Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 13 octobre 2011 | Outnote Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Le top 6 JAZZ NEWS - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
Avec ce nouvel album, le héros du free jazz européen exprime, avec ses propres compositions, ces qualités qui se manifestaient dès son premier album en solitaire, en 1971. Romantique, fougueux, introspectif, démonstratif, Joachim Kühn atteint une certaine forme de sérénité. « Son » Ibiza, ce n’est pas celui des DJ et de l’inflation des décibels. En s’installant dans l’île des Baléares, paradis des fêtes à tue-tête, le natif de Leipzig a conservé intacte son exigence artistique. Et ce n’est pas un hasard s’il donne un petit clin d’œil à la musique locale dans le morceau clôturant l’album, Moment Of Happiness. Un titre révélateur de cette plénitude qui habite Kühn tout au long de ce beau disque.
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 31 janvier 2020 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 26 janvier 2018 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
De l’amour et de la paix. Le programme de cet album de Joachim Kühn a le mérite d’être clair. Avec le batteur Eric Schaefer et le contrebassiste Chris Jennings (son trio formé en 2015), le pianiste allemand désormais âgé de 73 ans semble avoir trouvé un nouveau terrain de jeu sur lequel la force de ses mélodies s’avère centrale. Plutôt rangé dans la catégorie des musiciens avant-gardistes, voire free, Kühn, qui a toujours rejeté les conventions tout au long de sa longue carrière, n’est évidemment pas en train de sombrer ici dans une musique simpliste et lisse. Bien au contraire. A travers des thèmes assez concis, essentiellement originaux – à l’exception de pièces des Doors (The Crystal Ship), de Moussorgski (Le Vieux Château, extrait des Tableaux d'une exposition) et d’Ornette Coleman (Night Plans) –, il aère ses improvisations et prend le temps de jouer avec l’espace et même les silences. Publié en 2016, Beauty & Truth, premier disque du trio, offrait déjà à entendre ce Kühn un brin inhabituel. Avec Love & Peace, il a trouvé une paix intérieure qui rend sa musique encore plus touchante. © MD/Qobuz
CD10,79 €

Jazz - Paru le 1 septembre 2006 | ACT Music

Distinctions Qobuz Référence
CD10,79 €

Jazz - Paru le 30 septembre 2011 | ACT Music

Distinctions Qobuz Référence
Joachim Kühn, piano - Majid Bekkas, voix, guembri, oud - Ramon Lopez, batterie, tabla, percussion - hr-Bigband - Ed Partyka, direction
CD10,79 €

Jazz - Paru le 25 février 2011 | ACT Music

Distinctions Qobuz Référence
Pour être honnête, il pourrait sommeiller, conscience chevillée à l’âme du travail bien fait, et on ne lui reprocherait pas : on n’incarne pas plusieurs décennies durant l’avant-garde jazz sans éprouver légitimement, l’âge vénérable venu (le pianiste – il taquine parfois le saxophone alto, comme ici dans « Soon In June », en totale liberté d’improvisation - est désormais âgé de soixante-six ans), le désir de la pause, voire la tentation de la redite. Sauf que, forgé dans l’inventivité par de multiples et enrichissantes rencontres (avec, dans le désordre, Jean-Luc Ponty, Daniel Humair, Philip Catherine, ou l’immense Ornette Coleman), Joachim Kühn ne pense manifestement ni à l’une, ni à l’autre. Même pas en se rasant. Chalaba est le troisième volet des péripéties d’une rencontre, qui rassemble depuis trois années, tout d’abord dans un intérêt commun pour la musique, et désormais et tout simplement dans l’amitié, trois créateurs hors normes. Outre l’Allemand, très tôt préoccupé par les recherches harmoniques, et plus récemment par des continents par lui inexplorés (ses enregistrements en compagnie du joueur d’oud Rabih Abou-Khalil), le disque nous permet en effet de retrouver Majid Bekkas. Le praticien de l’oud, du guembri (instrument à trois cordes pincées), et vocaliste d’origine marocaine, apporte entre autre viatique sa parfaite connaissance de la musique gnawa, et c’est un enchantement perpétuel qui en découle. Le batteur Ramon Lopez (mais il joue également des percussions et des tablas) complète la fine équipe : son jeu, dynamique et coloré, s’avère tout aussi confortable dans les expressions d’avant-garde, que dans les musiques traditionnelles. C’est cette synthèse magique qui permet à Chalaba de débuter par une pièce enjouée (« Enjoy » la bien nommée), particulièrement mélodique, pop pour tout dire, et de se poursuivre par le quasi-méditatif « Asmaa » aux accents flamencos, ainsi que par plusieurs incursions au sein du patrimoine chérifien (dont cette chanson-titre qui permet, dans sa lancinance, à Kühn d’assurer, et de démontrer, que le blues n’a pas été découvert en Amérique, mais vient du Maroc et du Mali). Pérégrination au mitan des dunes, méditation et virtuosité (le clavier de « The Second Egg » va faire des jaloux, et des aigris), ce trio sans ego distille une foultitude de plaisirs, avec l’innocence et la spontanéité de gamins surdoués. Un grand disque. © Christian Larrède / Music-Story
CD10,79 €

