Artistes similaires

Les albums

31,99 €
27,99 €

Funk - Paru le 23 juin 2017 | Warner Bros.

Hi-Res Distinctions Best New Reissue
La réédition en habits de lumière de Purple Rain est l’occasion d’un joli voyage dans le temps… L'avènement 1999 coïncide pour Prince avec de nombreux accrochages avec son entourage. Le paroxysme étant atteint avec le départ à la guitare de Dez Dickerson remplacé par Wendy Melvoin. La star repart au turbin et cogite sur un projet plus mégalo qu'un double album : un film quasi-auto-biographique ! Sur la sellette, son management est chargé de lui décrocher une toile au plus vite. La division cinématographique de Warner est guère enthousiaste et veut des garanties. Prince et sa famille grandissante (The Revolution, The Time, Vanity 6) se produisent régulièrement au club First Avenue et passent le reste de leur temps enfermés dans un immense entrepôt à répéter et à suivre des cours d'art dramatique et de danse pour préparer le passage sur grand écran. Prince va jusqu'à faire transférer son propre studio dans ce dépôt industriel pour mettre en boite la musique de sa prochaine folie. Il installe également un studio mobile devant le First Avenue où il enregistre en live d'autres titres. Finalement, les studios Warner sortent le carnet de chèque pour ce qui sera sûrement l'un des plus mauvais film qu'ils aient produit jusqu'ici, un navet qui donnera pourtant une délirante et géniale B.O. : Purple Rain décroche la première place des charts R&B et pop. Let's Go Crazy, When Doves Cry, Take Me With U, Purple Rain et I Would Die 4 U sont autant de tubes princiers qui monopoliseront les ondes en 1984 et 1985. Son funk rock décadent de macro en chemise à jabot séduit la planète toute entière. Une fois de plus, le musicien réussit à fusionner ses diverses marottes tel un nouveau Sly Stone. Mélodies pop à la Beatles, guitares hendrixiennes et rythmiques au groove funky à souhait, Purple Rain propose surtout une modernisation totale de ces valeurs musicales fondamentales… Ce Purple Rain Deluxe – Expanded Edition comprend l’album original remasterisé (le travail a été réalisé à Paisley Park en 2015 à partir des bandes masters d’origine, Prince ayant supervisé la remastering quelques mois avant sa disparition) ainsi que onze titres inédits mais aussi toutes les versions edit des singles et leurs faces B. Piochées parmi les nombreuses archives inédites de Prince, les inédits sont de vraies raretés à l’image de l’instrumental de 1983 Father’s Song. Certains comme la version studio d’Electric Intercourse n’étaient même jamais sortis de Paisley Park ! Des pépites masterisés par Bernie Grundman qui avait travaillé sur l’album original. © MD/Qobuz
20,49 €

Pop - Paru le 14 septembre 1993 | Warner Bros.

20,49 €

Pop - Paru le 25 novembre 2016 | Warner Bros.

Livret
Parue fin 2016, 4Ever constitue la première compilation à voir le jour suite au décès prématuré du légendaire auteur-compositeur-interprète et multi-instrumentiste américain Roger "Prince" Nelson. Proposant 40 hits du chanteur répartis sur un double CD, c'est de son quasi-équivalent de 1993, The Hits 1 & 2, que ce nouveau recueil se rapproche le plus, d'autant que pour des raisons contractuelles, aucune parution officielle postérieure à 1993 ne figure à la playlist. Si par conséquent l'exercice s'avère bien loin d'être exhaustif, il n'en demeure pas moins une excellente porte d'entrée dans l'univers du Kid de Minneapolis, alignant ses tubes les plus imparables et proposant en guise de cerise sur le gâteau un inédit circulant depuis des décennies sous le manteau, "Moonbeam Levels", issu des sessions de l'album 1999 en juillet 1982.
27,99 €

Funk - Paru le 23 juin 2017 | Warner Bros.

La réédition en habits de lumière de Purple Rain est l’occasion d’un joli voyage dans le temps… L'avènement 1999 coïncide pour Prince avec de nombreux accrochages avec son entourage. Le paroxysme étant atteint avec le départ à la guitare de Dez Dickerson remplacé par Wendy Melvoin. La star repart au turbin et cogite sur un projet plus mégalo qu'un double album : un film quasi-auto-biographique ! Sur la sellette, son management est chargé de lui décrocher une toile au plus vite. La division cinématographique de Warner est guère enthousiaste et veut des garanties. Prince et sa famille grandissante (The Revolution, The Time, Vanity 6) se produisent régulièrement au club First Avenue et passent le reste de leur temps enfermés dans un immense entrepôt à répéter et à suivre des cours d'art dramatique et de danse pour préparer le passage sur grand écran. Prince va jusqu'à faire transférer son propre studio dans ce dépôt industriel pour mettre en boite la musique de sa prochaine folie. Il installe également un studio mobile devant le First Avenue où il enregistre en live d'autres titres. Finalement, les studios Warner sortent le carnet de chèque pour ce qui sera sûrement l'un des plus mauvais film qu'ils aient produit jusqu'ici, un navet qui donnera pourtant une délirante et géniale B.O. : Purple Rain décroche la première place des charts R&B et pop. Let's Go Crazy, When Doves Cry, Take Me With U, Purple Rain et I Would Die 4 U sont autant de tubes princiers qui monopoliseront les ondes en 1984 et 1985. Son funk rock décadent de macro en chemise à jabot séduit la planète toute entière. Une fois de plus, le musicien réussit à fusionner ses diverses marottes tel un nouveau Sly Stone. Mélodies pop à la Beatles, guitares hendrixiennes et rythmiques au groove funky à souhait, Purple Rain propose surtout une modernisation totale de ces valeurs musicales fondamentales… Ce Purple Rain Deluxe – Expanded Edition comprend l’album original remasterisé (le travail a été réalisé à Paisley Park en 2015 à partir des bandes masters d’origine, Prince ayant supervisé la remastering quelques mois avant sa disparition) ainsi que onze titres inédits mais aussi toutes les versions edit des singles et leurs faces B. Piochées parmi les nombreuses archives inédites de Prince, les inédits sont de vraies raretés à l’image de l’instrumental de 1983 Father’s Song. Certains comme la version studio d’Electric Intercourse n’étaient même jamais sortis de Paisley Park ! Des pépites masterisés par Bernie Grundman qui avait travaillé sur l’album original. © MD/Qobuz
30,49 €

R&B - Paru le 29 janvier 1998 | Legacy Recordings

30,49 €

R&B - Paru le 19 novembre 1996 | Legacy Recordings

23,49 €
20,49 €

Funk - Paru le 23 juin 2017 | Warner Bros.

Hi-Res
La réédition en habits de lumière de Purple Rain est l’occasion d’un joli voyage dans le temps… L'avènement 1999 coïncide pour Prince avec de nombreux accrochages avec son entourage. Le paroxysme étant atteint avec le départ à la guitare de Dez Dickerson remplacé par Wendy Melvoin. La star repart au turbin et cogite sur un projet plus mégalo qu'un double album : un film quasi-auto-biographique ! Sur la sellette, son management est chargé de lui décrocher une toile au plus vite. La division cinématographique de Warner est guère enthousiaste et veut des garanties. Prince et sa famille grandissante (The Revolution, The Time, Vanity 6) se produisent régulièrement au club First Avenue et passent le reste de leur temps enfermés dans un immense entrepôt à répéter et à suivre des cours d'art dramatique et de danse pour préparer le passage sur grand écran. Prince va jusqu'à faire transférer son propre studio dans ce dépôt industriel pour mettre en boite la musique de sa prochaine folie. Il installe également un studio mobile devant le First Avenue où il enregistre en live d'autres titres. Finalement, les studios Warner sortent le carnet de chèque pour ce qui sera sûrement l'un des plus mauvais film qu'ils aient produit jusqu'ici, un navet qui donnera pourtant une délirante et géniale B.O. : Purple Rain décroche la première place des charts R&B et pop. Let's Go Crazy, When Doves Cry, Take Me With U, Purple Rain et I Would Die 4 U sont autant de tubes princiers qui monopoliseront les ondes en 1984 et 1985. Son funk rock décadent de macro en chemise à jabot séduit la planète toute entière. Une fois de plus, le musicien réussit à fusionner ses diverses marottes tel un nouveau Sly Stone. Mélodies pop à la Beatles, guitares hendrixiennes et rythmiques au groove funky à souhait, Purple Rain propose surtout une modernisation totale de ces valeurs musicales fondamentales… Ce Purple Rain Deluxe comprend l’album original remasterisé (le travail a été réalisé à Paisley Park en 2015 à partir des bandes masters d’origine, Prince ayant supervisé la remastering quelques mois avant sa disparition) ainsi que onze titres inédits. Piochées parmi les nombreuses archives inédites de Prince, les inédits sont de vraies raretés à l’image de l’instrumental de 1983 Father’s Song. Certains comme la version studio d’Electric Intercourse n’étaient même jamais sortis de Paisley Park ! Des pépites masterisés par Bernie Grundman qui avait travaillé sur l’album original. © MD/Qobuz
20,49 €

Funk - Paru le 23 juin 2017 | Warner Bros.

La réédition en habits de lumière de Purple Rain est l’occasion d’un joli voyage dans le temps… L'avènement 1999 coïncide pour Prince avec de nombreux accrochages avec son entourage. Le paroxysme étant atteint avec le départ à la guitare de Dez Dickerson remplacé par Wendy Melvoin. La star repart au turbin et cogite sur un projet plus mégalo qu'un double album : un film quasi-auto-biographique ! Sur la sellette, son management est chargé de lui décrocher une toile au plus vite. La division cinématographique de Warner est guère enthousiaste et veut des garanties. Prince et sa famille grandissante (The Revolution, The Time, Vanity 6) se produisent régulièrement au club First Avenue et passent le reste de leur temps enfermés dans un immense entrepôt à répéter et à suivre des cours d'art dramatique et de danse pour préparer le passage sur grand écran. Prince va jusqu'à faire transférer son propre studio dans ce dépôt industriel pour mettre en boite la musique de sa prochaine folie. Il installe également un studio mobile devant le First Avenue où il enregistre en live d'autres titres. Finalement, les studios Warner sortent le carnet de chèque pour ce qui sera sûrement l'un des plus mauvais film qu'ils aient produit jusqu'ici, un navet qui donnera pourtant une délirante et géniale B.O. : Purple Rain décroche la première place des charts R&B et pop. Let's Go Crazy, When Doves Cry, Take Me With U, Purple Rain et I Would Die 4 U sont autant de tubes princiers qui monopoliseront les ondes en 1984 et 1985. Son funk rock décadent de macro en chemise à jabot séduit la planète toute entière. Une fois de plus, le musicien réussit à fusionner ses diverses marottes tel un nouveau Sly Stone. Mélodies pop à la Beatles, guitares hendrixiennes et rythmiques au groove funky à souhait, Purple Rain propose surtout une modernisation totale de ces valeurs musicales fondamentales… Ce Purple Rain Deluxe comprend l’album original remasterisé (le travail a été réalisé à Paisley Park en 2015 à partir des bandes masters d’origine, Prince ayant supervisé la remastering quelques mois avant sa disparition) ainsi que onze titres inédits. Piochées parmi les nombreuses archives inédites de Prince, les inédits sont de vraies raretés à l’image de l’instrumental de 1983 Father’s Song. Certains comme la version studio d’Electric Intercourse n’étaient même jamais sortis de Paisley Park ! Des pépites masterisés par Bernie Grundman qui avait travaillé sur l’album original. © MD/Qobuz

L'interprète

Prince dans le magazine