Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 11 mai 2018 | Fantasy Records

Hi-Res Distinctions Songlines Five-star review
Grand maître de la guitare slide, Ry Cooder a fait de sa vie musicale une grande fiesta de rock’n’roll, de blues, de folk, de rhythm’n’blues et de saveurs Tex Mex. Celui qui croisa aussi bien le fer avec Captain Beefheart que les Rolling Stones et joua même la carte world avec l’Afrique (Ali Farka Touré), Cuba (Buena Vista Social Club) et l’Inde (Vishwa Mohan Bhatt), est un musicien ne se souciant guère des étiquettes. Guitariste hors pair, le Californien reste l’un des ambassadeurs les plus passionnants des musiques roots du continent américain. Un passeur aussi, un explorateur même… C’est sur cette philosophie et avec ces valeurs en main qu’à 71 ans passés, Cooder signe un disque à son image. Mélangeant compositions originales et reprises de merveilles signées Blind Willie Johnson, Blind Roosevelt Graves, les Stanley Brothers et quelques autres, The Prodigal Son est un impeccable instantané de l’Amérique. Celle d’hier comme d’aujourd’hui. Les décennies passent, les maux restent. La spiritualité, l’espoir, la rage, la grandeur comme les bassesses. Tout cela défile dans ce répertoire mixte porté par le bon goût de Ry Cooder et l’aide de son complice de fils, le batteur et producteur Joachim Cooder. Une belle peinture d’une Amérique moralement malade. Mais n’est-ce pas dans un tel contexte que les artistes sont finalement les plus inspirés ? © Marc Zisman/Qobuz
CD22,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1970 | Rhino

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1970 | Warner Records

Distinctions Stereophile: Record To Die For
Des chansons brillantes, d’origines culturelles et historiques variées, servies par une guitare qui ne l’est pas moins, brillante : ce quatrième album de Ry Cooder décline avant l’heure quelques principes chers à l’Americana. Le très liturgique « A Married Man’s A Fool » de Blind Willie Mc Tell cohabite donc avec le très profane (et très amoureux) « It’s All Over Now » de Bobby Womack, un gospel (« Jesus On The Mainline ») s’enchaîne avec le très fracassant « If Walls Could Talk » de Little Milton. De plus, le batteur Jim Keltner, son beau-frère de bassiste Russ Titelman, et le chanteur Bobby King participent à l’épopée. A noter que le programme s’achève par une somptueuse version du « Ditty Wah Ditty » de Blind Blake, illuminé par un duo entre le pianiste Earl Hines et Cooder, ou quand l’histoire rencontre l’humanisme. Et que tout ce qui précède concourt à rappeler une simple évidence : une bonne chanson est une bonne chanson, et de bons musiciens, de bons artisans. Intelligent, sensible, et éclectique, Paradise And Lunch atteindra la cent-soixante-septième position des charts américains, ce qui naturellement, dans le contexte d’un quasi chef d’œuvre, ne signifie absolument rien. © Christian Larrède / Music-Story
CD48,99 €

Rock - Paru le 29 septembre 2014 | Rhino - Warner Records

Distinctions Choc de Classica
"... Ces sept CD rappelle que le guitariste et producteur fut aussi un compositeur inspiré pour le cinéma, vingt ans plus tôt. Bien présente, la célèbre BO de Paris, Texas, film de Wim Wenders en 1985, justifie à elle seule cette acquisition tant elle symbolise le style inimitable du musicien, fondé sur une connaissance encyclopédique du blues et du folk [...] Sa maîtrise souveraine du style slide — technique qui l'avait déjà rendu célèbre notamment auprès des Rolling Stones (Let it Bleed, Sticky Fingers), s'épanouit pleinement dans Paris, Texas, où son instrument, seul ou en trio, chavire, pleure et console les êtres [...] Cinq ans auparavant, la musique de The Long Riders (Le gang des frères James) de Walter Hill, revisite la diversité du folklore au temps de la conquête de l'Ouest, associant guitare, fiddle, dulcimer, banjo et cornet. Ne pas négliger pour autant la country d'Alamo Bay et de Cross-roads — où le musicien rend hommage aux grandes figures du blues et du gospel que sont Sonny Terry et Bobby King —, ou même jazzy et soul — avec George Bohannon —, ni le rock musclé de Blues City, et encore moins les accords songeurs de la guitare de Johnny Belle Geule " (Extrait de la critique de Classica, mars 2015 / Franck Mallet)
CD17,49 €

Rock - Paru le 24 octobre 2008 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD14,99 €

Rock - Paru le 11 juillet 1979 | Warner Records

CD16,99 €

Musiques du monde - Paru le 27 janvier 2003 | Nonesuch - Warner Records

CD16,99 €

Rock - Paru le 8 novembre 2011 | Rhino - Warner Records

CD97,99 €

Rock - Paru le 9 décembre 2013 | Rhino - Warner Records

Cette superbe intégrale réunit onze albums enregistrés par le maître de la slide entre 1970 et 1987. Une fiesta de rock’n’roll, de blues, de folk, de rhythm’n’blues et de saveurs Tex Mex de celui qui croisa le fer avec Captain Beefheart et les Stones et joua même la carte world avec l’Afrique (Ali Farka Touré), Cuba (Buena Vista Social Club) et l’Inde (Vishwa Mohan Bhatt). Guitariste hors pair, Ry Cooder est l’un des ambassadeurs les plus passionnants des musiques roots du continent américain. Un passeur aussi, un explorateur même. Ce coffret zoome sur sa période solo la plus classique et la plus dense. Celle qui engendra les onze albums suivants : Ry Cooder, Into the Purple Valley, Boomer s Story, Paradise And Lunch, Chicken Skin Music, Show Time, Jazz, Bop Till You Drop, Borderline, The Slide Area et Get Rhythm. © CM/Qobuz
CD19,49 €

Rock - Paru le 24 octobre 2008 | Rhino - Warner Records

CD16,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1970 | Rhino

HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Jazz - Paru le 23 juin 2008 | Nonesuch

Hi-Res
CD17,49 €

Rock - Paru le 11 janvier 1991 | Warner Records

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 14 juin 2005 | Nonesuch

Hi-Res Livret
CD16,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1970 | Warner Records

CD16,99 €

Country - Paru le 1 janvier 1970 | Warner Records

CD16,99 €

Rock - Paru le 29 mai 2005 | Nonesuch

CD17,49 €

Rock - Paru le 24 octobre 2008 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Rock - Paru le 11 mai 2018 | Fantasy Records

Grand maître de la guitare slide, Ry Cooder a fait de sa vie musicale une grande fiesta de rock’n’roll, de blues, de folk, de rhythm’n’blues et de saveurs Tex Mex. Celui qui croisa aussi bien le fer avec Captain Beefheart que les Rolling Stones et joua même la carte world avec l’Afrique (Ali Farka Touré), Cuba (Buena Vista Social Club) et l’Inde (Vishwa Mohan Bhatt), est un musicien ne se souciant guère des étiquettes. Guitariste hors pair, le Californien reste l’un des ambassadeurs les plus passionnants des musiques roots du continent américain. Un passeur aussi, un explorateur même… C’est sur cette philosophie et avec ces valeurs en main qu’à 71 ans passés, Cooder signe un disque à son image. Mélangeant compositions originales et reprises de merveilles signées Blind Willie Johnson, Blind Roosevelt Graves, les Stanley Brothers et quelques autres, The Prodigal Son est un impeccable instantané de l’Amérique. Celle d’hier comme d’aujourd’hui. Les décennies passent, les maux restent. La spiritualité, l’espoir, la rage, la grandeur comme les bassesses. Tout cela défile dans ce répertoire mixte porté par le bon goût de Ry Cooder et l’aide de son complice de fils, le batteur et producteur Joachim Cooder. Une belle peinture d’une Amérique moralement malade. Mais n’est-ce pas dans un tel contexte que les artistes sont finalement les plus inspirés ? © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 30 août 2011 | Nonesuch

Hi-Res Livret

L'interprète

Ry Cooder dans le magazine
  • Ry Cooder, il était une fois en Amérique...
    Ry Cooder, il était une fois en Amérique... Avec des reprises et des nouvelles chansons, le grand guitariste tire un beau portrait d'une Amérique malade...
  • L’avis du Ry
    L’avis du Ry Plus engagé que jamais Ry Cooder fustige l’Amérique puritaine…
  • Manuel Galbán est mort
    Manuel Galbán est mort Le célèbre guitariste cubain, qui officia au sein du Buena Vista Social Club et de Los Zafiros, s’est éteint à l’âge de 80 ans.
  • Los Compadres
    Los Compadres Certains le découvrirent pour la première fois grâce à Buena Vista Social Club, le projet orchestré par Ry Cooder en 1997, et le film qu’en fera Wim Wenders deux ans plus tard… Pourtant, Compay Seg...