Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD15,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2005 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 16 juin 2015 | Blue Note (BLU)

Hi-Res Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Avec son concept de Black Radio et les deux albums qui ont suivi, Robert Glasper a livré d’impressionnantes orgies de groove où s’entrechoquent jazz, R&B, rap, soul, funk et pop. Enregistré live aux mythiques studios Capitol, Covered en livre de nombreux titres phares en version entièrement acoustique. Epaulé par ses fidèles complices, le bassiste Vicente Archer et le batteur Damion Reid déjà présents sur ses albums Blue Note Canvas ( 2005) et In My Element (2007), le pianiste texan passe évidemment par d’autres chemins. Celui des standards ( Stella By Starlight) mais aussi celui de la reprise inattendue (Reckoner de Radiohead ou Barangrill de Joni Mitchell). A l’arrivée, un disque « retour aux sources ». Révélation du piano soul de ces dix dernières années, Glasper n’a pas épaulé Mos Def, Erykah Badu, J Dilla, Meshell, Kanye West, Common ou Q-Tip pour rien… Avec lui, la nu soul trouve l’ambassadeur smooth à souhait, clavier de velours et mélodiste suprême. Mais pas un simple tapoteur doué. Non, un pianiste, un vrai de vrai ! Qui connaît son McCoy Tyner sur le bout des ongles. Qui croise le fer avec Christian McBride, Terence Blanchard et Roy Hargrove… Surtout, Robert Glasper mène ses aventures plurielles, jazz ou hip hop, avec une insolente facilité. Mélodiste et instrumentiste hors pair, son toucher aérien en fait l'une des personnalités les plus recherchées. Son atout ? Avoir assimilé tout le spectre moderne du jazz, de son idole Herbie Hancock à Roy Hargrove, pour le mixer à ses influences contemporaines. © MZ/Qobuz
CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2002 | Fresh Sound Records

Distinctions 4 étoiles Jazzman
Marcus Strickland, saxophones ténor & soprano - Robert Glasper, piano - Brandon Owens, contrebasse - E.J. Strickland, batterie et percussions - Jeremy Pelt, trompette
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 3 octobre 2019 | Loma Vista Recordings

Hi-Res
Il n’en est pas à son premier dynamitage stylistique. Non, pas vraiment. Robert Glasper en a même fait sa raison d’être et de jouer. Passant son temps à arracher l’étiquette « pianiste de jazz » collée dans son dos, l’Américain a ouvert la voie à toute une génération de musiciens décidés à embarquer le jazz sur le terrain de la soul, du rap et de tous les sons possibles. Rien de préfabriqué dans cette démarche comme dans ce Fuck Yo Feelings, plus une mixtape qu’un véritable album. Le fruit de quelques heures passées aux Henson Studios d’Hollywood avec une bande d’amis triés sur le volet, sans feuille de route, ni mode d’emploi. Dans les oreilles coule un torrent improvisé de plus de 70 minutes, réparties sur 19 titres avec un casting assez hallucinant comprenant notamment Yassin Bey/Mos Def, Bilal, Denzel Curry, Rapsody, Mick Jenkins, Terrace Martin, SiR, sans oublier l’immense Herbie Hancock, idole presque octogénaire de Glasper et justement pionnier des fusions de genres. Ecouter Fuck Yo Feelings, c’est être la petite souris invitée à cette jam-session informelle. Un exercice qui fait que les instants excitants et inspirés côtoient ceux plus anecdotiques ou sentant l’inachevé. Mais Robert Glasper est doué et a su agencer et monter ces heures de bandes pour rendre cette expérience de jazz, de soul et de hip-hop totalement enivrante. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 1 mai 2020 | Loma Vista Recordings

