Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Folk - Paru le 1 janvier 1988 | Elektra Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Tracy Chapman, chanteuse éponyme de ce premier album, voit sa notoriété s’étendre internationalement grâce à sa prestation lors du médiatique Nelson Mandela’s 70th Birthday Tribute Concert au Stade Wembley. Sa surprenante interprétation touche le public et enflamme les ventes de cet enregistrement qui sera récompensé trois fois lors des 31èmes Grammy Awards. « Talkin’ Bout A Revolution » introduit le disque et augure l’âme de cette artiste fervente qui fera retentir ce titre comme un hymne lors de chacun de ses concerts. L’obsédante, sobre et émouvante mélodie de « Fast Car », où elle invite à prendre son destin en main, lui vaudra le Grammy de la meilleure interprétation féminine. Tracy Chapman aborde ensuite tour à tour les thèmes qui lui sont chers : les tensions raciales dans « Across the Lines », la violence conjugale dans « Behind the Wall », le romantisme passionné dans « For My Lover », tandis que « Baby Can I Hold You » est une déclaration d’amour poignante et douce. Sobriété de l’instrumentation (Tracy, à la guitare, est généralement accompagnée seulement d’une basse et d’une batterie), simplicité de l’harmonie, le style folk tirant parfois sur le rock captive grâce à un swing efficace et au pouvoir évocateur qui se dégage, ou par l’extrême dépouillement, à l’image de « For You ». Seul « Mountains O’Thing » se distingue par l’utilisation de discrètes touches de vibraphone, de flûte de pan et de percussions, ou « She’s Got Her Ticket » par un style aux assonances reggaes. Sincère, Tracy Chapman n’hésite pas à se mettre à nu comme dans l’étrange titre a capella « Behind the Wall ». Androgyne et singulière, sa voix, au timbre entre raucité et chaleur, dégage une ferveur et une force de caractère. Une certaine fragilité transparaît néanmoins dans ce vibrato nerveux si personnel et caractéristique. L’ambivalence entre force, espoir, pessimisme ou mélancolie révèle une personnalité complexe. Grammy Awards du meilleur album folk en 1989, Tracy Chapman, avec le recul d’une vingtaine d’année, mériterait bien de se classer parmi ces fameux « albums de légende ». © ©Copyright Music Story Sophie Lespiaux 2016
CD13,49 €

Folk - Paru le 20 novembre 2015 | Rhino - Elektra

Mise à part la compilation Collection parue en 2001 réservée au marché européen, la discographie de la chanteuse folk-rock tracy Chapman n'a guère fait l'objet d'anthologies même après une discographie riche de sept albums studio depuis son inaugural et décisif premier opus de 1988. Un oubli réparé par ce recueil de 18 titres compilés pour Elektra par /Rhino, dont le talent en la matière n'est pas à démontrer. Des morceaux plus confidentiels ("Stand By Me") côtoient des pierres angulaires de l'oeuvre de Chapman comme "Fast Car," "Change," "Give Me One Reason," "Crossroads," "Telling Stories," "Talkin' 'Bout a Revolution" sur ce Greatest Hits dont la réussite réside dans le portrait nuancé d'une artiste à l'âme chaleureuse et la générosité manifeste. © TiVo
CD14,99 €

Folk - Paru le 19 juin 1986 | Elektra Records

CD14,99 €

Folk - Paru le 31 octobre 1995 | Elektra Records

CD14,99 €

Folk - Paru le 15 octobre 2002 | Elektra Records

CD14,99 €

Folk - Paru le 5 septembre 2005 | Elektra Records - ATG

Après les intimistes Telling Stories et Let It Rain, Where You Live marque le retour de Tracy Chapman vers des compositions plus contrastées, un style rock plus rythmé et des thèmes plus politiques et sociaux. Si « Talk To You » et « Love’s Proof » sont dans la lignée des chansons romantiques qui ont fait le succès de Tracy Chapman, « Don’t dwell » allie instrumentation dépouillée, voix écorchée sur une mélodie déchirante puissamment évocatrice. « Change », « Before Easter », et surtout le single « America » (écrite en 2000, après l’élection controversée de George Bush) retrouvent le style rock dès débuts, basé sur une rythmique très appuyée et sur cette voix nerveuse caractéristique, pour traiter de la relation entre l’individu et la société, ou se faire critique de l’impérialisme occidental. A la différence que Tracy Chapman est maintenant une artiste plus aboutie et à part entière : l’instrumentation est plus complexe, laisse place à des solos instrumentaux ainsi que des sonorités plus variées (acoustiques et électriques), elle-même étant une musicienne très polyvalente (textes, composition, chant, guitares, mais aussi claviers, clarinette, harmonica ou percussions). Tracy Chapman, artiste engagée ? De part son caractère sombre, discret et introspectif, il conviendrait finalement plus de la considérer comme une personnalité attentive au monde, une observatrice clairvoyante et concernée. © ©Copyright Music Story Sophie Lespiaux 2016
CD14,99 €

Folk - Paru le 7 novembre 2008 | Elektra Records

Avec Tracy Chapman le futur est forcément brillant. Pourtant la pochette de l'album montre une route vide, désolée, une Tracy Chapman seule. La moitié supérieure du recto est d'un noir d'encre, comme un ciel opressant, plombé et menaçant. Depuis toujours Tracy Chapman chante les viccissitudes du monde, les sujets ne lui manquent pas à l'heure actuelle. De réchauffement climatique en crise des subprimes, sa plume peut s'aiguiser et ses accords de guitare nous inviter à réfléchir. Our Bright Future annonce peut être aussi des changements à venir aux Etats Unis, une meilleure agrégation de la communauté noire au rêve américain. Tracy Chapman est une voix porteuse d'espoir, chacun de ses albums est attendu, Our Bright Future ne fait pas exception. © ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2016

Pop - Paru le 17 septembre 2001 | Elektra Records

Téléchargement indisponible
CD16,99 €

Folk - Paru le 18 janvier 2000 | Elektra Records

Cinquième album de Tracy Chapman, Telling Stories sort en 2000, et est coloré de la présence de la chanteuse américaine de rock-country Emmylou Harris. La voix de Tracy Chapman gagne ici en douceur : avec un débit moins saccadé, elle est plus posée que de coutume. Plus introspective, la chanteuse semble avoir gagné en maturité. La composition, et malgré une liste d’instruments considérables, est très subtile et se fonde plus sur les harmonies et les sonorités qui se mêlent que sur l’aspect rythmique, ce qui dégage un calme omniprésent. Les voix — et notamment celle d’Emmylou Harris —, qui ponctuent essentiellement les fins de phrases, donnent du relief harmonique et enrichissent la mélodie. L’incroyable homogénéité de style entraîne une difficulté de citer quelques titres qui pourraient ressortir de l’ensemble : « Wedding Song », « The Only One », « Speak The World » ? Ou le single éponyme de l’album sur lequel celui-ci s’ouvre, « Telling Storries », abordant la complexité entre fiction et réalité ? Car le disque n’enchaîne point une suite de titres disparates, malgré le fait que Chapman ne semble pas concevoir ses albums en suivant une certaine chronologie d’écriture, il s’écoule au contraire d’un seul flux, tranquille et sans aspérités, et gagne ainsi en suggestion poétique qui suscite rêves et méditation chez l’auditeur. Une démarche artistique dont la fonction, malgré l’importance de l’intime, n’est absolument pas tournée vers une quête égocentrique. © ©Copyright Music Story Sophie Lespiaux 2016
CD14,99 €

Folk - Paru le 14 avril 1992 | Elektra Records