Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 12 juillet 2019 | Decca

Hi-Res Livret
Virtuose d’une rare polyvalence, le grand trompettiste de jazz et compositeur afro-américain Wynton Marsalis, né en 1961, enrichit chaque année un catalogue d’œuvres diverses déjà très fourni. Écrit sur mesure pour la violoniste Nicola Benedetti, son Concerto pour violon en ré - comme ceux de Beethoven, Tchaïkovski et Stravinski (celui de Sibelius est en ré mineur) s’inspire, de l’aveu même du compositeur, de l’existence de sa dédicataire « qui éclaire et enchante les communautés tout autour du monde par la magie de sa virtuosité. » « Conçu pour orchestre symphonique (avec un immense respect envers les exigences de cet instrument), il est néanmoins écrit selon la perspective d’un musicien de jazz et bluesman de La Nouvelle-Orléans », écrit encore Wynton Marsalis. « Nous croyons que tous les êtres humains sont liés par les fondements essentiels de la vie – la naissance, la mort, l’amour et le rire –, que nos expériences individuelles les plus profondes (notamment la douleur) sont elles aussi universelles, et que le fait de reconnaître la profondeur de cette douleur dans le contexte d’un groove est un pas décisif vers la guérison ». Écrit en quatre mouvements dans une écriture très habile, l’œuvre oscille entre des influences de jazz et le langage de la période américaine de Stravinski, elle-même mosaïque de toutes sortes de musiques. Il en résulte un patchwork des plus plaisants, d’autant qu’il est défendu par une des meilleures virtuoses d’aujourd’hui. La Fiddle Dance Suite for Solo Violin, littéralement « Suite de danse violoneuse pour violon solo » est une espèce de « Sonate » ou « Partita » urbaine du XXIe siècle en cinq mouvements de danses populaires, alternant les influences irlandaises et purement américaines dans un savant mélange de populaire et de savant, une synthèse dont Bach était coutumier et que Marsalis transpose ici à notre époque avec une gourmandise pleine d’humour et de tendresse. © François Hudry/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 12 juillet 2019 | Decca Music Group Ltd.

Livret
Virtuose d’une rare polyvalence, le grand trompettiste de jazz et compositeur afro-américain Wynton Marsalis, né en 1961, enrichit chaque année un catalogue d’œuvres diverses déjà très fourni. Écrit sur mesure pour la violoniste Nicola Benedetti, son Concerto pour violon en ré - comme ceux de Beethoven, Tchaïkovski et Stravinski (celui de Sibelius est en ré mineur) s’inspire, de l’aveu même du compositeur, de l’existence de sa dédicataire « qui éclaire et enchante les communautés tout autour du monde par la magie de sa virtuosité. » « Conçu pour orchestre symphonique (avec un immense respect envers les exigences de cet instrument), il est néanmoins écrit selon la perspective d’un musicien de jazz et bluesman de La Nouvelle-Orléans », écrit encore Wynton Marsalis. « Nous croyons que tous les êtres humains sont liés par les fondements essentiels de la vie – la naissance, la mort, l’amour et le rire –, que nos expériences individuelles les plus profondes (notamment la douleur) sont elles aussi universelles, et que le fait de reconnaître la profondeur de cette douleur dans le contexte d’un groove est un pas décisif vers la guérison ». Écrit en quatre mouvements dans une écriture très habile, l’œuvre oscille entre des influences de jazz et le langage de la période américaine de Stravinski, elle-même mosaïque de toutes sortes de musiques. Il en résulte un patchwork des plus plaisants, d’autant qu’il est défendu par une des meilleures virtuoses d’aujourd’hui. La Fiddle Dance Suite for Solo Violin, littéralement « Suite de danse violoneuse pour violon solo » est une espèce de « Sonate » ou « Partita » urbaine du XXIe siècle en cinq mouvements de danses populaires, alternant les influences irlandaises et purement américaines dans un savant mélange de populaire et de savant, une synthèse dont Bach était coutumier et que Marsalis transpose ici à notre époque avec une gourmandise pleine d’humour et de tendresse. © François Hudry/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Decca (UMO)

CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Decca (UMO)

Mendelssohn : Concerto pour violon No. 2 en mi mineur Op. 64 - Mozart : Adagio en mi majeur KV 261, Rondo pour violon & orchestre KV 373 - MacMillan : From Ayrshire / Nicola Benedetti, violon - Academy of St. Martin-in-the-Fields, James MacMillan
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Decca Music Group Ltd.

Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 juillet 2016 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
« Seulement » quarante ans séparent ces deux Concertos, celui du maître Glazounov écrit en 1904, celui du disciple composé en 1947. Mais quarante ans dont la Révolution russe, la Terreur stalinienne et la Seconde guerre mondiale, suffisamment d’événements et de situation pour radicalement faire changer d’ère le langage musical russe. Là où Glazounov se situe encore dans un post-romantisme lyrique incandescent, tour à tour tendre et nostalgique, poignant et emporté, Chostakovitch se referme dans un langage partagé entre le triste sarcasme et la fuite en avant, l’exubérance du désespoir et la gaieté de la mort… Seule la Burlesque finale semble plutôt inspirée de la Russie profonde « d’avant ». La violoniste écossaise (si ! le nom est trompeur !) Nicola Benedetti, dont la carrière s’est envolée très tôt, et qui n’hésite pas à se partager entre musique classique et jazz, nous offre une lecture brillante de ces deux ouvrages si différents et pourtant complémentaires. © SM/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca (UMO)

Livret Distinctions 5 de Diapason
Pour son cinquième album, la très jeune Nicola Benedetti réinvente avec la grâce et l’énergie qui la caractérisent, deux des plus grandes œuvres du répertoire romantique pour violon, les concertos incontournables de Bruch et Tchaïkovski. Nicola Benedetti met toute sa musicalité au service de ces magnifiques concertos, qui par leurs différences apportent un éclairage unique sur les contrastes du violon romantique.
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 juillet 2016 | Decca Music Group Ltd.

Livret
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca (UMO)

Nicola Benedetti - London Symphony Orchestra - Daniel Harding, direction
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Decca (UMO)

Vaughan Williams : The Lark Ascending - Tavener : Song for Athene, Dhyana, Lalishri / Nicola Benedetti, violon - London Philharmonic Orchestra - Andrew Litton, direction
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca (UMO)

Nicola Benedetti - London Symphony Orchestra - Daniel Harding, direction
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca (UMO)

Nicola Benedetti, violon - London Symphony Orchestra - Daniel Harding, direction

L'interprète

Nicola Benedetti dans le magazine