Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD8,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Mercury Records

Distinctions Sélection Prix Constantin
Fils de deux figures musicales légendaires en France, Jacques Dutronc et Françoise Hardy, Thomas Dutronc ne semble pourtant pas du tout enclin à surfer sur la vague de la célébrité de ses parents. Il a travaillé dur et longtemps à étudier le jazz manouche avant la sortie en 2007 de son album Comme un Manouche Sans Guitare. Thomas cite l'incomparable guitariste de jazz Django Reinhardt comme l'une de ses influences principales, et cette inspiration est évidente tout au long de l'album. Son premier single, "J'Aime Plus Paris", est devenu immédiatement un hit dans sa France natale. Fort de paroles bien pensées combinées à un jeu de guitare expert, cet album est remarquable. © Celeste Rhoads /TiVo
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz vocal - Paru le 19 juin 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Thomas Dutronc délaisse (un peu) sa guitare manouche pour cet album rendant hommage à des classiques de la chanson française, qu’il susurre en français ou en anglais, à la façon d’un crooner sensible. Comme le titre de l’opus l’indique, le fils de Françoise Hardy et Jacques Dutronc a puisé dans un répertoire un peu particulier : celui des tubes français ayant fait le tour du monde. Toutes époques sont représentées, ce qui prouve que le succès international de la chanson française est un phénomène profondément durable. Dans cette playlist étonnante, on trouvera à la fois du Charles Trenet (La Mer) et du Daft Punk (Get Lucky), en passant par Jacques Brel (If You Go Away), Édith Piaf (La Vie en rose) et Claude François (My Way). Dutronc n’a pas hésité à coller au stéréotype de la chanson hexagonale douce et romantique, empreinte d’une insouciante joie de vivre et bercée d’une couleur jazzy feutrée. Sur ce dernier point, il a fait appel à de grands noms du genre : Eric Legnini aux claviers, Rocky Gresset à la guitare et Deni Benarrosh à la batterie.Produit par Jay Newland (Norah Jones, Paul Simon, Stevie Wonder), Frenchy possède une sorte de « patine » non seulement souriante, mais aussi assez clinquante car les duos qui jonchent l’album s’apparentent à un carré VIP impressionnant. Citons Diana Krall et Iggy Pop pour C’est si bon ou Stacey Kent pour Un Homme et une femme. Cette dernière reprise prouve d’ailleurs que c’est souvent par le biais du cinéma que certaines chansons ont pu acquérir une notoriété internationale. C’est le cas également de Playground Love de Air, chanté ici en duo avec la chanteuse de jazz sud-coréennes Youn Sun Nah. Quant aux reprises de Minor Swing et All for you (Django Reinhardt), elles montrent que même lorsque le naturel manouche de Thomas Dutronc est chassé, il revient au galop. © Nicolas Magenham/Qobuz      
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz manouche - Paru le 7 septembre 2018 | Blue Note

Hi-Res Livret
Avant Thomas Dutronc, aucun chanteur français n'avait eu les faveurs du prestigieux label de jazz Blue Note, mis à part Claude Nougaro et son album posthume, le bien nommé La Note bleue en 2004. Cet enregistrement live de Thomas Dutronc se caractérise par un patchwork intemporel reflétant l’esprit libre de ce style de musique. Parmi les chansons au parfum rétro, il ne pouvait évidemment pas faire l’impasse sur le tube qu’il a écrit pour Henri Salvador en 2000 (Mademoiselle, pour l’album Chambre avec vue). Mais ce qui surprend le plus dans cet enregistrement, c’est lorsqu’il fait rimer jazz manouche et chanson « moderne et engagée ». Ainsi, non loin du fameux J’aime pas Paris donné en rappel, on trouve Nasdaq, portrait à charge d’un capitaliste d’aujourd’hui au train de vie superficiel et individualiste. Cette audace se reflète dans la musique puisque le jazz manouche est ici mélangé à une douce bossa-nova pleine d’ironie. La reprise de Love de John Lennon est également à noter, la mélodie bienveillante du musicien anglais fonctionnant plutôt bien avec l’esprit fraternel de la musique affectionnée par Dutronc.Enfin, les amateurs de jazz pur ne seront pas en reste puisqu’on répertorie six titres non chantés dans ce live, parmi lesquels se trouve un morceau composé et interprété par le grand guitariste Rocky Gresset (Rocky Blues). Au rayon des curiosités, citons une reprise délicate de la Traviata de Verdi, ainsi que celle, tout aussi suave, de Que reste-t-il de nos amours ? de Charles Trénet. L’album se termine sur une note plus traditionnelle, puisqu’on a droit au classique des classiques du jazz manouche, Tea for Two, immortalisé en son temps par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli. Une manière délicieuse de conclure ce live souriant et virtuose. ©Nicolas Magenham/Qobuz
CD13,49 €

Jazz vocal - Paru le 19 juin 2020 | Blue Note Records

Thomas Dutronc délaisse (un peu) sa guitare manouche pour cet album rendant hommage à des classiques de la chanson française, qu’il susurre en français ou en anglais, à la façon d’un crooner sensible. Comme le titre de l’opus l’indique, le fils de Françoise Hardy et Jacques Dutronc a puisé dans un répertoire un peu particulier : celui des tubes français ayant fait le tour du monde. Toutes époques sont représentées, ce qui prouve que le succès international de la chanson française est un phénomène profondément durable. Dans cette playlist étonnante, on trouvera à la fois du Charles Trenet (La Mer) et du Daft Punk (Get Lucky), en passant par Jacques Brel (If You Go Away), Édith Piaf (La Vie en rose) et Claude François (My Way). Dutronc n’a pas hésité à coller au stéréotype de la chanson hexagonale douce et romantique, empreinte d’une insouciante joie de vivre et bercée d’une couleur jazzy feutrée. Sur ce dernier point, il a fait appel à de grands noms du genre : Eric Legnini aux claviers, Rocky Gresset à la guitare et Deni Benarrosh à la batterie.Produit par Jay Newland (Norah Jones, Paul Simon, Stevie Wonder), Frenchy possède une sorte de « patine » non seulement souriante, mais aussi assez clinquante car les duos qui jonchent l’album s’apparentent à un carré VIP impressionnant. Citons Diana Krall et Iggy Pop pour C’est si bon ou Stacey Kent pour Un Homme et une femme. Cette dernière reprise prouve d’ailleurs que c’est souvent par le biais du cinéma que certaines chansons ont pu acquérir une notoriété internationale. C’est le cas également de Playground Love de Air, chanté ici en duo avec la chanteuse de jazz sud-coréennes Youn Sun Nah. Quant aux reprises de Minor Swing et All for you (Django Reinhardt), elles montrent que même lorsque le naturel manouche de Thomas Dutronc est chassé, il revient au galop. © Nicolas Magenham/Qobuz      
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 25 mai 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Livret
Pour son troisième album studio, le dandy manouche a mis le cap sur l’Angleterre. C’est en effet à Londres qu’a été enregistré Eternels, jusqu’à demain dans lequel Thomas Dutronc opère un léger virage qui le rapproche doucement de la pop. Les influences de Django Reinhardt se font toujours ressentir mais se laissent furtivement effacées par les savoureuses mélodies et les refrains entêtants présents sur le disque. Le fils Dutronc a le chic pour bien s’entourer : l’album s’est fait avec l’aide du producteur Jon Kelly (Paul McCartney, Kate Bush…) et de brillants musiciens ayant déjà joué, entre autre, pour Adele et Jamiroquai. Des proches de l’artiste sont également présents : son ami d’enfance, Matthieu Chédid, sur le titre Croc Madame ainsi que son père, Jacques Dutronc, avec lequel il chante en duo sur Je n’suis personne. Prenez une version western d’un poème d’Aragon ainsi qu’une reprise rafraichissante de Gainsbourg, ajoutez-y des compositions originales subtilement orchestrées et vous obtiendrez Eternels, jusqu’à demain. © LG/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 7 septembre 2018 | Universal Music Division Decca Records France

Livret
Avant Thomas Dutronc, peu de chanteurs français avaient eu les faveurs du prestigieux label de jazz Blue Note, mis à part Claude Nougaro et son album posthume, le bien nommé La Note bleue en 2004. Cet enregistrement live de Thomas Dutronc se caractérise par un patchwork intemporel reflétant l’esprit libre de ce style de musique. Parmi les chansons au parfum rétro, il ne pouvait évidemment pas faire l’impasse sur le tube qu’il a écrit pour Henri Salvador en 2000 (Mademoiselle, pour l’album Chambre avec vue). Mais ce qui surprend le plus dans cet enregistrement, c’est lorsqu’il fait rimer jazz manouche et chanson « moderne et engagée ». Ainsi, non loin du fameux J’aime pas Paris donné en rappel, on trouve Nasdaq, portrait à charge d’un capitaliste d’aujourd’hui au train de vie superficiel et individualiste. Cette audace se reflète dans la musique puisque le jazz manouche est ici mélangé à une douce bossa-nova pleine d’ironie. La reprise de Love de John Lennon est également à noter, la mélodie bienveillante du musicien anglais fonctionnant plutôt bien avec l’esprit fraternel de la musique affectionnée par Dutronc.Enfin, les amateurs de jazz pur ne seront pas en reste puisqu’on répertorie six titres non chantés dans ce live, parmi lesquels se trouve un morceau composé et interprété par le grand guitariste Rocky Gresset (Rocky Blues). Au rayon des curiosités, citons une reprise délicate de la Traviata de Verdi, ainsi que celle, tout aussi suave, de Que reste-t-il de nos amours ? de Charles Trénet. L’album se termine sur une note plus traditionnelle, puisqu’on a droit au classique des classiques du jazz manouche, immortalisé en son temps par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, la reprise de Tea for Two. Une manière délicieuse de conclure ce live souriant et virtuose. ©Nicolas Magenham/Qobuz
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Mercury Records

Livret
Difficile d’être un Dutronc quand on s’appelle Dutronc… Mais Thomas a su exister sans qui l’on sait. Et ce nouvel album accentue un peu plus son style à lui, rien qu’à lui. Cette façon de jongler avec les mots – certes on sait faire dans la famille – l’embarque dans un registre efficace, épuré et sans chichi, sur le terrain d’un rock’n’drôle souvent délicieux.
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 27 novembre 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Livret
Au cours d'un long apprentissage dans l'ombre de musiciens qui s'est transformé en un statut de chanteur à succès, presque par inadvertance et tout en restant lui-même, Thomas Dutronc a démontré qu'il n'était pas qu'un « fils de ». Dans un style de chanson manouche, réhaussé d'une pointe d'ironie et d'un soupçon de mélancolie, ses deux albums Comme Un Manouche Sans Guitare (2007) et On Tourne, On Tourne En Rond (2011) ont séduit une large frange du public en se classant aux premières places des ventes. Allait-il reconduire la formule une troisième fois ?Il n'en est rien sur Éternels Jusqu'à Demain, dont l'intitulé se niche au coeur d'un des plus beaux morceaux de l'album, qui se trouve être un duo - le premier - entre les Dutronc père et fils, « Je n'suis personne ». La crise d'identité revient comme un boomerang d'une génération à l'autre, et « Qui je suis » n'en est qu'un autre exemple. Pour autant, l'ensemble ne sombre pas dans l'introspection et, passé l'hommage à « Aragon » dans la relecture du poème Est-ce ainsi que les hommes vivent ? (en filiation Léo Ferré, Catherine Sauvage, Yves Montand, Bernard Lavilliers), démarre sur les chapeaux de roue pop rock.C'est la grande nouveauté du cru Thomas Dutronc 2015. Le guitariste, épaulé par le producteur Jon Kelly et une équipe de musiciens anglais, a branché son instrument sur le secteur londonien, et ça s'entend sur les extraits « Allongés dans l'herbe » et « Croc madam ». Le ton toujours aussi léger, un brin « aquoiboniste » comme le père, il déclame « J'me fous de tout » pour, l'instant d'après, louer les « Princesses » qui le font poireauter dans « Minuit moins le quart ». Le style manouche, toujours présent par touches intermittentes, notamment dans « Qui je suis » et « Archimède », voisine avec l'électricité et les reprises de « Chez les yé-yés » d'un Gainsbourg tôt épris des lolitas, et du standard « I'll See You In My Dreams », aussi bien chanté par les crooners que joué par les guitaristes, de Django Reinhardt à Chet Atkins. © Loïc Picaud / Music-Story
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2008 | Universal Music Division Mercury Records

Livret
Fils de deux figures musicales légendaires en France, Jacques Dutronc et Françoise Hardy, Thomas Dutronc ne semble pourtant pas du tout enclin à surfer sur la vague de la célébrité de ses parents. Il a travaillé dur et longtemps à étudier le jazz manouche avant la sortie en 2007 de son album Comme un Manouche Sans Guitare. Thomas cite l'incomparable guitariste de jazz Django Reinhardt comme l'une de ses influences principales, et cette inspiration est évidente tout au long de l'album. Son premier single, "J'Aime Plus Paris", est devenu immédiatement un hit dans sa France natale. Fort de paroles bien pensées combinées à un jeu de guitare expert, cet album est remarquable. © Celeste Rhoads /TiVo
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2009 | Universal Music Division Mercury Records

Livret
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 25 mai 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Livret
Pour son troisième opus studio, le guitariste chanteur Thomas Dutronc est parti enregistrer à Londres ce successeur à Comme un Manouche Sans Guitare (2007) et Silence on tourne, On tourne en rond (2011). Pour l'occasion, il s'entoure de musiciens anglais pour un résultat sonnant davantage pop même si le style manouche subsiste sur quelques titres. A noter un duo inédit avec son père sur le titre "Je n'suis personne". © TiVo
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 27 novembre 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Livret
Pour son troisième opus studio, le guitariste chanteur Thomas Dutronc est parti enregistrer à Londres ce successeur à Comme un Manouche Sans Guitare (2007) et Silence on tourne, On tourne en rond (2011). Pour l'occasion, il s'entoure de musiciens anglais pour un résultat sonnant davantage pop même si le style manouche subsiste sur quelques titres. A noter un duo inédit avec son père sur le titre "Je n'suis personne". © TiVo
CD1,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Mercury Records

CD1,99 €

Chanson française - Paru le 20 octobre 2017 | Universal Music Division MCA

CD1,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Mercury Records

CD1,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Mercury Records

CD1,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | Universal Music Division Mercury Records

L'interprète

Thomas Dutronc dans le magazine