Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES9,99 €
CD6,99 €

Jazz - Paru le 24 septembre 2021 | ECM

Hi-Res Livret
When We Leave is trumpeter/composer Mathias Eick's fifth leader outing for ECM and his first since 2018's acclaimed Ravensburg. Recorded over two days in November 2020, his sidemen include violinist Håkon Aase, pianist Andreas Ulvo, bassist Auden Erlien, drummers Thorstein Lofthus and Helge Norbakken, and pedal steel guitarist Stian Carstensen. All but the steel player -- who has also worked with Eick before -- appeared on Ravensburg. The trumpeter composed all seven pieces here; they are each identified by a single-word title. Fans of Jaga Jazzist, Eick's other band, will need to adjust their expectations. These compositions reflect the trumpeter's long-held preoccupation with the murky spaces between folk music and modern European jazz. Opener "Loving" offers a drifting, moody piano playing elegiac chords that introduce a lithe lyric line played by trumpet and violin. The two lead instruments circle one another and gradually, as the drummers begin to exchange phrases and time signatures as accents for the frontline players, engage major and minor modes before Aase delivers a sumptuous solo complemented by fills from Ulvo. "Turning" is introduced by plucked violin and bass before piano, violin, and trumpet cascade in a languid, vamp-like melody. Eick's lyricism offers staggered cadences for doubled brass and string harmonies. They add levels of depth and dimension that resist easy classification. The trumpeter's solo, while brief, elevates the tune's entire dramatic premise. While "Flying" appears improvised initially, it opens to express a sparse, even skeletal piano melody that Carstensen and Eick hover over and dole out in single lines for the other players to improvise on. "Arvo," obviously inspired by Estonian composer Arvo Pärt, commences with a wispy Gregorian chant feel as Eick's trumpet, wordless vocals, and Aase's spectral violin exchange phrases, lines, and a mode. The drummers then enter one at a time, followed by Erlien and finally Carstensen, who adds sweeping chord voicings and canny pedal work to elevate the entire proceeding texturally and dynamically. It actually approaches the orchestral until the drummer's snares engage in staggered, nearly martial breakbeat rhythms. "Playing" follows logically. Carstensen controls the tune's body as the two drummers speak in a somewhat urgent processional language. Eick and Aase converse along the economically notated lyric line. Closer "Begging" sounds like a benediction or an exit hymn. It's slow, atmospheric, and at once pastoral and regal. The delicacy in Eick's aching melody expressionistically weds the sacred and the natural worlds while the pianist walks out the changes as an affirmation, and both drummers employ brushes in painting the backdrop with whispering cymbals and snares. Carstensen and Aase speak directly to Eick's lyric solo, embellishing it with textured phrases and elongated octave notes. Eick's composing on When We Leave is muted yet rich, lovely, and sophisticated. He understands exactly how to write to this particular ensemble's strengths, and draws them out individually to express, along with him, longing and vulnerability. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
CD6,99 €

Jazz - Paru le 24 septembre 2021 | ECM

Livret
When We Leave is trumpeter/composer Mathias Eick's fifth leader outing for ECM and his first since 2018's acclaimed Ravensburg. Recorded over two days in November 2020, his sidemen include violinist Håkon Aase, pianist Andreas Ulvo, bassist Auden Erlien, drummers Thorstein Lofthus and Helge Norbakken, and pedal steel guitarist Stian Carstensen. All but the steel player -- who has also worked with Eick before -- appeared on Ravensburg. The trumpeter composed all seven pieces here; they are each identified by a single-word title. Fans of Jaga Jazzist, Eick's other band, will need to adjust their expectations. These compositions reflect the trumpeter's long-held preoccupation with the murky spaces between folk music and modern European jazz. Opener "Loving" offers a drifting, moody piano playing elegiac chords that introduce a lithe lyric line played by trumpet and violin. The two lead instruments circle one another and gradually, as the drummers begin to exchange phrases and time signatures as accents for the frontline players, engage major and minor modes before Aase delivers a sumptuous solo complemented by fills from Ulvo. "Turning" is introduced by plucked violin and bass before piano, violin, and trumpet cascade in a languid, vamp-like melody. Eick's lyricism offers staggered cadences for doubled brass and string harmonies. They add levels of depth and dimension that resist easy classification. The trumpeter's solo, while brief, elevates the tune's entire dramatic premise. While "Flying" appears improvised initially, it opens to express a sparse, even skeletal piano melody that Carstensen and Eick hover over and dole out in single lines for the other players to improvise on. "Arvo," obviously inspired by Estonian composer Arvo Pärt, commences with a wispy Gregorian chant feel as Eick's trumpet, wordless vocals, and Aase's spectral violin exchange phrases, lines, and a mode. The drummers then enter one at a time, followed by Erlien and finally Carstensen, who adds sweeping chord voicings and canny pedal work to elevate the entire proceeding texturally and dynamically. It actually approaches the orchestral until the drummer's snares engage in staggered, nearly martial breakbeat rhythms. "Playing" follows logically. Carstensen controls the tune's body as the two drummers speak in a somewhat urgent processional language. Eick and Aase converse along the economically notated lyric line. Closer "Begging" sounds like a benediction or an exit hymn. It's slow, atmospheric, and at once pastoral and regal. The delicacy in Eick's aching melody expressionistically weds the sacred and the natural worlds while the pianist walks out the changes as an affirmation, and both drummers employ brushes in painting the backdrop with whispering cymbals and snares. Carstensen and Aase speak directly to Eick's lyric solo, embellishing it with textured phrases and elongated octave notes. Eick's composing on When We Leave is muted yet rich, lovely, and sophisticated. He understands exactly how to write to this particular ensemble's strengths, and draws them out individually to express, along with him, longing and vulnerability. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 10 septembre 2021 | ECM

Hi-Res Livret
A partir de :
CD10,99 €

Jazz - Paru le 10 septembre 2021 | ECM

Livret
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2021 | ECM

Hi-Res Livret
Avant d’imposer son identité, Marc Johnson fut pendant pas mal d’années « le dernier contrebassiste de Bill Evans », glorieux fait d’arme qui a rapidement boosté son aura et lui a permis de lancer quelques années après la mort du pianiste l’excellent groupe Bass Desires avec John Scofield, Bill Frisell et Peter Erskine. La suite mêlera collaborations goûtues avec des gens aussi éclectiques que Mel Lewis, Jim Hall, Stan Getz, John Abercrombie, Michael Brecker, Jack DeJohnette, Joe Lovano, Pat Metheny, Enrico Pieranunzi et, sa femme, Eliane Elias… À 67 ans, Marc Johnson signe Overpass, enregistré en janvier et février 2018 au studio Nacema de São Paulo et co-produit avec Eliane Elias. Un album entièrement solo pour le compte d’ECM, label friand des disques en solitaire de ses contrebassistes. Le genre d’entreprise qui pousse à l’introspection plus qu’à l’accoutumée ; à jeter un coup d’œil dans le rétro aussi. Rien d’étonnant donc de croiser notamment dans le répertoire d’Overpass le standard Nardis de Miles Davis, pierre angulaire du répertoire de Bill Evans, tout comme Love Theme from Spartacus d’Alex North, autre composition fétiche du pianiste. Marc Johnson signe tout de même cinq compositions originales dont Samurai Fly, sorte de lifting de son Samurai Hee-Haw enregistré autrefois pour ECM avec Bass Desires et avec le trio de John Abercrombie. Tout s’enchaîne ici avec une souplesse impressionnante. La rondeur du son de Johnson tout comme la finesse de sa pulsation empêchent l’indigestion de quatre cordes. Ce type d’exercice solo est en effet périlleux sur tout un album mais le contrebassiste américain garde sans cesse en ligne de mire un sérieux sens de la narration, développant sans cesse de nouvelles idées dans ses improvisations de haute volée. Impressionnant. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2021 | ECM

