Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Manu Katché

De formation classique (au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris), Manu Katché est au départ promis à la noble carrière de percussionniste au sein d?un orchestre symphonique. Sans doute est-ce là l'une des causes du « son Katché » qui fait que son coup de baguette est reconnu entre mille par les mélomanes avertis. Un coup de baguette qui va le détourner du classique pour le mener au jazz puis au pop-rock. Très vite, on le retrouve musicien de scène et de studio, aux côtés de grands noms français : Goldman, Souchon, Chedid, Catherine Lara, Michel Jonasz... Mais c'est à Peter Gabriel qu'il doit le véritable décollage de sa carrière, lorsqu'il lui demande de tenir la batterie pour l'album « So ».

Certains musiciens refusent d'être rangés dans une catégorie, au risque de déranger les plus timorés. C'est le privilège de Manu, capable de brasser toutes les influences et de s'adapter à tous les styles.

Immédiatement, le son très particulier de ses drums le fait repérer par les stars du pop-rock et lui ouvre les portes des studios et grandes scènes internationales. Ainsi va-t-il enregistrer pour Joni Mitchell, Sting, Dire Straits, Tears for Fears, The Christians, Robbie Robertson, Joan Armatrading, Paul Young, Tracy Chapman, Youssou N?Dour, Pino Danielle, Simple Minds, Joe Satriani, Richard Wright? sans bouder pour autant ses camarades francophones puisqu?il retrouve entre deux Véronique Sanson, Francis Cabrel, Laurent Voulzy, Stephan Eicher, Michel Petrucciani...

Côté reconnaissance officielle, les choses vont bon train : première Victoire de la Musique pour les « Meilleurs arrangements » en 1986, seconde Victoire en 1987 au titre de « Meilleur musicien de studio » ; sacré « Best coming up drummer of the year » la même année par « Modern Drummer », il engrange sa troisième Victoire de la Musique en 1996 pour la B.O. du film « Un Indien dans la ville ». En 96, c'est le Drum Festival de Montréal qui lui décerne un award, puis en 2004 c'est au tour de notre Ministre de la Culture de l'inscrire à l'ordre de Chevalier des Arts et Lettres. Sa création musicale pour le Musée Grévin et son effigie en cire confirme la notoriété de l'authentique personnage qu'est Manu Katché.

Salué, récompensé, autant comme musicien exceptionnel que compositeur de talent, il ne renonce jamais pour autant à ses premières amours : le jazz. En témoigne la création de son groupe « Manu Katché Tendances » en 2004, avec lequel il entreprend des tournées internationales et son appétit pour le « jazz nordique » du saxophoniste norvégien Jan Garbarek avec son album, "Neighbourhood" en 2005, édité chez la mythique maison de disques de Manfred Eicher : ECM Records. Côté albums toujours, le suivant, "Playground", est sorti chez ECM/Universal en 2007, « Third Round », sort en mars 2010 (toujours chez ECM/Universal). Le tout dernier opus de Manu, intitulé tout simplement "Manu Katché" voit le jour le 29 octobre 2012 (ECM/Universal bien sûr). Les formations sont renouvelées à chaque tournée.
Lire plus

Discographie

16 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 1
1 sur 1

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums