Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2011 | Interscope

Distinctions 3F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Après avoir connu la consécration en 2008 avec la sortie de l’excellent Dear Science, le groupe culte de Brooklyn revient avec un 4ème album toujours aussi fascinant, et toujours aussi inclassable. Chanson psychédélique, post-rock, électro-gospel, la musique des TV on the radio s’apparente très probablement avant tout à la soul, parce qu’elle transpire l’authenticité et le génie.
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 mars 2004 | Touch and Go Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
« Ça ne ressemble à rien ! ». Formule éculée. Et souvent fausse. Mais lorsque les New-Yorkais de TV On The Radio sortent de sous terre à l’aube des années 2000, on ne peut que déballer le fumeux précepte. Ce premier album studio lâche bien quelques filiations mais leur éclectisme déboussole réellement. Titubant entre post-punk rigide, Bowie berlinois, sculptures soniques à la My Bloody Valentine, gospel trisomique, trip-hop anthracite façon Tricky, sans oublier quelques effluves jazz par-ci et une poigné de nuages expérimentaux que ne renierait guère Brian Eno par-là, cette symphonie électrique est tendue comme une apocalypse, emmenée par la voix haut perchée du charismatique Tunde Adebimpe. La messe peut s’avérer paisible et habitée puis soudainement ouvertement barbare et violente. Dans cette fausse confusion, l’ADN de Desperate Youth, Blood Thirsty Babes prend forme au fil des écoutes. Et derrière ce chaos de façade apparait une cohérence harmonique, véritable identité d’un trio qui fait du neuf avec du vieux. Et rarement carambolage de tant d’influences n’aura accouché d’une sémantique si concise. Comme une musique implosée plutôt qu’explosée. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2011 | Interscope

Distinctions 3F de Télérama
Le quatrième album studio de TV on the Radio (mais des auto-productions pervertissent les statistiques) a été enregistré à Los Angeles, au domicile de leur producteur et tête chercheuse, le multi-instrumentiste David Sitek. Son titre évoque un principe scientifique de réfraction de la lumière du soleil, et est donc supposé tourner autour de l’amour. Lorsqu’on connaît la capacité des New-Yorkais à pervertir les moindres fondamentaux de la pop, il pourrait s’inspirer des paramètres élémentaires de la pizza quatre fromages, pour un résultat tout aussi gratifiant. Plus important, l’opus succède à un épisode récréatif que se sont octroyé les musiciens, entre musiques de films, projets solo, collaborations à d’autres combos (dont Jane’s Addcition) et premiers pas sur un plateau de cinéma : sans nul doute le meilleur moyen de survivre collégialement au triomphe de Dear Science. Manifestement, ce laps de temps a permis le resserrage de boulons pour un groupe virtuose désormais à l’âge d’être mature, donc responsable, mais qui finissait par s’enivrer de sa propre capacité ébouriffante à marier, comme cela a été mentionné ici ou là, le funk intuitif de Prince et la précision d’entomologiste de Talking Heads. Dans leur souci majeur de pouvoir revendiquer toutes sortes de racines (manifestement ici, voiles toutes sur le rock), les TVOTR laissent désormais leur musique se teinter de blues (« Caffeinated Cosnciousness »), s’enrichir de quelques sonorités chamarrées (le banjo de « Killer Crane ») et enrichissent leurs chansons d’un faisceau sonore luxuriant d’harmonies, comme en témoigne l’un des sommets du disque, « Keep Your Heart ».Entre rafraîchissement de l’inspiration et rhétorique aussi pointue que contemporaine, on ressent – ce n’est qu’une supposition mais on est prêt à parier une pièce là-dessus -, que le quintette a pris un extrême plaisir à enregistrer les dix vignettes du programme. Les fats reprocheront aux musiciens d’avoir tenté d’embrasser tous genres, de la soul à la musique expérimentale en passant par le rock séminal donc, et la dance, sans même se rendre compte que le chanteur Tunde Adebimpe et ses amis y sont, tout simplement, parvenus. Car, dans la décontraction des grands artistes qui n’ont plus comme challenge de démontrer, sous la pression du marché, leur extrême inventivité, il leur suffit de quelques mesures de « Second Song » (titre d’ouverture), humble et bouillonnant lever de rideau, pour laisser la concurrence à plusieurs centaines de coudées en arrière. Avec Nine Types of Light, TV on the Radio parvient à rendre son art accessible sans débauche, ce qui reste la marque des plus grands. Alors, appelons cela du funk arty si on le souhaite, saluons l’une des sections rythmiques les plus acérées de sa génération, frémissons à la langueur du chant et le caractère protéiforme des mélodies à géométrie variable, et rendons grâce de ce bain d’intelligence en provenance de Brooklyn. Ensuite, fermons-là : la musique emporte tout sur son passage, celle de l’un des albums majeurs de l’année 2011. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 juillet 2006 | Touch and Go Records

