Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Philippe Herreweghe

Né le 2 mai 1947 à Gand en Belgique, le chef d'orchestre et chef de choeur belge Philippe Herreweghe mène de front études universitaires (médecine et psychiatrie) et formation musicale au Conservatoire de sa ville où il suit la classe de piano de Marcel Gazelle, d'orgue de Gabriel Verschraegen et de clavecin de Johann Huys. Parallèlement, il amorce une carrière de chef et crée dès 1970 le « Collegium Vocale de Gand ».



Remarqué par Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt qui sont séduits par son approche musicale, Philippe Herreweghe est invité à participer avec son ensemble vocal à l'enregistrement de l'intégrale des cantates de Bach entreprise par ces deux grands maîtres du renouveau baroque. Fort du succès unanime qu'il remporte avec son Collegium Vocale, il décide en 1977 de fonder « La Chapelle Royale », un ensemble orchestral qu'il dédie à l'interprétation du grand répertoire français du XVIIe dit du Siècle d'or (Du Mont, Lully, Charpentier, Campra, Gilles.) jusqu'à ce qu'il l'étende à Bach à partir de 1985 puis Mozart, Fauré et même Dusapin...



Durant ces vingt années de direction artistique des Académies Musicales de Saintes (aujourd'hui Festival de Saintes), Philippe Herreweghe crée deux ensembles qui lui permettent d'élargir son champ d'action : d'un côté l'Ensemble Vocal Européen spécialisé dans la polyphonie de la Renaissance, et de l'autre l'Orchestre des Champs-Elysées (en 1991) dévolu au répertoire préromantique et romantique joué sur instruments d'époque. C'est avec cette nouvelle phalange qu'il enregistre dès 1993 le magnifique oratorio de Mendelssohn, Elias, qui sera suivi de Paulus, des Nuits d'été et de L'Enfance du Christ de Berlioz, ainsi que du Requiem de Brahms. Par ailleurs, Philippe Herreweghe est directeur musical de l'Orchestre Philharmonique Royal des Flandres de 1997 à 2002 et aujourd'hui son chef principal ; il est aussi chef invité permanent de la Radio Kamer Filharmonie des Pays-Bas et chef très demandé par le Concertgebouw d'Amsterdam, l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig ou le Mahler Chamber Orchestra. Il a également dirigé à plusieurs reprises l'Orchestra of the Age of Enlightenment, le Concerto Köln, l'Ensemble Musique Oblique, le Philharmonique de Vienne et l'Orchestre St Lukes de New York.



C'est dans le domaine de la musique symphonique qu'il s'investit particulièrement depuis ces dernières années, avec notamment des enregistrements de Beethoven, Schumann, Bruckner, Mahler, Schönberg, Stravinski. Afin d'avoir une totale liberté artistique, Philippe Herreweghe s'est créé son propre label en 2010, Phi, qui lui permet de bâtir un catalogue à sa convenance. Aujourd'hui, sa discographie compte une bonne centaine d'enregistrements répartis entre Harmonia Mundi (France), Virgin Classics, Pentatone et Phi.



Bien qu'ayant contribué au renouvellement de l'interprétation baroque avec Ton Koopman et Gustav Leonhardt en devenant adepte des instruments anciens et en proposant une nouvelle conception de l'articulation et de l'expressivité, Philippe Herreweghe est probablement le seul chef, associé à cette démarche, à ne pas être tombé dans le piège du dogmatisme baroqueux en ayant su garder un juste équilibre entre la recherche de l'authenticité et l'interprétation moderne. Ampleur du souffle, clarté des plans sonores, souplesse du phrasé, cohésion et fondu des choeurs dont l'effectif reste suffisamment consistant, belle couleur des timbres : tels sont les aspects dominants de sa direction musicale.



Les nombreuses distinctions attribuées à Philippe Herreweghe sont là pour témoigner de son rayonnement artistique. La presse musicale européenne le nomme « Personnalité musicale de l'année » en 1990. En 1993, c'est la Belgique qui l'élit « Ambassadeur culturel de Flandre ». Un an plus tard, il reçoit l'Ordre d'Officier des Arts et Lettres et en 1997 l'Université Catholique de Louvain le nomme Doctor honoris causa. En 2003, la France le fait Chevalier de la Légion d'Honneur et en 2010 c'est au tour de la ville de Leipzig de l'honorer de la « Bach-Médaille » en remerciement de son éminent engagement au service de l'illustre «Cantor» dont il a enregistré la plupart des ouvrages (Passions, Oratorios, Magnificat, Messes, Cantates.).
Lire plus

Discographie

113 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 6
1 sur 6

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums