Les albums

14,99 €

Jazz - Paru le 7 octobre 1999 | Blue Note Records

14,99 €

Jazz - Paru le 10 février 1998 | Blue Note Records

19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 9 février 2018 | Blue Note Records

Hi-Res Livret
GoGo Penguin est une expérience. Presque un défi. On connaît la fascination de Chris Illingworth, le pianiste du trio mancunien, pour la robotique et les concepts de transhumanisme et d’amélioration humaine. La musique qu’il conçoit depuis 2012 avec le contrebassiste Nick Blacka et le batteur Rob Turner réussit à fusionner la machine et l’homme comme personne. Une formation classique, une éducation jazz, une consommation électronique et, au bout du chemin, ce son GoGo Penguin, d’une fluidité sans équivalent et enregistré superbement par le producteur et ingénieur du son Joe Reiser, véritable quatrième homme du groupe. Avec A Humdrum Star, la tension palpable entre sonorités acoustiques et électroniques est encore plus magnifiée. Les trames mélodiques sont elles aussi davantage peaufinées. L'héritage de tel ou tel illustre aîné peut pointer le bout de son nez (Brian Eno, Philip Glass, E.S.T., Roni Size, St Germain, Amon Tobin, Massive Attack, Bill Evans, John Cage…), GoGo Penguin réussit toujours à tirer la couverture à lui et à garder sa propre identité. Enfin, les sensations atmosphériques chéries par les trois Anglais ne sont jamais les cache-misère d’une technique vacillante. Au contraire. Illingworth, Blacka et Turner pourraient épater gratuitement la galerie, mais ils préfèrent se concentrer sur leurs compositions comme sur les phases d’improvisation et surtout sur le floutage des frontières stylistiques… Partir de logiciels comme Ableton et Logic pour arriver à une telle intimité musicale montre le chemin parcouru par GoGo Penguin en seulement quelques années. Plus que jamais, l’avenir leur appartient. © MD/Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 9 février 2018 | Blue Note Records

Livret
GoGo Penguin est une expérience. Presque un défi. On connaît la fascination de Chris Illingworth, le pianiste du trio mancunien, pour la robotique et les concepts de transhumanisme et d’amélioration humaine. La musique qu’il conçoit depuis 2012 avec le contrebassiste Nick Blacka et le batteur Rob Turner réussit à fusionner la machine et l’homme comme personne. Une formation classique, une éducation jazz, une consommation électronique et, au bout du chemin, ce son GoGo Penguin, d’une fluidité sans équivalent et enregistré superbement par le producteur et ingénieur du son Joe Reiser, véritable quatrième homme du groupe.  Avec A Humdrum Star, la tension palpable entre sonorités acoustiques et électroniques est encore plus magnifiée. Les trames mélodiques sont elles aussi davantage peaufinées. L'héritage de tel ou tel illustre aîné peut pointer le bout de son nez (Brian Eno, Philip Glass, E.S.T., Roni Size, St Germain, Amon Tobin, Massive Attack, Bill Evans, John Cage…), GoGo Penguin réussit toujours à tirer la couverture à lui et à garder sa propre identité. Enfin, les sensations atmosphériques chéries par les trois Anglais ne sont jamais les cache-misère d’une technique vacillante. Au contraire. Illingworth, Blacka et Turner pourraient épater gratuitement la galerie, mais ils préfèrent se concentrer sur leurs compositions comme sur les phases d’improvisation et surtout sur le floutage des frontières stylistiques… Partir de logiciels comme Ableton et Logic pour arriver à une telle intimité musicale montre le chemin parcouru par GoGo Penguin en seulement quelques années. Plus que jamais, l’avenir leur appartient. © MD/Qobuz
15,49 €
10,99 €

Jazz - Paru le 9 février 2018 | Blue Note Records

Hi-Res Livret
GoGo Penguin est une expérience. Presqu’un défi. On connaît la fascination de Chris Illingworth, le pianiste du trio mancunien, pour la robotique et les concepts de transhumanisme et d’amélioration humaine. La musique qu’il conçoit depuis 2012 avec le contrebassiste Nick Blacka et le batteur Rob Turner réussit à fusionner la machine et l’homme comme personne. Une formation classique, une éducation jazz et une consommation électronique et, au bout du chemin, ce son GoGo Penguin, d’une fluidité sans équivalent et enregistré superbement par le producteur et ingénieur du son Joe Reiser, véritable quatrième membre du groupe.  Avec A Humdrum Star, la tension palpable entre sonorités acoustiques et électroniques est encore plus magnifiée. Les trames mélodiques sont elles aussi d’avantage peaufinées. Les héritages de tel ou tel illustre aîné peut pointer le bout de son nez (Brian Eno, Philip Glass, E.S.T., Roni Size, St Germain, Amon Tobin, Massive Attack, Bill Evans, John Cage…), GoGo Penguin réussit toujours à tirer la couverture à lui et à garder sa propre identité. Enfin, les sensations atmosphériques chéries par les trois Anglais ne sont jamais les cache-misères d’une technique vacillante. Au contraire. Illingworth, Blacka et Turner pourraient aisément épater gratuitement la galerie, mais ils préfèrent se concentrer sur leurs compositions comme sur les phases d’improvisation et surtout sur le floutage des frontières stylistiques… Partir de logiciels comme Ableton et Logic pour arriver à une telle intimité musicale montre le chemin parcouru par GoGo Penguin en seulement quelques années. Plus que jamais, l’avenir leur appartient. © MD/Qobuz
10,99 €

