Artistes similaires

Les albums

58,49 €
41,99 €

Symphonies - Paru le 16 juin 2017 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Record of the Month - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, le Chamber Orchestra of Europe propose ici l’intégrale des cinq symphonies de Mendelssohn, composées entre 1824 et 1842. Considéré par certains comme “le meilleur orchestre de chambre au monde” (BBC2 Television), le Chamber Orchestra of Europe (Orchestre de Chambre d’Europe) est né il y a une trentaine d’années d’un désir de plusieurs jeunes musiciens de l’ancien Orchestre des Jeunes de la Communauté Européenne (EUYO) de poursuivre ensemble une aventure en orchestre. Après quelques changements – inévitables – en ses rangs, cet ensemble basé – pour le moment – à Londres, garde aujourd’hui le même esprit qui a présidé à sa création, fait de complicité, de générosité et de liberté. Sans directeur musical ni chef attitré, il retrouve donc Yannick Nézet-Séguin, à qui le lie, comme le confie ce dernier, « une connexion tout à fait unique ». Les plus récentes publications communes, notamment dans les opéras de Mozart, ont pu montrer cette complicité partagée. Et, après une intégrale Schumann, il était normal que le chef et ces musiciens explorent la lyrique effusive, le versant plus « classique » du romantisme allemand, avec les cinq symphonies de Felix Mendelssohn-Bartholdy. Mais il s'agit de défendre en réalité avec ces cinq symphonies des univers très différents : la très romantique Symphonie n° 3, « Écossaise », où Wagner entendait « un paysagiste de premier ordre » ; la Symphonie n° 4, « Italienne », est presque un grand poème symphonique, comme pourront l'illustrer nombres de compositeurs après 1834 ; la Symphonie n° 2, « Lobgesang », elle, s’achève sur une immense cantate de louange dont la démarche s’inspire de la Neuvième de Beethoven ; la Symphonie n° 5, est fortement reliée à la religion protestante, dans la mesure où son finale, fugué, cite l'un des chorals luthériens notamment utilisés par Johann Sebastian Bach, « Eine feste Burg ist unser Gott » (cf. Cantate BWV 80). © Qobuz, d'après un argumentaire de la Philharmonie de Paris pour les concerts parisiens de février 2016.
18,49 €
13,49 €

Symphonies - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Il est de bon ton de considérer que les plus grands enregistrements des symphonies de Schumann sont ceux d’un Furtwängler ; de bon ton également d’affirmer que Schumann était piètre orchestrateur. Mais, ainsi que le souligne Nézet-Séguin, il convient quand même de mettre en adéquation le langage orchestral de Schumann et la masse instrumentale en jeu. Les grands orchestres à l’allemande, avec leur sonorité de cordes saturée d’ampleur, ne peuvent guère s’accommoder de l’écriture très chambriste de Schumann. Or, Nézet-Séguin et le Chamber Orchestra of Europe ont opté pour un effectif autrement plus concis, avec la moitié des cordes par rapport à Vienne ou Berlin… résultat : on comprend subitement tout le discours, et on saisit combien Schumann sut distribuer les couleurs de manière soliste dans les vents, à parfaite égalité avec les cordes. Et l’on entend des détails que le surcroît méga-philharmonique ne peut que noyer. (c) SM/Qobuz Enregistrées à la Cité de la musique en novembre 2012, les symphonies de Schumann occupent une place un peu marginale au sein du répertoire ; moins appréciées que celles de Beethoven ou de Brahms, elles ne manquent pourtant jamais d’exercer une puissante emprise sur les chefs. « De toutes les symphonies majeures, dit Yannick Nézet-Séguin, je dirais que celles de Schumann sont celles qu’il vaut mieux jouer avec une formation légèrement plus petite." Une formation qu'épouse à la perfection le Chamber Orchestra of Europe, faisant vibrer avec bonheur une matière musicale tout en clair-obscur.
26,99 €
19,49 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 16 mars 2018 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Difficile de classer Mass de Bernstein, créée en 1971. Il ne s’agit pas vraiment d’une messe à proprement parler, mais d’une sorte de détricotage de la messe traditionnelle ; d’ailleurs, le titre complet est MASS: A Theatre Piece for Singers, Players, and Dancers (« MESSE : une pièce théâtrale pour chanteurs, musiciens et danseurs »), et l’argument pourrait être celui d’une sorte de service divin qui tournerait au vinaigre avant de retrouver, finalement, la paix universelle. Au début, tout le monde semble d’accord, puis les « musiciens de rue » commencent à questionner la nécessité, voire même l’existence, d’un dieu. La cacophonie qui s’installe jusqu’à l’Élévation catastrophique est finalement apaisée après que le serviteur de la messe rassemble tous les esprits autour de la divinité et un dernier « allez en paix ». Bernstein a rassemblé dans sa partition tous les éléments possibles et imaginables de la musique du XXe siècle : jazz band, blues, ensemble de rock, Broadway, expressionnisme, dodécaphonisme, modernisme qui n’est pas sans rappeler Britten, musique de rue, fanfare, voix classiques mêlées aux voix de rock et de jazz et aux récitations du Gospel : une véritable Tour de Babel qu’il n’est pas nécessairement facile de rassembler autour d’un même souffle. Mais on peut faire confiance à Yannick Nézet-Séguin de savoir faire le lien entre tous ces éléments disparates. Notez qu’il s’agit là d’un enregistrement réalisé en direct et en concert, avec une distribution spatiale tout à fait ébouriffante. Cocasserie historique, le FBI – qui ne rate jamais une occasion de se ridiculiser – considéra Mass comme un brûlot pacifiste et anti-establishment, enjoignant Nixon de ne pas assister à la création. Sachant que l’œuvre avait été commandée par Jackie Kennedy pour l’inauguration du Kennedy Center for the Arts de Washington, en plein bourbier états-unien au Vietnam… © SM/Qobuz
21,99 €
14,99 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | LPO

