Artistes similaires

Les albums

14,99 €

Amérique latine - Paru le 11 avril 2003 | tot Ou tard - WM France

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dans la courte, mais sans faille discographie de Lhasa, The Living Road se situe au centre. Paru en 2003 et terminé au Canada, il a commencé à prendre forme en France où elle a vécu. Le violoncelliste Vincent Ségal et le trompettiste Ibrahim Maalouf sont du voyage. De ses trois albums, celui-ci est sans doute le plus varié. Lhasa y fait cohabiter trois langues, l’espagnol, l’anglais et le français, dont elle a parfaitement maîtrisé les potentiels poétiques. Les ambiances et les mélodies sont riches et voyageuses. On retrouve les accents de rancheras mexicaines ou de mélodies des Balkans qui caractérisaient La Llorona, ailleurs on perçoit les prémices de l’américana rêveuse de son ultime album et, dans les morceaux en français, une certaine mélancolie européenne se dégage de l’orchestration. L’élégance est de mise et le chant de Lhasa, précis, unique et émouvant rend ses douze perles captivantes. © BM/Qobuz
14,99 €
11,99 €

Musiques du monde - Paru le 29 septembre 2017 | tôt Ou tard

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsqu’en 1997 paraît l’album La Llorona, il dévoile un univers singulier, porté par une voix d’une extrême expressivité. A 25 ans, Lhasa de Sela sort son premier album en langue espagnole. La genèse de ce disque doit beaucoup à sa rencontre avec le multi-instrumentiste Yves Desrosiers, qui signe avec elle la majorité des compositions, les arrangements et la direction artistique. Mais La Llorona témoigne déjà d’une maturité artistique époustouflante, que la suite de la carrière de Lhasa confirmera. La LLorona, c’est la pleureuse des légendes mexicaines, une femme fantôme qui, au cœur de la nuit, vient hanter les villageois au son de ses pleurs. A cette dimension mythique s’ajoute des accents tziganes, une imagerie du voyage, du cirque intimiste. A mi-chemin entre le rêve et la réalité, Lhasa nous entraîne dans une quête fertile de l’émotion. Son chant est à fleur de peau, bouillonne et caresse, fulmine et exulte. Chanson après chanson, Lhasa nous accroche pour ne plus nous lâcher. Son extrême sincérité, la qualité des chansons, la complicité subtile des musiciens et sa voix unique et inoubliable font de cet album un classique indémodable. © BM/Qobuz
1,69 €

Dance - Paru le 26 février 2018 | JB Production CH

14,99 €
11,99 €

Musiques du monde - Paru le 1 décembre 2017 | tôt Ou tard

Hi-Res
En mai 2009, peu de temps après la sortie de son troisième album, Lhasa, accompagnée de l’équipe qui l’a aidé à accoucher de cette nouvelle collection de perles fines, a donné quelques concerts en préambule d’une tournée prévue six mois plus tard. Joe Grass aux guitares, Sarah Pagé à la harpe, Miles Perkin à la contrebasse et Andrew Barr à la batterie forment avec la chanteuse un bloc organique d’une grande cohérence. Naturellement, une importante place est faîte aux compositions de ce récent Lhasa. Neuf chansons sur quatorze qui sonnent, peu ou prou, comme sur l’enregistrement studio, avec une tendance au ralentissement de tempo, devenu notable sur 1001 Nights, ce qui en renforce l’aspect ténébreux. Le groupe n’a aucun mal à se réapproprier les thèmes plus anciens, apportant un rythme titubant et jazzy à Con Toda Palabra de The Living Road, métamorphosant le célèbre De Cara a la Pared, qui ouvrait La Llorona, par une longue intro abstraite. Appliquant un aspect andin à Par El Fin Del Mundo, via la prédominance d’un charango et de la harpe. Ce qui peut donner une petite idée des projets de la chanteuse qui envisageait alors un hommage aux icones latinos Violeta Parra et Victor Jara. Plutôt inédits dans sa discographie, une magnifique reprise du standard de Sam Cooke A Change Is Gonna Come et la trace des interventions mutines de Lhasa et son rire fusant entre les morceaux. Difficile de réaliser, devant tant de sensibilité pétillante, qu’elle donnait là son ultime concert, avant de disparaître quelques mois plus tard, victime d’un cancer, à seulement 37 ans. © BM/Qobuz
1,94 €
1,55 €

Musiques du monde - Paru le 10 novembre 2017 | tôt Ou tard

Hi-Res
1,94 €
1,55 €

Musiques du monde - Paru le 10 novembre 2017 | tôt Ou tard

Hi-Res
11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 septembre 2017 | tôt Ou tard

11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 septembre 2017 | tôt Ou tard

Onze ans après l’initial La Llorona et six après The Living Road, ce troisième album éponyme, que les circonstances dramatiques laisseront sans suite, clôt donc une discographie exemplaire, dénuée de faux pas et de redite. Lhasa simplifie les processus, enregistre en direct avec un groupe, récemment constitué, sur un équipement analogique. Après avoir été découverte avec un répertoire hispanique, puis trilingue, elle chante, dans sa voix la plus naturelle, des chansons uniquement en anglais, sa langue maternelle. Ses compositions assument un héritage américain, folk, blues, country voire soul, mais restent totalement guidées par son univers envoûtant et onirique. Ici les notes grêles d’une harpe esquissent une marche légère. Là, une rythmique de club de jazz enfumé remplit l’espace. Ailleurs, une slide guitare ouvre une voie aérienne. Partout, la voix de Lhasa est un guide sincère et intime, qui parle au cœur et à l’âme avec douceur et passion. Comme peu d’artistes, mais les plus grands, elle réussit à transmettre une émotion partagée entre légèreté et profondeur, à proposer une vision du monde dans laquelle l’instant fugace et l’éternité dansent ensemble. © BM/Qobuz

L'interprète

Lhasa dans le magazine
  • Disparition de Lhasa
    Disparition de Lhasa Emportée par un cancer, la chanteuse américano-mexicaine Lhasa de Sela était âgée de 37 ans.