Jazz - Paru le 26 juin 2009 | ACT Music

Distinctions Qobuz Référence
CD5,99 €

Jazz - Paru le 27 février 2009 | ACT Music

Distinctions Qobuz Référence
CD29,99 €

Jazz - Paru le 4 janvier 2011 | Jazzwerkstatt

Distinctions CHOC de JAZZmagazine-jazzman
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 22 février 2019 | ACT Music

Hi-Res Livret
Comme le pianiste Joachim Kühn le précise dans les notes de pochette de l’album, il a donné seize concerts avec le grand saxophoniste Ornette Coleman entre 1995 et 2000. « Avant chacun d’eux, Ornette écrivait dix nouvelles compositions que nous répétions puis enregistrions durant une semaine dans son studio Harmolodic à Harlem. Puisqu'il voulait que je contribue aux accords et aux sons de ses mélodies, j'ai été directement impliqué dans le processus de création. Une fois le concert terminé, les chansons n’étaient plus jamais jouées. Je suis maintenant le seul à avoir tous les enregistrements et les partitions pour un total de 170 morceaux. Et après une vingtaine d’années, j’ai réuni les plus belles de ses mélodies et de ses ballades et je les ai enregistrées pour piano solo. A l’exception de Lone Woman, aucune de ces pièces n’a été enregistrée par Ornette. » Cette fascinante feuille de route permet à Kühn de signer un disque en solitaire de haute volée. A 75 ans, son jeu s’est lesté de certains diktats du free-jazz et il est désormais muni d’une vaste palette de teintes. Surtout qu’il aborde ce bien nommé Melodic Ornette Coleman sans jamais froisser la trame narrative ou, justement, mélodique. Comme c’est tout de même Joachim Kühn qui est au piano, les improvisations sont tout sauf lisses. Et dans les instants les plus mélancoliques, le pianiste allemand dévoile une facette poignante inédite de sa personnalité musicale. Superbe. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 18 mars 2016 | ACT Music

Hi-Res Livret
Ce Beauty & Truth offre à entendre un Joachim Kühn assez inhabituel. Un Kühn entouré par le batteur Eric Schaefer et le contrebassiste Chris Jennungs et qui s’engage sur le chemin d’un groove assez soutenu. Le trio semble même avoir fait de la mélodie et de ce groove, la colonne vertébrale de ce disque qui parait sur le label ACT. Le répertoire étonne aussi dans ses grands écarts, entre des relectures de pièces d’Ornette Coleman, de Gershwin, de Krzysztof Komeda (le thème de la musique du film de Tom Segerberg Kattorna et surtout celui du film de Polanski Rosemary’s Baby) et même des Doors ! Mais la cohésion du trio rend l’ensemble totalement cohérent et surtout passionnant. Du carburant qui semble avoir boosté la créativité du pianiste septuagénaire. © MD/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 28 février 2014 | ACT Music

Hi-Res Livret
CD10,79 €

Jazz - Paru le 26 septembre 2005 | ACT Music

HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 18 décembre 2015 | MPS

Hi-Res
CD8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 1 août 1996 | Label Bleu

CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 24 juin 2013 | Label Bleu

CD14,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 23 mars 2010 | Rhino Atlantic

Apparu à l'orée des années 1970 sur les albums de son frère le clarinettiste Rolf Kühn ou Open Strings du violoniste Jean-Luc Ponty (dont il signe une composition « Sad Ballad »), Joachim Kühn s'impose dans l'ombre de Keith Jarrett comme le nouvel ambassadeur du piano virtuose et contemporain dans le domaine du jazz.Après quelques albums où il se fait la main, de Solos (1971) à l'excellent Hip Elegy (1975) avec Philip Catherine, Alphonse Mouzon, Terusama Hino et John Lee, le revoici dans un studio munichois où il enregistre en avril 1976 ce bien-nommé Springfever chargé de rythmiques groove et d'envolées à couper le souffle (« Two Whips »). Le pianiste allemand, qui signe toutes les compositions, a réuni autour de lui un trio composé de Philip Catherine (guitare), John Lee (basse) et Gerald Brown (batteur de Return To Forever), auxquels s'ajoute le violoniste Zbigniew Seifert sur « Lady Amber » (Curt Cress remplaçant Gerald Brown sur ce titre).Joachim Kühn n'a pas eu souvent eu l'occasion de jouer du piano électrique hors de sa courte période jazz rock. Il livre ici un excellent aperçu de ses talents dans une veine plus relax qu'à l'accoutumée (« Morning »), alternant avec un clavier acoustique dans un aérien « Sunshine » ou le dense « Spring Fever ». Ces huit morceaux très enlevés ont de quoi ravir les amateurs de jazz électrique et faire découvrir une facette peu connue, voire inattendue, de l'un des pianistes les plus sérieux du genre. © Loïc Picaud / Music-Story
CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1998 | CMP Records

CD13,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1998 | Universal Music Division Decca Records France

L'interprète

Joachim Kühn dans le magazine