Les albums

5,99 €

Classique - À paraître le 4 janvier 2019 | Naxos

Livret
5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Classique - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - À paraître le 7 décembre 2018 | Naxos

Livret
11,99 €

Opéra - Paru le 13 novembre 2018 | Naxos

35,99 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Livret
21,59 €26,99 €
14,39 €17,99 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Peut-être le public ne connaît-il pas trop l’opéra Maometto II de Rossini, créé à Naples en 1820 ; mais si on lui dit que la version française de 1826 s’intitule Le Siège de Corinthe… Cela dit, la réécriture française était telle que l’on peut aisément y voir deux ouvrages différents ; ne serait-ce que parce que Maometto II traite de la guerre turco-vénitienne au XVe siècle (Mehmet II est un personnage historique, sultan ottoman), Le Siège de Corinthe est transposé lors de la guerre gréco-turque en 1820 ! Voici enregistrée la version originale, de 1820, et non pas l’un des nombreux traficotages que connut l’ouvrage au cours des décennies. On y découvre un Rossini tout à fait inhabituel : peu de numéros de bravoure, et une écriture quasiment continue, très proche du livret et de ses incessants rebondissements dramatiques. Il n’est guère étonnant qu’à l’époque de la création des diverses reprises italiennes, Rossini ne rencontra guère de succès. Une œuvre trop moderne, en quelque sorte, et qui osait dévier radicalement des standards alors attendus par tout un chacun. On entend ici une captation réalisée en direct – excusez donc les quelques bruits parasites de la scène – lors du Festival Rossini de Wildbad, millésime 2017, avec les Virtuosi Brunensis (un orchestre composé des meilleurs musiciens de la scène de Brno) et le chœur de la Camerata Bach de Poznan, et un plateau de belle tenue. © SM/Qobuz
7,19 €8,99 €
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
7,19 €8,99 €
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Ah ça non, le compositeur suédois Dag Wirén n’est pas terriblement célèbre en dehors de la sphère scandinave ; voici donc une excellente entrée en matière, avec ses quatre quatuors – bien que numérotés de 2 à 5, ce sont là les seuls, puisque le « premier » a été retiré par le compositeur et ne peut donc être joué. Partant du principe que dans le format du quatuor, on ne peut rien cacher, Wirén ne nous cache rien, en particulier l’immense chemin parcouru du n°2 de 1935 au n° 5 de 1970. Le premier ouvrage témoigne encore de l’influence du romantisme tardif, tout en empruntant une écriture instrumentale très moderne. Dès le n° 3 de 1945, l’évolution se fait sentir : la tonalité est encore présente, mais teintée de modalisme à la Honegger ou Sibelius, mais toujours avec de grands moments de lyrisme quasiment romantique. Le n° 4 de 1953 joue avec les idées les plus modernes d’alors, mais recadrées dans un langage proche de la tonalité, peut-être Bartók ou Britten n’y sont-ils pas pour rien, et même Prokofiev dans le sauvage dernier mouvement. Enfin, le dernier de 1970 semble partir dans d’autres voies ; toujours le lyrisme exacerbé, mais dans un langage inexorable évocateur, par exemple, de Chostakovitch. Comme on le voit, Wirén a vécu avec son temps, même s’il semble avoir toujours eu à cœur de plaire à l’oreille autant qu’à l’esprit. C’est ici le Quatuor Wirén qui nous permet de découvrir ces bien belles œuvres. © SM/Qobuz
7,19 €8,99 €
4,79 €5,99 €

Classique - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Disciple de Klaus Huber et de Karlheinz Stockhausen, le compositeur allemand Wolfgang Rihm (né en 1952) peut s’enorgueillir d’un répertoire de quelque quatre cents œuvres, dans plus ou moins tous les genres musicaux : de la musique de chambre, des opéras petits et grands, des Lieder, des œuvres symphoniques, et beaucoup, beaucoup d’œuvres concertantes dont bien sûr des pièces pour violon solo. Le plus ancien de ses concertos pour violon, Lichtzwang (in memoriam Paul Celan) de 1976 appartient certes à l’avant-garde de l’époque, mais Rihm n’a jamais rejeté des influences venues de l’ère postromantique et des premiers atonalistes viennois. Dritte Musik de 1993, dans un état intermédiaire entre les genres, offre à la violoniste chinoise Tianwa Yang de quoi faire montre de tout son talent. Enfin, Gedicht des Malers (2014) reviendrait presque à une sorte d’expressionnisme, empli de phrases lyriques, tendres et nostalgiques. Comme tant de compositeurs de notre temps, Rihm aura lui aussi fait le chemin inverse, de Stockhausen à Berg… © SM/Qobuz

Les Collections

Le label

Naxos dans le magazine