Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES19,99 €
CD14,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 avril 2021 | CMG - N-Less - Interscope Records

Hi-Res
C’est déjà, en un peu plus de deux ans, le quatrième album publié par Moneybagg Yo. Le rappeur originaire de Memphis, après avoir semé une dizaine de mixtapes depuis 2012, n’avait en effet ouvert sa discographie studio qu’en 2018 avec Reset (classé n° 13 dans les charts américains), avant de rapidement poursuivre son ascension vers les sommets. Six mois plus tard, 43va Heartless atteignait la quatrième place, Time Served la troisième au début de l’année 2020, tandis que ce A Gangsta’s Pain, qui se fit attendre plus d’un an, pandémie oblige, s’est placé n° 1 dès sa sortie.Sur le papier, celui-ci est déjà prometteur puisqu’il avance une liste d’invités impressionnante, avec Kaash Paige, BIG30, Future, Tripstar, Polo G, Lil Durk, Jhené Aiko, ou encore Pharrell Williams. Pourtant, A Gangsta’s Pain, en dépit de ses indéniables qualités, au premier rang desquelles une production limpide et efficace, souffre d’une certaine linéarité dans ses arrangements. Quelques lignes de piano répétitives, des rythmes sophistiqués soutenus par de grosses basses taillées pour l’arrière des berlines, telle est la formule répétée à l’envi par Moneybagg Yo sur les quelques 22 pistes qui composent ce nouvel opus, tandis que la lassitude a déjà gagné l’auditeur au bout de la huitième. Tous ces éléments renforcent le ressenti d’un album trop long, alors qu’en réalité, un seul titre dépasse les trois minutes. Comme s’il s’agissait d’un passage obligé dans le hip-hop actuel, Moneybagg Yo monte au sommet de son empire pour y contempler de manière ostensible sa réussite et sa richesse, mais aussi l’envie qu’il suscite auprès d’un entourage forcément intéressé. Il oscille entre simple méfiance et paranoïa complète sur des titres tels que « Just Say Det », « Hard for the Next », « Time Today » ou encore « Clear da Air ». Au-delà de l’argent, le pouvoir, la violence et même la dépendance sont les thèmes principaux de A Gangsta’s Pain. C’est d’ailleurs lorsqu’il montre un soupçon de vulnérabilité, comme dans « Wockesha », « I Believe U », sur le thème de la drogue, ou sur « Love It Here » et son double maléfique « Hate It Here », qui explorent les hauts et les bas d’une relation tumultueuse, que Moneybagg Yo est le plus intéressant. Dommage que l’impression d’ensemble soit quelque peu altérée par un manque d’approfondissement par endroits. © ©Copyright Music Story Ollmedia 2021
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 10 janvier 2020 | N-Less Entertainment - Interscope Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 18 septembre 2020 | N-Less Entertainment, LLC distributed by Interscope Records. With Epic Records and CMG Enterprises.

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 18 septembre 2020 | N-Less Entertainment, LLC distributed by Interscope Records. With Epic Records and CMG Enterprises.

A partir de :
HI-RES21,99 €
CD15,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 15 mai 2020 | N-Less Entertainment - Interscope Records

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 24 mai 2019 | N-Less Entertainment, LLC, distributed by Interscope Records

A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 10 janvier 2020 | N-Less Entertainment - Interscope Records

A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 17 septembre 2020 | N-Less Entertainment - Interscope Records

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 4 novembre 2016 | Nless Entertainment

A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 17 septembre 2020 | N-Less Entertainment - Interscope Records

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 11 août 2017 | Moneybagg Yo - ISR P&D

A partir de :
CD7,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 14 février 2017 | Nless Entertainment

A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 2 novembre 2018 | N-Less Entertainment - Interscope Records

A partir de :
CD14,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 avril 2021 | CMG - N-Less - Interscope Records

