Joey Calderazzo, le bassiste Eric Revis et le batteur Justin Faulkner. Avec The Secret Between the Shadow and the Soul, c’est un musicien désormais âgé de 58 ans qui navigue en totale liberté. Un artiste qui crée pour lui-même et pour ceux qui l’accompagnent. Qu’importent les modes, les humeurs… Rarement le jeu de Branford n’avait semblé aussi inspiré, aussi aventureux, aussi… beau ? Sur des thèmes de hard bop pur (Snake Hips Waltz d’Andrew Hill), des compositions atypiques (The Windup de Keith Jarrett) ou sur ses propres compositions, il lâche des improvisations aussi époustouflantes que justes. Des phrases faisant défiler toute une vie de musique. © Marc Zisman/Qobuz
16,99 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 23 mars 2018 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret
L’air de rien, Kurt Elling ne serait-il pas le meilleur chanteur de jazz de sa génération ? L’idée d’une quelconque compétition, d’un quelconque classement, est évidemment grotesque, pour ne pas dire stupide, mais force est de constater qu’album après album, le chanteur de Chicago poursuit un périple proche du sans-faute. En 2015, avec Passion World, Elling revisitait Nicht Wandle, Mein Licht extrait des Liebeslieder de Brahms mais aussi des pièces signées U2, Pat Metheny, Björk sans oublier La Vie en rose et même un poème de James Joyce ! Pour ce onzième album éclectique au possible, il délaissait les acrobaties dont il avait le secret pour un style plus langoureux et sensuel, un chant qu’il livrait avec beaucoup de raffinement.  L’éventail de son registre comme l’impressionnante justesse de son énonciation sont à nouveau au menu d’un festin de reprises tout aussi parfait. Avec The Questions, Kurt Elling s’attaque cette fois à Paul Simon, Bob Dylan, Peter Gabriel, Jaco Pastorius, Leonard Bernstein, Carla Bley, Johnny Mercer et quelques autres. Produit par le saxophoniste Branford Marsalis, ce douzième opus réunit le pianiste Joey Calderazzo, le batteur Jeff “Tain” Watts, le guitariste John McLean, l’organiste Stu Mindeman, le trompettiste Marquis Hill et le bassiste Clark Sommers. Une belle brochette de virtuoses au service d’un chanteur qui réussit à imposer son style et la rondeur de sa voix, même sur des standards repris par la Terre entière comme Skylark. Classe et déjà classique. © Max Dembo/Qobuz
16,99 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 23 mars 2018 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
L’air de rien, Kurt Elling ne serait-il pas le meilleur chanteur de jazz de sa génération ? L’idée d’une quelconque compétition, d’un quelconque classement, est évidemment grotesque, pour ne pas dire stupide, mais force est de constater qu’album après album, le chanteur de Chicago poursuit un périple proche du sans-faute. En 2015, avec Passion World, Elling revisitait Nicht Wandle, Mein Licht extrait des Liebeslieder de Brahms mais aussi des pièces signées U2, Pat Metheny, Björk sans oublier La Vie en rose et même un poème de James Joyce ! Pour ce onzième album éclectique au possible, il délaissait les acrobaties dont il avait le secret pour un style plus langoureux et sensuel, un chant qu’il livrait avec beaucoup de raffinement.  L’éventail de son registre comme l’impressionnante justesse de son énonciation sont à nouveau au menu d’un festin de reprises tout aussi parfait. Avec The Questions, Kurt Elling s’attaque cette fois à Paul Simon, Bob Dylan, Peter Gabriel, Jaco Pastorius, Leonard Bernstein, Carla Bley, Johnny Mercer et quelques autres. Produit par le saxophoniste Branford Marsalis, ce douzième opus réunit le pianiste Joey Calderazzo, le batteur Jeff “Tain” Watts, le guitariste John McLean, l’organiste Stu Mindeman, le trompettiste Marquis Hill et le bassiste Clark Sommers. Une belle brochette de virtuoses au service d’un chanteur qui réussit à imposer son style et la rondeur de sa voix, même sur des standards repris par la Terre entière comme Skylark. Classe et déjà classique. © Max Dembo/Qobuz
16,99 €
12,99 €

Jazz - Paru le 16 mars 2018 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
La guitare n’étant pas l’instrument le plus utilisé par les jazzmen, ses vrais révolutionnaires sont logiquement peu nombreux. Bill Frisell a la chance d’être l’un d’entre eux. Année après année (quatre décennies de carrière) et album après album (plus de 40 sous son nom et 300 comme sideman !), l’Américain a imposé une voix singulière, l’une des plus influentes de ces vingt dernières années. Frisell s’est surtout vite démarqué de ses aînés en embarquant son jeu, immédiatement reconnaissable, dans tous les répertoires possibles. Post-bop, free, noise, rock, country, 50’s, il s’est engouffré dans un nombre hallucinant de partitions tout en conservant sa langue, son style, son jeu, bref en restant toujours lui-même. Music IS n’est pourtant pas un énième album juste là pour grossir sa dense discographie. Lui qui partage avant tout sa musique a ressenti ici le besoin de s’exprimer en solo, un contexte qu’il n’a jamais trop affectionné, avouant même souvent en interview qu’il n’avait donné son premier concert seul que bien des années après avoir entamé sa carrière professionnelle… Mais l’origine de Music IS fut avant tout l’envie de jouer, à l’acoustique ou l’électrique, sa propre musique. Après avoir revisité celle des autres, Bill Frisell réunit pour cette cuvée 2018 des thèmes nouveaux mais aussi du passé, certains qu’il n’a pas rejoués depuis des lustres. Ecouter ces quinze pièces d’une traite, c’est voyager dans les méandres colorés du cerveau d’un musicien hors du commun. Qu’il épure à l’extrême ses phrases comme son maître Jim Hall, se lance dans des corps à corps saturés ou interprète à sa manière impressionniste l’americana, Bill Frisell livre des improvisations d’une invariable beauté. Et malgré ses allures de disque testament, Music IS est l’œuvre d’un artiste plus vivant que jamais. Sans doute l’un de ses plus beaux albums. © Marc Zisman/Qobuz
2,49 €

Jazz - Paru le 9 mars 2018 | Okeh - Sony Masterworks

2,99 €
2,49 €

Jazz - Paru le 16 février 2018 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Jazz - Paru le 9 février 2018 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Ambiance - Paru le 10 novembre 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Ambiance - Paru le 27 octobre 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
16,99 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 15 septembre 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Retour à la case départ pour Denise Eileen Garrett alias Dee Dee Bridgewater : Memphis ! Là même où elle vit le jour le 27 mai 1950. La plus française des chanteuses américaines signe ici un hommage à l’une des villes les plus musicales des Etats-Unis. Une ville qu’elle a pourtant quitté à seulement trois ans pour se retrouver avec ses parents dans l’industrielle citée de Flint dans le Michigan. Mais son parcours prouvera que ces seules trois années auront suffi à marquer l’avenir. Enregistré aux célèbres Royal Studios de Memphis et produit par Kirk Whalum et Lawrence Mitchell, le petit-fils de Willie Mitchell d’Hi Records, le disque réunit des pépites locales de soul et de blues triées sur le volet. Des classiques chantés notamment par Otis Redding (Try A Little Tenderness), B.B. King (The Thrill Is Gone), les Soul Children ( The Sweeter He Is écrit par Isaac Hayes et Dave Porter), Elvis Presley (Don’t Be Cruel et Hound Dog), Carla Thomas ( B-A-B-Y également du tandem Hayes/Porter) ou bien encore Al Green (lI Can't Get Next To You écrit par Barrett Strong) et auxquels Dee Dee Bridgewater donne de jouissifs coups de fouet dont elle a le secret. Après la Nouvelle Orléans célébrée sur Dee Dee’s Feathers, voilà un nouvel hommage tout aussi classieux, certes plus groovy et dansant, mais qui montre que tout ce que sa voix touche se transforme en général en or. © CM/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Jazz - Paru le 1 septembre 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Jazz - Paru le 11 août 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Jazz - Paru le 14 juillet 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
16,99 €
12,99 €

Jazz - Paru le 19 mai 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret
16,99 €
12,99 €

Jazz - Paru le 19 mai 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
16,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 21 avril 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret
2,99 €
2,49 €

Jazz - Paru le 21 avril 2017 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res
11,49 €

Jazz - Paru le 21 avril 2017 | Okeh - Sony Masterworks

16,99 €
11,49 €

Jazz vocal - Paru le 28 octobre 2016 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret
Tradition anglo-saxonne oblige, Kurt Elling passe par la case Noël avec ce disque de saison. Mais comme le crooner jazz a du goût et que son timbre grave et ténébreux fait toujours mouche, il passe l’épreuve haut la main ! Juste sophistiqué comme il se doit, The Beautiful Day – Kurt Elling Sings Christmas réussit ainsi à slalomer entre les standards qui fleurent bon le sapin. De quoi célébrer ce fameux « esprit de Noël » avec classe et raffinement. © CM/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2016 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret