Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz vocal - Paru le 24 juin 2016 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions 3F de Télérama
On pourrait expédier l’affaire en en faisant la nouvelle fille du retour la vengeance de Norah Jones. Pourtant, Kandace Springs impose sa propre singularité dès ce premier album qui paraît chez Blue Note, label qui lança justement la fille de Ravi Shankar en 2002 avec Come Away With Me… Produit par l’expert en réalisation ultra-léchée Larry Klein (Melody Gardot, Lizz Wright, Joni Mitchell, Herbie Hancock), ce Soul Eyes propose lui aussi un subtile alliage de jazz, de pop et de soul. Mais la jeune chanteuse et pianiste née à Nashville et installée à New York possède un grain propre finalement différent de celui de son illustre ainée qu’elle vénère tant. Une sensualité vocale et une suavité de chant bien à elle. À ses côtés, Kandace Springs a convié des virtuoses comme le trompettiste Terence Blanchard, les guitaristes Dean Parks et Jesse Harris, le batteur Vinnie Colaiuta, l’organiste Pete Kuzma, le bassiste Dan Lutz et le percussionniste Pete Korpela. De quoi faire de son premier album, une production raffinée mais jamais lice. Une belle découverte. © MD/Qobuz« Une nouvelle voix, pleine de tendre espièglerie, de sensualité franche, de jeune séduction, une voix qui a du corps et de l'esprit. [...] Le label historique Blue Note sait ce qu'il fait en la signant : cette chanteuse a de qui tenir, elle qui revendique Bil­lie Holiday, Ella Fitzgerald mais aussi ­Norah Jones comme ses héroïnes. Comme cette dernière, elle joue du ­piano, comme Shirley Horn aussi elle sait s'accompagner. Si l'on veut entendre de quoi cette chanteuse est ­capable, on sautera le joli bonbon acidulé du premier morceau, Talk to me, pour plonger dans la si belle ballade composée, paroles et musique, par Mal Waldron. Elle s'y donne avec tendresse, force, corps et âme, un épatant élan d'amoureuse qui n'esquive pas la souffrance et exploite toutes les couleurs de son registre, avec un aigu qui fend le cœur de douceur. [...] une authentique chanteuse de jazz dont ce disque surproduit donne le désir de l'entendre live. (Télérama, octobre 2016 / Michel Contat)
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 27 mars 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Son mentor, Prince, disait que sa voix pouvait faire fondre la neige. Un don confirmé sur The Women Who Raised Me, troisième album de Kandace Springs, qui, sans faire trop de bruit, s’impose un peu plus chaque jour dans la vaste famille des chanteuses jazz’n’soul contemporaines. Comme le titre de sa cuvée 2020 le laisse entendre (Les femmes qui m’ont élevée), la native de Nashville installée à New York rend ici hommage à toutes celles qui l’ont influencée et inspirée, d’Ella Fitzgerald à Roberta Flack, en passant par Astrud Gilberto, Lauryn Hill, Billie Holiday, Diana Krall, Carmen McRae, Bonnie Raitt, Sade, Nina Simone, Dusty Springfield et surtout Norah Jones, l’une de ses idoles, présente sur un titre (Angel Eyes).Produit comme Soul Eyes (son premier album de 2016) par l’expert en réalisation ultra-léchée Larry Klein, The Women Who Raised Me accueille aussi les saxophonistes David Sanborn (I Put a Spell on You) et Chris Potter (Gentle Rain et Solitude), le trompettiste Avishai Cohen (I Can’t Make You Love Me et Pearls), le contrebassiste Christian McBride (Devil May Care) et la flûtiste Elena Pinderhughes (Ex-Factor et Killing Me Softly With His Song). Des virtuoses dépositaires d’un raffinement supplémentaire à ce disque de reprises bien choisies. Mentions spéciales au Pearls de Sade, stimulé par un Avishai Cohen plus félin que jamais, et à l’Ex-Factor de Lauryn Hill. Cet album confirme aussi les talents d’instrumentiste de Kandace Springs, aussi à l’aise au piano qu’au Fender Rhodes. Une virtuose tout en retenue aidée par un trio jamais bavard composé de Steve Cardenas à la guitare, Scott Colley à la basse et Clarence Penn à la batterie. C’est cet océan de subtilité et de dosage parfait qui rend ces reprises, chantées avec sensualité mais surtout conviction, très attachantes. © Clotilde Maréchal/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz vocal - Paru le 7 septembre 2018 | Blue Note (BLU)

Hi-Res
Kandace Springs a tout de la réincarnation d’une grande diva de la soul. Beauté divine au nom charmant, dès son premier album, toute l’attention se porte sur la jeune femme. Soul Eyes publié par Blue Note en 2014, lui permit de s’épanouir dans un sublime mélange de soul-jazz rehaussé de pop. Quatre ans plus tard, elle suscite le même intérêt mais sur une création bien différente baptisée Indigo. Roberta Flack, Luther Vandross, Billie Holiday ou encore Nina Simone, voilà quelques noms qui ont bercé son enfance et influent aujourd’hui sur ses interprétations. Un timbre chaleureux, une diction souple et délicate qu’elle accorde avec sa maîtrise du piano, Indigo est un alliage étonnant de reprises et de titres originaux composés avec Evan Rogers et Carl Sturken. Ouverture pop romantique sur Don't Need The Real Thing, airs funk sur People Make The World Go 'Round, ou encore instru plus jazzy avec Unsophisticated, Springs ne sait pas vraiment où donner de la voix mais ça marche ! Elle teste ses capacités et ses limites sur des registres relativement contradictoires. Fix Me s’aventure même dans le classique avec un mix du Prélude opus 28 n° 4 de Chopin, imitation Gainsbourg et son Jane B, en plus soul. Un mélange inattendu mais parfaitement lié par le timbre enfumé de cette attachante chanteuse. © Anna Coluthe/Qobuz
HI-RES4,99 €
CD3,49 €

R&B - Paru le 23 septembre 2014 | Blue Note (BLU)

Hi-Res
CD13,49 €

Jazz - Paru le 24 juin 2016 | Blue Note (BLU)

On pourrait expédier l’affaire en en faisant la nouvelle fille du retour la vengeance de Norah Jones. Pourtant, Kandace Springs impose sa propre singularité dès ce premier album qui parait chez Blue Note, label qui lança justement la fille de Ravi Shankar en 2002 avec Come Away With Me… Produit par l’expert en réalisation ultra-léchée Larry Klein (Melody Gardot, Lizz Wright, Joni Mitchell, Herbie Hancock), ce Soul Eyes propose lui aussi un subtile alliage de jazz, de pop et de soul. Mais la jeune chanteuse et pianiste née à Nashville et installée à New York possède un grain propre finalement différent de celui de son illustre ainée qu’elle vénère tant. Une sensualité vocale et une suavité de chant bien à elle. A ses côtés, Kandace Springs a convié des virtuoses comme le trompettiste Terence Blanchard, les guitaristes Dean Parks et Jesse Harris, le batteur Vinnie Colaiuta, l’organiste Pete Kuzma, le bassiste Dan Lutz et le percussionniste Pete Korpela. De quoi faire de son premier album, une production raffinée mais jamais lice. Une belle découverte. © MD/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 27 mars 2020 | Blue Note Records

CD3,49 €

R&B - Paru le 23 septembre 2014 | Blue Note (BLU)

CD1,99 €

Jazz - Paru le 2 juin 2017 | Universal Music Division Decca Records France

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | Blue Note Records

Hi-Res
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Ambiance - Paru le 1 novembre 2019 | PANORAMA

Hi-Res
CD1,99 €

Jazz - Paru le 28 avril 2017 | Blue Note (BLU)

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Jazz - Paru le 10 août 2018 | Blue Note (BLU)

Hi-Res
CD1,99 €

Ambiance - Paru le 1 novembre 2019 | PANORAMA

L'interprète

Kandace Springs dans le magazine