Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES26,99 €
CD18,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 25 juin 2021 | Geffen

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Dans l’histoire du rap, certaines questions restent insondables. Comme celle de savoir quel est le meilleur album des Roots. Ce qui est certain, c’est que leur premier, Do You Want More?!!!??! (1995), revient fréquemment dans la shortlist aux côté de Things Fall Apart (1999), Phrenology (2002) ou Game Theory (2006). Avec ses airs de jam rap-jazz, sa construction brute et économe, il est l’illustration parfaite du groove de la formation, une base autour de laquelle une discographie entière a été construite. Composée essentiellement de remixs de la tracklist d’origine déjà publiés, cette savoureuse réédition deluxe* laisse entrevoir la manière dont les Roots, tout en cultivant sa singularité, savait être profondément ancré dans le son new-yorkais de son époque. Les versions de Proceed remixé par A.J. Shine ou celle de Silent Treatment par Kelo ajoutent des samples classiques de l’époque, un côté définitivement old school, tout en respectant l’intouchable batterie de Questlove, seul élément jamais travesti. Passionnant également d’entendre une autre version de Distortion To Static en freestyle et refrains scratchés, ou les nouveaux couplets et ad libs placés sur Lazy Afternoon. Du bon neuf avec du beau vieux. © Brice Miclet/Qobuz * Cette édition de luxe, qui devait sortir le 12 mars, sera disponible le 25 juin. Elle est tirée des enregistrements originaux et comprend dix-huit titres bonus organisés par Questlove : certains encore jamais publiés et d'autres restés indisponibles en numérique jusque-là. L'édition vinyle de luxe 3LP comprend cinq titres bonus : Proceed II Feat. Roy Ayers, Proceed III, Proceed IV (AJ Shine Mix), Proceed V (Beatminerz Mix), ainsi que cinq remixes de Silent Treatment. Alors que l'édition 4LP comprend tout ce qui précède ainsi que les huit pistes bonus supplémentaires : In Your Dreams Kid (I'm Every MC), The Ultimate (Original '94 Version), ...… (dot dot dot… on & on) , Pffat Time, Swept Away (Brouillon original), It's Coming, Lazy Afternoon (Version alternative)", et deux versions remixées de " Distortion To Static ".Original release October 24, 1994 (USA) and January 17, 1995 (Do You Want More?!!!??! - Pistes 1-16)
A partir de :
CD15,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1994 | DGC

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Première entrée difficile dans le monde du rap pour un groupe résolument ancré dans le groove le plus pur, mais pas vraiment fixé entre le jazz et le rap. Du coup l’album a les qualités de ses défauts dans le sens où il est facile d’imaginer les Roots en train de jammer pendant des heures puis se rappeler qu’ils sont censés graver sur disque quelques unes de ces séquences anthologiques. Ce qui donne des morceaux qui n’ont pas la construction sonore habituelle. Preuves avec les morceaux « ? Vs. Scratch » où Scratch mime à la bouche les suites percussives de  Love, ou encore « The Lesson, Pt. I » première des épopées musicales dont on retrouvera la suite sur les autres albums, avec un Dice Raw d’à peine 15 ans qui détruit verbalement tout sur son passage. Ou bien « Distortion to Static » et son sample de gars qui rigole. Sans compter « Essaywhuman?!!!??! » très live et un Black Thought qui joue avec chaque membre du groupe et le public. Des morceaux plus classiques sont également présents comme « Silent Treatment » qui traite des relations amoureuses sur le ton humoristique et se fera l’écho d’autres morceaux similaires à venir. Ursula Rucker termine l’album comme sur les prochains, avec un poème qui amène à la réflexion. Les fondations sont posées pour les pionniers du Hip-Hop jazz organique et cet album est parfois le préféré des fans du groupe car musicalement le plus proche du live. Love commence dès cet album à détailler avec la minutie qui le caractérise la genèse de l’album, comme vous pouvez le lire dans la masse d’anecdotes contenues dans le livret de l’album. © ©Copyright Music Story DaBee 2015
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Def Jam Recordings

Distinctions 4F de Télérama
Fondé en 1987 par le rappeur Black Thought et le batteur Questlove, The Roots publie aujourd'hui un neuvième album, délire enthousiasmant sur la décennie américaine des années 2000 marquée par les présidences de G. W. Bush et Barack Obama. Teinté de nu-soul et jazzy, le collectif de Philadelphie verse ici avec How I Got Over un smooth rap plutôt savant.
A partir de :
CD17,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 5 décembre 2011 | Def Jam Recordings

Livret Distinctions Sélection Les Inrocks
Construit sur une trame narrative inversée, ce treizième album de The Roots parle d’un certain Redford Stephens qui, après sa mort, tente de retrouver un sens à son existence passée. soit « l'histoire d'un môme qui devient criminel, mais qui n'est pas né ainsi. » En réalité, cet opus, qui est composé de ballades poignantes soutenues par des refrains plein d'élégance, met en perspective les questions soulevées par la crise américaine (pas uniquement économiques, mais aussi sociales) - au moyen desquelles les musiciens de The Roots peuvent faire valoir un fort engagement politique.
A partir de :
CD10,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 19 mai 2014 | Def Jam Recordings

Distinctions Top du mois de Jazznews
Après un album enregistré en compagnie d’Elvis Costello, les Roots reviennent dans les bacs avec ce … And Then You Shoot Your Cousin. Avec une durée de 33 minutes, c’est un album particulièrement concentré que nous offre le collectif de Philadelphie. Entre hip hop et R'n'B, les sonorités de l’opus se rapprochent des dernières expérimentations de leur ami Robert Glasper. Les instrumentations classieuses et originales, aux accents soul et classique, ne dénaturent pas le style si personnel de des Roots. © NG/Qobuz
A partir de :
CD18,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 février 1999 | Geffen

Enregistré en compagnie de Common, Mos Def, Erykah Badu, D'Angelo et du producteur James Poyser dans le mythique studio Electric Lady (en même temps que Voodoo de D'Angelo, Mama's Gun d'Erykah Badu et Like Water for Chocolate de Common, avec lesquels il forme un carré d'as imbattable), le quatrième album des Roots fait passer le groupe formé à Philadelphie par le MC Black Thought et le batteur Questlove dans une autre dimension. Grand succès populaire et critique publié le 23 février 1999, Things Fall Apart est une synthèse impressionnante de ses deux prédécesseurs – le très libre Do You Want More?!!!??! et le rugueux Illadelph Halflife. Si le groupe fait toujours une place de choix aux séances live improvisées, l'agencement des samples et des boucles est ici érigé au rang de science. Black Thought, qui manie la chronique sociale, les joutes égotiques et le storytelling avec la même aisance, est sur un nuage. Et le groove si particulier qui court sur tout l'album – du tranchant Step Into the Realm avec son beat qui se dérobe au tube néo-soul You Got Me – parfait cette formule imparable à laquelle contribuent des alchimistes chevronnés comme Jazzy Jeff (The Next Movement) et Jay Dee alias J Dilla (Dynamite!).Pour ses 20 ans, Things Fall Apart, qui fut le premier des grands albums du renouveau initié par le collectif Soulquarians (la diatribe contre le rap dominant Ain't Sayin' Nothin' New sonne comme un ordre de mission) et a servi de modèle à To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar, s'offre une indispensable édition deluxe truffée de versions alternatives, de live et d'inédits. © Damien Besançon/Qobuz
A partir de :
CD6,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Geffen

Enregistré en compagnie de Common, Mos Def, Erykah Badu, D'Angelo et du producteur James Poyser dans le mythique studio Electric Lady (en même temps que Voodoo de D'Angelo, Mama's Gun d'Erykah Badu et Like Water for Chocolate de Common, avec lesquels il forme un carré d'as imbattable), le quatrième album des Roots fait passer le groupe formé à Philadelphie par le MC Black Thought et le batteur Questlove dans une autre dimension. Grand succès populaire et critique publié le 23 février 1999, Things Fall Apart est une synthèse impressionnante de ses deux prédécesseurs – le très libre Do You Want More?!!!??! et le rugueux Illadelph Halflife. Si le groupe fait toujours une place de choix aux séances live improvisées, l'agencement des samples et des boucles est ici érigé au rang de science. Black Thought, qui manie la chronique sociale, les joutes égotiques et le storytelling avec la même aisance, est sur un nuage. Et le groove si particulier qui court sur tout l'album – du tranchant Step Into the Realm avec son beat qui se dérobe au tube neo soul You Got Me – parfait cette formule imparable à laquelle contribuent des alchimistes chevronnés comme Jazzy Jeff (The Next Movement) et Jay Dee alias J Dilla (Dynamite!). © Damien Besançon/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 13 juillet 2004 | Geffen*

Comme tous les albums des Roots, celui-ci est profondément réfléchi et attendu. Mais l’ambition est peut-être trop grande ici, empruntant l’idée de contagion musicale se répandant telle un virus du livre de Malcom Gladwell dont ils tirent le nom de leur album. Et l’excitation est d’autant plus importante que le groupe est revenu à ses procédés d’auparavant, à savoir enregistrer sans compter puis éditer les meilleures séquences par la suite.Love avait prévenu : ses albums préférés n’excèdent pas 10 morceaux, voici donc le même nombre de morceaux ici. Et dès l’introduction, avec le sample rejoué de Sly sur « Star » et le texte volontairement optimiste comme quoi nous sommes chacun à des degrés divers des stars, nous voilà prévenus : il n’y aura pas de déchets musicaux ici. Le premier maxi « Don’t Say Nutin’ » sonne comme un morceau générique de Scott Storch mais Black Thought l’empoigne tel un cheval musical tout en se moquant de tous ces rappeurs qui racontent n’importe quoi en marmonnant sur le refrain. Chaque morceau a son existence propre, varié en bpm et ambiances, ce qui donne peut-être un ensemble manquant de liant par rapport aux édifices musicaux habituel du groupe construits tels des cathédrales dédiées au son. « Stay Cool » avec Martin Luther est pour le coup particulièrement jouissif, recyclant le Harlem Hendoo de Al Hirt déjà popularisé par Prince Paul pour De La Soul. Ou dans une vibe plus énergique, « Boom » s’impose car Black Thought y reproduit les élocutions de deux légendes du rap, Big Daddy Kane et Kool G Rap. Les morceaux cachés n’apportent rien d’autre que du bonheur comme la reprise de George Kranz pour « Din Da Da ». Une nouvelle réussite pour un groupe qui arrive à étonner à chaque sortie. © ©Copyright Music Story DaBee 2016
A partir de :
CD10,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2012 | DGC

Les Roots arrivent à conserver un son proprement organique tout en puisant indéniablement dans des supports moins joués, entendez ici plus de samples et moins d’instrumentation live. Le collectif maison Grand Negaz que l’on imagine dirigé d’une baguette de fer par un Love rarement en manque de riffs,est à l’origine de la majorité de l’œuvre, et le son est résolument plus sombre que sur les précédents. Mais l’ensemble est peut-être encore davantage représentatif de la volonté musicale du groupe. Il est donc logique également que s’y retrouvent de futures connivences soniques du groupe, comme Q-Tip, Common Sense, la voisine Bahamadia ou encore D’Angelo. « Hypnotic » porte bien son nom et reflète les ambiances à venir les années suivantes pour cette vague de morceaux nu-soul dont J-Dilla se fera le fidèle porte drapeau sonore. « Concerto of the Desperado » claque comme une bande son de western épique et se révèle un parfait hymne. « Clones » diffuse des émotions rares sur une rythmique qui s’enflamme et se relaxe à foison, évoquant les rappeurs sans talent. Ils arrivent à avoir leur premier tube avec l’appui vocal de Raphael Saadiq sur « What They Do », dénonciation de toutes les causes ayant amené à l’état désastreux du rap à l’époque, qui n’a pas vieilli d’une rime. Un fabuleux troisième album qui encapsule probablement le mieux l’univers musical pourtant toujours mouvant du groupe. © ©Copyright Music Story DaBee 2016
A partir de :
CD12,39 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 22 novembre 2011 | RBC Records

A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 16 septembre 2011 | Geffen

A partir de :
CD23,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1999 | Geffen*

A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 12 septembre 2006 | Def Jam Recordings

L’album le plus risqué du groupe et dont ils sont probablement le plus fiers. Le premier single « Don’t Feel Right » lorgnant vers les Ohio Players n’est aucunement représentatif de l’ensemble. L’ombre musical de J-Dilla, récemment décédé, recouvre l’ensemble résolument très sombre.Rarement un disque de rap aura flirté avec des thèmes aussi graves, évoquant la paranoïa, la frustration, la colère, des sentiments que The Roots souhaitaient mettre en avant car Love considérait que plus aucun artiste n’avait le courage de dévier de la mouvance festive à outrance et totalement déraisonnée. Ils démarrent l’œuvre sur une reprise du morceau « Fantastic » issu du « Fantastic Vol. I » du groupe de Dilla, Slum Village, et terminent sur un titre hommage de 8 minutes au rappeur producteur, lui empruntant « Time: The Donut of the Heart » tiré de son incroyable « Donuts », recueil de compositions douloureuses tapées à la machine AKAi dans une chambre d’hôpital. L’album continue lentement avec « False Media » et la voix pleine de récitations d’un Wadud Ahmad reprenant la thématique de la pochette, illustrant les massacres humains sous couvert d’idéologies douteuses. Puis s’emballe avec « Game Theory », employant encore un échantillon de Sly & The Family Stone, dans un déchaînement de rythmiques effrénées. Les deux rappeurs du groupe se complémentent à merveille sur « In the Music » qui résonne comme une espèce de claustrophobie musicale. « Long Time » appelle à la libération des esprits, tandis que « Atonement » fait réfléchir quant à la survie de l’espèce, tout en utilisant une composition des 5 joyeux drilles au sommet de la montagne musicale et plus connus sous le nom de Radiohead Ce qui est d’autant plus incroyable c’est que cet album est sorti sur Def Jam Records sous la totale bénédiction de Jay-Z. Un pavé très noir dans la discographie du groupe mais absolument indispensable. © ©Copyright Music Story DaBee 2016
A partir de :
CD10,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2005 | Geffen

A partir de :
CD17,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2008 | Def Jam Recordings

A partir de :
CD8,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1994 | Geffen

A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Geffen*

A partir de :
CD8,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 20 septembre 2019 | Active Driveway LTD

A partir de :
CD0,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 22 novembre 2019 | Passyunk Productions

A partir de :
CD2,29 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 4 novembre 2016 | Atlantic Records

L'interprète

The Roots dans le magazine