Catégories :

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Afrique - Paru le 30 mars 2018 | Indigo

Hi-Res
Seydou Boro est d’abord connu en tant que comédien, danseur et chorégraphe burkinabé, mais il est aussi auteur-compositeur et interprète. Sa carrière qui se déroule à cheval entre son pays et la France a renforcé son désir de faire connaître la culture de ses origines et d’œuvrer à son renouveau. Cet acte de foi anime les plages de Hôrôn, son premier album d’envergure internationale. Chantée en dioula, sa palette musicale offre des couleurs mandingues, folk et blues où les tonalités acoustiques et électriques trouvent un bel équilibre. Les orchestrations à base de guitares, basse, percussions et n’goni sont simples mais enivrantes et la voix de Seydou Boro est attachante. S’il chante des valeurs chères à ses compatriotes (le Burkina Faso est surnommé « le pays des hommes intègres »), dans Hampâté Bâ, il rend aussi hommage à l’écrivain malien qui a rendu littéraire la culture orale mandingue. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 10 novembre 2016 | Indigo

Hi-Res
« Je dédie la musique de cet album à Paco de Lucia, qui a su ouvrir le monde du flamenco au jazz et à l’improvisation et mener son art à un niveau de pureté et de puissance très rare. Durant toutes ces années, il a éclairé ma musique, moi qui viens du jazz et qui cherche ailleurs, quelque part vers “ma Méditerranée…” » Louis Winsberg ne pouvait être plus clair dans la présentation de son bien-nommé For Paco. Surtout qu’il est indéniable que la musique du guitariste de Sixun a toujours aimé se perdre dans les méandres de sources autres que le jazz. Quant au flamenco plus précisément, il est devenu l’une de ses passions depuis une vingtaine d’années. Tandis que certains complices de longue date sont venus l’épauler pour ce troisième volet d’une trilogie dans lequel sa guitare a un rôle plus central et plus acoustique, ainsi les percussionnistes Miguel Sanchez et Nantha Kumar, de nouveaux liens se sont tissés, notamment avec le cantaor El Piculabé et Jorge Pardo, membre du sextet mythique de Paco de Lucía dans les années 80 et 90, qui a accepté de jouer sur deux titres ! Plus qu’un simple hommage à un genre et à son maître, un album en forme de proposition. © CM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Afrique - Paru le 24 juin 2016 | Indigo

Hi-Res
Instituteur, devenu musicien par passion, autodidacte, puis initié aux instruments à vent par Honoré Copé, clarinettiste martiniquais, invité à Conakry pour former les musiciens débutants, puis à la théorie musicale par un professeur nord-coréen, Maître Barry , comme le surnomme les Guinéens, intègre très vite les différents éléments qui ont fait l'originalité et le succès de la musique guinéenne et devient en 1969 le chef d'orchestre du Kaloum Star, le dernier big bang soutenu par Sékou Touré. La formation se distingue par son ouverture vers le jazz, l'afro beat nigérian, le high-life ghanéen et les introduit dans le folklore mandingue modernisé. Depuis la fin des années 80 et celle des orchestres conventionnés, Mamadou Barry se produit dans les clubs de la capitale, en Afrique et en Europe avec diverses formations entouré de jeunes musiciens qu'il forme et met en valeur. Considéré comme l'héritier de Momo Wandel seul autre saxophoniste à avoir marqué le paysage musical d'Afrique de l'Ouest, il a su se forger son propre style. A l'aise et inspiré sur ses instruments, c'est un découvreur de talent et un fin connaisseur de toutes les musiques de l'Afrique sub-saharienne et du Golfe de Guinée. En 2005 il enregistre son premier album Niyo pour World Village où se retrouvent tout ce qui caractérise sa musique, le swing, le groove, l'énergie, l'élégance, l'originalité, la richesse et la diversité des compositions. Ce Tankadi est plus funky, plus jazzy plus afrobeat que le précédent. Avec des échappées latines et des titres qui revisitent les chants traditionnels des peulhs et des forestiers du nord de la Guinée. Enregistré live au Rocher de Palmer avec l'Afro Groove Gang, son groupe régulier, composé de la fine fleur des musiciens de Conakry, ce deuxième opus de Mamadou Barry sophistiqué et dansant est une vraie pépite.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Afrique - Paru le 4 mars 2016 | Indigo

