Les albums

11,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 15 juin 2015 | INA Mémoire vive

Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles du Monde de la Musique - Timbre de platine - 10 de Classica-Répertoire - Discothèque Idéale Qobuz
Non seulement ce Voyage d'hiver est, sauf erreur, la seule version "live", par Fischer-Dieskau, dont on ait connaissance, mais il est chanté par un jeune homme de tout juste trente ans. Cette version de Prades exceptionnelle, qui révèle tout l'art du baryton, le montre déjà à son sommet technique et stylistique. Admirablement épaulé par Gerald Moore, le chanteur nous donne à entendre le Voyage d'hiver le plus émouvant de sa discographie. Voilà un enregistrement inédit absolument indispensable. En plus de la "Note de l'éditeur" figure également dans le livret un entretien de Dietrich Fischer-Dieskau paru dans le journal Le Monde en juin 2000.
11,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2015 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions Choc du Monde de la Musique - Recommandé par Classica - Timbre de platine
Lieder ou mélodies françaises de : Schubert, Weber, Schumann, Brahms, Fauré, Debussy, Berg, Jaubert, Poulenc, Satie, Ravel, Delage, Auric, Koechlin / Irène Joachim, soprano - Jane Bathori, Nadine Desouches & Maurice Delage, piano
11,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2015 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions Timbre de platine
Ses plus grands succès : Mélodies du XIXe siècle, airs d'opéra et l'"Air des clochettes" tiré de "Lakmé" de Delibes / Mado Robin, soprano
11,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2015 | INA Mémoire vive

Distinctions Choc du Monde de la Musique - 4F de Télérama - Timbre de platine
Œuvres de Bizet, Gounod, Berlioz, Chausson, Pierné, Castillon, Bordes, Duparc, Fauré, Debussy & Poulenc / Suzanne Danco, soprano - Roger Boutry, piano
11,99 €

Musique vocale profane - Paru le 27 mai 2005 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - Timbre de platine - Discothèque Idéale Qobuz
Tout l'esprit de Darius Milhaud est présent sur cet album où ne figure pourtant aucune œuvre de lui. Debussy et Ravel étaient les musiques de son enfance et Erik Satie l'ami et le mentor de sa jeunesse. C'est au pupitre que l'on découvre ici Darius Milhaud, lors d'un concert enregistré à Rome, en 1954, dans le cadre du Festival du XXe siècle. Il dirige Socrate de Satie avec l'objectivité voulue par le compositeur, en compagnie d'une Suzanne Danco impeccable et volontairement neutre, suivant ainsi exactement les prescriptions du Maître d'Arcueil qui voulait que l'on chante Socrate avec la même absence d'expression qu'en lisant le Code Civil. FH