Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES12,00 €23,99 €(50%)
CD8,00 €15,99 €(50%)

Opéra - Paru le 19 mai 2015 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
En voilà un beau tonneau ! Les Danaïdes de Salieri, goulûment ouvert pour nous par Christophe Rousset et ses Talens lyriques, fut en effet l’objet d’un imbroglio sans fond lors de sa création en 1784. Car l’œuvre, initialement commandée pour l’Académie royale à Gluck qui transmit le bébé à son élève Salieri après le cuisant échec de son dernier opéra à Paris L’Echo et Narcisse, fut quand même présentée sous le nom de Gluck « avec la collaboration de Salieri » mais bientôt Gluck admit publiquement que la partition n’était pas de lui. De son côté, Salieri rendit hommage à son maître et mentor en déclarant qu’il s’était placé sous la puissance tutélaire de Gluck… toujours est-il que c’est bien du Salieri pur jus. Aux détracteurs de ce malheureux compositeur injustement vilipendé par une pièce de théâtre puis par un film qui en fut tiré, on fera remarquer qu’il jouissait d’une immense renommée à Vienne depuis des décennies déjà, et que la présence de Mozart dans les parages ne lui fut en rien un obstacle. D’autant que Les Danaïdes fut conçu pour Paris, en français, et nullement pour Vienne ! Découvrez ce petit bijou d’opéra italo-viennois qui replace Salieri à sa juste place, dans le sillage du grand Gluck, tragique et dramatique, bien plus que celui de Mozart. Berlioz, découvrant l’ouvrage en 1820 à son arrivée à Paris, lui attribue même sa conversion de l’état d’étudiant-médecin à celui d’aspirant compositeur ! © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES13,64 €20,99 €(35%)
CD9,09 €13,99 €(35%)

Classique - Paru le 22 mars 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret
« Ouvrage sublime » selon Hector Berlioz, cette Olimpie (selon l’orthographe de l’époque) de Spontini, que son auteur considérait en effet comme sa meilleure oeuvre, n’eût aucun succès lors de sa création parisienne. Écrite d’après une tragédie mineure de Voltaire, elle semblait mort-née et démodée avant même de recevoir les feux de la scène en 1819. L’opéra eut une meilleure fortune deux années plus tard à Berlin dans une adaptation traduite, et largement réécrite, par E.T.A. Hoffmann, qui en modifia la fin tragique pour faire ce qu’on appellerait aujourd’hui un « happy end ». Revenue à l’affiche à Paris en 1826, elle ne connut que peu de représentations au grand dam de Berlioz. Joué sporadiquement en Allemagne, l’ouvrage devait tomber dans l’oubli jusqu’à sa redécouverte dans les années 1950, dans une version italienne présentée à Florence avec La Tebaldi. Olimpie ne figure pas pour autant au répertoire courant des maisons d’opéra. Alternant les effets du grand spectacle à un langage souvent très raffiné, cette Olimpie renferme des pages splendides, et pose de grands problèmes de mise en scène. La partition complète de la création parisienne de 1819 étant introuvable, c’est la dernière mouture de 1826 qui est présentée ici par Jérémie Rohrer dans une nouvelle édition critique, préparée par Federico Agostinelli, qui tient compte à la fois des sources imprimées et du manuscrit autographe de la partition. Le présent album suit cette nouvelle version critique à l’exception de deux coupures pratiquées aux Actes I et III. Réalisé en 2016 juste avant le concert donné au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, cet enregistrement de studio très soigné a bénéficié de la splendide acoustique de la Philharmonie de Paris, avec d’excellents solistes emmenés avec toute l’énergie et l’imagination de Jérémie Rohrer. C’est donc une résurrection parfaitement réussie, que l’on doit – une fois de plus – à la Fondation Bru Zane de Venise. © François Hudry/Qobuz