C’est déjà, en un peu plus de deux ans, le quatrième album publié par Moneybagg Yo. Le rappeur originaire de Memphis, après avoir semé une dizaine de mixtapes depuis 2012, n’avait en effet ouvert sa discographie studio qu’en 2018 avec Reset (classé n° 13 dans les charts américains), avant de rapidement poursuivre son ascension vers les sommets. Six mois plus tard, 43va Heartless atteignait la quatrième place, Time Served la troisième au début de l’année 2020, tandis que ce A Gangsta’s Pain, qui se fit attendre plus d’un an, pandémie oblige, s’est placé n° 1 dès sa sortie.Sur le papier, celui-ci est déjà prometteur puisqu’il avance une liste d’invités impressionnante, avec Kaash Paige, BIG30, Future, Tripstar, Polo G, Lil Durk, Jhené Aiko, ou encore Pharrell Williams. Pourtant, A Gangsta’s Pain, en dépit de ses indéniables qualités, au premier rang desquelles une production limpide et efficace, souffre d’une certaine linéarité dans ses arrangements. Quelques lignes de piano répétitives, des rythmes sophistiqués soutenus par de grosses basses taillées pour l’arrière des berlines, telle est la formule répétée à l’envi par Moneybagg Yo sur les quelques 22 pistes qui composent ce nouvel opus, tandis que la lassitude a déjà gagné l’auditeur au bout de la huitième. Tous ces éléments renforcent le ressenti d’un album trop long, alors qu’en réalité, un seul titre dépasse les trois minutes. Comme s’il s’agissait d’un passage obligé dans le hip-hop actuel, Moneybagg Yo monte au sommet de son empire pour y contempler de manière ostensible sa réussite et sa richesse, mais aussi l’envie qu’il suscite auprès d’un entourage forcément intéressé. Il oscille entre simple méfiance et paranoïa complète sur des titres tels que « Just Say Det », « Hard for the Next », « Time Today » ou encore « Clear da Air ». Au-delà de l’argent, le pouvoir, la violence et même la dépendance sont les thèmes principaux de A Gangsta’s Pain. C’est d’ailleurs lorsqu’il montre un soupçon de vulnérabilité, comme dans « Wockesha », « I Believe U », sur le thème de la drogue, ou sur « Love It Here » et son double maléfique « Hate It Here », qui explorent les hauts et les bas d’une relation tumultueuse, que Moneybagg Yo est le plus intéressant. Dommage que l’impression d’ensemble soit quelque peu altérée par un manque d’approfondissement par endroits. © ©Copyright Music Story Ollmedia 2021
A partir de :
HI-RES19,99 €
CD14,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 avril 2021 | CMG - N-Less - Interscope Records

Hi-Res
C’est déjà, en un peu plus de deux ans, le quatrième album publié par Moneybagg Yo. Le rappeur originaire de Memphis, après avoir semé une dizaine de mixtapes depuis 2012, n’avait en effet ouvert sa discographie studio qu’en 2018 avec Reset (classé n° 13 dans les charts américains), avant de rapidement poursuivre son ascension vers les sommets. Six mois plus tard, 43va Heartless atteignait la quatrième place, Time Served la troisième au début de l’année 2020, tandis que ce A Gangsta’s Pain, qui se fit attendre plus d’un an, pandémie oblige, s’est placé n° 1 dès sa sortie.Sur le papier, celui-ci est déjà prometteur puisqu’il avance une liste d’invités impressionnante, avec Kaash Paige, BIG30, Future, Tripstar, Polo G, Lil Durk, Jhené Aiko, ou encore Pharrell Williams. Pourtant, A Gangsta’s Pain, en dépit de ses indéniables qualités, au premier rang desquelles une production limpide et efficace, souffre d’une certaine linéarité dans ses arrangements. Quelques lignes de piano répétitives, des rythmes sophistiqués soutenus par de grosses basses taillées pour l’arrière des berlines, telle est la formule répétée à l’envi par Moneybagg Yo sur les quelques 22 pistes qui composent ce nouvel opus, tandis que la lassitude a déjà gagné l’auditeur au bout de la huitième. Tous ces éléments renforcent le ressenti d’un album trop long, alors qu’en réalité, un seul titre dépasse les trois minutes. Comme s’il s’agissait d’un passage obligé dans le hip-hop actuel, Moneybagg Yo monte au sommet de son empire pour y contempler de manière ostensible sa réussite et sa richesse, mais aussi l’envie qu’il suscite auprès d’un entourage forcément intéressé. Il oscille entre simple méfiance et paranoïa complète sur des titres tels que « Just Say Det », « Hard for the Next », « Time Today » ou encore « Clear da Air ». Au-delà de l’argent, le pouvoir, la violence et même la dépendance sont les thèmes principaux de A Gangsta’s Pain. C’est d’ailleurs lorsqu’il montre un soupçon de vulnérabilité, comme dans « Wockesha », « I Believe U », sur le thème de la drogue, ou sur « Love It Here » et son double maléfique « Hate It Here », qui explorent les hauts et les bas d’une relation tumultueuse, que Moneybagg Yo est le plus intéressant. Dommage que l’impression d’ensemble soit quelque peu altérée par un manque d’approfondissement par endroits. © ©Copyright Music Story Ollmedia 2021
A partir de :
HI-RES21,99 €
CD15,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 15 mai 2020 | N-Less Entertainment - Interscope Records

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 17 novembre 2017 | Moneybagg Yo & YoungBoy - ISR P&D

A partir de :
CD7,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 7 juin 2016 | Nless Entertainment

A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 juin 2021 | CMG - N-Less - Interscope Records

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 20 janvier 2016 | Nless Entertainment