Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Pop/Rock - Paru le 16 avril 2012 | Domino Recording Co

Distinctions Sélection Les Inrocks
Formé en 2000 au Canada, le groupe du guitariste Patrick Watson s'est forgé une réputation auprès de tous les mélomanes qui privilégient le sens à l'effet, le raffinement discret au spectaculaire. De cette pop sophistiquée, subtilement embrumée par les esthétiques minimalistes à la Philip Glass ou des mélodies de jazz épurées, naît ce quatrième opus, plutôt nostalgique, voyage sensoriel, d'une poésie aérienne, qui comble les sens autant que le plaisir. Bouleversant!
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 octobre 2019 | Domino Recording Co

Hi-Res
Concis. Quel bonheur de retrouver aujourd'hui un musicien qui ne s'épuise pas à proposer de nombreux titres d'une longueur démesurée. Non, uniquement dix, et qui n'excèdent pas chacun les quatre minutes trente ! Résultat : un album qui rappelle les années 1970 ou 1980, le strict nécessairement beau et convaincant. Car, fidèle à sa marque de fabrique, Patrick Watson a un certain don pour la structure, et un goût notable pour l’épure, depuis l’envoûtant Adventures in Your Own Backyard en 2012. Cette nouvelle fresque en dix épisodes tend vers le mélancolique, et reflète l’influence minimaliste dans les parties de piano – notamment – de la nouvelle école néoclassique qui envahit tout aujourd’hui, de Jean-Michel Blais (compatriote de Watson) à Alexis Ffrench, en passant par Dirk Maassen et, dans une moindre mesure, Nils Frahm. À cet égard, c’est au titre le plus lancinant et répétitif que Patrick Watson réserve la plus belle montée en puissance dramatique de ce nouvel opus : Broken agit comme une tarentelle lente, alors que l’épisode suivant, Turn Out the Lights fera office de guérison, relâchant la tension, grâce notamment à des contours mélodiques ainsi qu’une instrumentation plus variée. Si ce nouvel album, Wave, se coule dans une ambiance homogène, relevée par la voix tour à tour voilée, déterminée, plus sensuelle ici encore, de Patrick Watson, jamais il n’aurait été possible, après neuf premières chansons de tonalité nostalgique et éthérée, d’imaginer un finale aussi généreux. Le plus beau est bien dans ce Here Comes the River, sorte de nouvel Imagine des temps modernes. Inoubliable, et presque trop bref. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 mai 2015 | Domino Recording Co

Hi-Res Livret
Au fil de ses albums, Patrick Watson s’est imposé comme un redoutable songwriter que certains tentèrent dès ses débuts, d’encager en Jeff Buckley du troisième millénaire… Grand fan de Satie et de Debussy, timbré de folk épuré à la Nick Drake, de country façon M Ward et de pop sophistiquée à la Sufjan Stevens, le bon docteur Watson est également un fou de son et de production. D’où des compositions à tiroirs aux trouvailles sonores renversantes, en haut desquelles il pose son organe immaculé. Poilu sur les joues, notre Jésus de Montréal est un vrai Messie de la mélodie comme le prouve une fois de plus ce Love Songs For Robots, cinquième album enregistré aux mythiques studios Capitol de Los Angeles et au studio Pierre Marchand de Montréal avec ses complices Joe Grass (guitare), Robbie Kuster (batterie) et Mishka Stein (basse). A propos de cette cuvée 2015 dont certains titres sont nés de petits concerts privés, Patrick Watson déclare : « J’ai commencé à réfléchir de façon très mécanique. J’ai trouvé intéressant que nous utilisions nos sens pour créer une réaction émotionnelle. Avec l’âge on apprend à mieux se connaître et je me suis rendu compte que beaucoup de mes réactions émotionnelles étaient des réponses mécaniques ce qui m’a énormément influencé. Je ne voulais pas devenir un robot. Mais la raison pour laquelle nous sommes supérieurs aux ordinateurs est que nous avons des émotions, donc si mes émotions sont mécaniques, la seule chose qui reste entre les robots et nous est la curiosité et l’inspiration. Et ça je ne crois pas que l’on puisse le programmer. C’est vraiment de là que je suis parti lorsque j’ai débuté l’écriture de l’album. » Une intense année pour Watson qui signe également la bande originale du film de Wim Wenders, Everything Will Be Fine, dans lequel il interprète d’ailleurs les titres Cynical World et Lighthouse. © MD/Qobuz
HI-RES1,04 €
CD0,69 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 septembre 2019 | Domino Recording Co

Hi-Res
CD8,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2016 | Varese Sarabande

HI-RES1,04 €
CD0,69 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 juillet 2018 | Domino Recording Co

Hi-Res
HI-RES1,04 €
CD0,69 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 novembre 2017 | Domino Recording Co

Hi-Res
HI-RES1,04 €
CD0,69 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 novembre 2018 | Domino Recording Co

Hi-Res
CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 mars 2015 | Domino Recording Co

CD0,99 €

Pop/Rock - Paru le 27 août 2012 | Domino Recording Co

CD1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 27 janvier 2015 | The Walking Dead 5

CD0,99 €

Pop/Rock - Paru le 5 novembre 2012 | Domino Recording Co

CD0,99 €

Pop/Rock - Paru le 5 novembre 2012 | Domino Recording Co

CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 février 2015 | Domino Recording Co

CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 avril 2015 | Domino Recording Co

CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 avril 2015 | Domino Recording Co

L'interprète

Patrick Watson dans le magazine