Catégories :

Les albums

HI-RES9,99 €
CD6,99 €

Jazz - À paraître le 7 août 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Jazz - À paraître le 10 juillet 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - À paraître le 26 juin 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - À paraître le 12 juin 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - À paraître le 5 juin 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Ambrose Akinmusire est le jazzman le plus fascinant de sa génération. Et chaque nouvel album confirme l’étendue de son inspiration, sa passion pour la liberté et la rigueur sans concession de son propos viscéralement engagé. Après un très beau et très osé Origami Harvest avec quatuor à cordes et MC et sur lequel il brassait jazz, musique de chambre classique ou contemporaine, soul et spoken word, le trompettiste de la Bay Area qui pige à l’occasion pour Kendrick Lamar revient à une formule plus classique avec ses fidèles Sam Harris au piano, Harish Raghavan à la basse et Justin Brown à la batterie. Classique en apparence car la force narrative de sa musique comme son allégeance à l’histoire de la Great Black Music sont des boussoles qu’Akinmusire est le seul à brandir de la sorte. Avec On the Tender Spot of Every Calloused Moment, son cinquième album sous pavillon Blue Note, il prend à bras le corps la complexité de la vie des Noirs en Amérique, le meilleur et le pire de sa terre natale, qu’il filtre dans des compositions originales d’essence blues. Une feuille de route qui finalement reste la même depuis ses débuts. « D’une certaine manière, j’ai un peu pensé ce disque comme une suite de mon premier pour Blue Note, comme un retour aux repères de When the Heart Emerges Glistening. »Si l'idée d’altérité dans un pays doté d’une histoire raciale bien chargée demeure au cœur de sa réflexion, elle est ici plus rentrée. Le quartet mijote ses échanges. Les intériorise parfois, sans jamais faire exploser ses sentiments sur le monde qui l’entoure. Ambrose Akinmusire ne baisse évidemment pas la garde. Simplement le jazz d’On the Tender Spot of Every Calloused Moment est empreint d’une sérénité inédite. Quant à son écriture, elle surpasse celle de ses contemporains, à l’image de Mr. Roscoe (Consider the Simultaneous), hommage dense à Roscoe Mitchell, le saxophoniste de l’Art Ensemble of Chicago (le premier groupe qu’il vit sur scène à seulement 13 ans !), rencontré deux ans avant cet enregistrement. Roy est aussi un autre superbe hommage, au trompettiste Roy Hargrove disparu fin 2018. Hommage feutré cette fois, porté par l’entente quasi-télépathique entre les quatre musiciens qui dispense un post-bop foisonnant d’idée. Comme ce Fender Rhodes solitaire qui porte à bout de bras Hooded Procession (Read the Names Aloud), dernier thème épuré à l’extrême de ce grand disque qui regarde aussi bien loin devant que loin derrière… Tout est dit dans la dernière phrase des notes de pochettes signées du saxophoniste Archie Shepp : This is the Cat ! © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 29 avril 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
CD1,99 €

Pop - Paru le 29 avril 2020 | Blue Note Records

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 27 mars 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Son mentor, Prince, disait que sa voix pouvait faire fondre la neige. Un don confirmé sur The Women Who Raised Me, troisième album de Kandace Springs, qui, sans faire trop de bruit, s’impose un peu plus chaque jour dans la vaste famille des chanteuses jazz’n’soul contemporaines. Comme le titre de sa cuvée 2020 le laisse entendre (Les femmes qui m’ont élevée), la native de Nashville installée à New York rend ici hommage à toutes celles qui l’ont influencée et inspirée, d’Ella Fitzgerald à Roberta Flack, en passant par Astrud Gilberto, Lauryn Hill, Billie Holiday, Diana Krall, Carmen McRae, Bonnie Raitt, Sade, Nina Simone, Dusty Springfield et surtout Norah Jones, l’une de ses idoles, présente sur un titre (Angel Eyes).Produit comme Soul Eyes (son premier album de 2016) par l’expert en réalisation ultra-léchée Larry Klein, The Women Who Raised Me accueille aussi les saxophonistes David Sanborn (I Put a Spell on You) et Chris Potter (Gentle Rain et Solitude), le trompettiste Avishai Cohen (I Can’t Make You Love Me et Pearls), le contrebassiste Christian McBride (Devil May Care) et la flûtiste Elena Pinderhughes (Ex-Factor et Killing Me Softly With His Song). Des virtuoses dépositaires d’un raffinement supplémentaire à ce disque de reprises bien choisies. Mentions spéciales au Pearls de Sade, stimulé par un Avishai Cohen plus félin que jamais, et à l’Ex-Factor de Lauryn Hill. Cet album confirme aussi les talents d’instrumentiste de Kandace Springs, aussi à l’aise au piano qu’au Fender Rhodes. Une virtuose tout en retenue aidée par un trio jamais bavard composé de Steve Cardenas à la guitare, Scott Colley à la basse et Clarence Penn à la batterie. C’est cet océan de subtilité et de dosage parfait qui rend ces reprises, chantées avec sensualité mais surtout conviction, très attachantes. © Clotilde Maréchal/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 27 mars 2020 | Blue Note Records

