Artistes similaires

Les albums

9,99 €

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | NEOS Music

En l’absence de livret explicatif pour cet album qui en aurait pourtant bien besoin – heureusement que votre cher Qobuz est là pour veiller ! –, voici les détails de cet enregistrement d’œuvres récentes du compositeur espagnol Alberto Posadas : Anamorfosis (2006) pour ensemble orchestral ; Tratado de lo inasible (2013, première discographique mondiale) pour saxophone baryton, clarinette contrebasse, accordéon, violoncelle et contrebasse ; Tres pinturas imaginarias (2014, première discographique mondiale) pour ensemble orchestral – Sfumato,Variaciones perforadas sobre un tema de Mondrian, Tachisme – ; et pour finir La lumière du noir (2017, première mondiale discographique) pour ensemble instrumental. Posadas, qui applique à sa musique des techniques – invisibles ; c’est là son cahier des charges personnel – de constructions mathématiques, ainsi que de parallélismes avec le monde pictural et architectural, est avant tout un grand magicien des sonorités. Que l’on aime ou pas ce langage, on ne peut qu’en constater l’infinie richesse de palette, l’imagination débordante de fibrillations et de caresses, et la puissante originalité. D’ailleurs, nombre d’orchestres et de solistes ne s’y sont pas trompés et ont inscrit le répertoire de Posadas à leurs programmes : le Festival de Donaueschingen, le Festival Musica de Strasbourg, l’Ensemble Intercontemporain, l’Ensemble 2E2M, l'Itinéraire, le Quatuor Arditti, l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, et bien sûr le présent Klangforum Wien, l’un des phares internationaux de la musique orchestrale moderne. © SM/Qobuz
6,99 €

Classique - Paru le 19 décembre 2017 | ORF SHOP

9,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Kairos

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 31 janvier 2014 | Musiques Suisses

13,49 €

Classique - Paru le 20 juillet 2012 | col legno

9,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2011 | Kairos

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2009 | Kairos

À la différence notable du café (café-bouillu-café-foutu) l’Oubli s’accommode très bien de l’ébullition, du moins l’ébullition sonore lorsque le cuisinier s’appelle Gösta Neuwirth (*1937) et que le résultat porte le nom de L’Oubli bouilli. Gösta, nom masculin malgré la consonance féminine, est l’oncle d’Olga Neuwirth ; compositeur, chroniqueur, professeur, il se situe dans une certaine mouvance avant-gardiste de la polyphonie varésienne, mais avec utilisation de sons électroniques dans l’accompagnement de la singulière et envoûtante partie vocale de L’Oubli bouill. Le quatuor à cordes, écrit déjà en 1976, appartient encore au tout nouveau langage d’alors (Donaueschingen, Darmstadt…), et l’auditeur se plaira à considérer l’évolution du compositeur qui, jusqu’à L’Oubli Bouilli de 2008, a considérablement réorienté sa trajectoire. De la même époque datent les sept pièces pour quatuor, des pièces fluides, fluctuantes, dans lesquelles le compositeur semble évoquer plutôt qu’affirmer des formes et des idées. Un langage complexe d’accès, mais qu’il faut avoir abordé. © SM/Qobuz
9,99 €

Quatuors - Paru le 7 novembre 2006 | Mode

Quatuors à cordes n°2, n°4, n°5 & n°3 / Quatuor à cordes Klangforum Wien
9,99 €

Jazz - Paru le 1 juin 2003 | Between The Lines

8,99 €

Jazz - Paru le 17 mai 2002 | Between The Lines