Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
L’heure a enfin sonné pour le compositeur lorrain Théodore Gouvy, même s’il reste encore largement méconnu du « grand public ». Surnommé « le Mendelssohn français » par le musicologue Alexandre Dratwicki, par ailleurs directeur artistique de la Fondation Bru Zane à l’origine de la présente publication, Gouvy est le musicien romantique type au carrefour de la France et de l’Allemagne et ballotté par les aléas de l’Histoire européenne. Paru en 2013, cet album est une excellente introduction à la musique de Théodore Gouvy avec des pièces symphoniques, vocales et de la musique de chambre. Influencé par Ambroise Thomas et Camille Saint-Saëns, le compositeur mosellan déploie des trésors de beauté à travers ces pages qui doivent aussi beaucoup au sens mélodique de Mendelssohn comme au dramatisme de Schumann. Européen dans l’âme, Gouvy a vécu à Berlin, à Paris et en Italie où il se lie avec Rossini qu’il retrouvera plus tard à Paris. Profondément blessé par la guerre franco-prussienne de 1870, il se tourne de plus en plus vers la musique sacrée qui lui ouvre de nouveaux horizons. Sa double culture est perceptible à travers tous les enregistrements proposés ici. Sa science des timbres et sa sensibilité mélodique lui permettent de créer une synthèse particulièrement réussie des différents styles de son temps. C’est un itinéraire passionnant qu’on suit ici, de sa Sinfonietta très enlevée et pimpante à son Cinquième Quatuor en ut mineur. Interprétations de grande classe. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 28 août 2020 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte
Créé en 1877 après de nombreuses péripéties, dont le sanglant épisode de la guerre de 1870, Le Timbre d’argent a subi l’habituelle désinvolture des directeurs d’opéras à l’égard des compositeurs et la pression constante d’interprètes dont les exigences étaient souvent égales à leur incompétence artistique. Le livret avait dérouté les amateurs de « grand opéra » avec son histoire rappelant le mythe de Pygmalion, le personnage principal, Conrad, tombant amoureux du portrait de Circé-la-magicienne, incarnée par une ballerine et non par une prima donna. On oscille constamment entre le rêve et le cauchemar dans ce livret qui a permis à Saint-Saëns de se lâcher totalement. Tombé dans l’oubli au lendemain d’une version profondément modifiée représentée en 1914 à Bruxelles, Le Timbre d’argent possède pourtant de beaux atouts que cette première mondiale vient nous révéler sous la direction avisée de François-Xavier Roth à la tête d’une distribution en tous points excellente. Le problème se posait donc du choix de la version à ressusciter, tout d’abord sur la scène de l’Opéra-Comique pour les représentations de 2017, puis pour les sessions d’enregistrement qui ont suivi. C’est finalement l’ultime version réalisée par Saint-Saëns pour le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles qui a été choisie par le comité scientifique de la Fondation Bru-Zane pour l’abondance de pages musicales qui ont remplacé les dialogues parlés de la version originale. Plus de cent ans après sa dernière production, cet opéra vient nous donner un nouvel éclairage sur un compositeur trop souvent méprisé et que le XXIe siècle s’applique à reconsidérer. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Avec un dynamisme jamais démenti depuis sa création, le Centre de musique romantique française installé au Palazzetto Bru Zane de Venise continue ses publications d’œuvres françaises inconnues. Cette nouvelle exhumation nous vient de Budapest avec les forces du Purcell Choir et de l’Orfeo Orchestra, sous la direction de György Vashegyi. Il a été réalisé dans une salle de concerts aux dimensions de cathédrale dotée d’une acoustique exceptionnelle, qui donne un sentiment d’espace bienvenu à cette découverte. Si les protagonistes de cet opéra nous sont bien connus – Phèdre, Hippolyte, Thésée et Œnone –, le compositeur l’est beaucoup moins. Méprisé avec hauteur par Berlioz soixante ans après cette création, Jean-Baptiste Moyne (dit Lemoyne) remporta pourtant un véritable triomphe en 1786 avec son opéra Phèdre chanté à l’Opéra (Académie royale de musique) par les meilleurs chanteurs de son temps. Comparé alors aux chefs-d’œuvre de Gluck, cet opéra méritait de sortir de l’ombre grâce à des qualités mélodiques et théâtrales indéniables. Né en Dordogne, Lemoyne avait étudié à Berlin avant de devenir second maître de musique de Frédéric le Grand, roi de Prusse et protecteur des arts. De retour en France, il dut se battre contre des cabales bien parisiennes, pris en tenaille entre les gluckistes et les piccinistes, dont la fameuse querelle n’était pas encore éteinte. Phèdre fut un des grands succès de la fin de l’Ancien Régime au point de survivre jusqu’au début du XIXe siècle puis de tomber dans l’oubli jusqu’au début du nôtre. À la tête d’un des rares ensembles hongrois consacrés à la musique ancienne sur instruments d’époque, le fougueux et francophile György Vashegyi fait vivre à merveille toute l’intensité dramatique de cette partition avec un excellent quatuor de solistes internationaux. Une recréation qui met toutes les chances de son côté pour une résurrection réussie. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Opéra - Paru le 14 février 2020 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 étoiles de Classica
Disparu de la scène depuis 1879, ce sémillant Maître Péronilla a été luxueusement remonté en concert au Théâtre des Champs-Elysées au printemps 2019, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach. C’est cette production de la Fondation Bru-Zane, en collaboration avec Radio France pour l’enregistrement, qui est ici publiée. Datant des dernières années d’Offenbach, cette grande opérette hispanisante s’inscrit dans la vogue d’espagnolisme qui déferlait alors sur la France depuis Bizet et Chabrier et qui allait se prolonger avec Debussy et Ravel. Avec son rythme endiablé et ses dialogues signés Offenbach aidé de Nuitter et Ferrier (qui font mouche à tout coup), l’ouvrage mélange allègrement les styles et reprend certaines ficelles qui ont fait la gloire du compositeur, mais avec un raffinement nouveau, qui supplante ainsi le seul esprit bouffe. La rareté de cet ouvrage est due en grande partie à un livret un peu alambiqué. Celui-ci confronte – autour d’un mariage forcé – une vingtaine de personnages issus de trois générations différentes. C’est une très belle équipe de chanteurs qui ressuscite cet opéra-bouffe, que domine l’éblouissante Antoinette Dennefeld dans le rôle de Frimouskino, un jeune clerc à la fois juvénile et tendre. Eric Huchet et Véronique Gens sont au diapason de la truculence et de la joie qui se sont emparées de tous les protagonistes de cette production dirigée par Markus Poschner à la tête de l’Orchestre national et du Chœur de Radio France. © François Hudry / Qobuz« [...] Maître Péronilla exige une distribution nombreuse et tout le mérite de cette production est d’avoir réuni une équipe stylistiquement homogène et musicalement superlative, avec quelques familiers très à l’aise dans le genre comique (Véronique Gens, Chantal Santon-Jeffery, Tassis Christoyannis) et d’autres d’égale qualité (Antoinette Dennefeld, Anaïs Constans, Éric Huchet). Les forces de Radio France sont menées avec dynamisme et raffinement par Markus Poschner. Une belle réussite [...]. (Classica, avril 2020 / Jacques Bonnaure)
A partir de :
CD15,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2013 | Bru Zane

Du Tasse à Jean Cocteau, l’histoire de Renaud et d’Armide fait partie des couples légendaires qui ont enchanté, ou effrayé, la pensée occidentale. Dans la Jérusalem délivrée, Torquato Tasso raconte les péripéties de Renaud, roi de France à l’époque des Croisades dont la magicienne musulmane Armide tombe amoureuse. Cette dernière tente en vain de retenir Renaud par des enchantements et par ses charmes divers. Cette histoire inspira nombre de peintres et les musiciens : Lully, Gluck, Haendel, Vivaldi, Jomelli, Haydn, Rossini, Dvořák et le Florentin Antonio Sacchini. Devenu le musicien préféré de la reine Marie-Antoinette, Sacchini écrira plusieurs opéras pour la cour dont ce Renaud sur un livret de l’abbé Pellegrin inspiré de celui de Quinault. C’est grâce à Christophe Rousset et à la Fondation Bru Zane que nous pouvons goûter aujourd’hui à la résurrection de cette œuvre oubliée. Y brille particulièrement Marie Kalinine, qui restitue avec talent les fureurs et les outrances d’un rôle particulièrement dramatique. Elle est entourée d’une pléthore de petits rôles tous très bien tenus qui contribuent à l’excellence de cette exhumation historique et musicale. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
« Voici enfin une intégrale des mélodies de Reynaldo Hahn [...] que le Palazzetto Bru Zane a confiées à Tassis Christoyannis et Jeff Cohen. De Hugo à Verlaine, de Willemetz à Daudet, quatre heures exquises. [...] L'impeccable duo se coule avec aisance dans la veine populaire [...]. Le baryton grec, suivant en cela les préceptes de Hahn, mêle au beau chant un sens aigu de "la parole" qui, "chargée de sentiment et de pensée, communique à la mélodie une signification, lui confère une action directe et précise sur l'esprit et sur le cœur" [...]. (Diapason, janvier 2020 / François Laurent)
A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
Goethe et Faust ont touché l’Europe entière, la France découvrant l’ouvrage dans la traduction de Gérard de Nerval. Gounod s’attelle au travail d’adaptation musicale vers 1850. Sa partition mêle étroitement les dimensions religieuse et fantastique, offrant des ressorts dramatiques spectaculaires.Les représentations commencent au Théâtre-Lyrique en 1859 et infligent à la partition de nombreuses modifications. Ainsi va le monde du théâtre et de l’opéra en ce temps-là : l’œuvre n’est pas un monument intouchable. On réécrit, on coupe au gré de la réception de l’œuvre. En particulier, les scènes parlées sont remplacées par des récitatifs, affaiblissant la charge humoristique de ce Faust français, et on ajoute un ballet pour permettre à l’œuvre d’entrer au répertoire de l’Opéra de Paris, comme l’exigent les codes du genre sur cette scène. Dans la fosse, l’équipe des Talens Lyriques redonne vie à la première mouture de la partition, soutenue par le Centre de musique romantique française, alias Palazzetto Bru Zane. Hélas, le dernier acte, « purgé d’un bon nombre d’horreurs » comme s’en réjouit la presse à la reprise de l’œuvre en 1859, n’a pu retrouver ses contours originels, définitivement perdus. Mais on entend de nombreux numéros inédits : le trio de Siebel, Wagner et Faust (À l’étude, ô mon maître), l’air de Méphistophélès (Maître Scarabée) qui remplace le fameux Veau d’or, la romance de Siebel (Versez vos chagrins dans mon âme), le chœur des Sorcières Un, deux et trois et sept mélodrames symphoniques dont l’orchestration incomplète ou manquante a été restituée pour l’occasion.Ces passages témoignent de la variété des épisodes du long poème de Goethe, à la fois humoristique, métaphysique et mythologique. Gounod y met en avant la trame amoureuse tissée autour de la pieuse Marguerite, incarnée ici par une Véronique Gens sublime… et pas si naïve. À entendre le Faust magnifique que campe Benjamin Bernheim, on comprend pourquoi Marguerite a succombé à ses charmes. Jean-Sébastien Bou ne dépare pas dans ce paysage vocal, ni le Chœur de la Radio flamande. La diction parfaite de tous ces musiciens est à ravir.Christophe Rousset a mis l’énergie du théâtre baroque au service d’une partition qui tire tout le profit d’une approche historique. Enrichie des pages écartées par l’institution du XIXe siècle, l’œuvre, qui tient du grand opéra autant que de l’opéra-comique, retrouve son intégrité bigarrée. L’alternance des scènes parlées et chantées active ponctuellement une veine légère, voire franchement comique. Cet enregistrement dépasse donc la nécessité archéologique et nous comble sur tous les plans. © Elsa Siffert/Qobuz
A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La musique française oubliée refait surface depuis quelques années grâce à l’initiative et aux publications du Palazzetto Bru Zane auquel la France doit une fière chandelle. Sans elle, personne n’aurait pu soupçonner l’existence de compositeurs de talent gravitant autour d’un Berlioz, d’un Debussy ou d’un Ravel. Ce nouveau volume monographique de la collection Portraits comprend de la musique de chambre, chorale et symphonique de Fernand de La Tombelle (1854-1928), compositeur et organiste parisien qui participa à la fondation de la Schola Cantorum de Paris aux côtés de Vincent d’Indy. On lui doit un vaste catalogue épousant tous les genres à l’exception notable de l’opéra. Cet aristocrate cultivé, originaire de la Thiérache par son père et de la Dordogne par sa mère, était un humaniste se passionnant également pour la poésie, le folklore, la photographie et l’astronomie. L’ardent chef de chœur et d’orchestre Hervé Niquet se dévoue sans compter pour de telles exhumations. On lui doit des interprétations pleines de tension dramatique, à la tête de l’excellent Brussels Philharmonic, dans le premier volet de cet album, comprenant la Fantaisie pour piano et orchestre (Hannes Minnaar au piano), lorgnant du côté de Liszt et de Saint-Saëns, et deux suites pour orchestre, Impressions matinales et Livre d’images, dans une veine ouverte par Jules Massenet. Dans le deuxième volume consacré à la musique de chambre, on découvrira une étonnante Sonate pour trois violoncelles (François Salque, Hermine Horiot, Adrien Bellom) où plane le souvenir de Fauré (Andantino) et de Peer Gynt (Lento), le chef-d’œuvre de Grieg qui marqua beaucoup les esprits. Le Quatuor avec piano (I Giardini) et la Sonate pour violoncelle (Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel) viennent compléter ce portrait auquel viennent s’ajouter des mélodies (Yann Beuron et Jeff Cohen) et des pièces chorales (Flemish Radio Choir). Une pièce à conviction de plus pour témoigner de la richesse et de la diversité de la création française. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD20,99 €

Classique - Paru le 11 mars 2016 | Bru Zane

Livret
Hélas, mille fois hélas, dans l’esprit des musiciens passés par les « classes d’écriture » des conservatoires nationaux français, le nom de Théodore Dubois évoque, avec un brin d’amusement, le monotone et légèrement pompeux Traité d’harmonie. Comment ça, il a aussi écrit une demi-douzaine d’opéras, des ballets, des œuvres sacrées, trois symphonies, des concertos pour piano et pour violon, des pages et des pages pour orgue – il succéda à son quasi-contemporain Saint-Saëns à la tribune de la Madeleine en 1877 ? Mais oui, aimable lecteur : Dubois est l’un des plus prolifiques compositeurs de son époque, une longue époque puisque, rappelons-le, il est né en 1837, avant Bizet et mort la même année que Fauré, en 1924. Aux détracteurs qui railleront son conservatisme, on rappellera que c’est précisément la même remarque qui a été formulée à Saint-Saëns, pour les mêmes raisons ; mais pourquoi reprocherait-on à un musicien dont la carrière a commencé dans les années 1850 de comprendre, d’accepter, d’avaliser, ce qui se fait un demi-siècle plus tard ? Oui, la musique de Dubois procède sans doute de Schumann et parfois de Mendelssohn – en particulier dans sa musique de chambre –, mais aussi de Franck dans l’ampleur du geste symphonique, ainsi qu’on pourra le découvrir dans les deux symphonies ici présentées. Quant à son langage, outre qu’il déroule un magnifique tapis harmonique tiré à quatre épingles, il offre de grands moments d’inspiration orchestrale et thématique puissamment « française » qui le rattachent à Bizet, à Saint-Saëns, mais avec un je-ne-sais-quoi de très personnel. Nous ne pouvons qu’enjoindre l’auditeur de goûter à Théodore Dubois, dont voici dans un même coffret deux symphonies, une Messe pontificale, d’autres ouvrages sacrés – qui témoignent d’une supérieure science d’écriture chorale –, et de la musique de chambre dont le fort beau Quatuor avec piano. Rien d’avant-gardiste dans ces ouvrages teintés de XIXe siècle – pendant lequel ils furent d’ailleurs écrits, pour la plupart, devrait-on s’en étonner ? © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES26,99 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2016 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
« À l'instar des femmes peintres, les compositrices furent des audacieuses, d'Ethel Smith à Lili Boulanger en passant par Rebecca Clarke ou Augusta Holmès. Marie Jaëll (1846-1925) ne fait pas exception. Trois CD la mettent aujourd'hui à l'honneur dans un disque foisonnant. [...] Le portrait sera complet lorsque le Palazzetto Bru Zane osera monter son grand opéra, Runéa, mais on se fait ici déjà une idée du temps que l'on a perdu à ne pas connaître sa musique.» (Diapason, mars 2016 / Jean-Charles Hoffelé)« [...] Le Palazzetto Bru Zane, pour cette résurrection, a mis les petits plats dans les grands : six (!) pianistes, tous excellents, parmi lesquels on épinglera un Romain Descharmes particulièrement adroit à faire vrombir les graves du Concerto n° 1, un violoncelliste au jeu irréprochable, deux orchestres (Bruxelles et Lille) au mieux de leur forme, et une soprano, Chantal Santon-Jeffery, qui allie poids des mots et sens de la ligne. La présentation, très fouillée, s'enrichit de textes signés Marie Jaëll elle-même, qui témoignent de toute la profondeur de sa réflexion sur l'art. » (Classica, mars 2016 / Dominique Joucken)Quasi-exacte contemporaine de Fauré, Marie Jaëll (1846–1925) laissa à la postérité non seulement de nombreux ouvrages pédagogiques qui font encore autorité de nos jours, mais aussi une bonne centaine d’œuvres en tout genre, car elle était avait tout compositrice – à une époque où le mot « compositeur » n’existait encore qu’au masculin. Très engagée dès sa jeunesse, aux côtés de son mari le pianiste Alfred Jaell, à la promotion de la musique contemporaine – germanique dans un premier temps : Brahms, Liszt, Wagner, normal, elle étudia d’abord en Allemagne, côtoya Liszt, épousa un Autrichien… – elle se sentit bientôt à l’étroit dans le seul monde de l’exécution, et comprit rapidement qu’elle en avait à dire, elle aussi. On pourra ici entendre une somptueuse sélection de sa musique dans (presque) tous les domaines qu’elle a abordés. Deux Concertos pour piano, le Premier de 1877 dédié à Saint-Saëns, le Second de 1884 dédié à Ernest Reyer ; le somptueux et très aventureux cycle de mélodies avec orchestre La Danse des ours de 1879 dans lequel Jaëll déploie une somptueuse science de l’orchestre qui s’approche autant du futur Debussy que du contemporain Wagner ; le superbement lyrique Concerto pour violoncelle ; des pièces pour piano ; voilà ce que vous pourrez découvrir dans ce triple album bourré de surprises et de chocs, car en vérité, Marie Jaëll mérite mille fois de figurer aux côtés de nombre de compositeurs du dernier tiers du XIXe siècle (elle ne composa plus guère au-delà de 1900), dont beaucoup – et combien plus célèbres – ne lui arrivent pas à la cheville. Espérons que bientôt l’on pourra enfin entendre son opéra Runéa certes inachevé, mais sans aucun doute d’un intérêt majeur. © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES26,99 €
