Artistes similaires

Les albums

19,49 €
16,99 €

Rock - Paru le 24 avril 2018 | Reprise

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Reissue
Tonight’s the Night fait partie des grands disques anthracites de l’histoire du rock’n’roll. En six mois, Neil Young a perdu deux proches, morts d'overdose : son guitariste Danny Whitten et son roadie Bruce Berry. Logique que l’album qu’il enregistrera dans la foulée en août et septembre 1973 (mais qui ne paraîtra qu’en juin 1975, après On the Beach) soit d’une rare noirceur… Le trip introspectif de Tonight’s the Night se nourrit de ces drames personnels qu’il mêle à l’ambiance oppressante qui règne alors en Amérique. Violences urbaines, consommation croissante de drogue, guerre du Vietnam et utopie hippie chahutée alimentent sa partition sombre mais sublime et poignante. Même l’instrumentarium déballé sur Tonight’s the Night est chancelant, entre un piano vacillant et une pedal steel à l’économie. Du dépouillé pour mieux souligner la beauté des mélodies comme sur les bouleversantes ballades Tired Eyes, New Mama et Borrowed Tune…  Les 20, 21 et 22 septembre 1973, Neil Young et ses musiciens, baptisés les Santa Monica Flyers (en fait, Ben Keith à la pedal steel, Nils Lofgren à la guitare et au piano, Billy Talbot à la basse et Ralph Molina à la batterie), montent sur la scène du Roxy, un tout nouveau club de Los Angeles sur West Hollywood. Dans leurs mains, ce nouveau répertoire qui sent la mort et le souffre mais dont les versions qu’ils livrent ici au public californien sont empreintes d’une force émotive, d’une réelle chaleur et parfois même d’une joie sincère et communicative logiquement absente sur les versions studio. Là réside la magie de cette archive ressuscitée et restaurée. Si les fans de Neil Young écouteront sans doute en boucle ce Roxy - Tonight’s the Night Live, les novices peuvent aussi prendre ce superbe train en marche pour découvrir et appréhender l’univers d’un musicien unique alors au sommet de son art et de son écriture. © Marc Zisman/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En six mois, Neil Young perd deux proches emportés par des overdoses : son guitariste Danny Whitten et son roadie Bruce Berry. Logique que l’album qu’il enregistrera dans la foulée en août et septembre 1973 (mais qui ne paraitra qu’en juin 1975, après On The Beach) est d’une rare noirceur… Le trip introspectif de Tonight's The Night se nourrit de ces drames personnels qu’il mêle à l’ambiance oppressante qui règne alors en Amérique. Violences urbaines, consommation croissante des drogues, guerre du Vietnam et utopie hippie chahutée alimentent sa partition sombre mais sublime et poignante. Même l’instrumentarium déballé sur Tonight's The Night est chancelant, entre un piano vacillant et une pedal steel à l’économie. Du dépouillé pour mieux souligner la beauté des mélodies comme sur les bouleversantes ballades Tired Eyes, New Mama et Borrowed Tune. © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En six mois, Neil Young perd deux proches emportés par des overdoses : son guitariste Danny Whitten et son roadie Bruce Berry. Logique que l’album qu’il enregistrera dans la foulée en août et septembre 1973 (mais qui ne paraitra qu’en juin 1975, après On The Beach) est d’une rare noirceur… Le trip introspectif de Tonight's The Night se nourrit de ces drames personnels qu’il mêle à l’ambiance oppressante qui règne alors en Amérique. Violences urbaines, consommation croissante des drogues, guerre du Vietnam et utopie hippie chahutée alimentent sa partition sombre mais sublime et poignante. Même l’instrumentarium déballé sur Tonight's The Night est chancelant, entre un piano vacillant et une pedal steel à l’économie. Du dépouillé pour mieux souligner la beauté des mélodies comme sur les bouleversantes ballades Tired Eyes, New Mama et Borrowed Tune. © Marc Zisman/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Hi-Res
25,99 €
22,49 €

Rock - Paru le 23 juin 2017 | Reprise

Hi-Res
Essentielle anthologie parue en octobre 1977 (il s’agissait d’un triple album vinyle à l’époque !), Decade est un coup de zoom parfait sur la période 1966/1976 de Neil Young. En 35 titres (dont 6 inédits), le génie du Loner éclate au grand jour. En solo principalement mais aussi avec le Buffalo Springfield et Crosby, Stills et Nash, cette somme montre surtout que la décennie en question fut sa plus passionnante. En s’appuyant sur des chansons à l’écriture magistrale, Neil Young mêle le rock, le folk et la country avec une grande originalité pour l’époque. Dans les ballades comme dans les titres nettement plus rageurs, son style fait mille étincelles. De cette génération, il est sans doute l’artiste le plus original. Celui aussi qui n’hésitera jamais à se remettre en question. Les novices peuvent commencer l’escalade de son œuvre par cette compilation cinq étoiles avant de l’approfondir, album par album. © MZ/Qobuz
16,99 €

Pop - Paru le 11 juin 1993 | Reprise

17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Hi-Res
147,49 €

Rock - Paru le 29 mai 2009 | Reprise

19,49 €

Pop - Paru le 19 mai 2009 | Reprise

13,49 €

Rock - Paru le 15 novembre 2004 | Reprise

17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Hi-Res
19,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1969 | Reprise

22,49 €

Rock - Paru le 23 juin 2017 | Reprise

Essentielle anthologie parue en octobre 1977 (il s’agissait d’un triple album vinyle à l’époque !), Decade est un coup de zoom parfait sur la période 1966/1976 de Neil Young. En 35 titres (dont 6 inédits), le génie du Loner éclate au grand jour. En solo principalement mais aussi avec le Buffalo Springfield et Crosby, Stills et Nash, cette somme montre surtout que la décennie en question fut sa plus passionnante. En s’appuyant sur des chansons à l’écriture magistrale, Neil Young mêle le rock, le folk et la country avec une grande originalité pour l’époque. Dans les ballades comme dans les titres nettement plus rageurs, son style fait mille étincelles. De cette génération, il est sans doute l’artiste le plus original. Celui aussi qui n’hésitera jamais à se remettre en question. Les novices peuvent commencer l’escalade de son œuvre par cette compilation cinq étoiles avant de l’approfondir, album par album. © MZ/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Hi-Res
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

13,49 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

Hi-Res
16,99 €

Rock - Paru le 4 novembre 2016 | Reprise

16,99 €

Rock - Paru le 28 novembre 2009 | Reprise

16,99 €

Rock - Paru le 24 avril 2018 | Reprise

Tonight’s The Night fait partie des grands disques anthracites de l’histoire du rock’n’roll. En six mois, Neil Young a perdu deux proches, morts d'overdose : son guitariste Danny Whitten et son roadie Bruce Berry. Logique que l’album qu’il enregistrera dans la foulée en août et septembre 1973 (mais qui ne paraîtra qu’en juin 1975, après On the Beach) soit d’une rare noirceur… Le trip introspectif de Tonight’s the Night se nourrit de ces drames personnels qu’il mêle à l’ambiance oppressante qui règne alors en Amérique. Violences urbaines, consommation croissante de drogue, guerre du Vietnam et utopie hippie chahutée alimentent sa partition sombre mais sublime et poignante. Même l’instrumentarium déballé sur Tonight’s the Night est chancelant, entre un piano vacillant et une pedal steel à l’économie. Du dépouillé pour mieux souligner la beauté des mélodies comme sur les bouleversantes ballades Tired Eyes, New Mama et Borrowed Tune…  Les 20, 21 et 22 septembre 1973, Neil Young et ses musiciens, baptisés les Santa Monica Flyers (en fait, Ben Keith à la pedal steel, Nils Lofgren à la guitare et au piano, Billy Talbot à la basse et Ralph Molina à la batterie), montent sur la scène du Roxy, un tout nouveau club de Los Angeles sur West Hollywood. Dans leurs mains, ce nouveau répertoire qui sent la mort et le souffre mais dont les versions qu’ils livrent ici au public californien sont empreintes d’une force émotive, d’une réelle chaleur et parfois même d’une joie sincère et communicative logiquement absente sur les versions studio. Là réside la magie de cette archive ressuscitée et restaurée. Si les fans de Neil Young écouteront sans doute en boucle ce Roxy - Tonight’s the Night Live, les novices peuvent aussi prendre ce superbe train en marche pour découvrir et appréhender l’univers d’un musicien unique alors au sommet de son art et de son écriture. © Marc Zisman/Qobuz

L'interprète

Neil Young dans le magazine