Artistes similaires

Les albums

17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 2 février 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Preis der deutschen Schallplattenkritik
Andrew Manze a commencé sa carrière musicale comme violoniste baroque, avec l’Amsterdam Baroque Orchestra puis l’Academy of Ancient Music et le English Concert. Ce n’est que plus tard qu’il s’est penché sur les répertoires moins anciens, du romantisme jusqu’aux partitions modernes, à la tête d’orchestres classiques non-baroques. À la tête de l’Orchestre de la radio Hanovre, il nous offre une lecture tout en délicatesse, en transparence et avec un souci de respect de la partition de Mendelssohn qui fait ressortir mille et un détails. L’auditeur aura sans doute la sensation d’entendre pour la première fois l’Italienne de Mendelssohn, ou au moins de découvrir une version originale oubliée : que nenni, c’est exactement la partition que l’on connaît, ou que l’on croyait connaître. Quant à la Symphonie « Réformation », elle est ici conçue non pas comme un indigeste mammouth réformé mais comme une fine trame orchestrale de toute beauté. © SM/Qobuz
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
9,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2019 | CPO

Livret
Felix Woyrsch naquit en 1860, à la même époque que Richard Strauss et Debussy, et s’éteignit en 1944, un an avant Bartók. Jusqu’au début de la Première Guerre mondiale, il pouvait encore se prévaloir d’un raisonnable modernisme, mais dès 1920, son langage resté les deux pieds dans le postromantisme allemand ne survécut guère aux révolutions de Stravinski, Schönberg ou Hindemith, même à celles de Strauss, pourtant plus conservateur, quand bien même il professait la plus grande admiration pour ses illustres contemporains. Selon ses propres dires, il avait appris le contrepoint chez Palestrina, Gabrieli et Bach, la composition chez Mozart, Beethoven et Haydn puis chez Brahms et Wagner, l’orchestration chez Berlioz. Ce pedigree autoproclamé ne manquait pas de panache ! Les Quatrième et Cinquième Symphonies datent respectivement de 1931 et 1935, le crépuscule de la vie de Woyrsch, mais rien ne permet d’y déceler le moindre pessimisme, et malgré lui sans doute, il instille une forte dose de modernisme qui n’a plus rien de romantique. Un compositeur assez inclassable, à découvrir dans ces deux œuvres de la grande maturité. © SM/Qobuz
35,96 €
23,96 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Enregistrée en public en version de concert, donc sans bruit scénique parasite, cette Chauve-souris, ou plutôt Fledermaus (puisque l’ouvrage est chanté en allemand avec option accent viennois et hongrois) de Strauss rassemble un éblouissant plateau en tête duquel le ténor Nikolai Schukoff, la soprano Laura Aikin, le baryton Jochen Schmeckenbecher, la mezzo-soprano Elisabeth Kulman et le ténor Christian Elsner. Ils sont soutenus par un orchestre de la NDR de Hanovre électrisé par Lawrence Foster, vieux routier du grand répertoire, roué à toutes les finesses de cette truculente partition. Inutile de redonner l’argument, quelque peu loufoque et entrelacé de rebondissements tous plus boulevardiers les uns que les autres, avec faux-semblants, marquis et comtes bidons, quiproquos et cocufiages potentiels ; précisons que les dialogues sont bien sûr donnés en allemand, mais les aficionados auront loisir soit de les écouter pour s’amuser des accents, soit les supprimer dans leur liste de lecture afin de ne garder que les numéros chantés. Car la partie musicale est des plus réussies, et il serait bien dommage de s’en priver à cause de quelques dialogues… © SM/Qobuz
19,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | CPO

Livret
13,49 €

Classique - Paru le 8 février 2006 | Berlin Classics

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 août 2018 | SOMM Recordings

Hi-Res Livret
9,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2014 | CPO

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2015 | CPO

Livret
Charles Chaplin signa nombre de musiques pour ses propres films ; violoniste apparemment très correct, tout à fait à l’aise au clavier, il semble avoir atteint un niveau instrumental largement suffisant pour composer à son aise. Et pourtant… il ne savait ni lire ni écrire la musique ! Il fallut donc qu’il s’attache les services de collaborateurs dont le rôle était de noter ses idées thématiques et les harmonies, avant de les mettre en forme afin qu’ils « collent » au film – on rappellera que la majeure partie des grands films de Chaplin sont muets, de sorte que les partitions étaient une sorte de grande symphonie ininterrompue d’une heure et quart ! – puis de les orchestrer. Pour Les Temps modernes, les deux collaborateurs furent David Raskin et Edward Powell ; l’apport respectif de Chaplin et de ses acolytes est différemment dissociable, même si Raskin était plutôt occcupé à « noter » et développer, Powell à orchestrer. Les influences musicales sont diverses, allant de Kurt Weill au music-hall le-cœur-sur-la-main avec quelques incursions dans les musiques « mécaniques » de cette époque telles que Les Fonderies d’acier de Mosolov ou certains Prokofiev parmi les plus féroces. On notera que l’archi-célèbre chanson avec paroles absurdes, qui représentent la première apparition de la voix de Chaplin à l’écran – on est en 1936 et le cinéma est parlant depuis une bonne demi-douzaine d’années – n’est pas de Chaplin mais du Français Léo Daniderff (1878 – 1943), d’après son foxtrot-shimmy Je cherche après Titine de 1917. Voici la partition complète du film ré-enregistrée par l’Orchestre de la Radio Nord–Allemande, la chanson étant énoncée sans apport vocal, en accord avec les héritiers Chaplin. © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 20 janvier 2004 | CPO

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | CPO

19,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2008 | CPO