Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 avril 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« [...] Damien Ventula et Nicolas Bringuier nous proposent une quasi intégrale, puisqu’ils n’ont oublié que le seul Papillon, pièce virtuose que Fauré n’aimait guère. [...] Cette pratique de la musique collective se manifeste dans l’équilibre du duo qu’il forme avec Damien Ventula, capable de concilier l’exigence de bien timbrer le son et de l’alléger. Cette double qualité est particulièrement précieuse dans les passages les plus cantabile comme la "Sicilienne" de Pelléas et Mélisande, le (trop?) célèbre Après un rêve, l’Élégie ou, surtout, le sublime "Andante" de la Sonate n° 2, l’une des plus belles pages de Fauré. Damien Ventula sait dessiner des sons à la pointe sèche et mettre en évidence la complexité rythmique. Nicolas Bringuier, de son côté, possède un style varié volontiers chatoyant [...] Cette nouvelle version se situe donc au plus haut niveau de la discographie.» (Classica, mai 2016 / Jacques Bonnaure)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 10 mars 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 21 octobre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret
Un seul saxhorn, c’est déjà assez rare ainsi, mais quatre, c’est de l’inouï ! C’est le pari qu’ont lancé quatre jeunes instrumentistes frais émoulus du Conservatoire de Paris : constituer un quatuor de saxhorns, afin d’explorer tout nouveau répertoire – fait en grande partie de réécritures, bien évidemment. Autour de la Suite américaine pour piano de Dvořák, ils ont choisi les trois chœurs de Tchaïkovski disséminés à travers l’album, quelques-unes des danses de Casse-noisette, l’ouverture de Russlan et Ludmila de Glinka – de quoi prouver que le saxhorn est un instrument d’une extraordinaire agilité ! –, un Scherzo de Moussorgski, bref, un programme presque exclusivement est-européen qu’ils referment avec un singulier Tomasi. Pour mémoire, le saxhorn est la déclinaison signée Adolphe Sax des tubas à l’allemande, de son moins « épais », une invention des années 1845 qui fut rapidement adoptée par tout un éventail de compositeurs – Auber, Halévy, Berlioz, Verdi – puis repris par d’autres dont Debussy, Franck, Fauré, Messiaen ou Ravel. Des musiciens généralement français, confirmant ainsi le statut d’ « exception culturelle française » de l’instrument qui n’a guère dépassé les frontières de l’Hexagone. Mais notre vaillant quatuor Opus 333 démontre qu’il y a de quoi percer toutes les frontières avec ce genre d’ensemble. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 2 décembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
La naissance de cet album est due au désir de Florian Wielgosik, tuba solo de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, de mieux faire connaître le tuba. En effet, cet instrument occupe dans l’esprit de la plupart des gens, un rôle réduit soit à la fanfare, soit à des interventions limitées dans le cadre d’un orchestre symphonique. Florian Wielgosik a donc voulu donner à entendre, à travers un choix de compositeurs et d’œuvres très divers (allemands, polonais, argentins, français) quelques-unes des musiques dans lesquelles le tuba peut s’exprimer autrement qu’en tant que tuba solo, celui qui est devant, mais davantage comme participant à une musique de chambre, plus intimiste et mêlé aux autres dans un échange humble et fécond. Tout cela se trouve dans ce témoignage qu’il nous offre. © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 31 mars 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret
C’est pousser le bouchon un chouïa loin que d’appeler cette version du Chant de la Terre « Schönberg-Riehn » : en effet, si le maître dodécaphoniste avait l’intention, en vue d’exécution par sa Société des concerts privés en 1921, d’établir une version pour petit orchestre d’une quinzaine de musiciens (quintette à cordes, quintette à vents, trompette, clavier et percussion), son travail se borna à marquer quelques indications dans la partition d’orchestre de Mahler, et encore, seulement dans le premier mouvement ! L’écrasante majorité du travail est donc l’œuvre du musicologue Rainer Riehn (1941-2015 ; à ne pas confondre avec Wolfgang Rihm), certes en suivant les inflexions lancées par Schönberg… Cela dit, la partition de Mahler est conçue de telle manière – l’orchestre, énorme, est utilisé comme un immense réservoir de musiciens de chambre, qui ne jouent en grand tutti que très rarement – qu’il n’est pas très compliqué d’établir une version pour quinze musiciens qui reste extraordinairement fidèle non seulement à l’esprit, mais aussi à la sonorité d’origine. Cet enregistrement, signé de l’Orchestre Victor-Hugo de Franche-Comté, offre un nouvel éclairage, plus transparent, de l’œuvre. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
Composé de cinq musiciennes éclectiques et polyvalentes, le Quintette à vent Aquilon cultive activement au sein de sa démarche artistique des projets faisant la part belle aux grands sujets de société actuels : lutte contre le réchauffement climatique avec ce dernier album, « Saisons », ou encore place de la femme dans le monde de la musique classique avec son spectacle en herbe « Où sont les femmes? ». Eveiller les consciences et faire germer chez son public un intérêt croissant pour les instruments à vent, telles sont les ambitions du Quintette Aquilon. En 2020, le Quintette Aquilon fêtera ses vingt printemps de carrière ! © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
Pour son premier album monographique, Johan Farjot propose un programme de pièces courtes, pour un à huit instruments (New York City, pour double quatuor de saxophones). Dans ce mélange de concision et de magie, on retrouve l’essentiel de ses préoccupations de compositeur. Perpetuum mobile, ostinatos, imitations, questions et réponses serrées : la plupart des pièces révèlent ici sa prédilection pour les "systématismes". Mais s’il apprécie les symétries, il les préfère légèrement tronquées. S’il répète, c’est pour introduire des modifications, même infinitésimales. Ses horloges se détraquent, ses obsessions sont minées de l’intérieur par les décalages. S’il goûte les climats non modulants, il les pimente volontiers de rencontres de notes acides. Et plus généralement, s’il a recours à des éléments de vocabulaire stylistique déjà exploités par ses prédécesseurs, sa façon de les combiner n’est jamais conventionnelle. Compositeur pétri d’influences, il est original par sa façon de couler une sève américaine dans un creuset typiquement français. Quand il compose pour une formation, Farjot écrit toujours en connaissance de cause. Non pas contre, mais toujours pour l’instrument. D’où sa prédilection pour les cordes à vide, qui magnifient les instruments à archet et leur donnent une couleur ancestrale ; d’où, également, sa tendance à toujours rechercher le confort digital, l’idiosyncrasie organologique. Dans toutes ses pièces, la contrainte instrumentale est une source d’expressivité accrue, un stimulant à l’imagination. On dirait qu’il a fait sien ce mot que l’on attribue à l’Oulipo : « la contrainte libère ». © Karol Beffa/Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 octobre 2015 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 19 février 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 21 octobre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 18 mai 2015 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res