Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES19,99 €
CD14,49 €

Jazz - Paru le 4 mai 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La colonne vertébrale, pour ne pas dire le cœur de Awase, n’est, une fois de plus, pas le piano de Nik Bärtsch. Car lorsque le Zurichois met en branle son groupe Ronin comme ici, il construit sa musique comme ses improvisations autour de la batterie XXL de Kaspar Rast. Comme souvent avec ce gang d’autoproclamé zen funk, le pouvoir hypnotique de la répétition des motifs rythmiques donne une unité parfaite à ce jazz atypique qui ne ressemble à aucun autre. Le terme Awase vient des arts martiaux et signifie « se déplacer ensemble » au sens de fusionner les énergies. Une métaphore qui colle à la précision dynamique, à la mosaïque de grooves et au minimalisme ballétique du groupe de Bärtsch. Six années se sont écoulées depuis la parution du dernier album en date de Ronin, un live enregistré en Europe et au Japon entre 2009 et 2011. Entre-temps, le quintet est devenu quartet et a accueilli un nouveau bassiste, Thomy Jordi. Bref, le Ronin de 2018 n’est plus vraiment le même… Une mutation qui accouche d’une nouvelle forme de liberté et de flexibilité dans l’approche des compositions. L’interaction et l’énergie sont comme décuplées ! Et difficile de résister une fois de plus au pouvoir hypnotique des motifs qui s’enchaînent avec une grande fluidité durant les 65 minutes de cet Awase. © Max Dembo/Qobuz
A partir de :
HI-RES26,99 €
CD18,99 €

Jazz - Paru le 28 novembre 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Cinq années séparent l’enregistrement de The Astounding Eyes Of Rita de ce Souvenance. Cinq années chamboulées par un événement majeur dans la vie d’Anouar Brahem et de sa Tunisie natale : la révolution de jasmin. S’il n’est pas directement la lecture par le maître du oud de ces événements, ce nouvel album en dégage les effluves, en hume l’essence… Un moyen sans doute pour Anouar Brahem de s’interroger sur le rôle du réel dans sa musique. De par sa longueur (un double album) et son instrumentarium atypique (un grand orchestre est de la partie et le oud est souvent en retrait comme rarement chez Brahem), Souvenance est un disque à part. Une ample et vaste tenture comme en apesanteur. Le musicien tunisien se fait ici metteur en son, compositeur d’une vraie-fausse musique de film dans laquelle on s’abandonne avec bonheur. Et comme à l’accoutumée avec Anouar Brahem, impossible d’étiqueter ce sublime ovni. Sublime, oui. © MD/Qobuz
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 5 septembre 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Sélection JAZZ NEWS
Le saxophoniste Mark Turner marque ici ses débuts comme leader sur le label ECM dont il est, par ailleurs, un habitué au titre de sideman (on l’a croisé récemment dans le quartet de Billy Hart, sur le dernier disque de Stefano Bollani
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 6 septembre 2013 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Ces trois là se sont trouvés. Quelques soient les formules empruntées par la belle Carla pour dire sa musique, elle fait appel systématiquement aux deux autres : Steve Swallow à la basse (son compagnon dans la vie) et Andy Sheppard au saxophone (un voisin et magnifique musicien). Les voici pour ce que l'on pourrait qualifier d'une introspection musicale, mais à trois. Classe !
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 7 février 2012 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio - Stereophile: Recording of the Month
Deux ans après Restored, Returned, Tord Gustavsen nous propose The Well. Si toutes les compositions, totalement inédites, sont l’œuvre de Gustavsen, ce disque met particulièrement en valeur la cohésion d’un quartet qui désormais fait corps, mais aussi la forte personnalité du saxophoniste Tore Brunborg dont le style conjugue une grande inventivité mélodique, une certaine mélancolie nordique et une sonorité résolument "bluesy". Toujours aussi délicat mais très soutenu par les rythmes raffinés de la batterie de Jarle Vespestad et la contrebasse de Mats Eilertsen, le piano de Gustavsen, subtilement teinté de gospel, distille son charme coutumier, au caractère à la fois tranquille, tendre et chaleureux. © JMP/Qobuz
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 30 août 2010 | ECM

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 26 janvier 2009 | ECM

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré aux Avatar Studios, New York en février 2008 / Enrico Rava, trompette - Stefano Bollani, piano - Mark Turner, saxophone ténor - Larry Grenadier, contrebasse - Paul Motian, batterie
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 26 janvier 2009 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré aux Avatar Studios, New York en février 2008 / Enrico Rava, trompette - Stefano Bollani, piano - Mark Turner, saxophone ténor - Larry Grenadier, contrebasse - Paul Motian, batterie
A partir de :
CD11,99 €

Jazz - Paru le 25 août 2006 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
A partir de :
CD13,49 €

Jazz - Paru le 13 mai 2003 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
« Ce trio illustre la définition même de l'art : il ne reflète pas les conditions conjoncturelles qui le voient naître, il les transcende et enferme une part d'éternité. Voilà plus de vingt ans que ce trio règne en maître sur la scène musicale du jazz. Enregistré lors du Festival d'Antibes Juan-les-Pins, ce CD est miraculeux. [...] Il a fallu que Gary Peacock, 67 ans, se sorte d'un traitement anticancéreux et d'une grave opération ; que Jack DeJohnette, 59 ans, se remette d'une blessure provoquée par la chute d'un panneau : que Keith Jarrett, 57 ans, relève d'une encéphalomyélite myalgique. Jusqu'au dernier moment, la pluie a découragé les trois musiciens de monter sur scène. [...] Ni la maladie et la souffrance, ni les conditions météorologiques ne se font entendre. Tout est intense, hardi, tantôt tellurique, tantôt serein, toujours impeccablement maîtrisé. [...] Comme le disait Jarrett : « Quand nous fûmes sur scène immergés dans la musique, rien d'autre ne compta. Nous étions à la maison. [...] » (Classica, juin 2019 / Jean-Pierre Jackson)
A partir de :
CD18,99 €

Jazz - Paru le 9 octobre 2000 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Jazz - Paru le 28 août 2000 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En signant chez ECM en 1989, Charles Lloyd n’imagine sans doute pas qu’il va vivre l’une des plus belles résurrections qu’un jazzman de sa génération ait connue. Adoubé par ses pairs comme par le public jusqu’à la fin des années 60, le saxophoniste de Memphis a alors 51 ans. Durant les années 70, son instrument n’a résonné qu’occasionnellement et ce n’est qu’au début de la décennie suivante qu’il remonte un nouveau groupe, avec le pianiste Michel Petrucciani notamment. De 1989 à 2013, Lloyd gravera seize albums pour ECM. Des disques savamment réfléchis et toujours empreints du lyrisme aérien qui lui est propre. Il développe son chant rêveur et attachant qui, s’il s’inscrit dans ses travaux d’antan, a su conserver une fraîcheur toujours aussi vive. Publié en août 2000, The Water is Wide est l’un des sommets de cette longue parenthèse enchantée en partie grâce à son casting cinq étoiles. Le guitariste John Abercrombie, le pianiste Brad Mehldau, le contrebassiste Larry Grenadier et son vieux complice Billy Higgins à la batterie apportent à Charles Lloyd une matière riche sur laquelle il peut apposer la spiritualité et la générosité de ses phrases. Avec l’aide d’un répertoire de tempos lents mêlant standards, traditionals (Georgia, The Water Is Wide, Black Butterfly, Lotus Blossom, Heaven, There Is a Balm in Gilead) et compositions personnelles, il accentue la profondeur bouleversante de son jeu. Quant à l’alchimie entre les cinq hommes, elle est en permanence palpable et amplifie la chaleur d’un disque qu’on réécoute sans jamais se lasser. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD8,49 €

Jazz - Paru le 4 octobre 1999 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
A partir de :
CD13,49 €

Jazz - Paru le 18 mai 1998 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD9,49 €

