Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1999 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Mercury Prize Selection
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 25 octobre 2019 | Parlophone UK

Hi-Res Livret
Kind est déjà le onzième opus de la discographie de Stereophonics, enregistré en onze jours, d’ailleurs, deux ans après la sortie d’un précédent album intitulé Scream Above the Sounds (2017). La formation galloise n’y bouleverse pas franchement sa formule power-pop, mais elle est savamment distillée sur dix titres plutôt inspirés, à commencer par le furieux « I Just Wanted the Goods », dont les guitares abrasives servent admirablement la voix rocailleuse de Kelly Jones. Sur les ballades, comme la magnifique « Fly Like an Eagle », ce dernier se révèle toujours très efficace. Les arrangements eux aussi sont très réussis, d’un solo gentiment tranchant à une section rythmique parfaitement en place, en passant par de discrets mais néanmoins lumineux chœurs. Du reste, la progression des titres se fait très naturellement, et chaque titre révèle une humeur particulière. Ainsi, la dimension gospel d’un morceau tel que « Make Friends with the Morning » ne saute pas aux oreilles à la première écoute mais apparaît progressivement au fil des écoutes. De même, les mélodies peuvent être instantanément et presque instinctivement chantées par l’auditeur, ce qui démontre la qualité des chansons.Même « Stitches », sous ses allures pantouflardes, se révèle irrésistible tant la clarté de sa production nourrit un cocon confortable dont personne ne saurait volontairement s’extirper sans s’exposer inutilement aux tracas du monde. Kelly Jones maîtrise parfaitement son art, comme il le démontre sur le déchirant « Hungover for You » ou le brûlant « Bust This Town » au riff de guitare accrocheur. Pas forcément très gaie, « This Life Ain't Easy (But It's the One That We All Got) » démarre dans l’intimité d’un piano avant de déployer une section rythmique lente mais efficace et quelques guitares finement distordues. C’est finalement dans un registre vocal plus grave qu’à l’accoutumée que Kelly Jones surprend le plus, sur « Street of Orange Light », avant d’engager sur la dernière ligne droite sur une note un peu plus convenue (« Don’t Let the Devil Take Another Day »). Mais cela n’entrave en rien la qualité générale de Kind, qui s’achève par le magnifique et apaisant « Restless Mind ». © ©Copyright Music Story Ollmedia 2019
A partir de :
CD18,99 €

Rock - Paru le 10 novembre 2008 | Spinefarm

Compilation rassemblant les meilleurs titres du groupe / Stereophonics
A partir de :
CD15,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2001 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
CD16,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
CD16,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
CD17,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1997 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 27 octobre 2017 | Parlophone UK

Hi-Res Livret
Vingt ans déjà que les Gallois de Stereophonics excellent dans leur rock’n’roll redoutable d’efficacité, mettant les guitares, les mélodies pop et la voix rocailleuse de Kelly Jones au cœur de leur musique. Produit par Jones lui-même, ce dixième album pourrait n’être qu’un recyclage de deux décennies de tubesques chansons mais non. Le savoir-faire des Stereophonics leur permet une fois de plus d’enchaîner des singles catchy à souhait, certes ne révolutionnant non pas l’art du groupe mais imparablement énergique. Du travail de pro ! © CM/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2003 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
CD16,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 septembre 2015 | Ignition Records Ltd

Hi-Res
A partir de :
CD10,99 €

Rock - Paru le 10 novembre 2008 | EMI

One of those British phenomena that has stayed distinctly provincial -- talk all you want about Oasis or Blur never cracking the U.S. charts, Stereophonics never came close, never even managing to cobble together a cult of college students or Anglophiles -- Stereophonics managed to carve out a nice living as workaday rockers in the post-Oasis age. They were guitar rock traditionalists in the time when Radiohead and their happy followers Coldplay ruled British rock, marching just outside of the Zeitgeist but appealing to thousands anyway, probably because they never tried to compete with Radiohead's spacy explorations. Instead, Stereophonics adapted the anthemic roar of their Welsh forefathers Manic Street Preachers, substituting the Manics' Guns N' Roses fascination with a love of Nirvana, and then made big arena rock, tempered slightly with rambling acoustic singalongs straight out of Oasis and vague electronica-flavored pop. All this is chronicled on Decade in the Sun: The Best of Stereophonics, the group's first hits compilation and one that traces its evolution effectively across 20 tracks best appreciated by listeners familiar with these tunes as part of the general cultural fabric. For U.K. listeners, this is a good sampling of what they heard in the background for a decade. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 mars 2013 | Ignition Records Ltd

Hi-Res
A partir de :
CD14,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2006 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
CD10,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | EMI

