Artistes similaires

Les albums

14,99 €

Pop - Paru le 2 juin 1998 | Warner Records - Maverick

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Madonna a recruté le talentueux producteur de musique électronique William Orbit pour travailler sur Ray of Light. Contrairement à des artistes de longue date qui ont tenté de se mettre à la musique électronique, Madonna a toujours donné dans la dance. On n'est donc pas choqué de l'entendre chanter sur des breakbeats, de la musique électronique palpitante et des beats trip-hop tranchants. Pourtant, il est quelque peu surprenant de constater à quel point ça marche bien. C'est grâce à l'approche subtile de Madonna et William Orbit. Ils ont ralenti les beats, apprivoisé les excentricités de l'electronica et gardé son talent pour les mélodies pop, pour livrer le premier album pop mainstream qui réussit à intégrer de la musique électronique. Les textures sont aguichantes et les chansons ont une forte base mélodique, qu'il s'agisse de l'entêtant titre éponyme, le titre d'ouverture méditatif "Substitute for Love" ou la ballade "Frozen". ~ Stephen Thomas Erlewine
20,49 €
17,49 €

Pop - Paru le 11 juin 1986 | Sire - Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
20,49 €
17,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1983 | Sire - Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
20,49 €
17,49 €

Pop - Paru le 14 novembre 1984 | Sire - Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
7,99 €

Pop - Paru le 14 novembre 1984 | Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
20,49 €
17,49 €

Pop - Paru le 15 juillet 1987 | Sire - Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
19,49 €

Pop - Paru le 25 avril 2008 | Warner Records

Distinctions 4 étoiles Technikart
Avec Hard Candy, Madonna abandonne toute notion de tube crossover pour s'adresser directement à ses fans de base du monde de la mode et du clubbing. Elle a fait appel à Pharell Williams des Neptunes et Timbaland et Justin Timberlake pour amorcer ce nouveau virage. Leur production est d'une qualité bien inférieure à celle qu'ils avaient concoctée pour Nelly Furtado. Ça donne parfois des grooves séduisants, mais ça montre aussi le point faible de l'album: la structure passe avant la chanson elle-même. Madonna a toujours été douée pour canaliser les tendances dance dans des chansons pop, en mettant autant l'accent sur le son que sur la mélodie. Cette fois, elle a remplacé les accroches mélodiques par des accroches rythmiques, laissant à Pharrell Williams, Timbaland, et Justin Timberlake le soin de polir ce bonbon rassis. ~ Stephen Thomas Erlewine
14,99 €

Pop - Paru le 28 avril 2008 | Warner Records

Distinctions 4 étoiles Technikart
Avec Hard Candy, Madonna abandonne toute notion de tube crossover pour s'adresser directement à ses fans de base du monde de la mode et du clubbing. Elle a fait appel à Pharell Williams des Neptunes et Timbaland et Justin Timberlake pour amorcer ce nouveau virage. Leur production est d'une qualité bien inférieure à celle qu'ils avaient concoctée pour Nelly Furtado. Ça donne parfois des grooves séduisants, mais ça montre aussi le point faible de l'album: la structure passe avant la chanson elle-même. Madonna a toujours été douée pour canaliser les tendances dance dans des chansons pop, en mettant autant l'accent sur le son que sur la mélodie. Cette fois, elle a remplacé les accroches mélodiques par des accroches rythmiques, laissant à Pharrell Williams, Timbaland, et Justin Timberlake le soin de polir ce bonbon rassis. ~ Stephen Thomas Erlewine
25,49 €
17,99 €

Pop - Paru le 14 juin 2019 | Boy Toy, Inc., Exclusively licensed to Live Nation Worldwide, Inc. Exclusively licensed to Interscop

Hi-Res
Madame X marque avant tout les retrouvailles entre Madonna et Mirwais, ce dernier étant aux commandes de 7 titres sur les 13 figurant sur l’album. L’ancien comparse de Daniel Darc chez Taxi Girl avait déjà travaillé sur Music en 2000 et American life en 2003, entre autres. Son rôle est ici de pousser encore plus loin le curseur de l’expérimentation délirante – tout en conservant le côté pop, mélodique et limpide propre au style de Madonna. L’exemple le plus flagrant de la folie musicale à laquelle s’adonne Mirwais se trouve dans Dark Ballet, chanson inspirée de Jeanne d’Arc, dans laquelle on trouve une longue parenthèse synthético-baroque façon Wendy Carlos, ainsi qu’une facétieuse performance de Madonna qui souffle sur les braises carbonisant la Pucelle d’Orléans. Et toujours dans un style à la fois ludique et insensé, citons les cordes disco virevoltantes de God Control.On retrouvera également la Madonna engagée dans cet opus, en particulier contre la prolifération des armes à feu aux États-Unis (on entend un extrait du discours d’Emma Gonzales dans I rise) et en faveur des exclus (dans le fado postmoderne Killers who are partying). En parlant de fado, il faut souligner que la culture lusophone est l’un des fils rouges de l’album – Madonna s’est installée au Portugal en 2017, ceci expliquant sans doute cela. Dans Batuka, c’est le Cap Vert qui est de la fête (le batuque est un genre de musique capverdienne qui se construit à travers le chant-réponse). Dans la géographie madonnesque, non loin de là se trouve la Colombie, représentée par le chanteur de reggaeton Maluma, avec qui elle chante (et flirte pour rire) sur deux duos (Medellin et Bitch I’m loca). Et enfin l’Espagne de Picasso est évoquée dans I don’t search I find (citation du peintre). Entre la gravité de l’engagement politique d'une part, et la légèreté des duos et de la production de Mirwais d'autre part, en passant par un travail mettant en avant l’aspect protéiforme de la voix (autotunée, chuchotée, marmonnée, enfantine…), Madonna rend justice au titre de son album – probable référence à la Marlene Dietrich d’Agent X 27, biopic de Joseph Von Sternberg sur l’espionne Mata Hari (1931). « Madame X est un agent secret voyageant à travers le monde, qui change d'identités et se bat pour la liberté. Elle apporte de la lumière dans les endroits sombres », explique la chanteuse dans un teaser présentant son projet. C’est donc une Madonna masquée, amusée, combative et pleine d’assurance que l’on retrouve à l’aube de ses soixante et un printemps. © Nicolas Magenham/Qobuz
26,49 €

Pop - Paru le 18 septembre 2009 | Warner Records

17,99 €

Pop - Paru le 14 juin 2019 | Boy Toy, Inc., Exclusively licensed to Live Nation Worldwide, Inc. Exclusively licensed to Interscop

Livret
Madame X marque avant tout les retrouvailles entre Madonna et Mirwais, ce dernier étant aux commandes de 7 titres sur les 13 figurant sur l’album. L’ancien comparse de Daniel Darc chez Taxi Girl avait déjà travaillé sur Music en 2000 et American Life en 2003, entre autres. Son rôle est ici de pousser encore plus loin le curseur de l’expérimentation délirante – tout en conservant le côté pop, mélodique et limpide propre au style de Madonna. L’exemple le plus flagrant de la folie musicale à laquelle s’adonne Mirwais se trouve dans Dark Ballet, chanson inspirée de Jeanne d’Arc, dans laquelle on trouve une longue parenthèse synthético-baroque façon Wendy Carlos, ainsi qu’une facétieuse performance de Madonna qui souffle sur les braises carbonisant la Pucelle d’Orléans. Et toujours dans un style à la fois ludique et insensé, citons les cordes disco virevoltantes de God Control.On retrouvera également la Madonna engagée dans cet opus, en particulier contre la prolifération des armes à feu aux États-Unis (on entend un extrait du discours d’Emma Gonzales dans I Rise) et en faveur des exclus (dans le fado postmoderne Killers Who Are Partying). En parlant de fado, il faut souligner que la culture lusophone est l’un des fils rouges de l’album – Madonna s’est installée au Portugal en 2017, ceci expliquant sans doute cela. Dans Batuka, c’est le Cap-Vert qui est de la fête (le batuque est un genre de musique cap-verdienne qui se construit à travers le chant-réponse). Dans la géographie madonnesque, non loin de là se trouve la Colombie, représentée par le chanteur de reggaeton Maluma, avec qui elle chante (et flirte pour rire) sur deux duos (Medellin et Bitch I’m Loca). Et enfin l’Espagne de Picasso est évoquée dans I Don’t Search I Find (citation du peintre).Entre la gravité de l’engagement politique d'une part, et la légèreté des duos et de la production de Mirwais d'autre part, en passant par un travail mettant en avant l’aspect protéiforme de la voix (autotunée, chuchotée, marmonnée, enfantine…), Madonna rend justice au titre de son album – probable référence à la Marlene Dietrich d’Agent X 27, biopic de Joseph von Sternberg sur l’espionne Mata Hari (1931). « Madame X est un agent secret voyageant à travers le monde, qui change d'identité et se bat pour la liberté. Elle apporte de la lumière dans les endroits sombres », explique la chanteuse dans un teaser présentant son projet. C’est donc une Madonna masquée, amusée, combative et pleine d’assurance que l’on retrouve à l’aube de ses 61 printemps. © Nicolas Magenham/Qobuz
9,99 €

Pop - Paru le 14 novembre 2005 | Warner Records

16,99 €

Pop - Paru le 9 novembre 1990 | Sire - Warner Records

9,99 €

Pop - Paru le 18 septembre 2000 | Warner Records

14,99 €

Pop - Paru le 21 avril 2003 | Warner Records - Maverick

16,99 €

Pop - Paru le 17 mars 1989 | Sire - Warner Records

21,99 €

Pop - Paru le 10 mars 2015 | Interscope

Madonna continue sa route avec un album dans la continuité de ses trois précédents, plutôt mainstream, donc. Mais la reine de la pop ne s’essouffle pas (encore) et garde bien sûr une grande modestie, avec des titres comme Bitch I’m Madonna (avec Nicki Minaj) ou Iconic (avec Chance the Rapper et Mike Tyson)… Sur Living For Love, le single principal de l’opus, on note le côté très club soutenu par un beat sourd prêt à être balancé sur le dancefloor, même si la Madone interprète aussi des chansons plus intimistes comme c’est le cas sur Joan Of Arc. Sur cette version Deluxe, 5 titres ont été rajoutés pour clore Rebel Heart dignement avec, entre autres, le titre éponyme de l’album et Veni Vidi Vici en collaboration avec le rappeur Nas. © LR/Qobuz
16,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1995 | Warner Records

23,99 €

Pop - Paru le 18 septembre 2009 | Warner Records

16,99 €

Pop - Paru le 14 octobre 1994 | Sire - Warner Records

L'interprète

Madonna dans le magazine
  • Madonna sous X
    Madonna sous X A 60 ans, la star signe un impeccable 14e album intitulé "Madame X" mêlant pop classique et expérimentations osées...
  • Et Madonna débuta...
    Et Madonna débuta... Presqu'une année de plus pour Louise Ciccone...
  • QIBUZ / Lundi 17 février 2014
    QIBUZ / Lundi 17 février 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • Des nouvelles de Madonna
    Des nouvelles de Madonna Ou comment revivre le titanesque MDNA Tour de la Queen of Pop.
  • QIBUZ / Lundi 29 octobre 2012
    QIBUZ / Lundi 29 octobre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 22 octobre 2012
    QIBUZ / Lundi 22 octobre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 30 juillet 2012
    QIBUZ / Lundi 30 juillet 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 16 juillet 2012
    QIBUZ / Lundi 16 juillet 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Madonna chic et M.I.A. choc
    Madonna chic et M.I.A. choc A la mi-temps du Super Bowl, Madonna a livré un show délirant...
  • QIBUZ / Lundi 6 février 2012
    QIBUZ / Lundi 6 février 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...