Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 5 mai 2015 | OUR Recordings

Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Prise de Son d'Exception
Considérez le public qui assista à la création, en 1945, des Trois petites liturgies de la présence divine : Honegger, Auric, Poulenc, Sauguet, Roland-Manuel, Jolivet, Jean Wiener, Georges Braque, Paul Éluard et Boulez parmi tant d’autres, c’est dire combien « les anciens » autant que l’avant-garde en herbe attendait avec avidité la nouvelle œuvre du déjà célèbre Messiaen. On y retrouve bien sur les obsessions chères au compositeurs, que sont les thèmes sacrés, les chants d’oiseau(x), les « couleurs » nées de son don de synesthésie, l’usage des ondes Martenot, les accords par blocs verticaux ; certains diront que Messiaen n’a, depuis ce temps, jamais réellement évolué puisque l’on perçoit dans ces Liturgies les mêmes choix musicaux que dans Saint-François écrit quarante ans plus tard ; d’autres diront qu’ayant très tôt trouvé son style personnel, comme il sentait bien que personne ne le copierait jamais – ce qui fut le cas –, il fallait bien qu’il aille au bout de sa quête intime. C’est ici la version originale que donne l’excellentissime Chœur de la Radio danoise sous la direction de Marcus Creed, avec accompagnement d’un petit ensemble et non d’un grand orchestre. Par contre, les messianophiles resteront très déroutés par les Cinq Rechants, car ils s’éloignent du langage que l’on pourrait croire « figé » de Messiaen. Ici, point d’allusions religieuses directes, pas d’oiseaux. Le compositeur développe sa propre interprétation de chants d’amour folkloriques du Pérou, entremêlés avec sa perception de chants de troubadours médiévaux, sur des rythmes empruntés à la tradition musicale des Indes – le tout dans une écriture qu’il est parfois difficile de lui attribuer d’emblée. Un magique ouvrage célébrant l’amour (en particulier celui de Tristan et Iseult), inclassable dans sa production, écrit en 1948 et trop rarement donné. © SM/Qobuz " [...] Les victoires glanées par Creed au Rias-Kammerchor de Berlin puis au SWR Vokalensemble de Stuttgart retentissent dans la matière pure et lumineuse de la formation de Copenhague, la maîtrise et le relief de son image sonore, la tonicité de son émission. [...] Messiaen poète et compositeur coloriste est ici fort bien servi. [...] Les mélodies sont ciselées, les polyphonies admirablement fleuries sans verser dans la saturation. Label confidentiel mais ne vous y trompez pas : disque majeur." (Diapason, juin 2015 / Benoît Fauchet)
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 6 avril 2018 | OUR Recordings

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
La composition de l’intense chef-d’œuvre de Frank Martin qu’est sa Messe pour double chœur a capella s'étend de 1922 à 1926. Mais non seulement le compositeur ne la publia pas, mais il ne semblait pas même intéressé de la faire jouer. Il s’en expliquerait bien plus tard : « Je ne connaissais, à cette époque de ma vie, aucun chef de chœur qui eût pu s'y intéresser. Je ne désirais nullement qu’elle fût exécutée, craignant qu’on la juge d'un point de vue tout esthétique. Je la voyais alors comme une affaire entre Dieu et moi ». Quarante ans plus tard, enfin, un chef de chœur allemand réussit à le persuader de lui donner l’ouvrage, qui fut donc créé en 1963 mais dut encore attendre dix ans avant d’être publié. Et depuis, c’est l’une des œuvres les plus souvent données de Martin ! La messe est écrite dans un style relativement classique, modal et diatonique, s’inscrit délibérément dans l’héritage grégorien. Et autant elle est aisée d’abord pour l’auditeur, autant elle est diabolique pour les chanteurs dont l’intonation est constamment mise en danger par la riche écriture. Mais l’Ensemble Vocal National Danois est mille fois à la hauteur du défi. Bien que seule une lettre les sépare, Martin et Martinů ne pourraient pas être plus différents dans leurs conceptions musicales, harmoniques et mélodiques. Dans ses Chants de la vierge Marie, Martinů n’hésite pas à faire appel à des aspects folkloriques et religieux de son pays natal ; par contre, les sublimes Songs of Ariel de Martin d’après Shakespeare, écrits en 1950, montrent un esprit épuré, une ligne sans le moindre superflu. © SM/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 9 août 2019 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Chargé de deux mille ans d’histoire, le Japon a su développer son propre langage musical avec des moyens d’expression exclusivement liés au théâtre et à la danse. La récente occidentalisation du pays a contribué à l’émergence d’un style nouveau tenant compte à la fois des racines japonaises et des influences extérieures. Cet album présente une sélection d’œuvres chorales composées après 1950, à une époque où beaucoup de compositeurs japonais se libèrent peu à peu des influences extérieures.C’est le cas de Toshio Hosokawa (né en 1953) qui commence par composer dans le style de « l’avant-garde occidentale » avant de s’inspirer de la musique traditionnelle de son pays natal. Le Lotus, d’après le Buch der Lieder de Heinrich Heine déjà mis en musique par Schumann, utilise un ensemble vocal et une percussion légère et discrète, bols sonores japonais et carillons à vent.Töru Takemitsu (1930-1996) est considéré, tant dans son pays qu’à travers le monde, comme un des plus grands compositeurs japonais. Peu nombreuses, ses œuvres chorales sont très évocatrices et font appel à des souvenirs d’enfance, des « sakura » (fleurs de cerisiers) aux chansons populaires qu’il arrange à sa manière. Sa musique est d’une subtilité fascinante.Michio Mamiya (né en 1929) s’est très tôt penché sur l’étude des chansons folkloriques, à la manière de Bartók et Kodály. Il collectionne et transcrit les chants de tradition orale qu’il introduit ensuite dans sa musique. Enfin, Jô Kondô (né en 1947) s’inspire des grands polyphonistes flamands, tel Johannes Ockeghem, en mettant en musique des textes de la littérature japonaise moderne. Sa musique, complexe, renforce et cache tout à la fois l’ambiguïté du poème, avec des constants changements de rythme dans une poly-textualité héritée de la musique du Moyen Âge occidental. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1999 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 14 septembre 2018 | SWR Classic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Avec un visuel aussi attrayant qu’un document officiel émanant d’une police quelconque, Marcus Creed et son excellent SWR Vokalensemble rendent un hommage particulièrement réussi à la France en traversant le XXe siècle avec des pièces pour chœur a capella de Poulenc (Un soir de neige, Quatre Prières de Saint-François d’Assise), Debussy (Trois Chansons de Charles d’Orléans), Milhaud (Naissance de Vénus), Jolivet (Epithalame), Messiaen (O sacrum convivium !) et d’un extrait de la Wölfli-Kantata de Georges Aperghis que Marcus Creed avait enregistrée en entier pour le label Cyprès en 2010. Fondé en 1946, le Vokalensemble de la SWR (Radiodiffusion du Sud-Ouest de l’Allemagne) de Stuttgart est un des meilleurs chœurs professionnels d’Allemagne se consacrant en priorité à la musique contemporaine. Ses interprétations combinent un style d’une grande souplesse à une beauté sonore reposant sur une technique vocale de très haut niveau. Il est dirigé depuis 2003 par le chef de chœur Marcus Creed qui est une parfaite émanation de la grande tradition chorale anglaise. Après ses études au King’s College de Cambridge puis à la Christ Church d’Oxford, il s’installe à Berlin en 1976 où il dirige d’abord le chœur de la Deutsche Oper, puis le RIAS Kammerchor, avant de prendre la direction du Vokalensemble de la SWR de Stuttgart qu’il porte à un rare niveau d’excellence. Leurs enregistrements reçoivent régulièrement les meilleurs prix en Allemagne comme au plan international. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 30 mars 2018 | Wergo