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 novembre 2014 | Harvest Records

Confronté à la perte d'un des siens, le bassiste Gerard Smith décédé à seulement 36 ans d'un cancer du poumon en avril 2011, soit une semaine après la parution de Nine Types of Light, TV on the Radio a resserré les rangs et ses liens pour affronter la suite. Le parcours exemplaire du groupe new-yorkais en avait fait la coqueluche de la critique, sans pour autant rivaliser en popularité avec, au hasard, Arcade Fire.Trois ans et demi après ce dramatique imprévu, le quatuor choisit de ne pas baisser la garde et de continuer à explorer la périphérie d'un rock secoué par ses courants dérivés. Passé à la moulinette de TVOTR, le funk, l'electro, le rock psychédélique, le post-punk et la soul se voient filtrés et disséminés au long de compositions minimalistes comme l'entêtant « Careful You », tournant sur une boucle synthétique, ou « Happy Idiot », rock tendu par une ligne de basse progressivement recouverte de guitare et divers bruitages, dont le propos vante la naïveté comme source de bonheur. Que ce soit sur ces deux premiers simples livrés en avant-goût comme sur « Test Pilot » et la plupart des douze titres de Seeds, TV on the Radio se fait l'expert du faux-plat, comme se plaisait à le distiller avant lui Brian Eno, sur des nappes ambient resurgies ici (« Love Strained ») ou là (« Ride »). La mécanique minutieusement mise au point par les New-Yorkais, à l'oeuvre sur la scansion d'ouverture « Quartz », est parfois malicieusement déréglée par une mélodie power pop turgescente (« Could You »), un numéro dansant (« Right Now ») ou un exercice glam rock (« Winter »), voire pop punk (« Lazerray »). Mais, toujours, le propre de ces savants équilibristes d'un rock élastique est de retomber sur ses pieds. Une nouvelle fois, de brillante manière. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 novembre 2014 | Harvest Records

Hi-Res
Au fil des années et des albums, TV On The Radio semble se détendre. Car oui, la tension était au cœur de la musique conçue par la bande emmenée par le charismatique Tunde Adebimpe. L’ADN de groupe américain avait aussi l’originalité de tenter la fusion entre l’infusionable. En vrac, on pensait à David Bowie comme à The Fall, à Frank Zappa comme à Funkadelic, au post punk de Joy Division mais aussi aux Pixies. Bref, impossible d’encager TV On The Radio… Quelques secondes de Seeds suffisent pour comprendre que le groupe ne cherche pas à se réinventer mais plutôt à polir les angles, lustrer sa rythmique et peaufiner sa production. La tentation du commercial ? Pas vraiment. Les dernières années ont été rudes pour le groupe, avec la mort de son bassiste Gerard Smith, emporté en 2011 par un cancer du poumon à seulement 36 ans… Sans doute le plus pop de tous leurs albums, Seeds offre un visage enjoué tout en conservant l’essence de TV On The Radio. Moins de rythmiques anguleuses et de guitares agressives, davantage de grooves accueillants et de mélodies joviales. Adebimpe n’a jamais aussi bien chanté que sur ces douze titres. Un opus qui risque d’élargir le public du groupe qui n’aura pas eu à vendre son âme au diable pour en arriver là. Tant mieux. © MD/Qobuz
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 septembre 2008 | Touch and Go Records

A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 juillet 2003 | Touch and Go Records

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 juillet 2007 | Touch and Go Records

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 septembre 2008 | Touch and Go Records

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 février 2015 | Harvest Records

A partir de :
CD17,98 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 juin 2004 | Touch and Go Records

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 juillet 2006 | Touch and Go Records

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 septembre 2014 | Harvest Records

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 octobre 2004 | Touch and Go Records

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 mai 2009 | Touch and Go Records

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2011 | Interscope

Livret
A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 juillet 2009 | Touch and Go Records

A partir de :
CD1,19 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 janvier 2009 | Touch and Go Records

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 octobre 2014 | Harvest Records

L'interprète

TV On The Radio dans le magazine