Jazz - Paru le 9 février 2018 | Blue Note Records

Livret
GoGo Penguin est une expérience. Presque un défi. On connaît la fascination de Chris Illingworth, le pianiste du trio mancunien, pour la robotique et les concepts de transhumanisme et d’amélioration humaine. La musique qu’il conçoit depuis 2012 avec le contrebassiste Nick Blacka et le batteur Rob Turner réussit à fusionner la machine et l’homme comme personne. Une formation classique, une éducation jazz, une consommation électronique et, au bout du chemin, ce son GoGo Penguin, d’une fluidité sans équivalent et enregistré superbement par le producteur et ingénieur du son Joe Reiser, véritable quatrième homme du groupe.  Avec A Humdrum Star, la tension palpable entre sonorités acoustiques et électroniques est encore plus magnifiée. Les trames mélodiques sont elles aussi davantage peaufinées. L'héritage de tel ou tel illustre aîné peut pointer le bout de son nez (Brian Eno, Philip Glass, E.S.T., Roni Size, St Germain, Amon Tobin, Massive Attack, Bill Evans, John Cage…), GoGo Penguin réussit toujours à tirer la couverture à lui et à garder sa propre identité. Enfin, les sensations atmosphériques chéries par les trois Anglais ne sont jamais les cache-misère d’une technique vacillante. Au contraire. Illingworth, Blacka et Turner pourraient épater gratuitement la galerie, mais ils préfèrent se concentrer sur leurs compositions comme sur les phases d’improvisation et surtout sur le floutage des frontières stylistiques… Partir de logiciels comme Ableton et Logic pour arriver à une telle intimité musicale montre le chemin parcouru par GoGo Penguin en seulement quelques années. Plus que jamais, l’avenir leur appartient. © MD/Qobuz
14,99 €

R&B - Paru le 26 janvier 2018 | Blue Note Records

21,49 €
14,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 26 janvier 2018 | Blue Note Records

Hi-Res
Des musiciens de studio, des bêtes de tournée ou juste « des mecs qu’ont été négligés mais qui sont des tueurs ! » pour reprendre les mots de leur leader, Chris Dave. Voilà qui sont les Drumhedz. Histoire de donner une idée, Chris Dave a été batteur d’Adele et de Justin Bieber, de Dolly Parton et de D'Angelo, de Sonny Rollins et d’A Tribe Called Quest. Juste six noms piochés au hasard pour montrer l’étendue du CV du bonhomme… Mais cette fois, le gang sort de l’ombre pour encaisser de plein fouet et en pleine face la lumière. Leur album est avant tout un no man’s land où la notion de genre n’a plus cours. Où des éléments de funk, de soul, de gospel, de hip-hop et de jazz se mélangent jusqu’à devenir indistincts et former une masse solide de groove bien plus appétissante qu'une indigeste jam-session. Parmi la cinquantaine de musiciens qui constituent ces Drumhedz, on croise entre autre Pino Palladino (basse), Isaiah Sharkey (guitare), Cleo "Pookie" Sample (claviers), Sir Darryl Farris (chant), Keyon Harrold (sax), mais aussi James Poyser (The Roots), Stokley Williams (Mint Condition) et Shafiq Husayn (Sa-Ra), sans oublier Anderson .Paak, Bilal, DJ Jazzy Jeff ou encore Phonte Coleman. Et le résultat – groovy à souhait – est à l’image de cette fusion de noms : une fusion de sons rythmiquement costauds où personne ne cherche à tirer la couverture à lui. Du groove à l’état pur. © MD/Qobuz
10,99 €

Jazz - Paru le 8 octobre 1968 | Blue Note Records

12,49 €

Jazz - Paru le 22 mars 1965 | Blue Note Records

12,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1965 | Blue Note Records

12,49 €

Jazz - Paru le 17 août 1968 | Blue Note Records

10,99 €

Jazz - Paru le 18 décembre 1964 | Blue Note Records

9,99 €

Jazz - Paru le 14 mars 1961 | Blue Note Records

10,99 €

Jazz - Paru le 9 novembre 1969 | Blue Note Records

12,49 €

Jazz - Paru le 27 septembre 1962 | Blue Note Records

14,99 €

Jazz - Paru le 30 janvier 1966 | Blue Note Records

10,99 €

Jazz - Paru le 4 avril 1967 | Blue Note Records

12,49 €

Jazz - Paru le 10 octobre 1964 | Blue Note Records

14,99 €

Jazz - Paru le 4 mai 1963 | Blue Note Records

Le label

Blue Note Records dans le magazine