Hi-Res
Détenteur de trois Grammy Awards pour ses projets en lien avec le rap, le claviériste et compositeur issu de la scène jazz Robert Glasper réalise sa première mixtape et resserre ainsi les liens qui l'unissent avec le genre musical le plus prégnant du moment. Féru d'expérimentations, il développe un grand nombre d'idées et exprime son appartenance à la communauté noire dans Fuck Yo Feelings, prêt à dérouter certains amateurs et à en séduire d'autres.Après une « Intro » des plus claires dans laquelle le rappeur Affion Crockett expose longuement le sens du projet, l'album prend son élan avec « This Changes Everything » (Buddy, Denzel Curry, Terrace Martin, James Poyser) et s'accorde à une pulsion qui ne va plus le lâcher jusqu'au dernier acte. À travers ses multiples variations, ce rythme obsédant entraîne dans son flux le piano électrique d'Herbie Hancock sur « Gone », auquel participent YBN Cordae et le complice Bilal. Au monologue de Mick Jenkins sur « Let Me In » succèdent des interludes instrumentaux où dominent la sonorité vaporeuse du clavier de Glasper (« In Case You Forgot ») et ses improvisations électroniques (« Indulging in Such »), encore sous influence Miles Davis, avant le morceau-titre et manifeste délivré par la voix suave et sensuelle de Yebba et des choristes.L'esprit des séances informelles de l'automne 2019, à la suite d'une jam avec le batteur Chris Dave, le bassiste Derrick Hodge et le DJ Jahi Sundance, transpire de cette suite de pièces où les invités mêlent leurs voix comme dans une fête continue : Andra Day et Staceyann Chin prennent part à « Endangered Black Woman », tandis que Baby Rose, Rapsody et James Poyser arrivent pour « Expectations », relayés à leur tour par SIR, Bridget Kelly et Song Bird sur « All I Do », puis Muhsinah et Queen Sheba sur « Aah Whoa ». L'improvisation semble régner quand en réalité, cette party sans fin se déroule dans une pièce où l'on imagine le maître de cérémonie à ses claviers, assisté par ses beatmakers et musiciens. Rap, soul seventies et jazz se confondent sur la longueur de dix-neuf pistes où le parrain Herbie Hancock revient faire un tour (« Trade in Bars Yo ») et le partenaire Yasiin Bey alias Mos Def ferme la porte (« Treal »). © Loïc Picaud / Music-Story
CD13,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Blue Note Records

Trois ans après "Double Booked", Robert Glasper revient avec "Black Radio" chez Blue Note. Entouré de son Experiment band (Chris Dave à la batterie, Derrick Hodge à la basse et Casey Benjamin au saxophone), Robert Glasper invite sur son nouveau projet les plus belles plumes de la scène soul et hip hop US avec notamment Erykah Badu, Mos Def, Musiq Soulchild, Bilal et Lupe Fiasco. On y retrouvera également une collaboration exclusive avec Hindi Zahra
CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2007 | Blue Note Records

CD13,49 €

Jazz - Paru le 3 octobre 2019 | Loma Vista Recordings

Il n’en est pas à son premier dynamitage stylistique. Non, pas vraiment. Robert Glasper en a même fait sa raison d’être et de jouer. Passant son temps à arracher l’étiquette « pianiste de jazz » collée dans son dos, l’Américain a ouvert la voie à toute une génération de musiciens décidés à embarquer le jazz sur le terrain de la soul, du rap et de tous les sons possibles. Rien de préfabriqué dans cette démarche comme dans ce Fuck Yo Feelings, plus une mixtape qu’un véritable album. Le fruit de quelques heures passées aux Henson Studios d’Hollywood avec une bande d’amis triés sur le volet, sans feuille de route, ni mode d’emploi. Dans les oreilles coule un torrent improvisé de plus de 70 minutes, réparties sur 19 titres avec un casting assez hallucinant comprenant notamment Yassin Bey/Mos Def, Bilal, Denzel Curry, Rapsody, Mick Jenkins, Terrace Martin, SiR, sans oublier l’immense Herbie Hancock, idole presque octogénaire de Glasper et justement pionnier des fusions de genres. Ecouter Fuck Yo Feelings, c’est être la petite souris invitée à cette jam-session informelle. Un exercice qui fait que les instants excitants et inspirés côtoient ceux plus anecdotiques ou sentant l’inachevé. Mais Robert Glasper est doué et a su agencer et monter ces heures de bandes pour rendre cette expérience de jazz, de soul et de hip-hop totalement enivrante. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Jazz - Paru le 27 mai 2016 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Pour aider Miles Davis à souffler ses 90 bougies en direct de l’au-delà, Robert Glasper signe cet album-hommage ambitieux sur lequel il invite notamment Erykah Badu, Stevie Wonder, Billal, Illa J, Phonte, les Australiens de Hiatus Kaiyote, Laura Mvula, John Scofield et le grand Stevie Wonder. En réunissant ainsi jazz, R&B, soul et hip-hop sur ce disque qui revisite des œuvres de la période Columbia (1955 – 1985) du trompettiste disparu en 1991, Glasper se veut surtout fidèle à l’approche fusionnelle de Miles Davis, montrant comment il inspira les artistes à inventer un art nouveau. « Je ne voulais pas simplement faire un album de remixes, mais créer quelque chose où nous pourrions prendre les idées de Miles, les mélanger, et montrer comment il a inspiré les gens à inventer un art nouveau ». Pari réussi car le résultat est assez insaisissable. © MD/Qobuz
CD15,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2009 | Blue Note Records

CD6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Blue Note Records

CD13,49 €

Jazz - Paru le 16 juin 2015 | Blue Note (BLU)

Robert Glasper n'est pas un musicien de jazz comme les autres et Blue Note a eu le nez en l'intégrant à son giron d'artistes dès ses débuts avec l'album Mood, publié en 2004. Comme certains membres de sa génération (au hasard, Esperanza Spalding, Ambrose Akinmusire, Gerald Clayton), il aime frotter son art à des rythmes contemporains venus du rap, du funk et du R&B. Cela lui a réussi avec la suite Black Radio et Black Radio 2, respectivement primée aux Grammy Awards dans les catégories album et performance R&B.Ainsi, Covered (Recorded Live at Capitol Studios) ne cache pas son jeu dès l'intitulé et s'aventure dans une série de reprises enregistrées dans les conditions du direct, avec un public de happy few peu démonstratif, entre les murs du grand studio A qui a vu défilé quelques légendes (au hasard, Frank Sinatra). Et comme le pianiste n'est pas du genre à faire les choses à moitié, il choisit de conduire un répertoire audacieux dans le cadre strict du trio acoustique, avec les fidèles comparses Vicente Archer à la contrebasse et Damion Reid à la batterie.Le choix des titres qui se partage entre de nouvelles versions personnelles, des oeuvres récentes et quelques standards, ne manque pas de surprendre, et la manière de les aborder non plus. « I Don't Even Care », coécrit avec John et Macy Gray pour Black Radio 2, est décliné en version minimaliste avec un rythme de trip-hop naturel ; la mélodie du « Reckoner » de Radiohead tourne élégamment sur elle-même ; le swing de « Barangrill », d'une Joni Mitchell débutante, est débarassé des fioritures baroques et réduit à son charme brut ; et « So Beautiful », signé Musiq Soulchild, offre sa délicatesse à l'agilité du leader et à son sens de la déviation.Mais l'attrait majeur de cet album réalisé au débotté est sa propre reprise de « In Case You Forgot », une suite expérimentale de treize minutes commençant par une longue étude syncopée au piano, entrecoupée de citations de Cyndi Lauper, Freddie Hubbard et Bonnie Raitt, d'une séquence rythmique enflammée et d'un solo de contrebasse, auquel répond à son tour le batteur. Cette digression éveillée, ajoutée à la collaboration avec Harry Belafonte - en personne sur leur composition commune « Get Over » -, en forme de spoken word, se distingue des autres reprises sélectionnés pour l'occasion, tirées des oeuvres de Jhené Aiko (« The Worst »), John Legend (« Good Morning »), Victor Young (« Stella by Starlight »), Bilal (« Levels ») et Kendrick Lamar (« I'm Dying of Thirst »). © Loïc Picaud / Music-Story
CD1,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Blue Note Records

CD3,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2006 | Blue Note Records

CD8,99 €

Jazz - Paru le 8 novembre 2005 | Afrasia Productions

CD9,99 €

Jazz - Paru le 28 août 2001 | Fresh Sound Records

Jeremy Pelt, trompette - Jimmy Greene, saxophone ténor - Jaleel Shaw, saxophone alto - Mike Moreno, guitare - Robert Glasper, piano - Gerald Canon, contrebasse - Ralph Peterson, batterie
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2020 | Loma Vista Recordings

Hi-Res

L'interprète

Robert Glasper dans le magazine