Jazz - Paru le 1 octobre 1997 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Trompettiste, compositeur et producteur norvégien, Nils Petter Molvær est considéré comme un pionnier du "nu jazz" et en particulier de la fusion entre jazz et musique électronique, avec ce premier album sous son nom, Khmer, sorti en 1997 sur ECM. Ce superbe disque est un assemblage de jazz, de rock et de musique électronique qui tranchait avec le jazz feutré associé à l'image du label de Manfred Eicher. Molvaer utilise une sourdine Harmon, ce qui rappelle le son de Miles Davis mais sans en être une copie conforme. Il en est plutôt le prolongateur. Compte tenu du côté innovant de cet opus de fusion, et pour la première fois de son histoire, ECM réalisera un single issu de cet album : Song of Sand, comportant trois remixes. Ce qui n'empêchera pas Nils Petter Molvær de quitter de label munichois, un disque plus tard... © JMP/Qobuz
A partir de :
CD18,99 €

Jazz - Paru le 1 mars 1992 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD11,99 €

Jazz - Paru le 1 septembre 1990 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cet album est l’œuvre d’un homme, un seul : John Surman. Saxophone soprano ou baryton, clarinette basse, claviers, synthés et percussions, le Britannique pilote ici l’intégralité des instruments qu’il superpose en couches savamment dosées. Le résultat, magnifique, alterne entre voyage introspectif et amples paysages sonores. Lorsqu’il publie ce disque, Surman, qui a déjà 46 ans, est une figure majeure du jazz européen et un locataire de premier choix d’ECM pour lequel il a signé plusieurs disques. Mais cette fois, ce périple solitaire capté en avril 1990 au Rainbow Studio d’Oslo donne à son univers sonore une densité inédite. Une force intérieure et harmonique qui en fait l’un de ses plus beaux enregistrements. Les paysages et l’histoire des Cornouailles qui le fascinent depuis l’enfance l’ont inspiré pour cette Road to Saint Ives, même si le saxophoniste insiste dans les notes de pochette qu’il est originaire d’une ville plus à l’Est et n’est pas un vrai Cornouaillais. « Les morceaux ne sont pas destinés à être des portraits musicaux de lieux ou d’événements particuliers, les titres étant simplement une collection de certains noms de lieux fascinants trouvés sur et autour de la route menant à Saint Ives. » Ce chemin que souffle John Surman est surtout fascinant pour son éclectisme. On alterne entre passages mystiques des temps anciens ancrés dans une certaine tradition folklorique et séquences aux sonorités quasi futuristes. Reste à emprunter à l’infini cette route qui ne ressemble à aucune autre… © Marc Zisman/QObuz
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Oeuvre substantielle dans le répertoire d'Arvo Pärt, Tabula Rasa est une pièce d'environ vingt-cinq minutes composée pour deux violons, piano préparé et orchestre à cordes. Créée en 1977 à Tallinn quelques mois après sa composition, Tabula Rasa fut suggérée au compositeur estonien par le violoniste Gidon Kremer, à qui elle est dédiée et qui en aura la primeur de l'interpréter en compagnie du second violon Tatiana Grindenko.Divisée en trois parties indépendantes, l'oeuvre commence par le mouvement Ludus dont le thème principal répété à l'envi s'enroule sur lui-même par vagues successives et emporte à chaque variation de nouvelles sonorités qui le rendent plus complexe. Le compositeur se rappelant les premières réactions face à la partition évoque les cris d'étonnement des musiciens se demandant « où est la musique ? » avant de la jouer de calme et belle façon. Le deuxième mouvement Silentium consiste en une introduction menaçante des violons suivie d'une montée à l'atmosphère chargée appuyée par une note de piano à chaque relance. Ce passage d'une grande beauté formelle prépare un troisième mouvement anxiogène marqué par les contrastes entre les interventions de l'orchestre et les phases de silence. L'oeuvre d'une grande intensité a atteint sa plénitude et laisse l'auditeur perplexe et pantois avant de céder au charme discret de la composition. Associée avec d'autres pièces du compositeur, de différente ou de même époque comme Fratres ou le fameux Spiegel im Spiegel, Tabula Rasa a connu plusieurs interprétations depuis l'édition phare conduite par Saulius Sondeckis et publiée par ECM en 1984. Il faut citer celle de Victor Kuleshov et le Congress Orchestra dirigé par Paolo Gatto et, plus intéressante, une troisième dirigée par Neeme Järvi avec le violoniste Gil Shaham en 1997. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Oeuvre substantielle dans le répertoire d'Arvo Pärt, Tabula Rasa est une pièce d'environ vingt-cinq minutes composée pour deux violons, piano préparé et orchestre à cordes. Créée en 1977 à Tallinn quelques mois après sa composition, Tabula Rasa fut suggérée au compositeur estonien par le violoniste Gidon Kremer, à qui elle est dédiée et qui en aura la primeur de l'interpréter en compagnie du second violon Tatiana Grindenko.Divisée en trois parties indépendantes, l'oeuvre commence par le mouvement Ludus dont le thème principal répété à l'envi s'enroule sur lui-même par vagues successives et emporte à chaque variation de nouvelles sonorités qui le rendent plus complexe. Le compositeur se rappelant les premières réactions face à la partition évoque les cris d'étonnement des musiciens se demandant « où est la musique ? » avant de la jouer de calme et belle façon. Le deuxième mouvement Silentium consiste en une introduction menaçante des violons suivie d'une montée à l'atmosphère chargée appuyée par une note de piano à chaque relance. Ce passage d'une grande beauté formelle prépare un troisième mouvement anxiogène marqué par les contrastes entre les interventions de l'orchestre et les phases de silence. L'oeuvre d'une grande intensité a atteint sa plénitude et laisse l'auditeur perplexe et pantois avant de céder au charme discret de la composition. Associée avec d'autres pièces du compositeur, de différente ou de même époque comme Fratres ou le fameux Spiegel im Spiegel, Tabula Rasa a connu plusieurs interprétations depuis l'édition phare conduite par Saulius Sondeckis et publiée par ECM en 1984. Il faut citer celle de Victor Kuleshov et le Congress Orchestra dirigé par Paolo Gatto et, plus intéressante, une troisième dirigée par Neeme Järvi avec le violoniste Gil Shaham en 1997. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
CD8,49 €

Jazz - Paru le 1 février 1981 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz

Le label

ECM dans le magazine
  • Nik Bärtsch joue au solitaire
    Nik Bärtsch joue au solitaire Avec "Entendre", le pianiste suisse signe un album solo d'une grande force narrative, avec séquences lyriques, épurées ou minimalistes. Magnifique.
  • Se souvenir d'Abercrombie
    Se souvenir d'Abercrombie Indissociable du label ECM, le guitariste de jazz John Abercrombie disparaissait il y a tout juste trois ans...
  • Keith Jarrett, 8 mai 1945...
    Keith Jarrett, 8 mai 1945... Il y a 75 ans, le grand pianiste de jazz (mais pas que) voyait le jour à Allentown en Pennsylvanie. Son producteur Manfred Eicher, fondateur du label ECM, célèbre l'événement avec un album exclusif...
  • Avishai Cohen, l'échappée massive
    Avishai Cohen, l'échappée massive Avec son groupe Big Vicious, le trompettiste israélien intègre dans son jazz de l'électro et de l'atmosphérique et reprend même "Teardrop" de Massive Attack !
  • Julia Hülsmann, un piano essentiel
    Julia Hülsmann, un piano essentiel Avec son nouvel album "Not Far From Here" qui sort chez ECM, la pianiste de jazz allemande impose un peu plus son jeu introspectif boosté par la présence du saxophoniste berlinois Uli Kempendorff...
  • ECM a 50 ans !
    ECM a 50 ans ! Le label munichois de Manfred Eicher fête un demi-siècle d'un jazz à part embarquant la tradition afro-américaine en Europe comme aux quatre coins du monde...
  • Avishai Cohen | One Cover One Word
    Avishai Cohen | One Cover One Word Rencontre avec le trompettiste israélien pour la sortie de "Playing the Room", son album en duo avec le pianiste Yonathan Avishai. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Bill Frisell et Thomas Morgan dans les cordes
    Bill Frisell et Thomas Morgan dans les cordes Le guitariste et le contrebassiste américains signent un 2e album en duo magnifique sur le label ECM...
  • Nik Bärtsch se déplace en bande
    Nik Bärtsch se déplace en bande A la tête de son groupe Ronin, le pianiste suisse est un maître de l'hypnose...
  • Partir avec Elina Duni
    Partir avec Elina Duni Pour ECM, la chanteuse de Tirana signe un album bouleversant...