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 28 février 2020 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Pour souffler ses 80 bougies, Charles Lloyd s’est offert un concert, en mars 2018, chez lui en Californie, dans le magnifique Lobero Theatre de Santa Barbara, avec un groupe plutôt inédit comprenant le guitariste Julian Lage, le pianiste Gerald Clayton, le bassiste Reuben Rogers et le batteur Eric Harland. Le résultat est d’autant plus étonnant que cette impressionnante brochette de virtuoses n’a pas l’habitude de jouer ensemble, exception faite de la rythmique Rogers/Harland, celle de Lloyd depuis 2007. Mais l’aura du saxophoniste comme les ondes chamaniques qu’il dégage aident à stimuler les échanges et le partage, même entre gens qui ne se côtoient pas régulièrement. 8: Kindred Spirits devient ainsi un trip 100 % lloydien comme en attestent les 21 minutes de Dream Weaver qui ouvrent le disque. Les années n’ont surtout guère altéré sa verve libertaire, ni son lyrisme gorgé de spiritualité qui s’inscrivent dans la sémantique de John Coltrane et de Pharoah Sanders. Des marqueurs qui déteignent sur l’inspiration du groupe de ce bel album. © Marc Zisman/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 28 février 2020 | Blue Note Records

Pour souffler ses 80 bougies, Charles Lloyd s’est offert un concert, en mars 2018, chez lui en Californie, dans le magnifique Lobero Theatre de Santa Barbara, avec un groupe plutôt inédit comprenant le guitariste Julian Lage, le pianiste Gerald Clayton, le bassiste Reuben Rogers et le batteur Eric Harland. Le résultat est d’autant plus étonnant que cette impressionnante brochette de virtuoses n’a pas l’habitude de jouer ensemble, exception faite de la rythmique Rogers/Harland, celle de Lloyd depuis 2007. Mais l’aura du saxophoniste comme les ondes chamaniques qu’il dégage aident à stimuler les échanges et le partage, même entre gens qui ne se côtoient pas régulièrement. 8: Kindred Spirits devient ainsi un trip 100 % lloydien comme en attestent les 21 minutes de Dream Weaver qui ouvrent le disque. Les années n’ont surtout guère altéré sa verve libertaire, ni son lyrisme gorgé de spiritualité qui s’inscrivent dans la sémantique de John Coltrane et de Pharoah Sanders. Des marqueurs qui déteignent sur l’inspiration du groupe de ce bel album. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 février 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Pour Norah Jones, la musique ne s’est jamais limitée aux frontières du jazz. La New-Yorkaise qui a grandi au Texas le rappelle au sein des Little Willies mais aussi, depuis 2008, avec Puss N Boots, trio folk et country qu’elle a monté avec Sasha Dobson et Catherine Popper. De l’americana pur jus mêlant compositions originales et reprises 5 étoiles (Johnny Cash, Neil Young, Wilco, George Jones) comme le montra No Fools, No Fun en 2014. Six ans plus tard, les trois cow-girls sont retournées dans leur grange pour un deuxième album qui fleure bon lui aussi la poussière, le saloon abandonné et les paysages ponctués de cactus. Et comme son prédécesseur, Sister mixe titres originaux et reprises, cette fois de Tom Petty (Angel Dream), Dolly Parton (The Grass Is Blue), Paul Westerberg (It's a Wonderful Lie) et Concrete Blonde (Joey). S’échangeant le micro selon les chansons et jouant la carte de la sobriété guitare/basse/batterie, Norah, Sasha et Catherine font de cet opus dépouillé un beau moment de recueillement et de communion. Une ode intimiste à l’amitié dans laquelle les ego sont expédiés à la cave. Sans révolutionner l’americana, Puss N Boots s’applique une fois encore à en proposer une lecture belle et viscéralement sincère. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 février 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Pour Norah Jones, la musique ne s’est jamais limitée aux frontières du jazz. La New-Yorkaise qui a grandi au Texas le rappelle au sein des Little Willies mais aussi, depuis 2008, avec Puss N Boots, trio folk et country qu’elle a monté avec Sasha Dobson et Catherine Popper. De l’americana pur jus mêlant compositions originales et reprises 5 étoiles (Johnny Cash, Neil Young, Wilco, George Jones) comme le montra No Fools, No Fun en 2014. Six ans plus tard, les trois cow-girls sont retournées dans leur grange pour un deuxième album qui fleure bon lui aussi la poussière, le saloon abandonné et les paysages ponctués de cactus. Et comme son prédécesseur, Sister mixe titres originaux et reprises, cette fois de Tom Petty (Angel Dream), Dolly Parton (The Grass Is Blue), Paul Westerberg (It's a Wonderful Lie) et Concrete Blonde (Joey). S’échangeant le micro selon les chansons et jouant la carte de la sobriété guitare/basse/batterie, Norah, Sasha et Catherine font de cet opus dépouillé un beau moment de recueillement et de communion. Une ode intimiste à l’amitié dans laquelle les ego sont expédiés à la cave. Sans révolutionner l’americana, Puss N Boots s’applique une fois encore à en proposer une lecture belle et viscéralement sincère. © Max Dembo/Qobuz
CD1,99 €

Pop - Paru le 29 novembre 2019 | Blue Note Records

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 29 novembre 2019 | Blue Note Records

Hi-Res
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 29 novembre 2019 | Blue Note Records

Hi-Res
CD1,99 €

Pop - Paru le 29 novembre 2019 | Blue Note Records

HI-RES3,49 €
CD2,49 €

Pop - Paru le 13 novembre 2019 | Blue Note Records

Hi-Res
CD2,49 €

Pop - Paru le 13 novembre 2019 | Blue Note Records

HI-RES8,49 €
CD5,99 €

Ambiance - Paru le 25 octobre 2019 | Blue Note Records

Hi-Res

Le label

Blue Note Records dans le magazine