Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Soul - Paru le 2 août 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
« The Teskey Brothers (n. p.) : groupe melbournois réputé pour ses sonorités rétro, rappelant les meilleures heures de la soul et du blues des années 60. Formé en 2008 par deux frères, Joshua et Samuel. Voir aussi : Wilson Pickett, Bill Withers, Otis Redding ». Voilà à quoi pourrait ressembler la fiche de ce groupe dans une encyclopédie de la musique. Ce serait toutefois réducteur : ils sont bien plus qu’un groupe de revival ! La voix du chanteur d'abord, Joshua Teskey : trempée dans un whisky fumé, séchée au soleil du bayou, elle mériterait à elle seule un paragraphe, un chapitre, et même un livre. Quant à son frère Samuel, sa guitare est délicate et discrète au-dessus des filets plats très vintage de Brendon Love à la basse. Le tout rythmé et harmonisé par la batterie de Liam Gough et les claviers d'Olaf Scott. La section rythmique est solide comme le roc, accompagnée par moments de cuivres et d’arrangements orchestraux. Ce deuxième album studio, enregistré entièrement sur bandes magnétiques, explore des horizons musicaux extrêmement variés, entre le Motown ensoleillé de Man of the Universe, l’orgue, les leads planants et les chœurs gospel très floydiens de Paint My Heart, ou bien le vaudeville claudiquant de Sunshine Baby, qui rappelle Tom Waits à ses heures perdues. Malgré les styles et les arrangements hétéroclites, le fil conducteur est celui de la sonorité – la coloration chaleureuse du médium d’enregistrement faisant office de vernis pour ce polyptyque de maître. Run Home Slow priorise le feeling sur l’exécution pour un résultat organique qui en appelle autant au cœur qu’au cerveau. À vous de choisir comment l’apprécier ! © Alexis Renaudat/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Soul - Paru le 26 octobre 2018 | Decca (UMO)

Hi-Res
Les frères Teskey viennent d’Australie. Pourtant, à l’écoute ce très réussi Half Mile Harvest, c’est dans une petite salle sombre et brumeuse dégageant une odeur de bourbon que l’on s’imagine. Loin du pays des kangourous triomphe l’esprit de Stax dans toute son humilité. Josh et Sam Teskey, accompagnés de Liam Gough (batterie) et Brendon Love (basse) semblent avoir été bercés par la soul et le blues depuis toujours et friands de réveiller les grands maîtres du genre, BB King, Otis Redding ou encore James Brown. Une chaleur émane progressivement et les riffs électriques et envoûtants de Say You'll Do enrobent le tout d’une sensualité irrésistible. Entre blues et southern soul, la recette est efficace. Les corps se déhanchent langoureusement et il est difficile de ne pas tapoter du pied sur chaque temps de Pain and Misery. Mais surprise ! Quand Half Mile Harvest ne prend pas des airs de Soul Time à la Sharon Jones, c’est vers un blues du bayou, un swamp rock subtil qu’il s’oriente. Effets de steel, basse aux notes bouffies et harmonica, sur Shiny Moon et Reason Why, on tend vers du J.J. Cale et du Tony Joe White. Les Teskey Brothers n’inventent certes rien mais ils perpétuent joliment une tradition d’une musique noire qui demeure toujours d’actualité. © Clara Bismuth/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Soul - Paru le 15 mai 2020 | Decca (UMO)

Hi-Res
CD13,49 €

Soul - Paru le 26 octobre 2018 | Decca (UMO)

Les frères Teskey viennent d’Australie. Pourtant, à l’écoute ce très réussi Half Mile Harvest, c’est dans une petite salle sombre et brumeuse dégageant une odeur de bourbon que l’on s’imagine. Loin du pays des kangourous triomphe l’esprit de Stax dans toute son humilité. Josh et Sam Teskey, accompagnés de Liam Gough (batterie) et Brendon Love (basse) semblent avoir été bercés par la soul et le blues depuis toujours et friands de réveiller les grands maîtres du genre, BB King, Otis Redding ou encore James Brown. Une chaleur émane progressivement et les riffs électriques et envoûtants de Say You'll Do enrobent le tout d’une sensualité irrésistible. Entre blues et southern soul, la recette est efficace. Les corps se déhanchent langoureusement et il est difficile de ne pas tapoter du pied sur chaque temps de Pain and Misery. Mais surprise ! Quand Half Mile Harvest ne prend pas des airs de Soul Time à la Sharon Jones, c’est vers un blues du bayou, un swamp rock subtil qu’il s’oriente. Effets de steel, basse aux notes bouffies et harmonica, sur Shiny Moon et Reason Why, on tend vers du J.J. Cale et du Tony Joe White. Les Teskey Brothers n’inventent certes rien mais ils perpétuent joliment une tradition d’une musique noire qui demeure toujours d’actualité. © Clara Bismuth/Qobuz
CD13,49 €

Soul - Paru le 2 août 2019 | Decca (UMO)

« The Teskey Brothers (n. p.) : groupe melbournois réputé pour ses sonorités rétro, rappelant les meilleures heures de la soul et du blues des années 60. Formé en 2008 par deux frères, Joshua et Samuel. Voir aussi : Wilson Pickett, Bill Withers, Otis Redding ». Voilà à quoi pourrait ressembler la fiche de ce groupe dans une encyclopédie de la musique. Ce serait toutefois réducteur : ils sont bien plus qu’un groupe de revival ! La voix du chanteur d'abord, Joshua Teskey : trempée dans un whisky fumé, séchée au soleil du bayou, elle mériterait à elle seule un paragraphe, un chapitre, et même un livre. Quant à son frère Samuel, sa guitare est délicate et discrète au-dessus des filets plats très vintage de Brendon Love à la basse. Le tout rythmé et harmonisé par la batterie de Liam Gough et les claviers d'Olaf Scott. La section rythmique est solide comme le roc, accompagnée par moments de cuivres et d’arrangements orchestraux. Ce deuxième album studio, enregistré entièrement sur bandes magnétiques, explore des horizons musicaux extrêmement variés, entre le Motown ensoleillé de Man of the Universe, l’orgue, les leads planants et les chœurs gospel très floydiens de Paint My Heart, ou bien le vaudeville claudiquant de Sunshine Baby, qui rappelle Tom Waits à ses heures perdues. Malgré les styles et les arrangements hétéroclites, le fil conducteur est celui de la sonorité – la coloration chaleureuse du médium d’enregistrement faisant office de vernis pour ce polyptyque de maître. Run Home Slow priorise le feeling sur l’exécution pour un résultat organique qui en appelle autant au cœur qu’au cerveau. A vous de choisir comment l’apprécier ! © Alexis Renaudat/Qobuz
HI-RES3,49 €
CD2,49 €

Soul - Paru le 1 février 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
CD13,49 €

Soul - Paru le 15 mai 2020 | Decca (UMO)

CD2,49 €

Soul - Paru le 1 février 2019 | Decca (UMO)

L'interprète

The Teskey Brothers dans le magazine