A partir de :
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2009 | EMI

Douze ans déjà que les Gallois de Stereophonics nous gratifient d’un nouvel album tous les deux ans. La bande de Kelly Jones avait frappé un grand coup avec son excellent Word Gets Around en 1997, précédant cinq autres disques plus ou moins dispensables, mais toujours dotés d’un ou deux très bons titres servant de locomotive commerciale au groupe, boostant ainsi les ventes et accroissant la notoriété de Stereophonics. Sur ce septième opus, le groupe a fait appel à Jim Abbiss, qui a notamment travaillé avec Arctic Monkeys, Kasabian ou The Music, afin de redonner un second souffle au déjà vieux Stereophonics.   Très bien produit justement, Keep Calm and Carry On s’inscrit dans la droite lignée du travail des Gallois. Toujours obsédé par le « storytelling » de l’ouvrier british qui voit dans le pub du vendredi soir une seconde (ou une unique) famille, Kelly Jones assène les textes poético-roublards avec une efficacité et une spontanéité que l’on ne peut lui retirer. Rien d’innovant donc, mais honnête dans la démarche. C’est d’ailleurs ce qui caractériserait le mieux Stereophonics : cette constance du discours, cette musique empruntant autant au rock d’Oasis pour les tripes, qu’au rock de U2 pour la grandiloquence virile mais romantique. Ainsi, le très groovy rock up tempo « She’s Alright », côtoie le premier single, « Innocent » et ses accents pop nostalgique, qui renvoie sans ambages au fantomatique « Could You Be the One» ou au joli (mièvre, diront certains) « 100 mph ».   Les sympathiques Stereophonics ne cessent cependant de ressembler à une véritable bande son de publicité pour le bar du coin, et les textes obsédés par les dérives de comptoir (« Uppercut », « Beerbottle », « Trouble ») ne cessent de le rappeler. Stereophonics est un groupe qui a l’alcool triste, mais qui renaît de ses cendres après chaque gueule de bois. A écouter, mais avec modération. © ©Copyright Music Story Arnaud De Vaubicourt 2017
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 septembre 2015 | Ignition

Hi-Res
L’une des principales caractéristiques des Gallois de Stereophonics est leur immuable fidélité à leur son d’origine. Depuis ses débuts en 1997, le groupe a su entretenir une recette d’une redoutable efficacité, mettant les guitares, les mélodies pop et la voix rocailleuse de Kelly Jones au cœur de leur musique. Ce neuvième album n’est pas une exception à la règle et les chansons que délivre ici le quatuor présentent toutes les caractéristiques qui font de Stereophonics l’un des groupes les plus populaires de ces dernières années. Cet opus a été enregistré dans une petite maison de l’ouest de Londres, où la formation galloise a pris ses quartiers durant plusieurs mois, laissant libre cours à sa créativité et comptant une fois de plus sur les talents de songwriter de Kelly Jones. Ce dernier s’est également chargé de co-produire, avec l’aide de son acolyte Jim Lowe, chacun des titres du disque, veillant soigneusement à ce que l’énergie et la fougue des musiciens transparaissent dans chaque note. Keep The Village Alive est l’arme idéale pour conquérir les charts. © LG/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 septembre 2015 | Ignition

Hi-Res
L’une des principales caractéristiques des Gallois de Stereophonics est leur immuable fidélité à leur son d’origine. Depuis ses débuts en 1997, le groupe a su entretenir une recette d’une redoutable efficacité, mettant les guitares, les mélodies pop et la voix rocailleuse de Kelly Jones au cœur de leur musique. Ce neuvième album n’est pas une exception à la règle et les chansons que délivre ici le quatuor présentent toutes les caractéristiques qui font de Stereophonics l’un des groupes les plus populaires de ces dernières années. Cet opus a été enregistré dans une petite maison de l’ouest de Londres, où la formation galloise a pris ses quartiers durant plusieurs mois, laissant libre cours à sa créativité et comptant une fois de plus sur les talents de songwriter de Kelly Jones. Ce dernier s’est également chargé de co-produire, avec l’aide de son acolyte Jim Lowe, chacun des titres du disque, veillant soigneusement à ce que l’énergie et la fougue des musiciens transparaissent dans chaque note. Keep The Village Alive est l’arme idéale pour conquérir les charts. © LG/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 septembre 2019 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 août 2019 | Parlophone UK

Hi-Res

L'interprète

Stereophonics dans le magazine
  • Stuart Cable est mort
    Stuart Cable est mort L’ancien batteur des Stereophonics a été retrouvé mort chez lui à Llwydcoed, au Pays de Galles....