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Yannick Nézet-Séguin nous propose une lecture d’une intense vérité de deux symphonies pas si courues de Dvořák : la Sixième de 1880, dont on connaît surtout le Furiant qui tient lieu de scherzo – avec son rythme 2+2+2+3 si spécifique –, et la Septième de 1884 dont l’aspect assez sombre, quasiment sévère, ne l’a pas tellement servi alors que c’est peut-être l’une des très grandes symphonies de la fin du XIXe siècle ! Nézet-Séguin fait ressortir les mille et une couleurs orchestrales, souligne les articulations et distille des phrasés des plus pertinents. © Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 octobre 2011 | ATMA Classique

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Après avoir enregistré les trois dernière symphonies, Yannick Nézet-Séguin et et l'Orchestre Métropolitain poursuivent leur série Bruckner avec la symphonie n°4, la plus populaire, dans l'édition de 1936. Yannick Nézet-Séguin est le chef principal de l'Orchestre Métropolitain, et sera en septembre 2012 directeur musical de l'Orchestre de Philadelphie.
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 février 2011 | ATMA Classique

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Yannick Nézet-Séguin avait dirigé il y a quelques mois - avec l'Orchestre National de France - une fantastique version de La Tragédie de Salomé de Florent Schmitt, partition sublime, l'une des plus grandes du début du XXe siècle en France. Il nous revient dans cette oeuvre, à la tête de son orchestre québécois, magnifique d'équilibre. Il complète par la Symphonie de Franck dont il dynamise la construction par des tempos allants.
17,49 €
12,49 €

Symphonies - Paru le 8 juin 2018 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | ATMA Classique

Hi-Res
Avec sa Cinquième Symphonie, Bruckner brisait le plafond de verre des œuvres dépassant largement l’heure : pas loin d’une heure et vingt minutes, là où les plus imposantes précédentes restaient environ dans le giron de l’heure. Mais pour venir à bout d’un tel déferlement de contrepoint, de thèmes croisés, de digressions, de développements, de modulations vers des contrées harmoniques des plus étranges et étrangères, il fallait bien une telle durée. L’œuvre fut achevée en 1878 et à la différence de bien de ses symphonies, celle-ci ne fut pas remaniée cent fois : une version originale et définitive – un point c’est tout. Est-ce en partie dû au fait que Bruckner n’eut jamais l’occasion de l’entendre dans sa version orchestrale, donc de ne pas se laisser influencer par des observateurs de bonne foi mais de mauvais conseil ? Il eut loisir de l’entendre une seule fois en public, en version pour deux pianos ; la première exécution de la version pour orchestre eut lieu en 1894 mais le compositeur était alors trop malade pour y assister. Tant mieux, car sans doute aurait-il eu un arrêt cardiaque devant les insupportables et assez insolentes modifications, réorchestrations, coupures, additions infligées par le chef Franz Schalk – qui croyait peut-être bien faire : pari raté ! Toujours est-il que c’est, bien sûr, la version originale que nous donne ici Yannick Nézet-Séguin à la tête de l’Orchestre Métropolitain de Montréal, autrement dit l’orchestre de l’Opéra de Montréal, une phalange qu’il a su hisser à un niveau planétaire, là où désormais l’autre grand orchestre de la ville… passons. © SM/Qobuz
13,49 €

Classique - Paru le 2 novembre 2009 | Warner Classics

Livret
Orchestre Philharmonique de Rotterdam - Yannick Nézet-Séguin, direction (Enregistré les 13-15 juin 2007, à Rotterdam) / Le premier album d'un exemplaire jeune chef québécois, et une vision colorée de l'univers ravélien
9,99 €

