Catégories :

Les albums

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2012 | Claves Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Marcello Viotti aurait eu 60 ans en cet été 2014. Mais son destin a soudainement basculé le 16 février 2005, alors qu'il dirigeait une répétition de Manon de Jules Massenet, à l'Opéra de Munich. Une attaque cérébrale eut raison de lui, alors qu'il était l'heureux directeur musical de la Fenice de Venise avec de nombreux projets dans sa tête. Si l'opéra était sa vocation (Viotti était italien d'origine et descendant du célèbre violoniste-compositeur), il était avant tout un passionné de musique française et, spécialement de la musique de Francis Poulenc qu'il vénérait particulièrement. Parmi ses partitions préférées il y avait, bien sûr, Dialogues des Carmélites, mais encore Les Animaux modèles et Les Biches, deux ballets qu'il dirige ici avec fougue et enthousiasme, réussissant à faire passer l'esprit de Paris sur les musiciens de Baden-Baden habitués à une toute autre musique. Un régal ! FH
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1999 | Claves Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Claves Records

Distinctions 5 de Diapason - Discothèque Idéale Qobuz
Le Mozart espagnol. Si la formule est jolie, elle ne reflète toutefois pas la réalité, même si la précocité du jeune musicien, mort à Paris avant sa vingtième année, est plus que remarquable. Il laisse trois quatuors qui sont des petits chefs-d'œuvre de perfection de forme, de style et d'expression. Le Quatuor Sine Nomine en livre ici une version absolument aboutie grâce à la juvénilité de leur jeu plein d'optimisme et de franche virtuosité. Une musique qui nous fait du bien par son chant éperdu et son style conquérant. FH
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 1 janvier 1986 | Claves Records

Distinctions Grand Prix de l'Académie Charles Cros - Discothèque Idéale Qobuz
Frank Martin a commencé à parler sa propre langue, vers 1938, en écrivant Le Vin herbé, élaboré d'après le Tristan et Yseut de Joseph Bédier. Il avait près de 40 ans. Lorsque, en 1965, Paul Badura-Skoda lui commande un Concerto pour piano, le compositeur semble avoir oublié qu'il en avait déjà écrit un plus, de 30 ans auparavant pour le pianiste Walter Gieseking. Ce dernier ne l'avait joué qu'une seule fois sans y mettre beaucoup d'enthousiasme. Le présent CD, enregistré en 1985 par le pianiste Jean-François Antonioli et le regretté Marcello Viotti au pupitre, a reçu le Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1986. Réunissant pour la première fois les 2 Concertos et la Ballade il révèle trois oeuvres trop négligées par les pianistes. La lente déploration qui ouvre le premier Concerto mêle un lyrisme d'une grande sensualité (solo de flûte) à une écriture sérielle du piano très habilement construite. Cette tentation d'un "dodécaphonisme d'attraction tonale" a ensuite été abandonnée par le compositeur suisse au profit d'un langage d'une grande vitalité rythmique et d'une jeunesse étonnante qui rayonne dans le 2e Concerto, écrit à plus de 80 ans. La Ballade fait le lien entre ces deux périodes avec son écriture tantôt libre, tantôt narrative. Un enregistrement vraiment très réussi qui conjugue l'alpha et l'oméga d'un compositeur majeur pourtant bien oublié de nos jours. FH

Le label

Claves Records dans le magazine
  • Harp attacks !
    Harp attacks ! 170 ans de harpe concertante superbement servies par la jeune Anaïs Gaudemard...