Artistes similaires

Les albums

12,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 29 août 2014 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Diamant d'Opéra Magazine - Choc de Classica - Prise de son d'exception
On a de la peine à imaginer le rayonnement extraordinaire qu'eut la ville de Naples pendant près de trois siècles. Capitale européenne au même titre que Paris, la belle Napoli offrait une vie artitique des plus prospères. C'est un hommage à cette étoile qui commença à pâlir au début du 19e siècle que Joyce DiDonato consacre son dernier enregistrement. On y trouve des airs d'opéras créés à Naples dont des inédits, tels que cet extrait de La Stella di Napoli (L'Etoile de Naples) — un opéra de Paccini qui donne son titre à ce disque — ainsi qu'un extrait des Nozze di Lammermoor de Michele Carafa et de Il sonnambulo de Carlo Valentini. La voix de miel de Joyce DiDonato confère à ces pages une aura de rêve éveillé. Son timbre chaud fait merveille dans les mélismes et les vocalises d'une musique sensuelle à souhait. Un pur bonheur. FH
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - Prise de son d'exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] Ecoutez plutôt, dans les tempos modérés, la connivence remarquable entre mezzo et orchestre, qui nourrit aussi bien le rubato que le dialogue entre voix et vents solistes – le hautbois de « Pensieri » (Agrippina). On n’entend pas tous les jours, chez Purcell, une mort de Didon à la pulsation aussi libre dans la lenteur, chargée à la fois d’attente et de gravité ; le chant s’y déploie avec une richesse d’inflexions jamais artificielle, comme arrachée au vécu. [...] S’il ne fallait retenir ou télécharger qu’une seule piste ? « Augelletti checantate », autre aria de Rinaldo, où les vocalises d’Almirena et celles du flautino – exceptionnelle Anna Fusek – prennent vie hors du temps, avec la volubilité et la grâce d’un battement d’ailes. Si tout n’est pas inoubliable dans ce récital abondant, l’inspiration jouissive qui parcourt ses temps forts confirme le rayonnement unique du timbre et du caractère de Joyce DiDonato.» (Diapason, novembre 2016 / Luca Dupont-Spirio)
17,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 28 août 2015 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Grammy Awards
Joyce DiDonato, avec son complice Antonio Pappano au piano – quel excellent accompagnateur ! – nous livrent avec ce concert enregistré en direct et en public en septembre 2014 quelques grands bonbons concertants. Parmi les célèbres, Haydn et Rossini bien sûr, Jerome Kern, Irving Berlin et Richard Rodgers pour qui est familier avec le répertoire de Broadway, quelques incursions dans la chanson napolitaine, et surtout un étonnant ouvrage (le « déconcertant » en question) d’un certain Francesco Santolíquido (1883 – 1971), tellement inconnu que l’on se demande s’il n’a pas été inventé pour la circonstance ! Le peu que l’on apprend sur lui est qu’il est d’inspiration impressionniste, et il faut s’égarer sur un article en russe pour apprendre qu’il a longtemps vécu en Tunisie puis que, rentré en Italie peu avant la Seconde guerre mondiale, il a publié des articles ouvertement fascistes, dont La Pieuvre musicale juive, visant particulièrement Casella. De quoi vous mettre au ban de la société musicale un bon bout de temps… ses inspirations, hormis les moins inspirées d’ordre journalistique anti-judaïque, se trouvent du côté de Wagner, Strauss, Rachmaninov et Debussy, avec un petit penchant vers la musique arabe qu’il a côtoyé lors de sa période tunisienne. Disons qu’après presque un demi-siècle, il est peut-être temps de mettre de côté ses errances haineuses et d’écouter sa musique, dont par exemple ces bien beaux Chants du soir de 1908 (bien avant ses éructations anti-judaïques donc). DiDonato et Pappano forment un duo idéal. © SM/Qobuz
20,49 €
17,49 €

Classique - Paru le 12 janvier 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 étoiles de Classica
« [...] inquiétudes d'un soprano célèbre (Arden Scott, mezzo-soprano légendaire) s'attaquant à la redécouverte d'un chef-d'œuvre inconnu mais effrayée par l'opéra contemporain. Cela démarre comme du Bernstein et cela file en enfilant les pastiches de Donizetti à Rossini [...] Le public s'amuse, le livret pétille, la partition, épatante jusque dans ses citations, a été écrite pour une distribution historique : Frederica von Stade, Joyce DiDonato, et Ailyn Perez, trois générations s'exposant à ce jeu [...] Tout repose sur les épaules de la Joyce (Arden Scott) qui tient haut son rang de diva, tant dans la conversation contemporaine que dans la résurrection belcantiste dont les scènes deviendront vite des tubes. [...] c'est un bonheur.» (Classica, février 2018 / Pierre Flinois)
35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2009 | Archiv Produktion

Livret Distinctions Diamant d'Opéra Magazine
Opéra en 3 actes / Joyce DiDonato (Alcina) - Maite Beaumont (Ruggiero) - Sonia Prina (Bradamante) - Vito Priante (Melisso) - Laura Cherici (Oberto) - Kobie van Rensburg (Oronte) - Il Complesso Barocco - Alan Curtis, direction...
15,99 €
13,49 €

Mélodies - Paru le 7 septembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Données en concert par Joyce DiDonato et le Quatuor Brentano à Londres en 2017, ce programme tourne autour de l’œuvre qui a donné son nom à l’album : Camille Claudel: Into the Fire (2012), de Jake Heggie ; le cycle met en scène Camille Claudel et Rodin, dans le jeu de l’amour et de mort qui fut fatal à la sculptrice. Pour mémoire, Heggie fit son entrée en fanfare sur la scène lyrique avec son opéra Dead Man Walking, créé à l’Opéra de San Francisco, où il fut ensuite compositeur en résidence pendant deux ans – après y avoir été simple responsable des relations publiques ! Depuis, sa carrière de compositeur ne connaît pas de bornes et ses œuvres sont données aux quatre coins du monde. Il a entre autres écrit un grand nombre de mélodies, adoptées par des stars telles que – excusez du peu – Kiri Te Kanawa, Renée Fleming, Sylvia McNair, Susan Graham, Jennifer Larmore, Frederica von Stade, Paul Groves, Ben Heppner, Bryn Terfel et bien sûr la présente Joyce DiDonato. Loin de toute avant-garde comme des minimalistes états-uniens, Heggie développe son propre langage, hautement lyrique, empreint d’une tonalité poussée dans ses ultimes retranchements, comme chez Strauss mais aussi le premier Schönberg et Berg, et sans nul doute Britten aussi. Autour de cet ouvrage, DiDonato et le Quatuor Brentano ont choisi, justement, Richard Strauss et quelques-uns de ses Lieder, transcrits pour quatuor et voix, par les musiciens de l’ensemble lui-même ; puis, à l’opposé en quelque sorte, les Chansons de Bilitis de Debussy, là aussi transcrites au quatuor, puis le rare et si beau Adagio de Lekeu. En bis, Douce nuit, dont on pourrait se demander si ce n’est pas une farce, hormis que le concert fut enregistré un 21 décembre… Et l’arrangement ne manque pas de culot, d’autant que le dernier couplet est chanté par toute l’assistance tandis que DiDonato donne, en contrepoint, Peace on Earth. © SM/Qobuz
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 21 octobre 2013 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
On ne le sait pas assez de ce côté de l’Atlantique, mais Jake Eggie (*1961) est l’un des plus célèbres compositeurs d’opéras et de musique vocale d’Amérique du Nord : ses ouvrages lyriques ont été entendus à San Francisco, Houston, Dallas, Sydney, Vienne, Philadelphie, New York, Montréal, Copenhague, Washington, Dresden et tant d’autres – pas en France… –, tandis que ses œuvres vocales ont eu l’honneur des gosiers de Kiri Te Kanawa, Renée Fleming, Sylvia McNair, Joyce DiDonato, Susan Graham, Jennifer Larmore, Frederica von Stade, Paul Groves, Ben Heppner, Bryn Terfel… Remarque similaire pour les orchestres planétaires qui ont joué son répertoire symphonique. Mais la majeure partie de son répertoire reste vocal ; le présent album propose plusieurs grands cycles de mélodies, accompagnés qui par le piano, qui par le quatuor à cordes, qui un ensemble instrumental hybride ; quant à son style d’écriture, résolument tonal, il suit les traces de Menotti, Janáček, Villa-Lobos, Britten, le Bartók le plus lyrique, avec une toute petite pincée des minimalistes, mais en faisant surtout un large détour pour éviter la contamination des avant-gardes des années 1970 et même des écoles atonales. Comme quoi il est encore possible d’écrire de la très belle musique, émouvante à l’extrême, dans des idiomes qui ont fait les délices de plusieurs siècles de mélomanes. © SM/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
27,99 €

Opéra - Paru le 24 novembre 2017 | Warner Classics

Livret
13,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Erato - Warner Classics

Livret
11,49 €

Classique - Paru le 2 novembre 2009 | Warner Classics

11,49 €

Opéra - Paru le 26 août 2013 | Warner Classics International

Livret
8,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 septembre 2005 | Naxos

Livret
2,99 €
2,29 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Erato - Warner Classics

Hi-Res
14,99 €

Classique - Paru le 13 avril 2012 | Warner Classics

13,49 €

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Warner Classics

Livret
20,49 €

Classique - Paru le 13 avril 2012 | Parlophone Records Limited

Tout comme le film Dead Man Walking, avec Susan Sarandon et Sean Penn, l’opéra du même nom se base sur les mémoires de Sœur Helen Prejean : comme partisane de l’abolition de la peine de mort aux USA, elle assista et conseilla un prisonnier condamné à mort jusqu’à son exécution. C’est sur cette histoire vraie et bouleversante que le compositeur Jake Heggie a écrit une partition accessible et tonale, à la fois dépouillée et profonde, et qui mit la presse américaine en émoi… Joyce DiDonato a chanté le rôle de cette Sœur pas comme les autres pour la première fois en 2002, lorsqu’elle débutait avec la troupe de l’Opéra de Houston, aux côtés de son idole, la grande Frederica Von Stade. Cet enregistrement qui est la reprise de 2010, fut la dernière apparition de Frederica Von Stade, qui faisait ses adieux à la scène. Joyce DiDonato y incarne une héroïne réelle bouleversante d’intensité vocale et théâtrale.
14,99 €

Classique - Paru le 21 janvier 2011 | Warner Classics

19,49 €

Classique - Paru le 28 août 2015 | Erato - Warner Classics

14,99 €

Classique - Paru le 29 août 2014 | Erato - Warner Classics

Livret

L'interprète

Joyce DiDonato dans le magazine