Musique concertante - Paru le 1 février 2003 | ATMA Classique

Livret
Connu pour son abondante musique de film, Nino Rota demeure avant tout associé à des réalisateurs tels que Zeffirelli, Coppola, et surtout Fellini dont il fut le musicien attitré. Cependant, on connaît moins, hors d’Italie, le Rota compositeur d’œuvres destinées au concert ou au théâtre : 4 symphonies, 12 œuvres concertantes, de la musique de chambre, de la musique vocale, 12 opéras, des ballets, etc., au total une centaine d’œuvres « classiques ». Découvrez ici ces deux facettes de l’art de Nino Rota. Cette première collaboration sur disque de l’OM et de son chef Yannick Nézet-Séguin représente le début d’une nouvelle association avec la maison ATMA.
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 7 avril 2015 | BIS

Livret
Ce sont plus fréquemment les deux Suites de Daphnis et Chloé de Ravel qui se donnent en concert et s’enregistrent, plutôt que le ballet complet. A tort ou à raison… car s’il est vrai que le ballet intégral comporte quelques passages de « pont », moins saillants peut-être, de nécessaires temps de respiration pour les danseurs et la chorégraphie, ce n’en sont pas moins de géniaux ponts de Ravel, et la partition – une « symphonie chorégraphique », en vérité, bien plus qu’une simple musique de ballet – est son œuvre la plus longue. L’excellent chef canadien Yannick Nézet-Séguin avait déjà livré voici quelques temps sa lecture des Suites, voici maintenant sa vision de l’œuvre dans son entièreté. Ce chef que votre serviteur considère comme, et de très loin, le meilleur de sa génération (opinion personnelle mais pourquoi ne pas la manifester ?) a encore une fois su allier une conception dramatique hautement architecturée, avec un travail de précision en profondeur qui font ranger cet enregistrement parmi les grands anciens. Si vous devez n’en acquérir qu’un parmi les nouveaux… © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 août 2011 | BIS

Hi-Res Livret
BIS publie un album Strauss avec l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, dans la lignée de ses précédents Berlioz (Symphonie fantastique, Cléopâtre avec l'extraordinaire Anna Caterina Antonacci). Le nouveau programme regroupe Ein Heldenleben, poème symphonique (Une vie de héros, Op. 40) ainsi que les Quatre derniers lieder, avec la soprano Dorothea Röschmann. Nézet-Séguin est devenu en l'espace de quelques années un jeune loup incontournable de la direction d'orchestre, devenant le directeur musical de l'Orchestre de Philadelphie à partir de septembre 2011.
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 18 septembre 2015 | ATMA Classique

Hi-Res Livret
Selon le musicologue Deryck Cooke, Mahler avait fondamentalement achevé 90% de sa Dixième Symphonie avant de disparaître. Le premier des cinq mouvements est entièrement complet et de la main du compositeur, les deux suivants partiellement orchestrés, le reste disponible quasiment dans la continuité sous forme de « particell », cette espèce de « monstre » inscrit sur quelques portées avec le discours plus ou moins complet, des indications d’orchestration, des dynamiques, etc. En vérité, Cooke se défend bien d’avoir « complété » la symphonie, mais propose plutôt une version exécutable d’après les documents laissés par Mahler. Sachant qu’il avait pour habitude de modifier, corriger, reprendre lui-même une fois le premier grand travail terminé… L’Orchestre Métropolitain de Montréal, dirigé par Yannick Nézet-Séguin nous en offre une lecture nimbée de transparence, de phrasés et d’articulations soignés à l’extrême, permettant de saisir tout ce que la partition (qu’elle soit de Mahler ou de Mahler/Cooke) a dans le ventre. Une version indispensable. © SM/Qobuz
19,49 €

Classique - Paru le 16 mars 2018 | Deutsche Grammophon Classics

14,99 €

Musique symphonique - Paru le 21 juin 2010 | ATMA Classique

14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 février 2011 | BIS

Hi-Res Livret
Extraordinaire Anna Caterina Antonacci dans la scène de Cléopâtre. Diction sublime, incroyable intériorité dramatique, parfaitement rejointe dans sa vision ample et sombre par Yannick Nézet-Séguin, qui dans la Symphonie Fantastique, atteint le prodige de la constante élégance. Une interprétation intelligence, anti-spectaculaire, d'une grande expressivité !
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 avril 2010 | LPO

Livret
Yannick Nézet-Séguin, qui a débuté il y a quelques mois une étroite et fructueuse collaboration avec le London Philharmonic Orchestra, nous offre une belle et ample version, tout en finesse et recueillement du Requiem allemand de Brahms. Le souvenir d’une belle soirée londonienne, dominée par un chœur parfait.
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2006 | ATMA Classique

Kurt Weill : Symphonie n°2 / Nino Rota : La Strada Suite / Orchestre métropolitain du Grand Montréal - Yannick Nezet-Seguin, direction
11,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 novembre 2011 | The Philadelphia Orchestra

Livret

L'interprète

Yannick Nézet-Séguin dans le magazine