Artistes similaires

Les albums

15,99 €
13,49 €

Electro - Paru le 22 juin 2018 | Parlophone France

Hi-Res
C’est le Bureau export de la musique française qui doit se frotter les mains. Avec leur troisième album, Synapson s’affirme comme l'une des marques à haut potentiel de l’électro-pop hexagonale. Le duo d’amis d’enfance avait déjà trouvé la bonne formule sur leur second long format, Convergence en 2015, dont sont sortis deux tubes millionnaires en écoutes, All in You featuring Anna Kova et Djon Maya Maï, avec la voix du défunt chanteur burkinabé Victor Démé. Succès inattendu, l’album leur a permis d’accrocher un disque d’or et de remplir le Zénith de Paris. Pour Alexandre Chière et Paul Cucuron, qui ont failli se séparer dans les moments de galère, la voie était enfin libre. Sur Super 8, ils récitent la recette de la réussite, une pop électronique élégante qui les place dans la catégorie de The Avener ou Woodkid et qui devrait leur valoir un jour une nomination aux Victoires de la musique. L’incipit Hide Away déploie intro feutrée, beats de house filtrée (© French Touch) et guitare funky avec la jolie voix de Holly du groupe Archive, tandis que All the Way Down (feat L. Marshall) démontre leur maîtrise des formats : quatre mesures de clavier mellow, quatre mesures de voix et voilà le beat et la mélodie entraînante. Avec leurs chansons calibrées entre trois et quatre minutes, les Synapson quadrillent le terrain de chasse des programmateurs de radio en quête d’efficacité et de modernité, à l’instar de Say My Name, que les proprios de bar à cocktails un peu chics devraient vite se procurer, ou The Meetup, sur lequel on retrouve le rappeur Beat Assailant, qui n’a rien perdu de sa capacité à faire groover. Et dans ce festin de “friendly music”, Synapson a même une pensée pour les quotas du CSA, avec Tim Dup, qui croise Damien Saez et Fauve sur Ce que l’on veut. © Smaël Bouaici/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Electro - Paru le 12 août 2016 | Parlophone France

Hi-Res
Chez Synapson, on ne conjugue pas la deep house comme ailleurs. Et Convergence, le deuxième album du duo Alexandre Chière/Paul Cucuron, le rappelle brillamment. Il y a d’abord cette capacité à rendre organique les codes du dancefloor. A en ôter le superflu. Et à leur insuffler une nonchalance, un bien-être contagieux, bref des sensations envoûtantes. On sent Synapson déterminé à ralentir les BPM pour magnifier la mélodie et le groove. Il y a aussi ces multiples saveurs venues d’ailleurs, du continent africain notamment, qui rendent cette musique totalement hypnotique. Un Convergence qui s’offre une belle brochette de featurings variés et parfaitement choisis : Charles Harvey (Moonlight), Anna Kova (All In You), Broken Back (Fireball), Bernhoft (Keep Me Hanging), Sirius (Control, Benjamin Diamond (They Just Don’t Know) mais aussi, dès le premier titre, Victor Démé, grand chanteur burkinabé emporté par une crise de paludisme un mois avant la parution de cet album (Djon Maya Maï). Pas de doute : avec Feder et The Avener, Synapson s’impose un peu plus comme une sorte de nouvelle French Touch qui met le feu au dancefloor mais à sa manière et sans copier les recettes de ses ainés. Cette Deluxe Edition comprend 5 titres supplémentaires (parmi lesquels le tubesque Blade Down avec Tessa B, également présente sur une reprise groovy de Going Back To My Roots). © CM/Qobuz

Electro - Paru le 16 octobre 2015 | Parlophone France

Téléchargement indisponible
Chez Synapson, on ne conjugue pas la deep house comme ailleurs. Et Convergence, le deuxième album du duo Alexandre Chière/Paul Cucuron, le rappelle brillamment. Il y a d’abord cette capacité à rendre organique les codes du dancefloor. A en ôter le superflu. Et à leur insuffler une nonchalance, un bien-être contagieux, bref des sensations envoûtantes. On sent Synapson déterminé à ralentir les BPM pour magnifier la mélodie et le groove. Il y a aussi ces multiples saveurs venues d’ailleurs, du continent africain notamment, qui rendent cette musique totalement hypnotique. Un Convergence qui s’offre une belle brochette de featurings variés et parfaitement choisis : Charles Harvey (Moonlight), Anna Kova (All In You), Broken Back (Fireball), Bernhoft (Keep Me Hanging), Sirius (Control, Benjamin Diamond (They Just Don’t Know) mais aussi, dès le premier titre, Victor Démé, grand chanteur burkinabé emporté par une crise de paludisme un mois avant la parution de cet album (Djon Maya Maï). Pas de doute : avec Feder et The Avener, Synapson s’impose un peu plus comme une sorte de nouvelle French Touch qui met le feu au dancefloor mais à sa manière et sans copier les recettes de ses ainés. © CM/Qobuz
13,49 €

Electro - Paru le 22 juin 2018 | Parlophone France

C’est le Bureau export de la musique française qui doit se frotter les mains. Avec leur troisième album, Synapson s’affirme comme l'une des marques à haut potentiel de l’électro-pop hexagonale. Le duo d’amis d’enfance avait déjà trouvé la bonne formule sur leur second long format, Convergence en 2015, dont sont sortis deux tubes millionnaires en écoutes, All in You featuring Anna Kova et Djon Maya Maï, avec la voix du défunt chanteur burkinabé Victor Démé. Succès inattendu, l’album leur a permis d’accrocher un disque d’or et de remplir le Zénith de Paris. Pour Alexandre Chière et Paul Cucuron, qui ont failli se séparer dans les moments de galère, la voie était enfin libre. Sur Super 8, ils récitent la recette de la réussite, une pop électronique élégante qui les place dans la catégorie de The Avener ou Woodkid et qui devrait leur valoir un jour une nomination aux Victoires de la musique. L’incipit Hide Away déploie intro feutrée, beats de house filtrée (© French Touch) et guitare funky avec la jolie voix de Holly du groupe Archive, tandis que All the Way Down (feat L. Marshall) démontre leur maîtrise des formats : quatre mesures de clavier mellow, quatre mesures de voix et voilà le beat et la mélodie entraînante. Avec leurs chansons calibrées entre trois et quatre minutes, les Synapson quadrillent le terrain de chasse des programmateurs de radio en quête d’efficacité et de modernité, à l’instar de Say My Name, que les proprios de bar à cocktails un peu chics devraient vite se procurer, ou The Meetup, sur lequel on retrouve le rappeur Beat Assailant, qui n’a rien perdu de sa capacité à faire groover. Et dans ce festin de “friendly music”, Synapson a même une pensée pour les quotas du CSA, avec Tim Dup, qui croise Damien Saez et Fauve sur Ce que l’on veut. © Smaël Bouaici/Qobuz
7,19 €

Electro - Paru le 5 novembre 2012 | Musicast Electro

2,29 €

Electro - Paru le 20 mai 2016 | Parlophone France

2,29 €

Electro - Paru le 11 janvier 2018 | Parlophone France

2,29 €

Electro - Paru le 4 mai 2018 | Parlophone France

13,49 €

House - Paru le 12 août 2016 | Parlophone France

Chez Synapson, on ne conjugue pas la deep house comme ailleurs. Et Convergence, le deuxième album du duo Alexandre Chière/Paul Cucuron, le rappelle brillamment. Il y a d’abord cette capacité à rendre organique les codes du dancefloor. A en ôter le superflu. Et à leur insuffler une nonchalance, un bien-être contagieux, bref des sensations envoûtantes. On sent Synapson déterminé à ralentir les BPM pour magnifier la mélodie et le groove. Il y a aussi ces multiples saveurs venues d’ailleurs, du continent africain notamment, qui rendent cette musique totalement hypnotique. Un Convergence qui s’offre une belle brochette de featurings variés et parfaitement choisis : Charles Harvey (Moonlight), Anna Kova (All In You), Broken Back (Fireball), Bernhoft (Keep Me Hanging), Sirius (Control, Benjamin Diamond (They Just Don’t Know) mais aussi, dès le premier titre, Victor Démé, grand chanteur burkinabé emporté par une crise de paludisme un mois avant la parution de cet album (Djon Maya Maï). Pas de doute : avec Feder et The Avener, Synapson s’impose un peu plus comme une sorte de nouvelle French Touch qui met le feu au dancefloor mais à sa manière et sans copier les recettes de ses ainés. Cette Deluxe Edition comprend 5 titres supplémentaires (parmi lesquels le tubesque Blade Down avec Tessa B, également présente sur une reprise groovy de Going Back To My Roots). © CM/Qobuz
2,49 €

Electro - Paru le 22 septembre 2014 | Parlophone France

Electro - Paru le 11 janvier 2018 | Parlophone France

Téléchargement indisponible

House - Paru le 16 octobre 2015 | Parlophone France

Téléchargement indisponible
3,99 €

House - Paru le 21 juillet 2010 | Diez Music

5,49 €

Electro - Paru le 17 juillet 2015 | Parlophone France

5,49 €

Electro - Paru le 23 février 2018 | Parlophone France

2,29 €

Electro - Paru le 5 avril 2018 | Parlophone France

1,69 €

House - Paru le 9 septembre 2013 | Woh Lab

1,99 €
2,29 €

Electro - Paru le 20 mai 2016 | Parlophone France

Hi-Res
0,99 €

House - Paru le 13 décembre 2011 | Diez Music

L'interprète

Synapson dans le magazine