Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD11,49 €

Piano solo - Paru le 28 juillet 2014 | Onyx Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 9 septembre 2016 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les trois sonates pour piano solo de Chopin (il en existe une seule autre, pour violoncelle et piano) s’égrènent tout au long de la courte vie du compositeur : 1827, 1840, 1846. A la fois conventionnelle dans la forme et extrêmement hardies dans le contenu, ce sont là trois chefs-d’œuvre tout aussi inclassable les uns que les autres. Un mouvement lent en 5/4 pour la première – des décennies avant le célèbre 5/4 de la Pathétique de Tchaikovsky –, un finale de quelques secondes quasiment atonal à l’unisson entre les deux mains pour la deuxième, des rondeurs quasiment symphoniques pour la dernière… Le pianiste allemand Joseph Moog (* 1987) s’est déjà taillé une impressionnante place dans le concert planétaire, avec en prime une dizaine d’enregistrements discographiques qui démontrent à la fois son éclectisme – Liszt ou Chopin, Tchaikovsky ou Scarlatti, Beethoven ou Rachmaninov, mais aussi Scharwenka ou Friedman, Godowsky ou Rubinstein, Busoni ou Reger. Un artiste à suivre de près. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 juin 2015 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Trente ans séparent le Concerto pour piano de Grieg (1869) et celui de Moszkowski (1898). Les deux partagent un romantisme échevelé et un langage radicalement conservateur, mais les similarités s’arrêtent un peu là. Grieg semble ne pas trop s’évader vers trop de virtuosité, préférant développer ses thèmes à l’ancienne, en sorte de quasi-copie conforme du Concerto de Schumann. Moszkowski, lui, offre aux pianistes l’occasion de se servir de leurs dix doigts, et pas qu’un peu : c’est un véritable déluge de notes, de traits, de fusées, d’accords, bref, le parfait exemple du concerto romantique tardif écrit par un virtuose à l’usage d’un virtuose. C’est d’ailleurs un virtuose qui nous joue ces deux concerts : Joseph Moog (* 1987), frais sorti du circuit des concours internationaux et qui a déjà à son actif plusieurs enregistrements, en particulier d’œuvres plus rares du répertoire. Jongen, Reger, Rubinstein, Godowski, Busoni ou Friedman ont eu droit à toute son attention, ce qui ne le détourne pas pour autant des plus grands classiques comme Rachmaninov, Scriabine, Liszt ou le présent Grieg. Enregistrement une nouvelle fois exemplaire : il convient de suivre avec une attention encore plus soutenue la trajectoire de ce jeune musicien. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 8 décembre 2017 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Nommé « Young Artist of the Year » par le prestigieux Gramophone Classical Music Awards et par le International Classical Music Award en 2014 et 2015, le jeune pianiste allemand Joseph Moog (né en 1987) poursuit une magnifique carrière internationale dont le seul « point noir » serait sans doute la France où, le diable sait pourquoi, on ne l’entend guère, alors qu’il se produit à travers l’Europe et l’Amérique du Nord. Depuis 2007, il a déjà enregistré une dizaine d’albums unanimement salués par la critique et le public, couvrant des répertoires courus – Liszt, Rachmaninov, Tchaikovsky, Grieg – autant que rares – Moszkowski, Busoni, Friedmann, Godowsky, Joseph Jongen, Reger ou Scharwenka. Le présent album couvre les deux genres : le Deuxième Concerto de Brahms, enregistré jusqu’à plus soif par des centaines de pianistes, et la très rare et pourtant délicieuse Burlesque de Strauss, un petit chef-d’œuvre écrit dès 1886, mais créé seulement en 1890 (par Eugen d’Albert, excusez du peu), dans une version largement remaniée qui est la seule que l’on joue de nos jours. L’humour en musique ne se pratiquait plus guère en cette fin de XIXe siècle – alors que des Mozart et des Haydn en usaient avec délectation – et Strauss a su magistralement insuffler une dose de légèreté et de farce dans sa partition, avec des enchaînements harmoniques effarants, des allusions populaires et de la parodie. Et sans doute tenait-il sa partition en quelque estime puisqu’elle figurait au tout dernier concert qu’il dirigerait de sa vie en 1947. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 mai 2011 | Claves Records

Distinctions 5 de Diapason
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2009 | Claves Records

Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
Le pianiste allemand Joseph Moog (né en 1987), distingué par le prestigieux trophée Young Artist of the Year des années 2012 et 2015 des Gramophone Classical Music Awards, celui de Solo Instrumentalist de l’année 2014 pour son album « Scarlatti Illuminated », poursuit depuis une bonne quinzaine d’années une carrière internationale éblouissante qui l’a menée sur les plus grandes scènes planétaires, avec d’excellents orchestres. Son répertoire s’étend du grand répertoire classique, romantique et XXe siècle, jusqu’à des raretés dont il s’est fait une sorte de fleuron – et non pas une bête spécialisation –, quand il se penche sur les œuvres de Leopold Godowsky, Ferruccio Busoni, Anton Rubinstein, Moritz Moszkowski ou Ignaz Friedman, autrement dit les plus considérables virtuoses-compositeurs de leur temps. Le voici en exploration du répertoire français, avec les douze Études de Debussy – complétées par une treizième, récemment retrouvée dans les brouillons du compositeur et dûment complétée par Roy Howat. L’album comporte ensuite l’incontournable Gaspard de la nuit de Ravel, que Moog donne dans une lecture de très grande clarté, comme si les Études précédentes avaient délié les doigts et l’esprit, et se poursuivaient naturellement dans le fameux triptyque. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 11 octobre 2019 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2010 | Claves Records

CD11,49 €

Classique - Paru le 8 janvier 2014 | CAvi-music

CD13,49 €

Classique - Paru le 1 octobre 2005 | Animato

L'interprète

Joseph Moog dans le magazine