Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 juillet 1990 | Parlophone UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Formé à la fin des années 60 au Royaume-Uni, les Jethro Tull ont rapidement vu leur popularité grandir à travers le monde notamment grâce à des singles comme Stand Up en 1969. Leur longue carrière a été témoin de leurs nombreux changements de style incluant du blues, de la folk et surtout du rock progressif pour lequel ils sont plus largement reconnus. C’est surtout leur quatrième album, Aqualung, qui leur a permis de laisser une trace indélébile dans l’histoire du rock : considéré comme un album-concept ayant pour thème central la religion, le disque fut enregistré aux studios Island Records de Londres est reste à ce jour le plus grand succès du groupe. Offrant un subtil mélange entre hard rock et mélodies folk, le tout recouvert par la voix de Ian Anderson proférant des textes sur la foi et la religion, Aqualung reste l’un des albums les plus cérébral ayant atteint un tel auditoire. © LG/Qobuz
A partir de :
CD20,49 €

Rock - Paru le 24 octobre 2011 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Formé à la fin des années 60 au Royaume-Uni, les Jethro Tull ont rapidement vu leur popularité grandir à travers le monde notamment grâce à des singles comme Stand Up en 1969. Leur longue carrière a été témoin de leurs nombreux changements de style incluant du blues, de la folk et surtout du rock progressif pour lequel ils sont plus largement reconnus. C’est surtout leur quatrième album, Aqualung, qui leur a permis de laisser une trace indélébile dans l’histoire du rock : considéré comme un album-concept ayant pour thème central la religion, le disque fut enregistré aux studios Island Records de Londres est reste à ce jour le plus grand succès du groupe. Offrant un subtil mélange entre hard rock et mélodies folk, le tout recouvert par la voix de Ian Anderson proférant des textes sur la foi et la religion, Aqualung reste l’un des albums les plus cérébral ayant atteint un tel auditoire. Pour cette édition spéciale 40e anniversaire les chansons ont été remixées et remastérisées par Steven Wilson. © LG/Qobuz
A partir de :
CD19,49 €

Rock - Paru le 3 avril 2020 | Rhino

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 juillet 1990 | Parlophone UK

Hi-Res
Souvent considéré comme le premier véritable album de rock progressif de Jethro Tull, Thick as a Brick, sorti en 1972, rempli avec une grande réussite la difficile tâche de succéder au phénoménal Aqualung. La bande à Ian Anderson délivre ici un mélange de hard rock et de musique folk anglaise pétri dans des influences venues tout droit du classique. Les paroles sont toujours un élément primordial des compositions de Jethro Tull et Anderson semble ici être au paroxysme de son inspiration. Les paroles pleines de métaphores et d’images viennent s’ajouter à une musique incroyablement sophistiqué. C’est là un des principaux tours de force des Jethro Tull : parvenir à créer une musique intellectuellement et harmoniquement très développée mais qui reste accessible à tous les publics. Un coup de maitre. © LG/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 18 novembre 2016 | Rhino

Hi-Res
Publié en 1969, ce deuxième album de Jethro Tull est marqué par un changement de line-up majeur intervenu juste avant son enregistrement. Le guitariste Mick Abrahams en désaccord avec Ian Anderson quitte la formation britannique qu’il veut ancrer davantage dans le blues rock, Anderson étant alors de plus en plus attiré par le folk rock mais aussi d’autres styles. Martin Barre le remplacera tout au long d’un disque totalement piloté par son chanteur-flutiste. Etonnamment, Stand Up reste très orienté blues rock et ce dès New Day Yesterday qui ouvre le disque. Mais le folk effectivement comme le classique (Jethro Tull revisite ici un certain Jean-Sébastien Bach !) viennent étoffer la palette sonore d’un album comprenant notamment We Used To Know, titre sans qui le célèbre Hotel California des Eagles n'aurait jamais vu le jour... Cette édition propose la version remixée par Steven Wilson. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 19 mai 2017 | Rhino

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 juillet 1990 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2000 | Parlophone UK

A partir de :
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Rock - Paru le 20 avril 2018 | Parlophone UK

Hi-Res
En 1978, Jethro Tull avait le cuir solide. Il le démontrait une fois de plus avec cet album riche et varié. Un des rares qui ne sacrifiait pas à l’air du temps, ou si peu. Les vagues punk et disco avaient bouleversé le paysage musical et provoqué la retraite prématurée de plus d’un groupe de sa génération. Mais lui avait été pris pour cible bien avant et les attaques ne lui faisaient plus ni chaud ni froid. Depuis plus de quatre ans, il était traîné dans la boue en raison de son étonnant succès populaire (100 000 spectateurs en cinq concerts rien qu’à Los Angeles en 1975) et d’un massif concept album « de trop », Minstrel in the Gallery, qui a largement été réhabilité depuis. C’est ce qui avait provoqué une première réaction pleine d’humour avec Too Old to Rock’n’Roll, Too Young to Die (1976), et sa pochette provocatrice où Ian Anderson faisait un bras d’honneur à tous ceux qui voulaient sa peau. Le chanteur et flute hero avait donc anticipé le rejet des dinosaures du rock par la nouvelle génération, alors qu’il avait à peine l’âge d’être le petit-fils de Mick Jagger aujourd’hui (29 ans).Au lieu de tenter la confrontation avec les punks en revenant à un rock plus basique et électrique, ou de virer disco comme les Bee Gees, Electric Light Orchestra, Rod Stewart, sans oublier les Rolling Stones, le groupe avait opté pour un surprenant retour à un folk rock sophistiqué avec Songs from the Wood et plus encore avec ce Heavy Horses, retrouvant ainsi une seconde jeunesse et un nouveau public. Quarante ans après sa sortie, ce onzième album formidablement remixé par Steven Wilson prend à nouveau des allures de douce revanche, une leçon de savoir-faire autant qu’une déclaration d’indépendance créative.Loin d’être usés, les musiciens sont en pleine possession de leurs moyens techniques et font comme un pied de nez à la concurrence, quel que soit son style. À l’image de ce faussement traditionnel Acres Wild, qui est aussi funky et dansant que le meilleur disco de la période, sans pour autant employer ses grosses ficelles. Rien qu’avec ce titre, en y ajoutant peut-être quelques autres comme le formidable Guilty de Mike Oldfield, on aurait pu lancer un mouvement « disco folk ». Mais à l’instar des Monty Python à l’époque, le groupe préfère passer avec autant d’impertinence que de maîtrise à « quelque chose de complètement différent » sur ce long et élaboré No Lullaby, alternant rock électrique, ambiance jazz fusion et orchestrations élégantes… Sur ce titre comme sur l’ensemble de l’album, y compris les nombreux inédits dénichés par Wilson, les arrangements de David/Dee Palmer et ses parties de claviers, associés à celles de John Evan, font merveille. De même, la guitare de Martin Barre semblera certes moins proéminente que sur les productions précédentes, mais elle allie plus que jamais l’élégance à la précision. On ne pourra que saluer la rythmique redoutable de John Gascock (basse, son dernier album avant sa disparition en 1979) et de Barriemore Barlow, l’un des rares batteurs qui n’avait rien à envier à John Bonham ou Phil Collins. Il fallait au moins ça pour satisfaire les exigences stylistiques périlleuses des compositions alambiquées de Ian Anderson. D’autant que son chant est plus autoritaire et exalté que jamais, même lorsqu’il parle de son chat sur …And the Mouse Police Never Sleeps…Si Heavy Horses n’a pas forcément réconcilié Jethro Tull avec les punks ou les critiques, il a trouvé un surprenant écho auprès d’une génération qui esquissait une nouvelle forme de heavy metal, Iron Maiden en tête. Cette réactualisation impeccable saura en convaincre bien d’autres. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 25 octobre 1968 | Parlophone UK

Hi-Res
Comme chacun sait, Steven Wilson est comme devenu le gardien du temple progressif. De même qu'il a supervisé au plus près les rééditions d'un grand nombre d'albums de Yes, Emerson, Lake and Palmer, King Crimson, Chicago, Marillion, Rush, Gentle Giant ou Steve Hackett, c'est sa onzième contribution au catalogue prestigieux de Jethro Tull. On pourra néanmoins s'étonner qu'il ait choisi de revoir complètement le mixage du premier effort studio du groupe, dans la mesure où c'est certainement celui qui a le moins de rapport avec une quelconque association des Anglais au rock progressif. D'autant que le disque avait déjà fait l'objet de deux rééditions notables en 2001 et surtout en 2008, pour célébrer ses 40 ans. Ceux qui ne connaissent JT qu'à travers ses principaux succès auront donc bien du mal à le reconnaître, dans une œuvre qui ne manquera pas de paraître atypique avec son mélange aussi improbable que parfaitement maîtrisé de blues, de jazz et de folk.Précisons qu'en 1968, le vrai patron semble être le formidable guitariste Mick Abrahams, même si ce sera son unique album avec JT. Ian Anderson est certes plus que présent, faisant déjà merveille à la flûte, au chant ou à l'harmonica, mais il est loin de dominer les très longues plages purement instrumentales. En ce sens, même avec le travail d'orfèvre de Wilson, This Was sera plus à recommander à ceux, trop rares, qui ont apprécié le mythique groupe britannique Blodwyn Pig. Cette nouvelle version est en revanche un peu chiche en bonus, le seul réel inédit étant le très free-jazz Ultimate Confusion, nettement plus dispensable que le One for John Gee qui a été étrangement omis par rapport aux deux précédentes rééditions. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2000 | Parlophone UK

Hi-Res
Cet enregistrement, second projet d’envergure du groupe, mérite qu’on lève les réserves qui l’ont affecté dès sa sortie. Enregistré dans l’ivresse du succès de l’album précédent (Thick As A Brick, premier numéro un du groupe aux États-Unis), A Passion Play est en effet le premier enregistrement de Jethro Tull à avoir été violemment critiqué par la presse, qui n’y a relevé que prétention, et boursouflures. Il est vrai qu’Anderson, leader, démiurge, et compositeur, n’évite pas toujours la complaisance de certaines facilités, manipulant jusqu’à l’ésotérisme quelques concepts fumeux (tournant encore une foi autour des principes de la religion et de la foi). Le chanteur et flûtiste, incarnant apparemment cette fois un ange déchu, manque parfois de rigueur dans ses anathèmes. Mais la suite (qui occupe encore une fois l’entièreté de l’album, et dont les deux parties s’articulent autour d’un conte proche de l’imagerie enfantine, narrant les aventures du lièvre qui a perdu ses lunettes) déroule (à la réserve de certains passages parlés, à l’instar d’un opéra pour permettre la continuité narrative, et propres à décontenancer un public non anglophone) une plénitude de grands moments musicaux. Jethro Tull est, en particulier, parvenu à une totale maîtrise de la synthèse de ses influences classiques et folk, passées au crible du contexte rock dans lequel il évolue naturellement. Les textes, désespérés, l’ironie, mordante, et la complexité de l’intrigue, malgré son caractère parfois abscons, mais également la richesse mélodique et harmonique, en font l’une des pierres angulaires du rock des années soixante-dix. David Palmer, arrangeur, multi instrumentiste, et membre officieux du groupe, sera naturellement l’une des chevilles ouvrières de l’entreprise. Et A Passion Play (qui fera l’objet d’une tournée triomphale aux États-Unis, au cours de laquelle le groupe interprètera la globalité de l’album, ainsi que Thick As A Brick, et des extraits majeurs d’Aqualung et des enregistrements antérieurs, pour des concerts d’une durée totale de plus de trois heures), parviendra une fois encore au sommet des charts américains (treizième position seulement des classements britanniques). Plus surprenant encore, un single, extrait de l’œuvre, batifolera dans le Top 10 outre Atlantique.   © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2016
A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 juillet 1990 | Parlophone UK

