Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD11,49 €

Chanson française - Paru le 10 octobre 1993 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD17,99 €

Chanson française - Paru le 1 novembre 2019 | Universal Music Division Barclay

Livret
HI-RES13,49 €
CD9,49 €

Chanson française - Paru le 18 mai 2018 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Livret
« Les souvenirs ont la dent dure / Ils me reviennent à la figure » peut-on entendre dans le premier couplet de 45 Tours, la chanson d’ouverture de cet album de Marc Lavoine. C’est en effet vers le passé que se tourne cet opus entièrement composé par le talentueux Fabrice Aboulker, l’indéboulonnable complice du chanteur aux yeux bleus, à qui l’on doit ses grands tubes des débuts (Elle a les yeux revolver et Le Parking des anges, pour n’en citer que deux). C’est indéniablement un parfum mélodique 80's qui se dégage de la plupart de ces dix morceaux, dans un esprit néoromantique mélangeant musique acoustique et synthétiseurs oniriques. Dans 45 Tours, l’arpeggiator du refrain vient chatouiller la douce rêverie de l’ensemble, ce qui évite à la nostalgie de se complaire dans une tristesse pesante. On retrouve le même lyrisme adolescent et agréablement électronique dans le délicieux Comme je t’aime.Dans Station Othoniel (du nom de la bouche de métro parisienne Palais Royal – Musée du Louvre, habillée de perles par le plasticien Jean-Michel Othoniel), la voix chaleureuse et voilée de Marc Lavoine se pose sur un matelas tout aussi doux, même si le style musical est quelque peu différent. Au milieu d’une imagerie faussement « cartes postales » rappelant son fameux Paris de 1991, il y entonne une valse pop élégante, dans laquelle les nappes de cordes, le piano et la guitare sèche forment un ensemble particulièrement tendre. Quant aux paroles, elles sont aussi désenchantées que bouleversantes : « Devant la station d’Othoniel […] / Nous n’y avions pas rendez-vous / Mais je t’y attends au cas où. » Le même souffle sensible, simple et mélodieux se ressent dans Je panique en douceur et le single Je reviens à toi. Dans Comment allez-vous ?, Marc Lavoine prend un virage plus péchu pour une chanson qui dénonce la folie destructrice de notre époque, et qui forme, ici et là, des clins d’œil à la décadence orchestrale d'Histoire de Melody Nelson de Serge Gainsbourg (à qui l’on pense également dans Beau comme Rimbaud). Dans le dernier morceau de l’album, Un chagrin n’arrive jamais seul, Benjamin Biolay se joint à Marc Lavoine pour un sommet d’émotion, renforcé par des harmonies apaisées et des chœurs féminins vibrants. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 26 octobre 2018 | Barclay

Hi-Res Livret
« Les souvenirs ont la dent dure / Ils me reviennent à la figure » peut-on entendre dans le premier couplet de 45 Tours, la chanson d’ouverture de cet album de Marc Lavoine. C’est en effet vers le passé que se tourne cet opus entièrement composé par le talentueux Fabrice Aboulker, l’indéboulonnable complice du chanteur aux yeux bleus, à qui l’on doit ses grands tubes des débuts (Elle a les yeux revolver et Le Parking des anges, pour n’en citer que deux). C’est indéniablement un parfum mélodique 80's qui se dégage de la plupart de ces dix morceaux, dans un esprit néoromantique mélangeant musique acoustique et synthétiseurs oniriques. Dans 45 Tours, l’arpeggiator du refrain vient chatouiller la douce rêverie de l’ensemble, ce qui évite à la nostalgie de se complaire dans une tristesse pesante. On retrouve le même lyrisme adolescent et agréablement électronique dans le délicieux Comme je t’aime.Dans Station Othoniel (du nom de la bouche de métro parisienne Palais Royal – Musée du Louvre, habillée de perles par le plasticien Jean-Michel Othoniel), la voix chaleureuse et voilée de Marc Lavoine se pose sur un matelas tout aussi doux, même si le style musical est quelque peu différent. Au milieu d’une imagerie faussement « cartes postales » rappelant son fameux Paris de 1991, il y entonne une valse pop élégante, dans laquelle les nappes de cordes, le piano et la guitare sèche forment un ensemble particulièrement tendre. Quant aux paroles, elles sont aussi désenchantées que bouleversantes : « Devant la station d’Othoniel […] / Nous n’y avions pas rendez-vous / Mais je t’y attends au cas où. » Le même souffle sensible, simple et mélodieux se ressent dans Je panique en douceur et le single Je reviens à toi. Dans Comment allez-vous ?, Marc Lavoine prend un virage plus péchu pour une chanson qui dénonce la folie destructrice de notre époque, et qui forme, ici et là, des clins d’œil à la décadence orchestrale d'Histoire de Melody Nelson de Serge Gainsbourg (à qui l’on pense également dans Beau comme Rimbaud). Dans le dernier morceau de l’album, Un chagrin n’arrive jamais seul, Benjamin Biolay se joint à Marc Lavoine pour un sommet d’émotion, renforcé par des harmonies apaisées et des chœurs féminins vibrants. © Nicolas Magenham/Qobuz
CD24,49 €

Chanson française - Paru le 20 novembre 2009 | SME Strategic Marketing Group

CD11,49 €

Chanson française - Paru le 3 octobre 1994 | RCA Records Label

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 9 septembre 2016 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Livret
Lorsque Marc Lavoine décide de mettre sa talentueuse plume au service d’un album complet, c’est toujours un évènement. Plus que de simples chansons, les titres présents sur Les souliers rouges sont les chapitres d’une histoire dramatique. Inspiré du film de Michael Powell The Red Shoes (1948), le récit de cet opus traite d’un triangle amoureux se déchirant autour d’un ballet maudit. Marc Lavoine y incarne un auteur, imaginant une chorégraphie taillée sur mesure pour la danseuse qu’il convoite secrètement : Cœur de pirate. Malheureusement pour lui, cette dernière tombe folle amoureuse d’un autre (Arthur H). Tout au long de ces 15 titres, les déboires et les déchirements entre les protagonistes sont racontés sur fond de guitare acoustique, violon ou encore piano. Les parties instrumentales ont été créées par Fabrice Aboulker, le fidèle compositeur de Marc Lavoine, pour un rendu familier. Figure emblématique du paysage musical hexagonal, ce dernier s’est entouré des nouvelles têtes de la chanson française pour un projet musical inédit, entre le tiraillement amoureux et la grâce de la danse. © RB/Qobuz
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Barclay

Sur L' Heure d'Été, Marc Lavoine dévoile le chemin qu'il a parcouru depuis ses débuts, sa période d'idole pour adolescentes, jusqu'à sa tentative trop sérieuse pour devenir un compositeur de ballade morose et politique. Il y a dans cette compilation une démarcation nette entre chanson française moderne habilement construite et variété dancefloor surproduite. ~ Thom Jurek
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2009 | Universal Music Division Barclay

Livret
CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2001 | Universal Music Division Barclay

CD13,49 €

Pop - Paru le 1 novembre 2016 | Universal Music Division Barclay

CD1,99 €

Chanson française - Paru le 18 octobre 2019 | Universal Music Division Barclay

CD13,49 €

Chanson française - Paru le 9 septembre 2016 | Universal Music Division Barclay

Livret
CD11,49 €

Chanson française - Paru le 15 octobre 2007 | RCA Records Label

CD9,49 €

Chanson française - Paru le 18 mai 2018 | Universal Music Division Barclay

Livret
« Les souvenirs ont la dent dure / Ils me reviennent à la figure » peut-on entendre dans le premier couplet de 45 Tours, la chanson d’ouverture de cet album de Marc Lavoine. C’est en effet vers le passé que se tourne cet opus entièrement composé par le talentueux Fabrice Aboulker, l’indéboulonnable complice du chanteur aux yeux bleus, à qui l’on doit ses grands tubes des débuts (Elle a les yeux revolver et Le Parking des anges, pour n’en citer que deux). C’est indéniablement un parfum mélodique 80's qui se dégage de la plupart de ces dix morceaux, dans un esprit néoromantique mélangeant musique acoustique et synthétiseurs oniriques. Dans 45 Tours, l’arpeggiator du refrain vient chatouiller la douce rêverie de l’ensemble, ce qui évite à la nostalgie de se complaire dans une tristesse pesante. On retrouve le même lyrisme adolescent et agréablement électronique dans le délicieux Comme je t’aime.Dans Station Othoniel (du nom de la bouche de métro parisienne Palais Royal – Musée du Louvre, habillée de perles par le plasticien Jean-Michel Othoniel), la voix chaleureuse et voilée de Marc Lavoine se pose sur un matelas tout aussi doux, même si le style musical est quelque peu différent. Au milieu d’une imagerie faussement « cartes postales » rappelant son fameux Paris de 1991, il y entonne une valse pop élégante, dans laquelle les nappes de cordes, le piano et la guitare sèche forment un ensemble particulièrement tendre. Quant aux paroles, elles sont aussi désenchantées que bouleversantes : « Devant la station d’Othoniel […] / Nous n’y avions pas rendez-vous / Mais je t’y attends au cas où. » Le même souffle sensible, simple et mélodieux se ressent dans Je panique en douceur et le single Je reviens à toi. Dans Comment allez-vous ?, Marc Lavoine prend un virage plus péchu pour une chanson qui dénonce la folie destructrice de notre époque, et qui forme, ici et là, des clins d’œil à la décadence orchestrale d'Histoire de Melody Nelson de Serge Gainsbourg (à qui l’on pense également dans Beau comme Rimbaud). Dans le dernier morceau de l’album, Un chagrin n’arrive jamais seul, Benjamin Biolay se joint à Marc Lavoine pour un sommet d’émotion, renforcé par des harmonies apaisées et des chœurs féminins vibrants. © Nicolas Magenham/Qobuz
CD1,99 €

Chanson française - Paru le 6 septembre 2019 | Universal Music Division Barclay

CD11,49 €

Chanson française - Paru le 29 janvier 2001 | RCA Records Label

CD2,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Barclay

CD11,49 €

Chanson française - Paru le 27 septembre 1993 | Avrep

CD13,49 €

Chanson française - Paru le 26 octobre 2018 | Universal Music Division Barclay

Livret

L'interprète

Marc Lavoine dans le magazine