Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Orchestra Baobab

Groupe résident du Miami Club à Dakar à la fin des années 1960, le Star Band connaît une véritable hémorragie en 1970 lorsqu’ouvre le plus huppé Baobab Club. Celui-ci cherche à installer son propre groupe et débauche six musiciens, emmenés par le saxophoniste Baro N’Diaye, et qui constituent la base du tout nouvel Orchestra Baobab. Avec des chanteurs tels que Balla Sidibé, Rudy Gomis, ou encore le charismatique Laye M’Boup et un guitariste-arrangeur versatile en la personne du Togolais Barthélémy Attisso, le groupe ne tarde pas à définir un son. Pourtant, après une tournée au Cameroun en 1971, Baro N’Diaye cède sa place de leader du groupe au saxophoniste ténor Issa Cissoko. Orchestra Baobab n’en poursuit pas moins son ascension, popularisant sa combinaison de musiques traditionnelles sénégalaises et de musique afro-cubaine tout au long de la décennie 1970, bénéficiant en outre dès 1974 de l’apport d’un tout jeune chanteur de 18 ans, Thione Seck. Pas moins de cinq albums sont par exemple publiés entre 1975 et 1976 : Bawobab 75, Guy Gu Rey Gi, Senegaal Sunugaal, Visage du Senegaal et Adduna Jarul Naawo. Cherchant à accroître sa popularité au-delà du continent africain, Orchestra Baobab s’invite en France en 1978 et enregistre deux nouveaux albums avec le producteur Abou Sylla : On Verra Ça et Africa 78. Mais le groupe perd de l’argent, et rentre au Sénégal où l’attendent deux mauvaises nouvelles : l’officialisation du départ de Thione Seck et la fermeture du Baobab Club. D’autres albums paraissent néanmoins, mais le déclin est amorcé. Une compilation intitulée Pirates Choice offre en 1989 à entendre des séances enregistrées par le groupe en 1982, alors qu'il venait de connaître son âge d’or. Parallèlement, Thione Seck développe le mbalax et ne tarde pas avec ce courant qui gagne en popularité à obscurcir l’horizon d’Orchestra Baobab, qui se sépare officiellement en 1987. Leur musique reste toutefois très vivace dans les deux décennies qui suivent, grâce notamment à l’explosion de la world music. En 2001, le groupe finit par se reformer, enregistrant même Specialist in All Styles en 2002, produit par Youssou N’Dour, Made in Dakar en 2007, puis Tribute to Ndiouga Dieng en 2017. Figure majeure de l’Orchestra Baobab, Thione Seck meurt le 14 mars 2021 à Dakar, deux jours après son 66ème anniversaire.


©Copyright Music Story Ollmedia Prod. 2021
Lire plus

Discographie

13 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 1
1 sur 1

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums