Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD16,49 €

Rap - Paru le 27 août 1990 | LL Cool J.

CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1996 | Def Jam Recordings

CD13,49 €

Rap - Paru le 22 juillet 1987 | Def Jam Recordings

CD15,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2000 | Def Jam Recordings

CD10,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 1985 | Mercury Records

CD13,49 €

Rap - Paru le 27 août 1990 | LL Cool J.

CD15,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 1989 | Def Jam Recordings

CD14,49 €

Rap - Paru le 20 novembre 1995 | LL Cool J.

CD6,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 1997 | Def Jam Recordings

CD9,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 1995 | Def Jam Recordings

CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 1993 | Def Jam Recordings

CD13,49 €

Rap - Paru le 21 novembre 1995 | Def Jam Recordings

CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2009 | Def Jam Recordings

CD13,49 €

Rap - Paru le 30 avril 2013 | Craft Recordings

CD10,99 €
10

Rap - Paru le 1 janvier 2002 | Def Jam Recordings

CD15,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Mercury Records

CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2006 | Mercury Records

CD13,49 €

Rap - Paru le 14 octobre 1997 | Def Jam Recordings

CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | Def Jam Recordings

Livret
Pour son douzième album, LL Cool J, désormais bourré de créatine et musculeux comme un vulgaire Rambo, a joué la carte de la superproduction. Parsemant sa pochette de références à sa carrière (la panthère noire, le Kangol, la boom box de Radio, Hollywood, et, étrangement, la Tour Eiffel !), le rappeur le plus ancien à ce niveau dans le jeu (les autres pionniers jouent profil bas et sorties indépendantes) a convoqué le ban et l’arrière ban pour son ultime album chez Def Jam, la maison dont il a contribué à faire la légende. Pour mesurer l’étendue de sa durée, il invite quelques jeunes pousses, (The Dream, pour le single « Baby », tout en gros son dance et effets vocaux dans l’air du temps), un guitar hero (Richie Sambora, de Bon Jovi, pour le remix du même titre, 50 Cent, comme s’il passait un témoin, l’inventeur du scratch Grandmaster Caz, pour la légitimité old school, quelques chanteuse R&B, Wyclef Jean des Fugees, et même Fat Joe, dont on pensait qu’il était fâché à mort avec 50 Cent. Avec ce menu touffu, LL Cool J prouve l’essentiel : après bientôt vingt-cinq ans de carrière, il s’estime apte à se mesurer au rap d’aujourd’hui, boursouflé et versatile. Il se frotte un peu à tous les genres, façon de montrer qu’il faut toujours compter avec lui. Le prix à payer, c’est justement de se fondre dans la masse, car si son flow est toujours efficace, et si Exit 13 est agréable à écouter, il manque un peu de personnalité, à force de trop vouloir se couler dans les oripeaux 2008. Or la personnalité, c’est justement ce qui a permis à LL Cool J de traverser, intact, les années, réunissant toujours sur son nom la fidélité d’un public qui a grandi avec lui. Est-ce qu’à trop vouloir s’accaparer un public qui a l’âge de ses enfants, il ne perd pas son âme, ne restant qu’un (très) habile faiseur ? © ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2015
CD8,99 €

Rap - Paru le 2 février 2018 | Road Warrior

L'interprète

LL Cool J dans le magazine