Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 septembre 2016 | Bad Seed Ltd

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
La création dans le deuil, pour le deuil et par le deuil traversent l’histoire de l’humanité depuis la nuit des temps. Avec Skeleton Tree, Nick Cave est désormais, lui aussi, un artisan supplémentaire de ce contexte pesant et tétanisant. L’Australien a enregistré ce 16e album des Bad Seeds lors de la mort tragique de son fils Arthur, 15 ans, tombé d’une falaise après avoir ingurgité du LSD… Impossible donc d’appréhender le moindre recoin de ce disque sans revenir à cette tragédie, même si certaines chansons avaient été écrites avant le drame. Nick Cave se met ici à nu. Plus aucun rempart n’existe entre l’horreur de ce qu’il vit et les mots et les notes qu’il enregistre. Du sans fard épuré qui n’est ni indécent, ni racoleur. Comme il le déclame en début de disque « With my voice, I am calling you ». C’est tout… A aucun moment, le leader des Bad Seeds n’utilise ce contexte dramatique pour placer un quelconque couteau sous la gorge de l’auditeur contraint, par pitié, d’aimer son disque. Ce long blues crépusculaire est une sorte de requiem beau et lancinant. Depuis quelques années déjà, le Cave a fait une croix sur la narration pure et ses disques réunissent des compositions plus proches de la poésie, du sermon voire de l’élégie que de la chanson. Ici, il pense à haute voix. Parle à ce fils défunt. Interpelle le ciel auquel il ne croit pas ; ou plus. Et à ses côtés, le fidèle multi-instrumentiste Warren Ellis immisce ses ingénieuses idées instrumentales dans cette prose émouvante, vêtue d'austérité… En 1991, Eric Clapton terrassé par un malheur identique avait enregistré Tears In Heaven dans un registre disons plus conventionnel, avec une approche plus pieuse. Sur Skeleton Tree, Nick Cave ne cherche aucun exutoire, ne lance aucun S.O.S. La situation qu’il vit est le carburant de sa création. Un fioul si puissant que le résultat comptera, à l’heure du bilan, parmi ses plus grands disques. © MZ/Qobuz
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 février 2013 | Bad Seed Ltd

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 février 2013 | Bad Seed Ltd

Hi-Res
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 septembre 2018 | Bad Seed Ltd

CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 décembre 2013 | Bad Seed Ltd

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère post punk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait alors un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des années et des enregistrements, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère... Faisant suite à l’austère, torturé et beau Push The Sky Away, ce Live From KCRW a été enregistré, comme son nom l’indique, pour la célèbre radio de Los Angeles KCRW en avril 2013. Sur ce quatrième live officiel, le crooner australien et ses complices revisitent quatre titres de Push The Sky Away mais aussi leurs grands classiques comme The Mercy Seat ou bien encore Jack The Ripper. Envoûtant.
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 mai 2013 | Bad Seed Ltd

HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 janvier 2013 | Bad Seed Ltd

Hi-Res
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 septembre 2014 | Bad Seed Ltd

HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 décembre 2012 | Bad Seed Ltd

Hi-Res
CD0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 septembre 2016 | Bad Seed Ltd

L'interprète

Nick Cave & The Bad Seeds dans le magazine