Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 1 avril 1978 | Legacy - Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 1 mai 1975 | Columbia Nashville

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Voici l’album qui a fait décoller la carrière de Willie Nelson hors du Vieux Sud et de son public traditionnellement acquis à la country, Red Headed Stranger (car, on l’oublie, avant d’afficher une épaisse chevelure blanche, Willie Nelson était d’un roux flamboyant) incarne, d’une certaine manière, le renouveau du folk américain, sans pour autant atteindre le niveau de la outlaw country que le guitariste ne défrichera qu’une dizaine d’années plus tard. « Time of the Preacher », « Just as I Am » ou « Hands on My Wheels » sont devenus, avec les années, autant de grands classiques de la musique populaire américaine et ont fait de Willie Nelson un artiste incontournable de la country. Mais en mêlant le blues, le gospel, le folk et la pop à son genre essentiel, Willie Nelson dépoussiérait un courant musical majeur qui en avait bien besoin. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2017
CD16,99 €

Country - Paru le 20 octobre 1987 | Rhino Atlantic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Au début des années 70, Willie Nelson prend une grande décision : les cheveux poussent ainsi que la barbe et il s’installe dans son ranch. Voilà l’image qui fera de lui une vedette. Deux ans après la sortie de Yesterday’s Wine dans lequel Willie visualise ses obsèques, il sort ce qui est certainement un de ses plus grands albums : Shotgun Willie. Avec Waylon Jennings, il met en avant une country influencée par les cuivres, les sonorités R'n'B et harmonisée de chœurs. Un moyen pour ce cow-boy de se lancer dans une autobiographie et de présenter sa vision de la musique.Un enchaînement remarquable de compositions personnelles mais aussi de reprises comme Whiskey River de Johnny Bush et Paul Stroud ainsi que le célèbre Bubbles in my Beer du king Bob Wills et la ballade acoustique de Leon Russel A Song for You. Un pari gagné pour le producteur de l’album Jerry Wexler, à l’époque vice-président du label Atlantic Records. Willie Nelson en est certes à son 16e album, mais c’est un tournant majeur qu’il enclenche : celui de la country outlaw. Avec Shotgun Willie et Devil in a Sleepin' Bag, c’est l’essence même du genre qui ressort. Country traditionnelle entraînante sur riffs de basse presque groovy, chœurs féminins qui accompagnent la voix grave et nasillarde de Nelson et enfin toujours ce clin d’œil à la figure du diable… Shotgun Willie est un chef-d’œuvre outlaw. © Clara Bismuth/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 1 septembre 1976 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1973, au sommet du merdier vietnamien et surtout de sa popularité, Willie Nelson dérange l'establishment en utilisant le gospel pour donner sa version des choses dans l'album The Troublemaker. Ce gospel selon Willie restera trois ans dans les tiroirs de Jerry Wexler chez Atlantic, qui préférera sortir les deux non moins indispensables Shotgun Willie (1973) et Phases And Stages (1974). Deux professions de foi où la country se fait sabrer par le folk, le blues et le rock. Deux traités sur lesquels se construiront la révolte outlaw qui sous ses airs savamment marketés changera réellement la face de la country music… Quant à ce Troublemaker, il permet au génial Texan poilu de montrer quel interprète avisé il peut être. Constat qui se confirmera des années plus tard sur ses albums Stardust et autres hommages à Ray Price ou Gershwin… © MZ/Qobuz
CD16,99 €

Country - Paru le 30 août 2005 | Rhino Atlantic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Country - Paru le 3 juillet 2020 | Legacy Recordings

Hi-Res
Pour son 70e album, l’indéboulonnable Willie Nelson (87 ans tout de même) offre sa face la plus tendre. Il a beau être le roi des outlaws, bien assis sur sa montagne de marijuana, le Texan n’a jamais caché sa fibre ultrasensible, limite romantique. Produit par son vieux complice Buddy Cannon avec qui il signe deux chansons, First Rose of Spring réunit notamment les plumes de Chris Stapleton, Toby Keith et Pete Graves, sans oublier celle d’un autre outlaw 5 étoiles, Billy Joe Shaver, dont il reprend We Are the Cowboys. Cette savoureuse cuvée essentiellement charpentée par des love songs se referme surtout sur Yesterday When I Was Young, reprise du fameux Hier encore de Charles Aznavour, donnant ainsi à l’ensemble une tonalité crépusculaire mais jamais souffreteuse. Avec sa production sobre, jamais racoleuse et qui manipule les violons – quand il y en a – avec justesse, ses magnifiques parties de guitares acoustiques (jouées sur sa Martin N-20 Trigger) et un chant plus fluide qu’à l’accoutumée, First Rose of Spring se démarque des (trop ?) nombreuses livraisons récentes d’un Willie Nelson qui semble écrire un testament sans fin avec toujours autant de classe. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 21 juin 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
A 86 ans passés, Willie Nelson ne lève toujours pas le pied et sort même de nouveaux disques quasiment chaque année. Avec le mélancolique Ride Me Back Home (son 69e album studio selon ses experts), le pape de la country hippie enregistre onze chansons majoritairement originales, cosignées avec son vieux complice Buddy Cannon, mêlant son habituel humour à des vignettes aux accents nostalgiques, voire ouvertement réalistes quant à son âge et au temps qui passe (Come On Time). Au milieu, Willie a glissé des reprises du sublime My Favorite Picture of You de Guy Clark, du tubesque Just the Way You Are de Billy Joel et de It's Hard to Be Humble de Mac Davis, qu’il revisite en compagnie de ses fils Lukas et Micah Nelson. Un beau disque de country crépusculaire. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 14 septembre 2018 | Legacy Recordings

Hi-Res Livret
Musicien, acteur, homme d’affaires et symbole texan pour ne pas dire américain, Willie Nelson prouve une fois de plus avec ce 68e album studio qu’il n’a pas encore sa place sur le banc de touche. A la suite de son Last Man Standing, My Way est un bel hommage à Frank Sinatra. Coproduit par Buddy Cannon et Matt Rollings, l’album revient principalement sur la période sixties d’Ol' Blue Eyes. La voix tendre et chevrotante d’un Willie octogénaire, gracieusement enrobée d’arrangements orchestraux, séduit sur Fly Me to the Moon, Summer Wind ou encore le Night and Day de Cole Porter. Au-delà d’une création qui sort légèrement le “Red Headed Stranger” de l’univers country, My Way est un flash-back. Willie Nelson montre que sa rencontre avec Sinatra a joué dans ses interprétations. Partageant le swing et la pureté du phrasé en 2005 sur le duo My Way, ou encore blagueur sur leur annonce vantant les recherches de la NASA, les deux géants ont toujours entretenu une grande complicité malgré leurs différences. Comme quoi nattes et nœud pap’ font bon ménage ! © Clara Bismuth/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Country - Paru le 11 octobre 2013 | Legacy Recordings

Hi-Res
CD10,99 €

Country - Paru le 1 janvier 2009 | Lost Highway Records

HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 28 avril 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
Infatigable. Increvable. Indéboulonnable. Inébranlable. En plus d’être une légende et un mythe (deux pour le prix d’un !), Willie Nelson n’est-il pas en train de devenir un… surhomme ? A 84 ans passés, celui que beaucoup considèrent comme le plus grand songwriter country encore en activité publie des albums comme d’autres boivent des bières. Et force est de reconnaître que la qualité de ses livraisons annuelles (quand ça n’est pas bi-annuelles !) reste toujours de qualité. Ce God's Problem Child prouve ainsi que le temps glisse sur l’auteur d’Hello Walls sans affecter son talent. Surtout que cette cuvée du printemps 2017 comprend essentiellement des chansons inédites, composées pour la plupart par Willie et Buddy Cannon. Des titres musicalement assez laid-back dans l’ensemble (et jamais sur-produits !) et toujours aussi variés dans leurs thèmes. Sur la chanson-titre écrite par Jamey Johnson et Tony Joe White, Willie partage le micro avec les deux compositeurs mais aussi Leon Russell, dans l’un de ses derniers enregistrements avant sa mort le 13 novembre 2016. L’amusant I'm Not Dead se gausse d’une fausse rumeur propagée sur internet sur sa supposée mort. Delete And Fast-Forward glisse quelques commentaires acerbes sur les dernières élections américaines. Enfin, He Won't Ever Be Gone qui boucle le disque est un sobre et bel hommage à Merle Haggard, son vieux complice disparu le 6 avril 2016, avec lequel il venait de co-signer l’impeccable Django & Jimmie l’année précédente… Evidemment ce God’s Problem Child ne joue pas dans la même catégorie que ses chefs d’œuvre d’antan comme Shotgun Willie et Phases And Stages. Mais chaque album de Willie Nelson, modeste soit-il, restera toujours au-dessus de 80% de la production country ambiante, rappelant à chacun le b.a.-ba et les bases d’une bonne chanson et de son interprétation adéquate. Et rien que pour ça, ce disque se déguste comme une énième bière fraiche partagée avec un vieil ami… © CM/Qobuz
CD9,49 €