Hi-Res Livret
À 81 ans, Andrew Cyrille reste le militant fidèle d’un free-jazz rarement coupé à l’eau de source mais toujours ouvert à la méditation. Free pour liberté et rien d’autre ! Avec The News, le batteur new-yorkais, qui a accompagné les plus grands activistes de la marge parmi lesquels Cecil Taylor, Anthony Braxton, Marion Brown, Walt Dickerson, Charlie Haden, Carla Bley, Oliver Lake et Horace Tapscott, est retourné en studio avec quasiment le même quartet que pour sa Declaration of Musical Independence de 2016. En plus du guitariste Bill Frisell et du bassiste Ben Street, Cyrille a convié le pianiste David Virelles pour un trip (parfois) apaisé porté par son jeu tout en retenue. Frisell, auteur de trois des huit thèmes du disque, plaque souvent son charisme esthétique sur l’ensemble, sans pour autant anesthésier ses complices.Comme souvent, le batteur dirige son groupe en douceur, laissant ses complices totalement libres. Et lorsque le vent se lève, comme sur le génial thème qui donne son titre à l’album, aucune note superflue ne pointe le bout de son nez, tout est juste, précis. Pour cette composition de la fin des 70's qu’il avait enregistrée sur son album The Loop pour le label Ictus, Andrew Cyrille joue sur du papier journal placé sur chaque élément de sa batterie. Sa sonorité intrigante stimule ses amis qui abordent eux aussi leur instrument respectif avec singularité. Ce sont toutes ces petites choses qui rendent ce disque grand. Grand comme son auteur prouvant une fois de plus l’ampleur de sa palette. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD11,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2021 | ECM

Livret
À 81 ans, Andrew Cyrille reste le militant fidèle d’un free-jazz rarement coupé à l’eau de source mais toujours ouvert à la méditation. Free pour liberté et rien d’autre ! Avec The News, le batteur new-yorkais qui a accompagné les plus grands activistes de la marge parmi lesquels Cecil Taylor, Anthony Braxton, Marion Brown, Walt Dickerson, Charlie Haden, Carla Bley, Oliver Lake et Horace Tapscott est retourné en studio avec quasiment le même quartet que pour son The Declaration of Musical Independence de 2016. En plus du guitariste Bill Frisell et du bassiste Ben Street, Cyrille a convié le pianiste David Virelles pour un trip (parfois) apaisé porté par son jeu tout en retenue. Frisell, auteur de trois des huit thèmes du disque, plaque souvent son charisme esthétique sur l’ensemble, sans pour autant anesthésier ses complices.Comme souvent, le batteur dirige son groupe en douceur, laissant ses complices totalement libres. Et lorsque le vent se lève, comme sur le génial thème qui donne son titre à l’album, aucune note superflue ne pointe le bout de son nez, tout est juste, précis. Pour cette composition de la fin des seventies qu’il avait enregistrée sur son album The Loop pour le label Ictus, Andrew Cyrille joue sur du papier journal placé sur chaque élément de sa batterie. Sa sonorité intrigante stimule ses amis qui abordent eux aussi leur instrument respectif avec singularité. Ce sont toutes ces petites choses qui rendent ce disque grand. Grand comme son auteur prouvant une fois de plus l’ampleur de sa palette. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD11,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2021 | ECM