Hi-Res
Co-fondateur, chef d'orchestre et soliste pendant de nombreuses années du Super Rail Band de Bamako, Djelimady Tounkara est d'abord et avant tout un fabuleux guitariste, LE guitar hero de la musique mandingue. Il s'est forgé un style inimitable dont se sont inspirées plusieurs générations de guitaristes de la région des griots. C'est la première fois que Tounkara propose un projet entièrement instrumental, avec des couleurs différentes de ses précédents albums, qui met en valeur toutes ses qualités stylistiques et ses talents de guitariste, d’improvisateur et de compositeur. Un disque enregistré à Bamako avec les jeunes musiciens qui constituent ce nouveau groupe et qui l’accompagnent en tournées, produit par Christian Mousset pour Label Bleu, A l'arrivée, Djely Blues est peut-être l’album le plus personnel, le plus original et le plus accompli de Djelimady Tounkara...
CD14,99 €

Afrique - Paru le 20 octobre 2008 | Indigo

CD9,99 €

Musiques du monde - Paru le 24 avril 2006 | Indigo

CD9,99 €

Salsa - Paru le 13 avril 2004 | Indigo

CD8,99 €

Afrique - Paru le 1 janvier 2004 | Indigo

CD7,99 €

Afrique - Paru le 14 octobre 2003 | Indigo

CD9,99 €

Afrique - Paru le 1 janvier 2003 | Indigo

CD7,99 €

Afrique - Paru le 23 septembre 2002 | Indigo

CD9,99 €

Afrique - Paru le 12 mars 2002 | Indigo

CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2002 | Indigo

CD9,99 €

Tango - Paru le 1 janvier 2002 | Indigo

CD9,99 €

Salsa - Paru le 11 septembre 2001 | Indigo

CD9,99 €

Afrique - Paru le 10 avril 2001 | Indigo

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Vaovy est un groupe malgache mené par Jean Gabin Fanovona. Composé entre autres de lignes d'harmonica, d'accordéon, jouxtés à une section rythmique traditionnelle, cet album fait aussi appel à une technique de chant guttural en forme d'halètement, très perceptible sur le morceau Berivotse. Cette technique qui s'appelle le rimotsy, est typique du sud de Madagascar et se produit par l'alternance rapide d'expirations et d'inspirations. La grande réussite de Vamba en tant qu'album est de parvenir à faire émerger de deux sources folkloriques étrangères, occidentale et malgache, une expression artistique authentique, ne faisant la part belle à aucun compromis d'ordre esthétique ou mercantile.© René Obe/Qobuz
CD7,99 €

Tango - Paru le 9 janvier 2001 | Indigo

CD9,99 €

Afrique - Paru le 1 janvier 2001 | Indigo

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Rajery, de son vrai nom, Germain Randrianarisoa, est sans doute le plus grand joueur de vahila au monde, une cithare en bambou originaire de Madagascar (mais dont on trouve les sources les plus anciennes en Asie du Sud-est). Cet exploit est d'autant plus extraordinaire, qu'il perdit très jeune les cinq doigts de sa main droite. Sa technique instrumentale est cependant d'une fluidité exemplaire, alliant une rythmique d'une grande souplesse à un jeu de picking impeccable. Également chanteur, Rajery montre ses deux facettes de son talent dans Fanamby, album sonnant comme les arcanes poétiques de la langue et de la culture malgache, dont Rajery explore avec allégresse et brio, les innombrables fastes.© René Obe/Qobuz
CD7,99 €

Maghreb - Paru le 1 janvier 2001 | Indigo

Surnommée « La rockeuse du désert », Hasna El Becharia est la seule femme à pratiquer la musique gnaoui du sud Sahara. Après s'être longtemps accompagnée à l'oud, elle doit se mettre à la guitare électrique pour se faire entendre d'un public porté jusqu'à la transe durant ses prestations.A ce stade, on peut avancer que la chanteuse est devenue une légende et un joyau de la culture gnaoua. C'est ce que met au grand jour ce premier album Djazaïr Johara, enregistré en 2001 à l'âge de 51 ans. Longtemps réticente à l'idée de plaquer ses accords en studio, Hasna El Becharia succombe finalement aux demandes pressantes et livre son répertoire à la postérité.A l'écoute de ces neuf morceaux interprétés avec une grande ferveur et servis par une production étincelante, cela valait bien la peine d'attendre pour profiter pleinement de perles comme la suite « Djazaïr Johara / Ah Oueja », le magnifique « Hakmet Lakdar » ou « Brani Britou », porté par le chant rauque de la dame. Un disque qui entre dans l'histoire de la musique gnaoua par la grande porte. © Loïc Picaud / Music-Story
CD9,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2001 | Indigo