Catégories :

Les albums

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 7 février 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Dans le Quintette op. 115 [...] la texture aérée, transparente, la souplesse, la liberté des inflexions, le geste épuré et les timbres soyeux des Voce tissent un écrin de rêve à Florent Héau, dont les phrasés, la chaude sonorité se mêlent à la trame des cordes avec un naturel qui donne une idée intense de la fascination de Brahms pour la clarinette. [...] À la différence d'autres, plus charnus et incisifs, voire douloureux, comme Widmann avec les Hagen (Myrios), Moraguès avec les Prazak (Praga) [...], Héau et les Voce creusent le texte avec une lumineuse délicatesse, presque diaphane, et ouvertement sensuelle, notamment dans le sublime Adagio et les variations du finale.» (Diapason, février 2020 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 8 novembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Le mezzo clair des débuts s'est assombri et presque mué en Falcon, à en juger du moins par cette anthologie de l'opéra français [...] Entre soprano et mezzo, donc, avec cet aigu à l'aisance lumineuse — jusqu'à cet insolent contre-ré à la fin de l'air de la Cendrillon de Massenet. Mais, surtout, celle qui avait, à travers un précédent récital, incarné le chant rossinien, incarne ici le grand style français : la ligne de chant, appuyée sur un souffle parfaitement maîtrisé, épouse la prosodie, avec toute la noblesse des héroïnes tragiques de ce répertoire. [...] On apprécie également que Deshayes évite l'écueil de tout récital : l'indifférenciation des personnages. [...] L'accompagnement tissé par Jean-François Verdier s'accorde à la tonalité des différents extraits [...] » (Diapason, décembre 2019 / Didier Van Moere)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Quatuors - Paru le 19 avril 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Dans la tourmente et le grand désordre humain de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’enfants, de femmes et d’hommes ont péri dans les camps de la mort, tués par la barbarie humaine. Parmi eux, trois musiciens : Pavel Haas, Hans Krása et Erwin Schulhoff. Ils étaient juifs, ils étaient aussi intellectuels, modernes, communistes ou homosexuels et tous les trois d’extraordinaires musiciens. Double et terrible injustice qu’ils ont endurée, car, assassinés en pleine jeunesse, ils ont aussi été privés d’une gloire posthume, l’histoire ayant davantage retenu leur statut de victimes plutôt que celui de grands compositeurs. Cette publication rend donc hommage à la musique de ces "trois frères de l’orage", pleine de sensualité, de couleurs et de vie. © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 13 septembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Jeux de cordes et tectonique des continents Le quatuor Bela fait partie de ces rares ensembles de musique de chambre multi récompensés pour leur travail sur le répertoire classique et qui, pourtant, restent totalement ouvert à des rencontres extra européennes avec des traditions musicales voisines. On les a vu avec le percussionniste Youssef Hbeish et le lusthiste Ahmad Al Khatib ou dans le duo Sabil avec lesquels ils visitent la musique modale orientale avec jubilation. On les retrouve ici accompagnant avec poésie et ferveur le joueur de Ngoni malien, Moriba Koïta : la profondeur de la musique pour corde mandingue et la suavité des cordes du quatuor tissent les mailles d'un tissu musical chatoyant, portées par un sens du partage équilibré et sans cesse à l'écoute de l'autre. Une belle rencontre au-delà des latitudes et des styles qui porte un nom : Musique ! (© Klarthe)« Atypiques et imprévisibles, les musiciens du Quatuor Béla séduisent par des propositions à la croisée des chemins, toujours portés vers la musique d’aujourd’hui dans son approche la plus tranchante. [...] ils interprètent des musiques africaines dont ils élargissent la dimension soliste par leurs cordes, accompagnés par le grand musicien malien Moriba Koïta adepte de la musique mandingue qui joue du n’goni, guitare traditionnelle malienne, et du tama, tambour d’Afrique de l’Ouest [...]» (Classica, avril 2020 / Romaric Gergorin)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] L’équipe de souffleurs soudée autour des frères Chabod défend ces musiques à la fois délicates et simples avec un raffinement discret et chaleureux. Aucun effet ne vient troubler l’idéal d’harmonie et d’humanisme cher au compositeur. [...] Quant aux spirituels Nocturnes, ils bénéficient de la complicité de trois voix charmeuses (dont celle de Karine Deshayes, pas moins) et des sombres roucoulements des instruments à vent. Tableau d’un Mozart intime, à la fois généreux et introverti, amusant et sérieux.» (Diapason, janvier 2017 / Jean-Luc Macia)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
[...] « Maya Villanueva est idéale ici par le ton, mais aussi l'atmosphère qu'elle sait créer dans chaque mélodie, d'un timbre aérien et clair, ici désincarné, et l'instant d'après, voluptueusement charnu. Le piano brillant, cristallin, mais aussi mélancolique, de Romain David sert parfaitement ces ambiances variées voguant de la sud-américanité vive à l'impressionnisme des Las horas, et le violoncelle, si cher à Ginastera, est pour moitié du CD un soubassement aussi solide que séduisant.» (Classica, février 2017 / Pierre Flinois)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 avril 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« [...] Damien Ventula et Nicolas Bringuier nous proposent une quasi intégrale, puisqu’ils n’ont oublié que le seul Papillon, pièce virtuose que Fauré n’aimait guère. [...] Cette pratique de la musique collective se manifeste dans l’équilibre du duo qu’il forme avec Damien Ventula, capable de concilier l’exigence de bien timbrer le son et de l’alléger. Cette double qualité est particulièrement précieuse dans les passages les plus cantabile comme la "Sicilienne" de Pelléas et Mélisande, le (trop?) célèbre Après un rêve, l’Élégie ou, surtout, le sublime "Andante" de la Sonate n° 2, l’une des plus belles pages de Fauré. Damien Ventula sait dessiner des sons à la pointe sèche et mettre en évidence la complexité rythmique. Nicolas Bringuier, de son côté, possède un style varié volontiers chatoyant [...] Cette nouvelle version se situe donc au plus haut niveau de la discographie.» (Classica, mai 2016 / Jacques Bonnaure)
CD11,49 €

Concertos pour instruments à vent - Paru le 9 mars 2015 | Klarthe

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
"Nicolas Baldeyrou, clarinette solo de l'Orchestre Philharmonique de Radio France et professeur au Conservatoire National de Lyon, a entamé une prometteuse carrière de soliste grâce à un jeu dont on mesurera ici les qualités. [...] Le jeu est très fluide, la précision des différents paramètres extrême, la dynamique poussée jusque dans ses retranchements, le timbre chaleureux, clair et rond, le caractère de chaque pièce mis en valeur, mais le principal réside dans la vision et la tension d'ensemble, la pensée musicale"... (Classica, avril 2015 / Pascal Gresset)
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Celui qui a entendu ma musique, celui-là doit se faire libre de toutes les misères humaines. » disait Beethoven. En enregistrant les Trio Opus 1 de Beethoven plus de deux cents ans après leur création, Le Trio Leos avait bien sûr le désir de s'inscrire dans cette longue tradition de conservation et de questionnement des grandes œuvres de l'histoire de la musique. Beethoven voulait abolir les frontières temporelles. Sa modernité d’hier est une impulsion, une force germinatrice toujours disponible. Christophe Hache, musicien de toutes les cultures (classique, jazz, musiques actuelles), témoigne dans Désinstallation de cette onde de choc originelle. Sa pièce, construite sur le thème du finale du deuxième trio, est à la fois résonance et amplification de l’énergie beethovenienne. (c) Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 9 septembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Fichtre, ce n’est pas souvent qu’on donne les Lieder de Mahler… Alma Mahler, s’entend. Longtemps contrainte au silence musical par son mari, Alma se remit à composer à partir de 1910 quand un certain Freud (Siegmund) conseilla à Gustav de lâcher les baskets à sa chère et tendre s’il voulait sauver son mariage. Ces Lieder datent donc de cette époque, et ô surprise, on n’y trouve guère d’influence de l’encombrant époux ; c’est bien plus l’héritage de Zemlinsky, son ancien amant et professeur, qui se laisse sentir ici, et c’est tant mieux. Ils sont magnifiquement orchestrés par Colin et David Matthews. L’album propose d’ailleurs Six Lieder de Zemlinsky d’après Maeterlinck, écrits en 1910-1913, dans deux versions : l’original pour piano et chant, et une version très bien orchestrée par Gösta Neuwirth en première discographique mondiale. En guise de lien entre Alma Mahler et Zemlinsky (si l’on laisse de côté leur lien personnel), l’Orchestre Victor Hugo de Besançon propose un « condensé » de Pelléas et Mélisande de Debussy, signé Marius Constant. Et si l’on considère aussi que Mahler fut le Golaud de sa Mélisande d’épouse (on serait même tenté de voir Walter Gropius comme une sorte de Pelléas…), la boucle est on ne peut plus bouclée. © SM/Qobuz« Sobre mais généreuse, Isabelle Druet s'affirme dans ce programme poétique porté par un orchestre polychrome ou un piano subtil. [...] La réduction de Pelléas et Mélisande de Claude Debussy [...] est très bien servie par l'Orchestre Victor-Hugo Franche-Comté que dirige magistralement Jean-François Verdier. » (Classica, février 2017 / Hélène Pierrakos)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Opérette - Paru le 9 juin 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Ah, voilà qui change radicalement des sempiternelles « redécouvertes » d’un n-ième navet de bel canto : il s’agit ici un bijou absolu signé Louis Beydts pour la musique, Sacha Guitry pour le livret, intitulé rien moins que La Société Anonyme des Messieurs Prudents (S.A.D.M.P.). Nous sommes le 3 novembre 1931, Sacha Guitry a concocté à l’adresse de son épouse Yvonne Printemps une immense fantaisie théâtrale comprenant rien moins que « six pièces et un opéra-bouffe », car en ces temps on n’avait pas peur de soirées longues, très longues ! Le couronnement de l’événement est l’opéra-bouffe de Beydts et Guitry, La S.A.D.M.P. qui met en scène quatre messieurs d’âges très divers qui se rencontrent sur le palier d’une dame dont ils croyaient jusque là être les seuls à bénéficier des faveurs. La dame – chantée par Yvonne Printemps – finit par se mettre aux enchères et l’arrangement final est que les messieurs se partageront la dame selon un prorata hebdomadaire, dans le cadre d’une Société anonyme… celle des messieurs prudents. Une musique truculente, tirée à quatre épingles, orchestrée à merveille, bourrée d’ensembles d’une extraordinaire tenue polyphonique, sert d’écrin au texte osé de Guitry qui, peut-être, a voulu ainsi faire comprendre à la belle Yvonne qu’il n’ignorait pas qu’elle avait déjà une affaire en cours avec Pierre Fresnay, rencontré quelques mois plus tôt, et avec qui elle finirait par s’échapper. Cela dit, l’une des petites scènes précédentes dans la soirée donnait la vedette à la jeune et pimpante Jacqueline Delubac sur qui Guitry avait déjà, disons, des vues, d’autant qu’il l’épousera peu après que Printemps l’ait quitté pour Fresnay. La musique de Beydts s’inscrit dans la très grande tradition de l’opérette à la française telle que défendue par André Messager (son maître, soit dit en passant), Reynaldo Hahn, Claude Terrasse ou encore le Honegger du Roi Pausole ; Honegger, justement, qui écrira « Je ne connais personne qui ait au même degré que Louis Beydts le respect de la facture musicale. Pour lui une œuvre d’art, qu’elle soit symphonie ou simple mélodie, est un objet rigoureusement délimité dans sa forme ... Que l’on écoute la ligne mélodique, les subtiles modulations, le raffinement sobre de l'harmonie, qui caractérisent la musique de Beydts, et l'on sentira combien il est un musicien actuel, aussi instruit que tout autre des exigences modernes, mais sachant allier une rigoureuse discipline à grâce et la science de l’esprit. » Beydts et Guitry continueront leurs aventures avec quelques autres perles comme celle-ci, tandis que le compositeur se taillera aussi une solide réputation dans le monde de la musique de cinéma, avec des chefs-d’œuvre tels que La Kermesse héroïque. L’Orchestre d’Avignon-Provence, les cinq chanteurs – Thomas Dolié, Mathias Vidal, Jérome Billy, Dominique Côté incarnant les quatre sociétaires et Isabelle Druet l’actif principal de société en question – s’en donnent manifestement à cœur joie. Pour compléter l’ouvrage, assez court – moins d’une heure –, on pourra entendre Hue! du même Beydts, qui servait de musique de scène pour l’une des pièces de la soirée du 3 novembre 1931. Louis Beydts, un compositeur français à remettre, enfin, à l’honneur. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 22 janvier 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 5 février 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Guillaume Martigné est le nouveau jeune interprète des attractives trois Suites pour violoncelle de Britten, après tant d'autres de sa génération. La grande souplesse de son jeu et la beauté sonore de l'instrument capté avec précision et profondeur constituent ses principaux atouts et lui permettent de figurer en bonne place dans une discographie pléthorique et inégale.» (Classica, septembre 2016)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Jazz - Paru le 28 février 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
13 mélodies du chef-d'œuvre de Schubert s'envolent dans l'univers onirique de Noémi Waysfeld et Guillaume de Chassy.Enregistré en septembre 2019 au Studio La Buissonne, Pernes-les-Fontaines (France)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 novembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
Fruit d’une amitié complice née d’une rencontre à l’occasion d’un concert à deux pianos réunissant les deux artistes à Buenos Aires, c’est tout naturellement que les deux concertistes ont eu l’idée et l’envie de réunir leurs deux cultures et répertoires pour célébrer Les Années Folles ! L’occasion de replonger dans la magie d’une période glorieuse, heureuse et fertile musicalement... insouciante souvent, frénétique parfois, comme en témoigne l’effusion de légèreté qu’elle offre comme un bouquet musical aux mille couleurs, sonorités et visages... Une ode à la vie pétillante et la célébration d’une période dont l’écho résonne encore à nos oreilles dans une douce nostalgie qui fait du bien ! © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 22 novembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
Le violoncelliste Patrick Langot revient au disque avec un album solo particulièrement inventif et passionnant. N’ayons pas peur de parler de « révélation » à l’écoute des Ricercari composés par Domenico Gabrielli vers 1689. Restées longtemps à l’état de manuscrit et conçues à l’époque où le violoncelle s’émancipait peu à peu de son rôle de « basso continuo », ces pièces conjuguent, quelquefois avec humour, la vocalité et la virtuosité de l’instrument, préfigurant les Suites que Bach écrira trente ans plus tard. Voulant présenter en quelque sorte l’alpha et l’omega du répertoire pour son instrument ou plutôt de ses instruments, puisque Patrick Langot en utilise habilement trois différents, il a choisi d’entrelarder les pièces de Gabrielli avec les 10 Préludes de Sofia Goubaïdoulina composés en 1974, avant de clore son enregistrement avec audace par les préludes ouvrant les six Suites de Bach. Pour faire le lien entre les deux groupes, il a demandé au compositeur Benoît Menut de lui composer un Postlude enregistré ici pour la première fois. En présentant ainsi une suite de préludes pour violoncelle solo, cet album constitue à lui seul un véritable évènement pour le répertoire du violoncelle. Groupant les pièces en un savant patchwork mêlant les styles et les époques, Patrick Langot s’octroie une grande liberté et ouvre une fenêtre sur un horizon différent, offrant une nouvelle voie à ses nombreux collègues tous atteints du « syndrome des Suites de Bach » sempiternellement offertes en bis par tous les violoncellistes du monde. Semblables à un puits d’inspiration sans fond, ces œuvres exceptionnelles sont devenues avec le temps un luxueux oreiller de paresse cachant de nombreuses pièces écrites pour le violoncelle solo du début de l’ère baroque jusqu’à nos jours. © François Hudry/Qobuz
CD11,49 €

Classique - Paru le 11 octobre 2019 | Klarthe

Livret
L’incontestable réputation de Patrick Burgan en tant que maître de l’art vocal a peut-être occulté son goût pour les chatoyantes draperies orchestrales. Les deux facettes du compositeur seraient-elles d’ailleurs distinctes ? La recherche d’atmosphères poétiques, le recours à des thématiques empruntées à la littérature, jettent des ponts entre les pans de son catalogue, comme nous le prouvent les œuvres ici réunies. Celles-ci, par leur alliance entre une volonté de ne pas casser les liens avec l’histoire des arts et le refus d’une stagnation passéiste, entre le besoin d’évocations stimulantes pour son inspiration et l’élaboration achevée des matériaux compositionnels, livrent en quelque sorte une quintessence de ce qui caractérise la démarche de Patrick Burgan, artiste amoureux du Beau et indifférent aux modes, creusant un sillon bien personnel qui ne connaît d’autres repères que les universaux de l’expression musicale, spirituelle et sensuelle.. © Klarthe