CD17,99 €

Opéra - Paru le 23 août 2017 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Chaque parution de la collection "Portraits" est consacré à un compositeur français aujourd’hui oublié. Il présente, en associant le talent de nombreux artistes, un panorama musical varié de son œuvre. Le portrait de Félicien David se propose de compléter la discographie déjà disponible par des premiers enregistrements mondiaux d’ouvrages importants du compositeur. Il révèle toutes les facettes de ce chantre de l'exotisme, véritable Delacroix de son art. Félicien David a longtemps été exclu de l'histoire de la musique française, si ce n'est pour la mention du succès fulgurant de son ode-symphonie Le Désert (1844). Co-inventeur — avec Berlioz — de ce genre musical faisant une large place à la déclamation parlée, il est aussi l'un des premiers compositeurs romantiques à voyager longuement en Orient. Symphoniste classique, auteur de quatuors et de trios d'inspiration germanique, il s'est également illustré dans le genre du grand opéra avec Herculanum (1859). On découvrira notamment une partie de son catalogue symphonique, en particulier la Symphonie n°3 et l’ouverture de son opéra-comique La Perle du Brésil, œuvre qui lança véritablement le compositeur dans la carrière lyrique. Mais c’est surtout le Christophe Colomb de 1847, qu'on découvre pour la première fois, qui est à signaler car cette ode-symphonie avec récitant prolonge ambitieusement le succès du Désert, donné au Théâtre-Italien quelques années auparavant. Cet album n’oublie pas, néanmoins, que Félicien David fut aussi un homme de salon apprécié pour sa musique intimiste et en particulier ses mélodies. On pourra ainsi découvrir des extraits des Mélodies orientales pour piano seul, un choix de romances dans le style des années 1840 et les très rares motets de jeunesse pour chœur aux effectifs variés. Le point d’orgue de ce portrait réside dans l’exhumation du Jugement dernier, final prévu pour l’apothéose de l’opéra Herculanum mais finalement retranché avant la création et jamais publié depuis. © Ediciones Singulares« [...] ce « Portrait » assorti d’une brassée de textes éclairants offre une approche aussi complète que complémentaire. Ainsi les sept romances enregistrées ici, qui manquaient au florilège gravé par Tassis Christoyannis, offrent le meilleur — Tristesse de l’Odalisque et Le Jour des morts sur des poèmes de Gautier et Lamartine — le plus mièvre avec Le Ramier ou Eoline, et, aux côtés de l’orientale Egyptienne et du vibrant Cri de Charité, le trivial Rhin Allemand (Musset) aux allures de pas redoublé, coiffé d’un âpre contre-ré de poitrine par Cyrille Dubois dont la rare voix de ténor à la française déploie, par ailleurs, son charme et son éloquence. [...] Même contraste, dans l’éventail de pièces pour piano réveillées par les doigts légers de Jonas Vitaud [...] Christophe Colomb créé en 1847 au Conservatoire, est coulé dans le moule du Désert. Cette ode-symphonie évoque, au fil de ses quatre volets, l’ardeur et les affres du Départ, les mystères de la Nuit des tropiques où les sirènes tentent les matelots avant que les flots ne se déchaînent, La Révolte de l’équipage immobilisé en pleine mer puis l’arrivée pacifique dans Le Nouveau Monde. On retiendra la magie orchestrale des introductions ou de la tempête, ciselées par la direction attentive de François-Xavier Roth [...] et l'entrain de certains chœurs. [...] Pôle d'attraction de ce "Portrait", dont il remplit le premier CD, Christophe Colomb s'incline, en termes d'intérêt soutenu, devant l'Ouverture leste et colorée de La Perle du Brésil ou l'impressionnant Jugement dernier [...] dont il aura été le sommet : la progression implacable de cette marche funèbre inédite est magistralement ménagée par Hervé Niquet. [...] » (Diapason, novembre 2017 / Gérard Condé)
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
