Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES12,49 €16,99 €(26%)
CD8,99 €12,49 €(28%)

Country - Paru le 14 août 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Variété internationale - Paru le 25 novembre 2016 | East West Records

Hi-Res
Pour une fois, écoutez la rumeur et écoutez Rumer ! C’était ce que l’on se disait en 2010 lorsque cette Britannique née au Pakistan avait publié son premier album, Seasons Of My Soul, un brillant disque de pop luxuriante et sensuelle, légèrement rétro, comme Burt Bacharach en produisait dans les années 60 et 70. Un Bacharach, pape de l’easy listening cinq étoiles, à l’époque tellement impressionné par cette digne héritière de Karen Carpenter et Dusty Springfield, qui l’avait invité à le rejoindre en Californie pour chanter à ses côtés… Cinq ans plus tard, Rumer doit avoir l’impression de réaliser une sorte de rêve avec ce This Girl's In Love (A Bacharach & David Songbook) tout au long duquel sa voix rivalise avec celles de ses ainées Dionne Warwick, Dusty Springfield et Karen Crapenter sur des relectures des tubesques The Look Of Love, Close To You, You’ll Never Get To Heaven (If You Break My Heart), What The World Needs Now Is Love et autres Walk On By. Des reprises livrées ici dans des versions soignées, raffinées et très en phase avec les originales. A la production et aux arrangements, son mari Rob Shirakbari qui a justement travaillé avec Bacharach, apporte une tenture musicale de toute beauté qui sied à merveille à cette voix hors du temps. © CM/Qobuz
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Pop - Paru le 18 mai 2012 | Atlantic Records

Hi-Res
CD16,99 €

Variété internationale - Paru le 29 octobre 2010 | EastWest U.K.

Considérée par beaucoup comme la digne héritière de Karen Carpenter voire Dusty Springfield, la jeune Rumer signe ici un brillant disque de pop luxuriante et sensuelle, légèrement rétro, comme Burt Bacharach en produisait dans les années 60 et 70. Un Bacharach, pape de l'easy listening cinq étoiles impressionné par cette nouvelle venue, qui a d'ailleurs invité cette Britannique née au Pakistan, à le rejoindre en Californie pour chanter à ses côtés ! © CM/Qobuz
CD16,99 €

Pop - Paru le 11 octobre 2014 | Rhino

CD9,99 €

Pop - Paru le 10 février 2015 | Night Owl Music

Elle est apparue en 2010 avec une ballade soft rock fleurant bon l'âge d'or des raidos FM, « Slow », et a dévoilé deux ans plus tard son panthéon musical dans l'album de reprises Boys Don't Cry, rendant hommage aux plumes expertes de Paul Williams, Jimmy Webb et Townes Van Zandt. Forte d'une réputation d'auteur-compositeur attestée par son premier album Seasons of My Soul et d'une qualité d'interprète louée par la presse spécialisée, Sarah Joyce alias Rumer s'autorise un troisième album à rebours de la pop qu'elle défendait jusqu'alors.Écrit principalement à deux mains avec son fiancé Rob Shirakbari, voire davantage quand Rick Nowels ou Stephen Bishop apportent leur concours, Into Colour élargit la palette de la chanteuse anglo-pakistanaise de la pop suave à la Philly Soul en constat des onze compositions, quand ce n'est pas le disco qui embrase le premier simple « Dangerous », en signe de confession sur son rapport aux critiques. Cet extrait accrocheur mis à part, la voie est libre pour satisfaire à ses envies de ballades romantiques serties de cordes soyeuses et de sentiments doux-amers enveloppés de piano et de choeurs.Une louche de pop sophistiquée, sinon sirupeuse, pour une touche de funk laid back (« Play the Guitar »), tel est le régime sacchariné à haute dose d'Into Colour, dont l'inspiration en sourdine prend son envol au neuvième titre, « Pizza and Pinball ». « I Am Blessed » répète Rumer en fin de parcours, comme pour se rassurer après la dépression sévère qui a suivi le succès soudain de son premier album (classé numéro cinq des charts). Dans les chansons qui précèdent, il est difficile de retrouver la trace de ce qui faisait le charme de la disciple britannique de Karen Carpenter. Sur une bonne partie de l'album, de « Reach Out » à « Baby, Come Back to Bed », puis par éclipses sur « Sam » et « Butterfly » se succèdent à un rythme déclinant, des mélodies aux teintes pastel, enrobées d'un lourd écrin de velours. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 31 janvier 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 27 mars 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 18 mai 2012 | Atlantic Records UK

Hi-Res
Avec ce deuxième album, la Pakistano-Britannique trentenaire conforte l’idée selon laquelle elle s’est installée durablement dans le créneau de la douceur et de la tristesse distinguée. Elle accroît également les irrésistibles comparaisons avec la voix diaphane de Karen Carpenter, qui durant sa trop courte existence généra le sentiment que l’on pouvait parfaitement souffrir de désordres romantiques avec distinction, et, dans un autre registre, avec la sophistication navrée d’une Astrud Gilberto, voire la richesse harmonique de Laura Nyro. Boys Don’t Cry, produit par Steve Brown, compile en effet des refrains composés durant les années 1970 par des artistes tristes – au mieux mélancoliques -, de Richie Havens à Terry Reid, et de Townes Van Zandt (avec lequel la jeune femme semble vraiment toucher le fond dans « Flyin’ Shoes ») à Paul Williams. Et, malgré son intitulé, n’inclut pas la célèbre chanson de The Cure. Rumer interprète le tout dans une atmosphère onirique et nostalgique certes, mais également dans un assez curieux détachement, comme si la vision qu’eurent jadis tous ces hommes meurtris pouvait autant que faire se peut la protéger de ses propres désordres intimes (la mort de ses parents, sa dépression nerveuse, les révélations sur son père biologique). En ce sens, sa version du « P.F. Sloan » de Jimmy Webb – premier single extrait du programme – reste un sommet d’affliction, et d’acide radioscopie de ce qui est réservé à un individu créatif dans un monde cynique de brutes. La chanteuse est techniquement au-dessus du moindre reproche tout du long de ce bel album, même si les rebelles sans cause risquent de lui reprocher un évident déficit de nerf. Mais, outre une suite séduisante à un premier disque qui s’est vendu par containers entiers, Boys Don’t Cry rappelle, si besoin était, que même les rockers sont romantiques. Parfois. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
CD2,99 €

Pop - Paru le 11 décembre 2015 | Night Owl Music Ltd

CD14,99 €

Variété internationale - Paru le 25 novembre 2016 | East West Records

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 18 mai 2012 | Atlantic Records UK

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 12 juin 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 28 février 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 13 mars 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
CD5,99 €

Variété internationale - Paru le 22 octobre 2010 | Atlantic Records UK

Vidéo
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 8 mai 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Country - Paru le 17 juillet 2020 | Cooking Vinyl Limited

Hi-Res
CD4,99 €

Variété internationale - Paru le 29 avril 2011 | WM UK

CD2,29 €

Variété internationale - Paru le 7 octobre 2011 | Atlantic Records UK

L'interprète

Rumer dans le magazine
  • Rumer de soie
    Rumer de soie Son bel hommage rétro aux chansons de Burt Bacharach et Hal David...