Livret
Avant d’imposer son identité, Marc Johnson fut pendant pas mal d’années « le dernier contrebassiste de Bill Evans », glorieux fait d’arme qui a rapidement boosté son aura et lui a permis de lancer quelques années après la mort du pianiste l’excellent groupe Bass Desires avec John Scofield, Bill Frisell et Peter Erskine. La suite mêlera collaborations goûtues avec des gens aussi éclectiques que Mel Lewis, Jim Hall, Stan Getz, John Abercrombie, Michael Brecker, Jack DeJohnette, Joe Lovano, Pat Metheny, Enrico Pieranunzi et, sa femme, Eliane Elias… À 67 ans, Marc Johnson signe Overpass, enregistré en janvier et février 2018 au studio Nacema de São Paulo et co-produit avec Eliane Elias. Un album entièrement solo pour le compte d’ECM, label friand des disques en solitaire de ses contrebassistes. Le genre d’entreprise qui pousse à l’introspection plus qu’à l’accoutumée ; à jeter un coup d’œil dans le rétro aussi. Rien d’étonnant donc de croiser notamment dans le répertoire d’Overpass le standard Nardis de Miles Davis, pierre angulaire du répertoire de Bill Evans, tout comme Love Theme from Spartacus d’Alex North, autre composition fétiche du pianiste. Marc Johnson signe tout de même cinq compositions originales dont Samurai Fly, sorte de lifting de son Samurai Hee-Haw enregistré autrefois pour ECM avec Bass Desires et avec le trio de John Abercrombie. Tout s’enchaîne ici avec une souplesse impressionnante. La rondeur du son de Johnson tout comme la finesse de sa pulsation empêchent l’indigestion de quatre cordes. Ce type d’exercice solo est en effet périlleux sur tout un album mais le contrebassiste américain garde sans cesse en ligne de mire un sérieux sens de la narration, développant sans cesse de nouvelles idées dans ses improvisations de haute volée. Impressionnant. © Marc Zisman/Qobuz

Le label

ECM dans le magazine
  • Nik Bärtsch joue au solitaire
    Nik Bärtsch joue au solitaire Avec "Entendre", le pianiste suisse signe un album solo d'une grande force narrative, avec séquences lyriques, épurées ou minimalistes. Magnifique.
  • Se souvenir d'Abercrombie
    Se souvenir d'Abercrombie Indissociable du label ECM, le guitariste de jazz John Abercrombie disparaissait il y a tout juste trois ans...
  • Keith Jarrett, 8 mai 1945...
    Keith Jarrett, 8 mai 1945... Il y a 75 ans, le grand pianiste de jazz (mais pas que) voyait le jour à Allentown en Pennsylvanie. Son producteur Manfred Eicher, fondateur du label ECM, célèbre l'événement avec un album exclusif...
  • Avishai Cohen, l'échappée massive
    Avishai Cohen, l'échappée massive Avec son groupe Big Vicious, le trompettiste israélien intègre dans son jazz de l'électro et de l'atmosphérique et reprend même "Teardrop" de Massive Attack !
  • Julia Hülsmann, un piano essentiel
    Julia Hülsmann, un piano essentiel Avec son nouvel album "Not Far From Here" qui sort chez ECM, la pianiste de jazz allemande impose un peu plus son jeu introspectif boosté par la présence du saxophoniste berlinois Uli Kempendorff...
  • ECM a 50 ans !
    ECM a 50 ans ! Le label munichois de Manfred Eicher fête un demi-siècle d'un jazz à part embarquant la tradition afro-américaine en Europe comme aux quatre coins du monde...
  • Avishai Cohen | One Cover One Word
    Avishai Cohen | One Cover One Word Rencontre avec le trompettiste israélien pour la sortie de "Playing the Room", son album en duo avec le pianiste Yonathan Avishai. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Bill Frisell et Thomas Morgan dans les cordes
    Bill Frisell et Thomas Morgan dans les cordes Le guitariste et le contrebassiste américains signent un 2e album en duo magnifique sur le label ECM...
  • Nik Bärtsch se déplace en bande
    Nik Bärtsch se déplace en bande A la tête de son groupe Ronin, le pianiste suisse est un maître de l'hypnose...
  • Partir avec Elina Duni
    Partir avec Elina Duni Pour ECM, la chanteuse de Tirana signe un album bouleversant...