C’est avec La Périchole de Jacques Offenbach que Marc Minkowski ouvrait la saison 2018-2019 de l’Opéra de Bordeaux dont il est le directeur depuis 2016. Présentée en collaboration avec la Fondation Bru-Zane, cette nouvelle production a été enregistrée lors de trois soirées. Elle est maintenant présentée sur le présent album. Créé dans l’indifférence à Paris en 1868, La Périchole a subi un profond remaniement par son auteur en 1874. Cette seconde mouture, moins grinçante que la précédente, annonce une nouvelle esthétique qui fera triompher Charles Lecocq entre autres. Connaissant parfaitement ces deux versions qu’il a dirigées, Marc Minkowski a réalisé, en quelque sorte, La Périchole de ses rêves pour cette nouvelle production bordelaise en se fondant sur l’efficacité comique de la première version, tout en ajoutant les meilleurs passages de la révision radicale de 1874. Dans la fosse du Grand Théâtre de Bordeaux, il dirige « ses » Musiciens du Louvre avec la verve énergique qu’on lui connaît, mais aussi avec délicatesse et poésie. Quant au plateau, il est tout simplement splendide, des personnages principaux jusqu’aux rôles secondaires tenus avec beaucoup d’esprit. Mentionnons particulièrement le rôle-titre tenu par Aude Extrémo avec un bel abattage comique et une grande tenue vocale, ou encore Julie Pasturaud (Berginella/Frasquinella), Stanislas de Berbeyrac (Piquillo), sans oublier Eric Huchet (Don Miguel) et Marc Mauillon (Don Pedro). On écoutera donc avec plaisir la trace sonore de ce mémorable spectacle, dont la mise en scène a été sévèrement conspuée par une presse unanime. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 20 novembre 2015 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Qobuzissime
1886, 1887, 1888 : trois années de suite, Paul Dukas se brûlera les doigts à l’aventure du Prix de Rome, ne réussissant qu’à décrocher un Second prix en 1888 avec la cantate Velléda. L’année suivante, il tentait sa chance avec Sémélé, mais ne reçut pas même un lot de consolation ; les deux cantates sont ici données dans leur intégralité. Ironie de l’Histoire, où l’on voit que bien souvent les doctes académies se trompent lourdement sur le cours des choses. Car qui se souvient encore des Premiers Prix de cette époque, Gedalge ou Erlanger par exemple ? Cet enregistrement nous propose également les chœurs écrits pour le « premier tour » du concours, ainsi que l’ouverture Polyeucte qui correspond, sujet y compris, à ce qu’aurait dû être son envoi Rome s’il avait remporté le prix. Presque une mini-symphonie dans laquelle se trouve déjà le grand Dukas. © SM/Qobuz« Sous la conduite ardente d'Hervé Niquet, cette moisson d'inédits bénéficie de l'engagement de jeunes talents soucieux de la prononciation et du style.» (Diapason, décembre 2015 / Gérard Condé)
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 28 octobre 2016 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Hélas, de nos jours on ne joue plus guère Hérold dans les théâtres français, préférant déterrer le n-ième flasque machin de bel canto à la gloire de gosiers surpayés, plutôt que d’aller fouiller un peu dans le répertoire français négligé. C’est donc un orchestre portugais, l’excellent Gulbenkian, dirigé par le chef anglais Paul McCreesh, la soprano québécoise Marie-Eve Munger, la mezzo-soprano française Marie Lenormand et le ténor français Eric Huchet (ouf, l’honneur est sauf), le ténor états-unien Michael Spyres – oui, oui, d’accord, cette même distribution le donna aussi à l’Opéra-Comique à Paris, mais quand même ! – qui se charge de nous donner une version toute neuve de ce petit chef-d’œuvre pour le label espagnol Ediciones Singulares. Rappelons que l’ouvrage fut créé en 1832, précisément à l’Opéra-Comique de Paris, et que le malheureux Hérold ne vécut pas assez longtemps – il devait s’éteindre l’année suivante, à peine âgé de 42 ans – alors que peu après, il fut repris lors de l’inauguration de la nouvelle Salle Favart où il devait rester à l’affiche jusqu’en 1949, après quelque mille six cent représentations au cours d’un siècle ! Welcome back, mister Hérold. © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2013 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Diapason découverte - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - Choc de Classica - Hi-Res Audio
En 1891, l’insaisissable Jules Massenet désarçonne à nouveau la critique : lui que le succès de Manon (1884) semblait destiner désormais aux demi-teintes de l’opéra-comique renoue avec le grand opéra romantique, dans la veine d’Hérodiade et du Roi de Lahore. Une veine exotique (un Iran fantasmé), des épisodes fantastiques, un amour sublimé par la religion sont autant d’éléments suggestifs qui font du Mage un ouvrage composite et varié, mais avant tout l’apothéose du lyrisme français à l’heure des querelles wagnériennes… Le Palazzetto Bru Zane prolonge l'année Massenet (2012) avec cette publication qui fait suite aux représentations de l'oeuvre à l'Opéra-Théâtre de Saint-Etienne à l'occasion de la 11è biennale Massenet. Une partition qui recèle de véritables trésors, restituée par le Choeur Lyrique & Orchestre Symphonique de Saint-Etienne sous la direction du grand défenseur de la musique française Laurent Campellone, avec un plateau hors-pair : Luca Lombardo (Zarâstra), Catherine Hunold (Anahita), Kate Aldrich (Vardeha), Jean-François Lapointe (Amrou) ... Une redécouverte majeure !
