Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD10,99 €

Orient - Paru le 29 avril 2013 | Crammed Discs

Distinctions Sélection FIP - Discothèque Idéale Qobuz
Écrit et réalisé en collaboration avec Marc Collin, alias Monsieur Nouvelle Vague, le premier album solo de Yasmine Hamdan paru en 2012, ressort dans une version profondément remanié. Une nouvelle pochette et un nouveau titre (Ya Nass), le bel ovni comporte désormais cinq nouvelles chansons, dont Hal (qu’elle interprète dans le film de Jim Jarmusch, Only Lovers Left Alive). En écrivant les textes et les mélodies de cet envoûtant premier album, elle s’est inspirée du répertoire et de l’attitude de grandes chanteuses arabes du milieu du XXe siècle, dont des figures peu connues ou à moitié oubliées telles que Aisha El Marta, Nagat El Saghira, Asmahan, Shadia, Mounira El Mehdeyya et d’autres personnages exemplaires, dont la sensualité espiègle et les textes empreints de critique sociale subtile et ironique rappelle une époque de liberté et d’émancipation dans l’histoire des sociétés moyen-orientales. La chanteuse mêle sans complexe différents dialectes (libanais, koweiti, palestinien, égyptien, bédouin) et joue sur les références et les changements de registres qui sont typiques de l’humour arabe. Au final, une sorte de folk electro pop mutant et élégant, qui aurait mystérieusement émergé quelque part du côté du Golfe Persique… avec des guitares acoustiques, des synthés vintage et des atmosphères inspirées… © Qobuz
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 mars 2017 | Crammed Discs

Hi-Res
Pour Ya Nass, son premier album solo qu’elle a produit en 2013 avec Marc ‘Nouvelle Vague’ Collin, la Libanaise Yasmine Hamdan voyageait dans le temps et dans les formes, s'inspirant du répertoire et de l'attitude de grandes chanteuses arabes du siècle dernier comme la Koweïtienne Aisha Al-Martah, les Égyptiennes Nagat El Saghira, Mounira El Mahdeya et Shadia, la Libanaise Asmahan et quelques autres. Folk charnel et electro épurée, la Libanaise avait conçu ici une impeccable bande son se lovant à la perfection dans ses éclectiques pérégrinations où elle exposait sa vision personnelle et moderne de la pop en langue arabe. Mais c’était surtout cette voix, charismatique et très intime à la fois, qui captait l’ouïe et troublait les sens… Avec Al Jamilat (Les magnifiques, au féminin) qui parait quatre ans plus tard, on retrouve son style vocal clairement lié aux traditions de la musique arabe qu’elle approche de façon intuitive et peu conventionnelle. Les structures et les arrangements des chansons sont néanmoins éloignés de ses codes et incorporent des éléments provenant de l’électro, du folk et de la pop. Ce disque, Yasmine Hamdan en a assuré la réalisation, en association avec les producteurs britanniques Luke Smith (Depeche Mode, Foals, Lily Allen) et Leo Abrahams (Brian Eno, Carl Barât, Regina Spektor) et en compagnie de musiciens new-yorkais comme Shahzad Ismaily et Steve Shelley, batteur de Sonic Youth. A l’arrivée, Al Jamilat s’appréhende comme un long voyage. Un fascinant périple mêlant sons et idées. © MD/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Électronique - Paru le 8 juin 2018 | Crammed Discs

Hi-Res
Véritable icône dans le monde arabe, qu’elle subjugue et irrite tout à la fois par sa liberté et ses déhanchés, la Libanaise Yasmine Hamdan sort le spin-off de son troisième album solo, Al Jamilat (enregistré dans le studio de Steve Shelley, le batteur de Sonic Youth, et paru en 2017) avec ce disque de remix tout simplement intitulé Jamilat Reprise. Un exercice de style qui se prête plutôt bien à la personnalité d’une artiste qui a flirté avec la musique électronique tout au long de sa carrière, depuis son premier groupe Soapkills, qui l’a révélée aux suiveurs des scènes indépendantes, avant qu’elle n’élargisse le cercle de ses fans avec Y.A.S., le duo qu’elle a formé avec Mirwais pour l’album Arabology, puis avec le film de Jim Jarmush Only Lovers Left Alive primé à Cannes en 2013.Celle qui “avait peur de sonner musique du monde” s’est entourée d’une belle brochette de producteurs cotés, dont le duo parisien Acid Arab, qui reprend le riff de guitare de Café et le fait boucler sur un beat électro 80’s plein de torpeur, l’élégant Mexicain Cubenx, signé sur InFiné, qui livre un remix aux sonorités trip hop bien propre de K2, ou l’inventif trio allemand Brandt Brauer Frick qui reprend Choubi dans son style caractéristique.On retiendra aussi la version d’Al Jamilat par le fondateur du précieux label Cómeme Matias Aguayo, qui a saisi l’occasion de puiser dans son fichier “percussions hypnotiques qui mettent les gens en transe” et le La Ba’den de Shed, producteur ultra-respecté de la techno contemporaine, qui signe l’un des plus jolis titres d’un disque où personne ne fonce droit vers le dancefloor et où chacun semble en quête de cette sensibilité qui ruisselle comme un torrent de chaque chanson de la surdouée libanaise. © Smaël Bouaici/Qobuz
CD2,99 €

Électronique - Paru le 26 mai 2014 | Crammed Discs

HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 février 2017 | Crammed Discs

Hi-Res
CD3,99 €

Électronique - Paru le 26 mai 2014 | Crammed Discs

CD1,49 €

Électronique - Paru le 14 avril 2014 | Crammed Discs

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 avril 2013 | Crammed Discs

L'interprète

Yasmine Hamdan dans le magazine