Country - Paru le 1 janvier 1998 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

CD18,99 €

Country - Paru le 16 octobre 2015 | Columbia Nashville Legacy

CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2008 | Blue Note Records

Livret
Bright Lights Big City - Night Life - Caldonia - Stardust - Basin Street Blues - Georgia On My Mind - Rainy Day Blues - My Bucket's Got A Hole In It - Ain't Nobody's Business - That's All/Willie Nelson & Wynton Marsalis
CD11,49 €

Country - Paru le 31 mars 2008 | Columbia - Legacy

HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Country - Paru le 27 avril 2018 | Legacy Recordings

Hi-Res
Est-ce l’approche de la fin qui le stimule de la sorte ? Force est de constater que Willie Nelson n’a jamais autant publié d’albums depuis qu’il fait partie du troisième âge… Pour souffler ses 85 bougies, le pape de la country hippie enregistre ici onze chansons inédites, cosignées avec son vieux complice Buddy Cannon, mêlant son habituel humour à des vignettes aux accents nostalgiques. Pour ce 73e album studio – oui, oui, oui, 73 ! – l’auteur de Crazy et de Hello Walls infuse sa country dans des sonorités tantôt New Orleans, tantôt western swing, voire quasi jazzy. Last Man Standing ne réunit sans doute pas les plus grandes chansons de leur auteur mais offre une demi-heure d’artisanat sincère, sans couture apparente, ni défaut de fabrication. On n’en voudra donc pas à Willie de faire le minimum syndical car chez lui, le terme est déjà synonyme de dessus du panier… © Max Dembo/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 1 février 1982 | Columbia Nashville

Hi-Res
HI-RES11,89 €16,99 €(30%)
CD9,09 €12,99 €(30%)

Country - Paru le 26 février 2016 | Legacy Recordings

Hi-Res
Lorsque George Gershwin s’éteint le 11 juillet 1937, Willie Nelson n’a que quatre ans. Quelques décennies plus tard, restent deux noms majeurs, deux légendes, deux monuments de la musique du XXe siècle, dans des catégories qu’on imagine opposées mais dont le génie des deux hommes efface les frontières. Et ce disque souligne un peu plus la porosité des deux mondes. Surtout qu’en 2015, Willie recevait même le Library of Congress Gershwin Prize for Popular Song, récompense jamais attribuée jusqu’ici à un artiste country. Ce délicieux Summertime – Willie Nelson Sings Gershwin n’est donc pas vraiment une surprise. La voix nasale et si singulière du Texan se love à la perfection dans les mélodies de velours et la prose parfaite de George et Ira Gershwin. Parmi les onze titres choisis, deux sont interprétés en duo avec Cyndi Lauper (Let's Call the Whole Thing Off) et Sheryl Crow (Embraceable You). En 1978 déjà, avec l’album Stardust, il avait imposé sa signature hors la sphère country en enregistrant un disque de grands thèmes populaires américains signés des frères Gershwin mais aussi Duke Ellington, Hoagy Carmichael, Irving Berlin et Kurt Weill. Entouré de fidèles qui composent un groupe raffiné, y allant plus à l’épure qu’à l’esbroufe, Willie Nelson s’approprie ce répertoire avec délicatesse, loin de son image du rebelle country anti-establishment et anti-Nashville des années 70… A 82 ans passés, il se fait ici plus crooner que jamais, mais à sa manière bien à lui. Celle d’un hors-la-loi pour ne pas dire hors-toutes-les-lois. © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Country - Paru le 29 mai 2015 | Legacy Recordings

Hi-Res
Deux légendes. Difficile d’utiliser une autre expression lorsqu’on réunit les noms de Willie Nelson et Merle Haggard dans une même expédition. Car les faits d’arme d’antan de ces deux-là ont réellement chamboulé l’histoire de la country music. Un avant et un après… Deux plumes rebelles, deux personnalités fortes, bref deux originaux qui unissent leurs forces pour ce Django And Jimmie, produit par Bobby Cannon. Pour ce sixième enregistrement en commun, le Hag et Willie ont sorti le grand jeu. Car si ce genre de rendez-vous au sommet entre octogénaires – Merle a 78 ans et Willie en a 82 – peut vite tourner au sympathique mais anecdotique album, le duo aligne des compositions fortes. Mieux : leurs voix burinées par le temps n’a jamais autant touché au cœur. A l’arrivée, un superbe album de country crépusculaire et jamais grabataire. © MD/Qobuz
CD15,49 €

Country - Paru le 1 janvier 1996 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

L'interprète

Willie Nelson dans le magazine