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2014 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Victorin Joncières est l'exemple même de l'artiste romantique épris de noblesse et de grandeur. Les titres de ses opéras le prouvent : Sardanapale, Lancelot, Le dernier jour de Pompéï, Le Chevalier Jean... Il escalada sans relâche les barricades qu'on dressa en travers de sa route : il ne céda jamais à la facilité d'une musique commerciale ; il n'occupa aucun poste académique ou officiel. Son chef-d'œuvre, Dimitri — servi ici par une distribution vocale impeccable — rappelle que le compositeur fut tout à la fois contemporain de Gounod et défenseur de Wagner. L'ouvrage poursuit la tradition du spectaculaire et du monumental (initiée par Meyerbeer) dans une narration qui transporte l'auditeur d'un palais de Cracovie à la place du Kremlin en passant par la forteresse de Wiksa. À la même époque, Bayreuth et les arènes d'Orange et de Béziers allaient transformer l'opéra en un art populaire de masse. Dimitri, créé le 5 mai 1876, fut composé immédiatement après l’infortune du Dernier Jour de Pompéi, donné en 1869. On sait grâce à Georges Servières que l’œuvre était achevée dès 1871 (et sans doute même 1870). À l’origine, Joncières « destinait son opéra au Théâtre-Lyrique, et l’ouvrage avait donc été conçu, sinon comme un « grand opéra », du moins comme une page lyrique ambitieuse qui — a contrario de ce que dit Servières — aurait pu si bien entrer à l’Opéra-Comique que… l’œuvre y sera reprise en 1890. Adaptation d’une tragédie inachevée de Schiller — Demetrius —, il est indiscutable que Dimitri aspire au grandiose, et surtout à la musique moderne comme l’envisage Joncières. Il lui fallait un théâtre expérimental pour se faire complètement valoir. Lieu ouvert aux jeunes compositeurs et aux idées nouvelles, le Théâtre Lyrique National, sous la direction d'Albert Vizentini, n’a pas craint de défendre les tenants du style allemand, ou plutôt «des» styles allemands, ceux de Mozart, de Weber et de Wagner.
