Artistes similaires

Les albums

8,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1994 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 14 septembre 2018 | Parlophone UK

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Icône d’une génération, star incontestable depuis ses premiers pas avec les Jam, le Modfather a toujours inspiré et fasciné jusqu’à sa coupe de cheveux ! Et l’année de ses 60 ans, Paul Weller ne lâche rien. Comme toujours, d’ailleurs… Principalement composé de chansons acoustiques, True Meanings, son 26e album (le 14e de sa carrière solo), est loin de Saturns Pattern paru en 2015. Weller semble ici faire le point. Revenir à quelque chose de très simple, sans fioritures, sur un album floral et poétique. A se demander si l’enregistrement n’a pas eu lieu dans un champ fleuri, un soir d’été pour un public d’insomniaques romantiques. Une introspection est en cours. Le Britannique étudie les éléments qui l’entourent, ressasse les souvenirs, chante un hommage lunaire à Bowie, le tout sans oublier ses altérations entre jazz et soul… True Meanings est en soi un éloge wellerien de la ballade. Début tout en douceur sur un thème à la guitare avant d’être enrobé par l’harmonie des violons et des chœurs. Une joie d’entendre le Modfather toujours à la hauteur de ses chefs-d’œuvre des années 70 comme English Rose ou Liza Radley. Et si dans le studio, ce ne sont plus Bruce Foxton et Rick Buckler à ses côtés, Paul Weller a toujours su bien s’entourer, à en voir la liste d'invités: Rod Argent des Zombies (The Soul Searchers), Lucy Rose (Books), Tom Doyle (Movin On) et même une petite apparition de Noel Gallagher sur White Horses… Une voix calme et posée qui s’applique parfaitement sur les quelques compositions du songwriter Erland Cooper du groupe Erland and the Carnival. Un album à deux paroliers qui puise dans les genres de façon discrète et subtile comme cette invention d’une ballade en picking glam-rock : Mayfly. Une superbe référence au Get It On de T. Rex, les paillettes en moins. Pas de toute, Paul Weller est bien un changingman, mais qui ne connaît pas les fautes de goût. © Clara Bismuth/Qobuz
21,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2010 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Sélection du Mercury Prize
19,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2012 | Co-operative Music

Distinctions Sélection Les Inrocks
Pour son onzième album solo, Sonik Kicks, Paul Weller reprend les choses où il les vait laissées sur l'énergique Wake Up The Nation et sa recette mod-pop teintée de psychedelia, de soul et de rock & roll. Et cette fois-ci il invite les guitaristes Britpop légendaires Noel Gallagher et Graham Coxon à la fête.
13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2012 | Co-operative Music

Distinctions Sélection Les Inrocks
Pour son onzième album solo, Sonik Kicks, Paul Weller reprend les choses où il les vait laissées sur l'énergique Wake Up The Nation et sa recette mod-pop teintée de psychedelia, de soul et de rock & roll. Et cette fois-ci il invite les guitaristes Britpop légendaires Noel Gallagher et Graham Coxon à la fête.
23,49 €
20,49 €

Rock - Paru le 12 mai 2017 | Parlophone UK

Hi-Res
Paul Weller a imposé son nom si jeune (il n'a que 18 ans lorsque sort le premier album des Jam, In The City, le 20 mai 1977 !) que sa carrière et sa discographie possèdent une densité hors norme. A 59 ans, l’indéboulonnable Modfather ne lâche toujours pas l’affaire ! Tant mieux. Avec A Kind Revolution, Weller offre même une hargne et une créativité toujours aussi impressionnante alors qu’il n’a évidemment strictement plus rien à prouver. Ce treizième album solo de l’ancien cerveau des Jam et de Style Council est moins expérimental que son prédécesseur Saturns Pattern qui naviguait dans des eaux allant de Traffic à Love, en passant par Captain Beefheart voire Tame Impala… Cette fois, Weller revient à ses fondamentaux rock’n’soul. Le ton est donné d’entrée de jeu avec Woo Sé Mama qui accueille dans ses chœurs deux reines cultes de la soul sixties et seventies : Madeline Bell et P.P Arnold ! D’autres invités viennent lui faire allégeance : le grand Robert Wyatt (She Moves With The Fayre) avec lequel il travailla déjà par le passé mais aussi, plus surprenant, Boy George, le temps d’un duo groovy et langoureux (One Tear) et, sur plusieurs titres, le jeune et nerveux guitariste des Strypes, Josh McClorey. On sort de cette Kind Revolution en se disant que, quarante ans après avoir entamé sa carrière, Paul Weller sait encore très bien faire du Paul Weller… © MZ/Qobuz
12,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1995 | Universal-Island Records Ltd.

8,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1998 | Universal-Island Records Ltd.

16,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2009 | UMC (Universal Music Catalogue)

20,49 €

Rock - Paru le 12 mai 2017 | Parlophone UK

Paul Weller a imposé son nom si jeune (il n'a que 18 ans lorsque sort le premier album des Jam, In The City, le 20 mai 1977 !) que sa carrière et sa discographie possèdent une densité hors norme. A 59 ans, l’indéboulonnable Modfather ne lâche toujours pas l’affaire ! Tant mieux. Avec A Kind Revolution, Weller offre même une hargne et une créativité toujours aussi impressionnante alors qu’il n’a évidemment strictement plus rien à prouver. Ce treizième album solo de l’ancien cerveau des Jam et de Style Council est moins expérimental que son prédécesseur Saturns Pattern qui naviguait dans des eaux allant de Traffic à Love, en passant par Captain Beefheart voire Tame Impala… Cette fois, Weller revient à ses fondamentaux rock’n’soul. Le ton est donné d’entrée de jeu avec Woo Sé Mama qui accueille dans ses chœurs deux reines cultes de la soul sixties et seventies : Madeline Bell et P.P Arnold ! D’autres invités viennent lui faire allégeance : le grand Robert Wyatt (She Moves With The Fayre) avec lequel il travailla déjà par le passé mais aussi, plus surprenant, Boy George, le temps d’un duo groovy et langoureux (One Tear) et, sur plusieurs titres, le jeune et nerveux guitariste des Strypes, Josh McClorey. On sort de cette Kind Revolution en se disant que, quarante ans après avoir entamé sa carrière, Paul Weller sait encore très bien faire du Paul Weller… © MZ/Qobuz
35,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2008 | Cooperative Music

14,99 €

Rock - Paru le 14 septembre 2018 | Parlophone UK

Icône d’une génération, star incontestable depuis ses premiers pas avec les Jam, le Modfather a toujours inspiré et fasciné jusqu’à sa coupe de cheveux ! Et l’année de ses 60 ans, Paul Weller ne lâche rien. Comme toujours, d’ailleurs… Principalement composé de chansons acoustiques, True Meanings, son 26e album (le 14e de sa carrière solo), est loin de Saturns Pattern paru en 2015. Weller semble ici faire le point. Revenir à quelque chose de très simple, sans fioritures, sur un album floral et poétique. A se demander si l’enregistrement n’a pas eu lieu dans un champ fleuri, un soir d’été pour un public d’insomniaques romantiques. Une introspection est en cours. Le Britannique étudie les éléments qui l’entourent, ressasse les souvenirs, chante un hommage lunaire à Bowie, le tout sans oublier ses altérations entre jazz et soul… True Meanings est en soi un éloge wellerien de la ballade. Début tout en douceur sur un thème à la guitare avant d’être enrobé par l’harmonie des violons et des chœurs. Une joie d’entendre le Modfather toujours à la hauteur de ses chefs-d’œuvre des années 70 comme English Rose ou Liza Radley. Et si dans le studio, ce ne sont plus Bruce Foxton et Rick Buckler à ses côtés, Paul Weller a toujours su bien s’entourer, à en voir la liste d'invités: Rod Argent des Zombies (The Soul Searchers), Lucy Rose (Books), Tom Doyle (Movin On) et même une petite apparition de Noel Gallagher sur White Horses… Une voix calme et posée qui s’applique parfaitement sur les quelques compositions du songwriter Erland Cooper du groupe Erland and the Carnival. Un album à deux paroliers qui puise dans les genres de façon discrète et subtile comme cette invention d’une ballade en picking glam-rock : Mayfly. Une superbe référence au Get It On de T. Rex, les paillettes en moins. Pas de toute, Paul Weller est bien un changingman, mais qui ne connaît pas les fautes de goût. © Clara Bismuth/Qobuz
35,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2006 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Universal-Island Records Ltd.

20,49 €
17,49 €

Rock - Paru le 11 mai 2015 | Parlophone UK

Hi-Res
L’indéboulonnable Modfather ne lâche pas l’affaire ! L’année de ses 57 ans, Paul Weller offre même une hargne et une créativité impressionnante alors qu’il n’a plus rien à prouver. Ce douzième album solo de l’ancien cerveau des Jam impressionne surtout par sa propension à oser l’expérimentation, à creuser dans le terreau de nouveaux sons et à livrer des compositions vraiment originales. Saturns Pattern ne cherche pas la chanson rock’n’soul mais plutôt à construire à partir d’une fusion introspective quasi-psychédélique lorgnant aussi bien vers Traffic que Love, le Jefferson Airplane, Captain Beefheart voire, plus près de nous, Tame Impala. Saturns Pattern a surtout le mérite de voir grand, de voir large et d’oser des tas de textures. Du grand Weller ! A noter que cette Deluxe Edition comprend trois titres supplémentaires : (I'm A) Roadrunner, Dusk Til Dawn et White Sky (Prof. Kybert vs. The Moons Remix). © CM/Qobuz
2,99 €

Rock - Paru le 11 août 2017 | Parlophone UK

18,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | Mercury (Universal France)

8,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1997 | Universal-Island Records Ltd.

13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | UMC (Universal Music Catalogue)

9,99 €

Rock - Paru le 8 octobre 2001 | Independiente

L'interprète

Paul Weller dans le magazine
  • Paul Weller, expérience intérieure
    Paul Weller, expérience intérieure Un 12e album psyché pour le Modfather...
  • Un autre Bruce
    Un autre Bruce Bassiste des Jam, Bruce Foxton refait surface en solo en compagnie de... Paul Weller !
  • The Modfather, part 11
    The Modfather, part 11 Avec Sonik Kicks, le quinquagénaire Paul Weller mord toujours…
  • Amy et le Modfather
    Amy et le Modfather La chanteuse soul britannique Amy Winehouse est décédée ce weekend à 27 ans. Une voix magnifique comme sur cette reprise de Marvin Gaye en duo avec Paul Weller.
  • Paul Weller, what else ?
    Paul Weller, what else ? L’ancien leader des Jam et du Style Council, indéboulonnable Modfather en chef, est en concert parisien au Bataclan le 19 mai.
  • Le retour du Modfather
    Le retour du Modfather Simple, carrée, implacable, l’icône Paul Weller met toujours autant de soul dans son rock !
  • Duffy triomphe aux Brit Awards
    Duffy triomphe aux Brit Awards La chanteuse soul galloise a été sacrée pour son album Rockferry, tandis que les Kings Of Leon, Elbow, Kanye West, Paul Weller, les Pet Shop Boys et Iron Maiden sont repartis eux-aussi avec une sta...