Artistes similaires

Les albums

17,49 €
14,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 21 septembre 2018 | Warner Bros.

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Reissue
Deux ans après sa mort prématurée, la caverne d’Ali Baba princière offre un premier trésor. Avec le bien nommé Piano & a Microphone 1983, c’est dans le plus simple appareil que son art saute aux oreilles. A seulement 25 ans, Prince a déjà cinq albums à son actif (For You, Prince, Dirty Mind, Controversy et 1999) et s’apprête à publier le disque qui le transformera en star planétaire, Purple Rain. Multi-instrumentiste passant ses jours et ses nuits en studio, il est ici seul au piano le temps d’un medley de compositions personnelles et de deux reprises : A Case of You de Joni Mitchell et le gospel Mary Don't You Weep. Evidemment, le contexte intime de l’enregistrement amplifie l’intensité de cet inédit. Reste à fermer les yeux et à s’imaginer seul avec lui… Dans sa voix élastique comme dans son jeu habité, le musicien de Minneapolis prouve à ceux qui en douteraient encore qu’il était un artiste total. Tant entertainer que compositeur, showman et improvisateur. Sa version nue de Purple Rain touche au sublime et un titre comme Strange Relationship permet de déguster le cheminement de ses productions puisqu’il le placera, quatre ans plus tard, sur l’album Sign o' the Times dans une version logiquement plus vêtue et surtout musclée. Si Piano & a Microphone 1983 s’adresse avant tout aux fans de Prince, les novices – s’il en reste – prendront sans doute pas mal de plaisir à découvrir ici un artiste impressionnant. © Marc Zisman/Qobuz
17,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 17 août 2018 | Legacy Recordings

Le titre ronflant ne cadre pas vraiment avec le contenu de cette compilation qui doit lancer la mise à la disposition du grand public des trésors cachés dans les placards du studio de Paisley Park, où Prince s’en est allé en 2016. Contrairement à la série Anthology des Beatles, on ne trouve pas le moindre titre inédit ou version alternative ici. Ce n’est pas non plus un best of, dans la mesure où c’est sans écarter les titres les plus expérimentaux qu’elle passe en revue les 17 albums et un live que Roger Nelson a concoctés et distribués lui-même, après avoir enfin retrouvé le contrôle total de sa production en 1995, et ce jusqu’en 2010. On sera même étonné de voir plus d’un morceau politiquement incorrect, qui auraient probablement été rejetés lors d’une commercialisation via une major, le très salace P. Control en tête. L’industrie musicale commence donc par rendre hommage à la très riche période « indépendante » d’un artiste qui n’a pas eu peur de l’affronter. Car dans le cas de Prince, les joies de l’autoproduction ne signifiaient en aucun cas un certain amateurisme ou des économies de moyens. Bien au contraire. Complètement libre de ses mouvements, il s’est laissé porter par son inspiration débordante et, quel que soit le style abordé, funk, soul, hard rock, rhythm & blues ou autre, il a toujours su trouver le juste ton. Aussi expert en superproduction avec moult cuivres ou orchestrations que dans les compositions toutes simples qui réclamaient une approche lo-fi sans fioritures, il assène les leçons tout au long de ces 37 morceaux qui donneront bien vite l’envie de poursuivre l’exploration avec les albums formidables dont ils sont extraits. Lesquels, indépendance oblige, ne sont, trois fois hélas, pas forcément les plus populaires. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
14,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 21 septembre 2018 | Warner Bros.

Deux ans après sa mort prématurée, la caverne d’Ali Baba princière offre un premier trésor. Avec le bien nommé Piano & a Microphone 1983, c’est dans le plus simple appareil que son art saute aux oreilles. A seulement 25 ans, Prince a déjà cinq albums à son actif (For You, Prince, Dirty Mind, Controversy et 1999) et s’apprête à publier le disque qui le transformera en star planétaire, Purple Rain. Multi-instrumentiste passant ses jours et ses nuits en studio, il est ici seul au piano le temps d’un medley de compositions personnelles et de deux reprises : A Case of You de Joni Mitchell et le gospel Mary Don't You Weep. Evidemment, le contexte intime de l’enregistrement amplifie l’intensité de cet inédit. Reste à fermer les yeux et à s’imaginer seul avec lui… Dans sa voix élastique comme dans son jeu habité, le musicien de Minneapolis prouve à ceux qui en douteraient encore qu’il était un artiste total. Tant entertainer que compositeur, showman et improvisateur. Sa version nue de Purple Rain touche au sublime et un titre comme Strange Relationship permet de déguster le cheminement de ses productions puisqu’il le placera, quatre ans plus tard, sur l’album Sign o' the Times dans une version logiquement plus vêtue et surtout musclée. Si Piano & a Microphone 1983 s’adresse avant tout aux fans de Prince, les novices – s’il en reste – prendront sans doute pas mal de plaisir à découvrir ici un artiste impressionnant. © Marc Zisman/Qobuz
2,29 €

Pop - Paru le 19 avril 2018 | Warner Bros.

Même si Prince ne s’est jamais privé de l’interpréter sur scène depuis qu’il a composé cette poignante ballade pour The Family (le groupe et l’album du même nom) en 1984, Nothing Compares 2 U est encore trop souvent considérée comme une chanson de Sinéad O’ Connor. Mais « il faut rendre à Prince ce qui appartient à Roger Nelson » : c’est ce qu’ont dû penser ceux qui gèrent le patrimoine du musicien via l’enseigne Prince Estate. Sans mettre en doute le mérite de la chanteuse irlandaise, Prince aurait probablement eu un succès similaire s’il l’avait sortie sous son nom et non dans un de ses projets parallèles sans réelle promotion. Juste après l’enregistrement de son septième album, Around the World in a Day, ce grand musicaholic devant l’éternel a posé toutes les bases du premier album de The Family (The Family), au Flying Cloud Drive Warehouse Studio d’Eden Prairie. C’était le tout premier album d’un autre projet qu’il commercialisait sur son label Paisley Park Records. Loin d’être un caprice temporaire, il y voyait l’opportunité de s’accorder une plus grande liberté musicale. Avec The Family, il voulait autant pouvoir enregistrer des chansons pop tout public que laisser s’exprimer ses influences jazzy ou classiques… Mais comme souvent, le groupe n’en était pas véritablement un et malgré tout le talent de ses autres membres ou participants (Paul “St. Paul” Peterson, chant et claviers, Susannah Melvoin, chant, Eric Leeds, saxophone, Clare Fischer, orchestrations, Wendy Melvoin, guitare, Jellybean Johnson, batterie, Jerome Benton, chœurs, Miko Weaver, guitare et chœurs, Alan Flowers, basse, Jonathan Melvoin, claviers, Bill Carrothers, claviers, Wally Safford, chœurs et Greg Brooks, chœurs), The Family n’a guère duré après ce premier album et un unique concert (le 13 août 1985).  Commercialisé trop « discrètement » à l’été 1985, l’album n’a même pas été réédité lorsque Sinéad O’Connor s’est classée numéro 1 dans de nombreux pays avec Nothing Compares 2 U. Chanson qui n’avait même pas été extraite en single en 1985, Warner Bros, la maison de disques distribuant Paisley Park Records, ayant pensé que The Screams of Passion et High Fashion avaient un bien meilleur potentiel commercial. Reformé brièvement en 2003 puis rebaptisé fDeluxe, le groupe a ajouté quatre albums à sa discographie sans jamais chercher à capitaliser sur le morceau magistral dont il était le premier interprète. Une version live enregistrée avec The New Power Generation, en duo avec Rosie Gaines, était déjà présente dès 1993 sur la compilation The Hits/The B-Sides, et Prince Estate l’avait intégrée à 4Ever, le premier best of posthume de Prince sorti en 2016.  Au-delà de son intro aux claviers que l’on croirait empruntée au I Am the Walrus des Beatles (au ralenti), il s’agit cette fois d’une version studio que l’on qualifiera “d’alternative” destinée à The Family, avec déjà ses arrangements orchestraux, son solo de saxophone et ses chœurs omniprésents. Mais surtout avec la voix de Prince, aussi expressive et inspirée que son jeu de guitare. Un premier avant-goût prometteur des fameuses archives que Prince Estate a promis de dévoiler largement dans un délai que l’on espère le plus court possible. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
2,99 €
2,29 €

Pop - Paru le 19 avril 2018 | Warner Bros.

Hi-Res
2,99 €
2,29 €

Pop - Paru le 29 juin 2018 | Parlophone Denmark

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Pop - Paru le 5 octobre 2018 | Parlophone Denmark

Hi-Res
2,99 €
2,29 €
Bad

Pop - Paru le 13 avril 2018 | Parlophone Denmark

Hi-Res
1,69 €

Musiques du monde - Paru le 22 novembre 2018 | Addiction Music

2,29 €

Pop - Paru le 8 juin 2018 | Parlophone Denmark

1,19 €

Rap - Paru le 19 juin 2018 | Dbanj records

1,69 €

Musiques du monde - Paru le 16 mai 2018 | Addiction Music

1,69 €

Musique indienne - Paru le 21 novembre 2018 | SR Production

1,69 €

Musiques du monde - Paru le 20 octobre 2018 | N.K.Music & Studio Pvt Ltd

1,69 €

Musiques du monde - Paru le 11 octobre 2018 | White Hill Music

1,69 €

Pop - Paru le 30 juillet 2018 | G&D Production

2,99 €

Pop - Paru le 15 juin 2018 | Parlophone Denmark

2,49 €

Pop - Paru le 10 août 2018 | Parlophone Denmark

L'interprète

Prince dans le magazine