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Cantates sacrées - Paru le 12 janvier 2018 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 étoiles de Classica
Icône du romantisme français grâce au succès ininterrompu de Faust et de Roméo et Juliette, Charles Gounod s’est présenté à trois reprises au concours du Prix de Rome entre 1837 et 1839. Il écrivit dans ce contexte des cantates pour solistes et orchestres demeurées inédites, dont Marie Stuart et Rizzio et La Vendetta que le compositeur n’eût jamais l’occasion d’entendre. Révélées pour la première fois, ces pages au romantisme haletant témoignent des dispositions exceptionnelles de leur jeune auteur pour la musique lyrique. Devenu pensionnaire de la prestigieuse Villa Médicis en 1840, ayant remporté le Premier Prix avec Fernand, Gounod y compose alors plusieurs pièces de musique sacrée, elles aussi restées inconnues. La splendide Messe vocale, écrite dans un style néopalestrinien pour chœur a cappella, mérite de figurer désormais au programme de tous les chœurs. © Palazzetto Bru Zane« [...] Hervé Niquet, maître d'œuvre de cette superbe anthologie, sert ces raretés avec élan et générosité, et on retient surtout, parmi les chanteurs qui se succèdent dans les cantates, le ténor Yu Shao (applaudi dans Le Timbre d'argent de Saint-Saëns). [...] Mais quelle jolie découverte que la Messe de Saint-Louis-des-Français (1841) avec orchestre, où les interventions du ténor solo et de la mezzo, la tension que graduent les réponses polyphoniques du chœur, nous ramènent au théâtre. La fin grandiloquente du Credo, le Sanctus flottant pianissimo sur un tremolo des cordes évoquent le Requiem (1837) de Berlioz. Et l'œuvre se referme sur un Agnus Dei où le ténor puis le chœur déroulent leur prière sur de superbes arpèges de violon.» (Diapason, mars 2018 / François Laurent)
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Opéra - Paru le 27 octobre 2017 | Bru Zane

Hi-Res Livret
Né en 1265 à Florence, Dante Alighieri fut tout à la fois poète et homme politique marquant, devenu célèbre pour sa Divine Comédie qui narre la descente aux Enfers et la lente ascension vers le Paradis. L’opéra que Godard lui consacre en 1890 superpose habilement le fait politique – scènes de foule dans Florence et querelle entre Guelfes et Gibelins – et l’expression de l’amour courtois qu’il éprouve pour la jeune Béatrice promise à son ami Bardi. La composante la plus remarquable de cet opéra est l’intégration d’une « Vision » qui n’est autre qu’une synthèse de la Divine Comédie mise en musique. L’acte III s’articule ainsi entre un Enfer et un Paradis fantasmés, juxtaposant Apparition de Virgile, Chœur de Damnés, Tourbillon infernal, Divine Clarté et Apothéose de Béatrice. Godard s’y montre au zénith de son inspiration mélodique et de sa maitrise compositionnelle, dans un style renouvelant Gounod et n’ayant rien à envier à Massenet. © Palazzetto Bru Zane
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 23 octobre 2020 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Pour écrire ça, il faut être un poète », confie Massenet à Reynaldo Hahn en lisant la partition de L'Île du rêve. Composé alors que le jeune homme n'a pas encore dix-huit ans, ce « lever de rideau » possède déjà les qualités des grandes oeuvres de l'époque. S'y révèlent les talents de coloriste d'un Bizet, les élans passionnés d'un Massenet et même l'originalité prosodique du premier Debussy. L'intrigue narre les amours d'un officier français pour une jeune Polynésienne qu'il devra abandonner. Ce sujet - également mis en musique par Puccini (Madame Butterfly) et Delibes (Lakmé) - est envisagé d'une manière quasi symboliste : au romantisme de la musique s'oppose un traitement contemplatif et introspectif de la narration. C'est là que brille particulièrement Reynaldo Hahn : dès les premières mesures (Hymne à Bora-Bora), dans les diverses situations amoureuses entre Loti et Mahénu (notamment le duo « Restons encore les paupières mi-closes ») et jusque dans le prélude néo-haendélien de l'Acte II. © Bru Zane
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 12 février 2021 | Bru Zane

Hi-Res Livret
Une fois n’est pas coutume, l’équipe du Palazetto Bru Zane de Venise (Centre de Musique Romantique française) s’encanaille avec l’enregistrement de cette délicieuse et désuète opérette signée Sacha Guitry pour le texte et Reynaldo Hahn pour la musique. Créée aux Bouffes-Parisiens le 5 octobre 1933, cette « comédie musicale en trois actes » est prudemment assaisonnée par une pincée de jazz et de swing avec un zeste de musique viennoise. En cette époque où l’opérette a la cote et n’est pas encore méprisée par les nouveaux académistes de la modernité, Ô mon bel inconnu se taille un joli succès grâce aux saillies du bel esprit de Guitry ardemment louées par la critique et à la musique exquise d’une légèreté diaphane de Reynaldo Hahn. Le spectacle reste à l’affiche pendant quatre-vingt-douze représentations et est diffusé en direct par Radio-Paris. Pour ce premier enregistrement phonographique, réalisé à l’Auditorium Le Pontet d’Avignon en 2019 avec la rayonnante et malicieuse Véronique Gens dans le rôle d’Antoinette sous la direction tout en souplesse et en transparence de Samuel Jean, il a été décidé de supprimer les longs dialogues parlés trop souvent fastidieux au disque, tout en conservant intégralement la partition musicale ; le texte des dialogues est publié par ailleurs dans le livret accompagnant le présent album. Cette tragédie bourgeoise un peu salace et le frisson d’aventures extra-conjugales typique des « Années folles » qui avait aussi vu le triomphe de la comédienne Arletty est idéale pour se requinquer. © François Hudry/Qobuz