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 juillet 1990 | Parlophone UK

A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 27 novembre 2015 | Rhino

Hi-Res
A partir de :
CD24,49 €

Rock - Paru le 1 mai 2015 | Rhino

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 12 mars 2007 | Parlophone UK

A partir de :
CD9,99 €

Rock - Paru le 8 février 2009 | The Ian Anderson Group of Companies

A partir de :
CD14,99 €
A

Rock - Paru le 16 mars 2007 | Parlophone UK

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 juillet 1990 | Parlophone UK

De la pochette granuleuse (dans son édition originale vinyle), à l’éblouissante iconographie, en passant par la musique, d’une évidente efficacité, ce disque reste le témoignage d’une époque, d’un essor, et de l’influence majeure de la musique pop des années soixante-dix sur les consciences. En effet, Aqualung, l’un des meilleurs albums de Jethro Tull, est généralement considéré comme le premier exemple d’achèvement de l’écriture du leader Ian Anderson. Le moteur puissant qui préside à cet épanouissement se nourrit de ce que le musicien définit comme un conflit absolu, entre l’église, Dieu, et l’homme, la première empêchant, selon Anderson, le troisième de prier le deuxième. La pertinence des formules installera durablement le compositeur dans le rôle de l’artiste sainement en colère. Mais sans mésestimer la puissance des mots (et même si beaucoup ont pu voir grâce à eux leur horizon s’ouvrir vers l’outrage, et l’irrévérence), il est évident que le succès de ce quatrième album (et la confirmation de l’efficacité des chansons en concert) tient bien davantage aux riffs imparables du guitariste Martin Barre, au savant dosage entre folk et rock dans l’inspiration du groupe, et au fait que, pour une fois, Jethro Tull peut passer en radio, et séduire. Ce sera – énormément – le cas, avec de futurs standards, tels « Cross Eyed Mary », « Hymn 43 », et, naturellement, « Locomotive Breath », triomphe commercial, et classique absolu du groupe. Quant à « Agualung » (la chanson), et ses plus de six minutes articulées comme une mini-suite, elle permettra à une foultitude d’adolescents de grandir devant leur glace. A noter le travail exceptionnel de l’arrangeur pour cordes David Palmer, compagnon, en studio, de longue date de Jethro Tull, et ici pour la première fois pratiquement sixième membre du groupe. Quatrième des hit-parades britanniques, Aqualung se hissera à la septième place des charts américains, et le single « Hymn 43 » intègrera le Top 100 de sa catégorie.   © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2016
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 24 mars 2017 | BMG Rights Management (UK) Ltd

Hi-Res
Pour ce bien nommé Jethro Tull – The String Quartets, Ian Anderson a ré-imaginé douze classiques de son groupe avec l'aide de John O'Hara et du Carducci Quartet. Les tubesques Aqualung, Living in the Past, Bungle in the Jungle ou encrore A Christmas Song s’offrent une seconde jeunesse sous ses luxuriants habits « classiques ». « Certains titres, comme A Christmas Song, Reasons For Waiting ou Wond'ring Aloud sont particuliers pour moi, raconte Ian Anderson. C'était ma première expérience de travail avec un quartet. John O'Hara est arrivé avec quelques suggestions, qui s'apparentaient à des challenges. Elles avaient toutes une espèce d'intimité que je voulais à tout prix capturer... » De son côté, O’Hara avait une vision précise du projet : « Il ne paraissait pas intéressant de simplement retranscrire les parties du groupe pour chaque musicien. Je me devais d'aller plus loin, et offrir une nouvelle imagerie à chaque morceau. Le boulot d'un orchestrateur, c'est d'arranger et créer de nouvelles versions de pièces qui existent déjà. Cependant, je me sentais responsable vis-à-vis des fans de Jethro Tull, qui adorent ces chansons et n'accepteraient peut-être pas qu'on les transforme radicalement. Mon ambition était de créer un disque qui interpelle, sans pour autant dénaturer les compositions de Ian » Mission accomplie ! © CM/Qobuz