Distinctions 5 de Diapason
Le Suisse Heinz Holliger est aujourd'hui un chef d'orchestre réputé, et tout autant comme compositeur de musique nouvelle — l'un des rares à réussir l'écriture d'une musique résolument moderne tout en captant l'intérêt d'un large public. Pour la première fois, il consacre un album entier à ses œuvres chorales des années 1971 à 2012. Les textes mis en musique vont de Paul Celan à des poèmes en hébreu ou en dialecte bernois. Pour la servir, que pouvait-on rêver de mieux que l'Ensemble vocal de Stuttgart brillamment dirigé depuis 2001 par Marcus Creed ? Signalons que celui-ci cède sa baguette au compositeur pour lui laisser conclure ce programme par la magnifique pièce Utopie Chorklang de 2004. © Qobuz« [...] On admire la magnifique organicité de l'ensemble vocal de la SWR, sa clarté, en même temps que sa capacité à moduler une gradation fine des teintes et de la luminosité. [...] Les variations d'intonation sont très finement conduites par les choristes, et Marcus Creed fait ressortir avec une grande netteté les strates polyphoniques, parfois très différentes par leur dynamique, leur figuration rythmique ou leur timbre. [...] » (Diapason, septembre 2018 / Pierre Rigaudière)
A partir de :
CD9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 10 novembre 2017 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason
Voilà un fascinant éventail de l’art choral de Henze en pleine évolution : les Cinq madrigaux d’après le Grand testament de Villon, écrits en 1947 ; Lieder von einer Insel (« Lieder d’une île ») de 1964, et enfin Orpheus hinter dem Stacheldrat (« Orphée derrière les barbelés ») de 1984. Et comme chez tant de compositeurs du XXe siècle, ce ne sont pas nécessairement les œuvres les plus tardives qui trempent le plus dans l’avant-garde, si tant est que Henze ait jamais cédé à leurs sirènes, et même ses incursions de jeunesse dans le piège sériel seront restées marginales. Quoi qu’il en soit de ses diverses options au cours de sa vie, Henze sera toujours resté dans le cercle de la grande émotion, de la sincérité, de la beauté pure, et l’Ensemble Vocal de la SWR (Südwestrundfunk, basé à Stuttgart) accompagné de l’exemplaire Ensemble Modern en font un grand moment de musique contemporaine intemporelle. Ne manquez pas cette publication de très grand niveau d’exécution, et d’un intérêt musical d’autant plus fort que ce sont des œuvres assez peu représentées au disque. © SM/Qobuz
A partir de :
CD6,99 €

Classique - Paru le 31 juillet 2007 | harmonia mundi

A partir de :
CD22,29 €

Classique - Paru le 31 décembre 1999 | harmonia mundi